Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Opera pourrait être à vendre dans les mois qui viennent

Le problème, c'est le choix
Economie 3 min
Opera pourrait être à vendre dans les mois qui viennent

Opera pourrait-il être à vendre ? Le navigateur a vu depuis longtemps sa part de marché se réduire comme peau de chagrin, mais la société du même nom envisage maintenant plusieurs options stratégiques. Le produit pourrait être racheté par une autre entreprise, qui en orienterait alors le destin, avec des problématiques identiques.

Opera est une excellente preuve qu’un logiciel peut posséder de nombreuses qualités et ne pas rencontrer le succès escompté. Le navigateur a été le premier à introduire bon nombre de fonctionnalités, notamment les onglets. Il fut le précurseur dans bien des domaines, mais à l’époque où sa part de marché aurait pu exploser grâce à ces ajouts, une sérieuse barrière douchait l’enthousiasme de bon nombre d’utilisateurs : le prix.

Des choix qui n'ont pas payé

Opera a été payant pendant longtemps, lui donnant rapidement l’image d’un navigateur haut de gamme et réservé à ceux qui en avaient vraiment besoin. Car, dès lors que l’on paye, vient immanquablement la question : que ferai-je de mieux ou plus rapidement pour ce prix ? Les années ont prouvé que la stratégie adoptée n’avaient clairement pas été la bonne : la toute-puissance d’Internet Explorer n’a été cassée que par l’arrivée d’un Firefox totalement gratuit et permettant d’installer des extensions parmi des milliers.

Aujourd’hui, Opera est essentiellement un suiveur, une situation illustrée surtout par la décision d’abandonner son propre moteur de rendu pour récupérer le fork de Webkit créé par Google, Blink. Opera partage donc le même moteur que Chrome et son interface s’est largement rapprochée de celle de son concurrent. Et le fer de lance du navigateur, à savoir son nombre monumental de fonctions, a disparu puisque cette transition a forcé les développeurs à faire des choix radicaux. Depuis Opera 15, les fonctionnalités reviennent doucement, mais la récente version 31 ne propose par exemple toujours pas la synchronisation des mots de passe.

Alerte sur le chiffre d'affaires et « alternatives stratégiques »

Désormais, Opera doit se poser des questions et revoir en partie sa stratégie. La semaine dernière, la société a publié une alerte financière : elle s’attend à un chiffre d’affaires de 600 à 615 millions de dollars pour l’année 2015. Un chiffre en hausse par rapport à 2014 et ses 480,8 millions de dollars. Malheureusement, l’entreprise tablait initialement sur une fourchette allant de 630 à 650 millions. En clair, l’année ne s’est pas aussi bien passée que prévue, à cause surtout de mauvaises performances dans la publicité mobile (en partie compensée par les licences sur les technologies de l’éditeur).

Dans un autre communiqué, Opera ne cache plus que des décisions vont devoir être prises. La société norvégienne y annonce que « son conseil d’administration, en réponse aux intérêts stratégiques d’un certain nombre de groupes au sein de l’entreprise, a débuté un processus pour évaluer et considérer des alternatives stratégiques ». Elle indique également avoir fait appel aux services de deux sociétés de conseil, ABG Sundal Collier et Morgan Stanley. Les conclusions de l’étude en cours devraient normalement être données avant la fin de l’année.

Le langage utilisé dans le communiqué laisse toutes les portes ouvertes, signalant qu’aucune piste ne peut être écartée. Le navigateur lui-même pourrait être revendu, ou même l’intégralité de la structure, à moins qu’un partenariat quelconque ne soit envisagé. Car Opera possède des produits possédant encore un certain succès, notamment du côté des versions mobiles (environ 10 % de parts de marché), grâce à un mode Turbo permettant d’économiser des données ou de s’accommoder de connexions peu rapides.

109 commentaires
Avatar de anonyme_1bf5134079a271df707c7f40edc86fdb INpactien

Mon bébé :(

Avatar de EMegamanu Abonné
Avatar de EMegamanuEMegamanu- 11/08/15 à 12:15:46

Au pire s'ils n'arrivent pas à vendre le nom et le code à une autre entreprise, ils pourront toujours leur refiler le bébé gracieusement contre l'affichage de pubs. :troll:

Édité par EMegamanu le 11/08/2015 à 12:15
Avatar de Trent Abonné
Avatar de TrentTrent- 11/08/15 à 12:15:59

Petite erreur : Opera Software n’est pas une société Suédoise, mais Norvégienne.

Avatar de coucou_lo_coucou_paloma INpactien
Avatar de coucou_lo_coucou_palomacoucou_lo_coucou_paloma- 11/08/15 à 12:16:57

Google cherchait pas à acheter ?

Chrome ne semble toujours pas avoir de sidebar. Même Edge en a.

Avatar de anonyme_1bf5134079a271df707c7f40edc86fdb INpactien

Quelqu'un a utilisé Chrome après Opera (les dernieres versions) des choses vous ont manqués après être passé sur Chrome ?

Avatar de xen0m INpactien
Avatar de xen0mxen0m- 11/08/15 à 12:21:20

Curieux de savoir qui pourrait les racheter, Drahi peut être ? :bravo:

Avatar de tefze1 INpactien
Avatar de tefze1tefze1- 11/08/15 à 12:29:35

Lnely a écrit :

Quelqu'un a utilisé Chrome après Opera (les dernieres versions) des choses vous ont manqués après être passé sur Chrome ?

Tout.
 
 Si t'as connu la transition Opera 12 -> Opera 15, c'est plus ou moins le même délire, t'as l'impression d'être en slip et c'est pas les extensions qui rattrapent le truc.
 
 
 Il y a le projet Vivaldi par l'ancien patron d'Opera qui semble ambitieux mais c'est qu'une tech preview (mais stable quand meme).
 https://vivaldi.com 
 

xen0m a écrit :

Curieux de savoir qui pourrait les racheter, Drahi peut être ? :bravo:

Ben vu que le navigateur Opera est dans LaBox de Numericable... 

Édité par tefze1 le 11/08/2015 à 12:30
Avatar de kikoo26 Abonné
Avatar de kikoo26kikoo26- 11/08/15 à 12:31:09

Les gestes à la souris, c'est probablement le truc qui me manque le plus.
Après sur Chrome en particulier, le fait que le navigateur ne garde pas la session entre deux utilisations (les onglets ouverts).

Avatar de anonyme_1bf5134079a271df707c7f40edc86fdb INpactien

tefze1 a écrit :

Tout.
 
 Si t'as connu la transition Opera 12 -> Opera 15, c'est plus ou moins le même délire, t'as l'impression d'être en slip et c'est pas les extensions qui rattrapent le truc.
 
 
 Il y a le projet Vivaldi par l'ancien patron d'Opera qui semble ambitieux mais c'est qu'une tech preview (mais stable quand meme).
&#160https://vivaldi.com

Oui j'ai connu la v12, mais je passe pour un dingue si je dit que je prefere Opera de maintenant plutot que la v12?

La synchro marche au top, c'est rapide au boot etc.. le speed dial est cool, sous vivaldi ya pas de synchro je crois encore si ?
Apres les extensions j'en utilise pas bcp, adb adb+ magic action for youtube, et c'est tout..^^

Avatar de indyiv INpactien
Avatar de indyivindyiv- 11/08/15 à 12:32:16

"Le navigateur a vu depuis longtemps sa part de marché se réduire comme peau de chagrin"
...

Euh, la PdM mondiale d'Opera n'a quasiment pas bougé sur ces dernieres années:
http://gs.statcounter.com/#desktop-browser-ww-yearly-2008-2014

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11