David Guetta pas opposé au piratage de ses albums

Le Guetta pend
Droit 2 min
David Guetta pas opposé au piratage de ses albums
Crédits : Avarty Photos (CC BY-SA 2.0) Flickr

Si les maisons de disques ferraillent dur pour enrayer le téléchargement illégal des albums de leurs stars, celles-ci ne sont pas forcément toujours convaincues de l'efficacité de cette stratégie... David Guetta, le célèbre DJ français, considère ainsi que le piratage lui permet d’attirer davantage de monde lors de ses concerts.

« S’il n’y avait pas de piratage, comment pourrais-je vendre 20 000 [places de concert] chaque jour au Brésil ? Est-ce grâce aux albums que nous vendons en magasin ? Bien sûr que non. » Voilà la réponse qu’a donné David Guetta à une journaliste de BBC World qui l’interrogeait il y a plusieurs jours à propos du téléchargement illégal (et repérée par TorrentFreak). Une façon de faire entendre que les pratiques illicites de certains internautes favorisent finalement la promotion des œuvres d’un des artistes français les plus populaires en dehors de l’Hexagone.

« Je veux juste que les gens aient accès à ma musique » a affirmé David Guetta, sous-entendant une nouvelle fois qu’il n’était pas contre le piratage de ses titres. « Bien sûr, j’aimerais que chaque personne qui écoute ma musique m’envoie un petit chèque, ce qui ferait de moi une personne très riche – ce serait formidable –, mais en même temps, c’est impossible... » a-t-il reconnu (même si le groupe Radiohead avait tenté l’aventure en 2007). Avant de conclure : « On ne peut pas lutter contre le progrès, il vaut donc mieux l’embrasser ! »

Si cette position n’est pas une grande surprise, le DJ ayant déjà tenu des propos similaires en 2011, on remarque que celle-ci est partagée par d'autres artistes français. « On n’est pas pour [le piratage] mais on pardonne amplement » nous expliquait par exemple Nicolas Boisnard, du groupe Archimède. Lui aussi disait constater que cela permettait d’attirer plus de monde lors des concerts. 

Les organisations d’ayants droit qui représentent les maisons de disques et producteurs n’ont cependant pas toujours le même point de vue que leurs artistes. Warner Music, qui a sorti le dernier disque de David Guetta, fait par exemple partie de la SCPP, association qui dénonce chaque jour à la Hadopi des milliers d'adresses IP d’abonnés suspectés d’avoir téléchargé illégalement des titres musicaux sur les réseaux peer-to-peer, parmi lesquels se trouvent très probablement des chansons de David Guetta. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !