Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

L'Administrateur général des données fait appel à des prestataires privés

Data science, ça tourne !
Internet 2 min
L'Administrateur général des données fait appel à des prestataires privés
Crédits : Sergey Nivens/iStock/Thinkstock

Agissant discrètement depuis maintenant près d’un an, l’Administrateur général des données a lancé voilà quelques jours un appel d’offres en direction des entreprises spécialisées dans la science des données (« data science »). L’institution aimerait s’offrir les services d'acteurs privés capables de l’aider à répondre à des problèmes rencontrés par des administrations.

C’est un accord cadre d’au moins deux ans que le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) s’apprête à signer pour le compte de l’Administrateur général des données – qui lui est juridiquement rattaché depuis septembre 2014. Ce service placé auprès du Premier ministre recherche en effet des prestataires capables de fournir une assistance pour « exploiter des données publiques, ouvertes ou non, via des prestations de science des données, dans des domaines ciblés par l'Administrateur général des données ».

Anticiper, à l’aide des données, les impacts potentiels d’une politique publique

L’objectif ultime ? « Mener des expérimentations sur l’utilisation des données pour renforcer l’efficacité des politiques publiques ». À partir de cas très précis, le (ou les) candidat(s) retenu(s) devra dans un premier temps « mobiliser les technologies permettant de collecter de forts volumes de données et de lier entre elles des données jusque-là hétérogènes ». Cela pourra par exemple passer par un appariement de données en vue de la reconstitution d’un budget, la détection de sources et de bases de données en rapport avec le problème à résoudre, etc.

Dans un deuxième temps, le prestataire sera amené à « rapprocher les données de façon itérative pour tester plusieurs hypothèses de résolution du problème posé ». En clair, il s’agira d’analyser les solutions possibles, en essayant de prédire à l’aide des données les résultats d’une réforme ou le potentiel d’une innovation sur des périodes pouvant aller jusqu’à 10 ou 15 ans.

Si les pouvoirs publics restent discrets sur les administrations demandeuses de telles analyses, l’appel d’offres mentionne quelques exemples de problèmes pouvant potentiellement être étudiés : « flux de demandeurs d’asile, nature des prestations à venir pour la dépendance, nouvelles solutions thérapeutiques, services numériques du futur, etc. »

Au moins 250 000 euros pour pousser la réutilisation des données publiques

Les candidats ont jusqu’au 21 septembre pour se manifester. Ceux-ci pourront prétendre à au moins 250 000 euros d’argent public TTC (il s’agit d’un marché sans plafond), qu’il faudra éventuellement se partager si plusieurs sociétés sont sélectionnées. L’Administrateur général des données entend quoi qu’il en soit que les prestataires retenus se mettent rapidement au travail, puisqu’une réunion de lancement devrait avoir lieu dans les 10 jours suivant la notification du marché.

La passation à venir de ce marché permet de souligner qu’en dépit des quatre « data scientists » travaillant depuis la fin 2014 avec Henri Verdier, l’Administrateur général des données, ce dernier estime avoir malgré tout besoin de renforts. Cela montre surtout que l’État continue de chercher à ce que le mouvement d’Open Data trouve des applications concrètes, comme l’ont récemment illustré les 2,5 millions d’euros alloués en ce sens dans le cadre des investissements d’avenir (voir notre article). 

22 commentaires
Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 05/08/15 à 18:00:52

Les choses sérieuses commencent :bravo:

Édité par ColinMaudry le 05/08/2015 à 18:01
Avatar de Gigatoaster INpactien
Avatar de GigatoasterGigatoaster- 05/08/15 à 18:46:50

Euh vous connaissez des acteurs du monde autre que privé capable de répondre à cet AO? (vraie question)

Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 05/08/15 à 18:56:40

Non, effectivement, ce genre d'appel offre est réserver à des entreprises privées. La nouveauté que décrit cet article, c'est qu'avant, l'AGD recrutait des talents dans son équipe (les quatre data scientists).

Maintenant, il externalise. Dans l'absolu, ce n'est peut-être pas la première fois qu'il externalise, mais sans doute la première fois pour un marché de cette taille.

Édité par ColinMaudry le 05/08/2015 à 18:57
Avatar de Z-os INpactien
Avatar de Z-osZ-os- 05/08/15 à 19:51:03

Les flux de demandeurs d'asile, je suis un peu dubitatif sur la possibilité d'obtenir des infos autre que des statistiques grossière. ??

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 05/08/15 à 19:53:50

il s’agira d’analyser les solutions possibles, en essayant de prédire à l’aide des données
Ou autrement dit de la modélisation. Quand on voit les piètres résultats des modélisations économiques par les instituts publics français, on ne peut que se réjouir de voir confier à des acteurs privés le soin de faire le boulot des guignols au pouvoir.

Cependant cela augure du pire si les politiques se servent de ces 'résultats' comme substitut à une 'réflexion' politique (même une de faible niveau est préférable) ou pour se défausser à bon compte après un échec probable suite à ladite 'réflexion' (le cas général).

Les prévisions des systèmes complexes restent difficiles à établir ou à se réaliser quand elles le sont, et ce n'est pas 250K malheureux € qui y changeront quelque chose : l'état de la Science en la matière n'est simplement pas assez avancé pour le moment, à supposer qu'il le soit assez un jour, ce qui n'est pas démontré.

Édité par tmtisfree le 05/08/2015 à 19:56
Avatar de Ewil INpactien
Avatar de EwilEwil- 05/08/15 à 19:56:58

Gigatoaster a écrit :

Euh vous connaissez des acteurs du monde autre que privé capable de répondre à cet AO? (vraie question)

Les thématique de recherche de mon labo sont en plein dans ce qui est demandé. On fait ça depuis pas mal de temps et de nombreux projets (ANR ou H2020) trempent la dedans :)

Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 05/08/15 à 21:42:25

Le boulot du prestataire n'est pas seulement de livrer des prédictions, mais aussi d'expliquer comment les intégrer au processus de décision.

En gros, il ne s'agit pas de les utiliser comme un oracle, mais de se dire 'telles données disent ça', que disent nos autres sources d'information ? Y a t-il (ou non) une corrélation ?

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 05/08/15 à 21:54:49

Les bases de la psycho-histoire?😰

Avatar de Bejarid INpactien
Avatar de BejaridBejarid- 05/08/15 à 22:41:52

L'age sombre arrive, vite barrons-nous nous barricader sur une planète lointaine _o/
 
Tu m'étonnes que les politiques soient interessés pour savoir quand est-ce qu'il faut se barrer pour pas se faire rattraper par ses casseroles :D

Édité par Bejarid le 05/08/2015 à 22:43
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 05/08/15 à 23:13:02

Anticiper, à l’aide des données, les impacts potentiels d’une politique publique

Avant: "Le gouvernement va lancer un plan d'envergure dont le montant est estimé à 7 milliards sur 5 ans, qui générera 12 milliards de bénéfices sur 12 ans. L'opposition conteste ces chiffres et parle d'un cout de 15 milliards pour un bénéfice presque nul, estimant que cet argent serait mieux employé autrement"

Après: "Le gouvernement va lancer un plan d'envergure dont le montant est estimé à 6.789 milliards sur 5 ans, qui générera 11.914 milliards de bénéfices sur 12 ans. L'opposition conteste ces chiffres et parle d'un cout de 15 milliards pour un bénéfice presque nul, estimant que cet argent serait mieux employé autrement"

:yes:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3