Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

One : l'ancien service de synchronisation de Canonical passe en open source

Poubelle verte
Logiciel 3 min
One : l'ancien service de synchronisation de Canonical passe en open source

Il y a un peu plus d’un an, Canonical clôturait son service de synchronisation One. La société avait alors à cœur de se recentrer sur son activité principale : le développement de son système d’exploitation. Elle a décidé hier d’en faire profiter la communauté du logiciel libre en libérant le code de sa plateforme.

Les utilisateurs de Firefox se souviennent peut-être d’un article récent où nous abordions un changement important au sein de Mozilla : l’envie de revenir à ce qui faisait le cœur de Firefox, à savoir un navigateur allant à l’essentiel. Les développeurs envisagent de déporter certaines fonctionnalités hors du cycle principal pour ne plus le ralentir. Chez Canonical, une décision du même acabit avait eu lieu l’année dernière : « En  tant que société, nous devons nous focaliser sur les initiatives les plus stratégiques et nous assurer que nous ne nous éparpillons pas ».

Une concurrence un peu trop féroce

L’entreprise avait notamment pris la décision de fermer son service One, dédié à la synchronisation des données. Un produit mis en place pour accompagner la distribution Linux, au même titre qu’un OneDrive chez Microsoft, un iCloud chez Apple ou un Drive chez Google. L’éditeur souhaitait se recentrer sur son système d’exploitation et avait évoqué notamment des difficultés financières à proposer de l’espace gratuit à l’ensemble des utilisateurs. Le 31 juillet de l’année dernière, le service avait fini par fermer définitivement ses portes.

Il était en fait particulièrement compliqué de lutter contre les grands ténors du domaine. Microsoft et Google en particulier fournissent des dizaines de Go gratuitement, certains abonnements permettant de voler vers 1 To ou même un stockage illimité, comme dans le cas d’Office 365. Même Apple, avec son offre de base à 5 Go, est presque taxé de pingrerie face aux mastodontes du service en ligne.

Un code en open source et qui sera complété plus tard

Mais Canonical a décidé finalement de ne pas laisser complètement mourir son produit. L’éditeur en a extrait la substantifique moelle pour la rendre open et la proposer à la communauté. « Le code que nous publions en open source est la partie serveur, à laquelle les clients se connectent pour synchroniser les changements locaux ou distants. C’est le code dans lequel l’innovation et notre travail sont allés pendant des années, quand nous affrontions les défis liés à l’agrandissement, et qui sert de base à d’autres composants » indique ainsi la société.

Le code libéré est présent sur le Launchpad de Canonical et est disponible sous licence Affero GPLv3. Précisons d’emblée que cette partie serveur est mise en avant avec un guide pour sa mise en place et la connexion des clients, mais elle n’est que la première brique d’un tout. L’éditeur fournira le code d’autres éléments plus tard, notamment tout ce qui touche aux API REST, à la synchronisation des contacts, au streaming musical ou au site web associé.

Les développeurs avaient simplement d'autres projets à terminer

La question qui se pose cependant est de savoir pourquoi Canonical a mis plus d’un an à libérer ce code et à le proposer à la communauté. Martin Albisetti, responsable des services en ligne, indique dans la FAQ que les développeurs, même s’ils étaient particulièrement motivés par ce projet, travaillaient en priorité sur certains produits, notamment Ubuntu pour les smartphones et le projet Snappy.

Ne reste finalement plus qu’à voir si la communauté sera intéressée par la reprise d’une solution supplémentaire de serveur de synchronisation des fichiers.

16 commentaires
Avatar de Krogoth Abonné
Avatar de KrogothKrogoth- 12/08/15 à 14:55:39
Avatar de ropi bo INpactien
Avatar de ropi boropi bo- 12/08/15 à 15:08:18

Ils auraient dû mettre en place un cloud P2P, basé sur les équipements de toute la communauté, avec un volume de stockage accessible calculé pour chaque utilisateur par rapport au volume de stockage qu'il aurait donné.

Avatar de Zergy Abonné
Avatar de ZergyZergy- 12/08/15 à 15:15:59

Je dois avouer ne jamais avoir fait attention à la fin de ce service…

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 12/08/15 à 15:26:32

Pour 10go "à toi" hébergé dans le cloud tu aurais hébergé 100 x 10go (ou plus ) des autres en local ?
C'est ça l'idée ?
 
(je dis x100 au pif mais si les données doivent être dispo 24/24 et que les utilisateurs ne sont connectés que 2h00 par jour il faut déjà faire x12 ;  si on veut éviter la perte de données il faut en plus dupliquer sur n utilisateurs ; si on veut des débits corrects il faudrait aller chercher sur plusieurs sources en // (l'upload != download)
 

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

je ne suis pas mécontent que ce service de "cloud" ait été abandonné : entre cette icône « 1 » et l'icône « a » de Amazon, le bureau d'Ubuntu commençait à devenir un espace "supermarket".

Édité par joma74fr le 12/08/2015 à 15:37
Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 12/08/15 à 15:45:22

Canonical nous ment à propos de la raison de l'arrêt : ce n'est pas un  recentrage d'activité ou des difficultés financières à le maintenir qui ont eu raison du service : c'est parce qu'il y avait un icône de trop. C'est clairement évidemment une raison suffisante pour  vouloir que tout s'arrête :ouioui:
 
 Surtout si on considère qu'un espace de stockage distant personnel est un « market » comme celui d'Amazon :incline:
 
 edit : je répondais au post précédent, j'ai perdu la citation de réponse en postant
 

Édité par Jarodd le 12/08/2015 à 15:47
Avatar de ropi bo INpactien
Avatar de ropi boropi bo- 12/08/15 à 15:55:19

Ben c'est ça ou c'est Google ou Microsoft. C'est quoi le problème ? Google, Microsoft... font les choses très bien, et que Canonical fasse la même chose ou s'abstienne, c'est du pareil au même. Pour être différent, et bien il aurait fallu faire quelque chose de différent: ils avaient l'avantage d'être l'OS lui-même des PC, ce n'est pas rien pour mettre en place des structures P2P.

Avatar de bingo.crepuscule INpactien
Avatar de bingo.crepusculebingo.crepuscule- 12/08/15 à 16:19:54

Ça sera quand même bien sympa de pouvoir installer One sur son serveur autohébergé, avec la prise en charge des contacts, on pourra conserver toute la partie android AOSP sur un smartphone, sans les applications et services google. :)

Sachant qu'on peut déjà récupérer des APK sur le Playstore, sans le Playstore, via un navigateur, et que des alternatives telles que Aptoid et Fdroid existent, c'est du tout bon !

Même Google Map est loin d'être indispensable, à côté de Sygic (mode hors ligne), et Waze, et Streetviews sera toujours accessible via un navigateur web. :)

Avatar de Valeryan_24 Abonné
Avatar de Valeryan_24Valeryan_24- 12/08/15 à 16:21:58

Je rêve d'un tel service Cloud P2P en libre - comme Wuala (proprio) avant son rachat par Lacie, ou un Tahoe-LAFS mais simple d'utilisation pour l'usager classique, et accessible en desktop (pas seulement serveur).

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 12/08/15 à 16:40:19

La synchro des contacts, calendriers et compagnie doit pouvoir se faire avec Owncloud non ?

Concernant One, le code est encore incomplet mais j'ai hâte de voir ce que ça donnera pour faire de l'auto hébergé justement :)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2