Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Loi Renseignement : « un rendez-vous manqué avec l’histoire » selon l’AFA (Orange, Google, etc.)

RDV à la CJUE ?
Droit 2 min
Loi Renseignement : « un rendez-vous manqué avec l’histoire » selon l’AFA (Orange, Google, etc.)
Crédits : dvanzuijlekom (CC BY-SA 2.0)

La validation de la quasi-totalité des articles de la loi sur le renseignement par le Conseil constitutionnel a suscité les « regrets » de l’AFA, l’association des fournisseurs d’accès et de services Internet. L'association n'a pas été avare de critiques à cette occasion.

Dans un communiqué publié sur son site, l’association regrette notamment la validation des boîtes noires, ces outils de détection des potentielles menaces terroristes à l’aide d’algorithmes. Une telle mesure « ouvre la voie à une surveillance de masse » anticipent ses membres, à savoir Orange, Bouygues Télécom, Facebook, Microsoft, SFR ou encore Google.

Sont également épinglées les nombreuses finalités qui permettent de justifier le déploiement des outils de techno-surveillance, ou encore « les longues durées de conservation des données, les insuffisances du droit au recours ou encore les limites aux prérogatives de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) ». Toutes ces mesures n'ont pas trouvé l'ombre d'un reproche du côté des neuf sages.

Confiance, transparence et compétitivité du numérique en France

Ce qui inquiète finalement l’AFA, c’est que cet épisode « risque d’affecter la confiance et la transparence dans le numérique et, par conséquent, de fragiliser la compétitivité de la France dans ce secteur porteur de croissance et d’emplois ». Plus lourdement, cette décision « constitue un rendez-vous manqué avec l’histoire : le Conseil constitutionnel n’a en effet pas saisi l’opportunité de rendre une décision qui aurait pu fonder les nouveaux grands principes de liberté qu’appelle l’ère du numérique. »

Si on peut être surpris du manque de réaction de la Fédération française des télécoms, signalons celle du Syndicat de la magistrature pour qui « la déraison d’État a fait son chemin jusque sous la plume du Conseil constitutionnel ». La Quadrature du net analyse « un recul historique des droits fondamentaux » en France. Et Amnesty International qui craint pour sa part que « de larges franges de la population française [puissent] bientôt se retrouver sous surveillance pour des motifs obscurs, sans même qu'un juge ait donné son accord ».

Sur son site, dans un billet publié quelques instants après la décision, rendue jeudi dernier à 22h30, le député PS Jean-Jacques Urvoas, rapporteur du texte, s'est voulu rassurant : « les zones d’ombres sont maintenant dissipées et les craintes qui ont pu s’exprimer viennent de trouver la solide et rassurante réponse du Conseil Constitutionnel. »

61 commentaires
Avatar de kleenec INpactien
Avatar de kleeneckleenec- 29/07/15 à 12:42:52

La "solide et rassurante réponse du Conseil Constitutionnel"? Il pousse fort le monsieur, là.

 

Édité par kleenec le 29/07/2015 à 12:44
Avatar de Altair31 Abonné
Avatar de Altair31Altair31- 29/07/15 à 12:47:11

Maintenant on va voir si ceux qui sont contre l'Europe et contre ce texte changent d'avis sur l'Europe.

Avatar de Davco INpactien
Avatar de DavcoDavco- 29/07/15 à 12:48:34

Ce n'est pas trop dur d'écrire des articles le jour de la sortie d'un nouveau Windows, Marc ? :D

Ce n'est pas un peu gonflé de la part d'Orange qui voulait ou qui colle un soupçon de DPI chez ses abonnés, non ?

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 29/07/15 à 12:50:35

Maintenant la question est de savoir si les opérateurs qui critiquaient le texte tels OVH, suivront leurs propos et se casseront de la France?
 

 

Avatar de renaud07 INpactien
Avatar de renaud07renaud07- 29/07/15 à 12:50:51

La même.

Sinon je ne sais pourquoi mais j'ai l'impression que le CC n'est pas si indépendant qu'on pourrait le penser, y'a du avoir des pressions pour ne censurer qu'un minimum de texte...

Édité par renaud07 le 29/07/2015 à 12:54
Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 29/07/15 à 12:51:29

js2082 a écrit :

Maintenant la question est de savoir si les opérateurs qui critiquaient le texte tels OVH, suivront leurs propos et se casseront de la France?

OVH est déjà revenu sur sa parole il y a pas mal de temps.

Avatar de Jean_Peuplus INpactien
Avatar de Jean_PeuplusJean_Peuplus- 29/07/15 à 12:52:35

« les zones d’ombres sont maintenant dissipées et les craintes qui ont pu s’exprimer viennent de trouver la solide et rassurante réponse du Conseil Constitutionnel. »

J'adore constater à quel point le cynisme de la classe politique ne connait aucune limite.

Avatar de Jhorblocks INpactien
Avatar de JhorblocksJhorblocks- 29/07/15 à 13:04:43

Parce qu'ils ont gobé ce que leur a dit le gouvernement

Avatar de trash54 Abonné
Avatar de trash54trash54- 29/07/15 à 13:06:23

:popcorn:

Avatar de Spidard INpactien
Avatar de SpidardSpidard- 29/07/15 à 13:06:54

« les zones d’ombres sont maintenant dissipées et les craintes qui ont pu s’exprimer viennent de trouver la solide et rassurante réponse du Conseil Constitutionnel. »
j'ai cru à une ironie d'un auteur quelconque (j'ai lu l'article en diagonale) et failli applaudir. Puis j'ai vu l'auteur de la citation :craint: Il pense vraiment ce qu'il a dit ? "Rassurante" n'est vraiment pas la bonne option...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7