Les audiences et les revenus de l'éditeur de Candy Crush Saga s'érodent

Que trépasse si je faiblis
Economie 3 min
Les audiences et les revenus de l'éditeur de Candy Crush Saga s'érodent

Les annonces de résultats trimestriels s'enchainent en ce moment, et c'est au tour de King de montrer ses chiffres. L'éditeur de Candy Crush Saga n'affiche plus la même croissance que par le passé et commence même à voir son chiffre d'affaires ainsi que son nombre d'utilisateurs reculer. Est-ce déjà la fin d'une ère ?

Chez King, l'annonce des derniers résultats trimestriels n'était probablement pas aussi enjouée que les précédentes. L'éditeur dispose toujours de bases solides, mais elles s'effritent au fil des mois et des changements d'habitudes de sa clientèle, qui commence à se tourner vers de nouveaux horizons.

Revenus, bénéfice et audience en baisse

Premier constat : King ne fait plus autant recette que par le passé. Ses 594 millions de dollars de chiffre d'affaires du deuxième trimestre 2014 laissent place cette année à seulement 490 millions de dollars, soit une baisse de 17,5 %.

Le bénéfice net de l'entreprise a suivi la même courbe de progression. King reste largement bénéficiaire, avec 119 millions de dollars de profits, mais c'est significativement moins que les 165 millions de dollars affichés l'an passé à la même période. Les réserves de cash de l'éditeur sont toutefois restées relativement stables sur cette période, en passant de 832 millions de dollars à 786 millions.

King Q2 15King Q2 15

King doit aussi faire face à un autre problème : l'érosion de son audience. Depuis un an le nombre d'utilisateurs mensuels uniques (MUU) sur l'ensemble de son catalogue ne fait que stagner, tandis que la quantité moyenne d'utilisateurs sur la base d'un ou de 30 jours (DAU et MAU) est en net recul sur les trois derniers mois.

Avec cette baisse d'affluence, King a non seulement perdu une part de ses utilisateurs « gratuits », mais aussi une frange de ses habitués prêts à ouvrir leur porte-monnaie pour quelques vies de plus sur Candy Crush Saga. En trois mois, le nombre de payeurs est ainsi passé de 8,5 millions à seulement 7,6 millions. Cette petite partie de l'audience est toutefois très généreuse avec l'entreprise, puisqu'elle dépense en moyenne chaque mois 23,26 dollars pour s'offrir des bonus en jeu.

King a de nouvelles cordes à son arc

Il est à noter que si King est encore très dépendant du succès de Candy Crush Saga, la situation tend à s'améliorer trimestre après trimestre. L'an passé, 41  % des revenus provenaient ainsi de titres n'appartenant pas à la franchise Candy Crush, cette part est désormais de 61 %. L'éditeur ne peut toutefois pas encore se permettre de passer totalement de son titre phare, qui célébrait dernièrement l'arrivée de son millième niveau.

Au total, King exploite aujourd'hui 13 titres différents et entend bien étendre encore son catalogue, ce qui ne peut être qu'une bonne stratégie pour tenter de faire remonter les courbes d'audience et de revenus par la même occasion.

Les investisseurs n'ont quant à eux pas été très convaincus par l'exposé de King : ils ont sanctionné l'action du groupe avec une baisse de 2,75 % de sa valeur lors de la dernière séance, alors que le Dow Jones était resté quasi stable (+0,04 %). Cela valorise tout de même King à un peu moins de 5 milliards de dollars, soit à peu près le double de la valeur actuelle de Zynga.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !