Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Rachat de Bouygues Telecom : les priorités de Manuel Valls, les engagements de Numericable-SFR

Et le message de confiance d'Olivier Roussat
Economie 5 min
Rachat de Bouygues Telecom : les priorités de Manuel Valls, les engagements de Numericable-SFR

Après une proposition d'achat déposée par Altice en partenariat avec Iliad (Free), Manuel Valls évoquait hier ses priorités sur ce dossier. Dans le même temps, le directeur général de Numericable-SFR se voulait rassurant, tandis que le PDG de Bouygues Telecom adressait un « message de confiance » à ses employés.

Les priorités de Manuel Valls, mais quid du pouvoir d'achat ?

Alors que le Conseil d'administration de Bouygues Telecom doit se réunir aujourd'hui afin d'étudier l'offre de rachat « non sollicitée » d'Altice, Manuel Valls entrait hier après-midi dans la danse des déclarations afin d'exprimer ses conditions. Comme le rapportent nos confrères de l'AFP, ses priorités pour le secteur « sont claires : c’est l’emploi, qui doit être préservé et développé ; l’investissement (...) parce qu’il faut couvrir tout le territoire avec le déploiement de la fibre, la 3G sur tout le territoire d’ici la fin 2016 ; la vente des fréquences pour développer la 4G ; l’innovation parce qu’il faut investir dans l’avenir et évidemment la qualité de service pour le consommateur. »

On notera tout de même qu'il s'agit surtout ici de points à la charge de l'opérateur, mais que la question du pouvoir d'achat et des prix des forfaits est complètement mise de côté. Elle n'est ainsi pas du tout évoquée dans la déclaration de Manuel Valls, alors même que, comme nous avons pu l'évoquer à plusieurs reprises, les prix de la marque au carré rouge ont augmenté à différents niveaux depuis son rachat. De quoi inquiéter les clients de Bouygues Télécom qui propose des tarifs très attractifs sur le fixe et des forfaits relativement intéressants sur le mobile ?

Numéricable-SFR se veut rassurant

Eric Denoyer, directeur général de Numericable-SFR, était pour sa part l'invité des Échos afin d'évoquer l'offre de rachat déposée par son groupe, mais aussi pour répondre aux inquiétudes du Premier ministre : « Notre projet les respecte : poursuivre l’investissement, accélérer l’innovation, continuer d’améliorer la qualité de service, préserver l’emploi et acheter les fréquences 700. Patrick Drahi rencontrera le ministre de l’Économie ce soir afin de poursuivre le dialogue. » précisait-il, sans détailler la manière dont il compte s'y prendre pour arriver à ses fins, et notamment pour faire cohabiter deux entreprises très proches au sein d'un même groupe, avec beaucoup de synergies, sans sabrer dans les effectifs. 

Concernant les investissements, le directeur général joue la carte du plan très haut débit (voir notre analyse) : « Notre objectif est de délivrer le meilleur service et le meilleur débit aux consommateurs. Pour cela, nous devons investir. D’ores et déjà, nous prenons l’engagement de porter notre effort de déploiement dans la fibre à 20 millions de prises d’ici à 2020, contre 15 millions annoncés jusqu’à présent (12 millions en 2017). Soit 5 millions de prises supplémentaires en FTTH (fibre jusqu’à la maison) dans des zones moins denses. Cela permettra de mobiliser moins d’argent public pour atteindre l’objectif gouvernemental d’une couverture complète du territoire d’ici à 2022 ». Une manière de souffler le chaud et le froid avec un gouvernement qui pousse le plan THD, mais qui craint certains effets d'un retour à trois opérateurs.

Bien évidemment, et comme l'avait déjà annoncé Patrick Drahi à l'Assemblée nationale, Numericable-SFR sera toujours candidat à l'obtention des fréquences 700 MHz, et ce, quel que soit l'issue de cette offre. Mais avec une partie du portefeuille des fréquences de Bouygues Telecom ou de Numericable-SFR qui irait à Free Mobile en cas de rachat, et les modalités actuelles de mises en vente, les enchères pourraient rapidement prendre fin avec un retour à trois opérateurs. De plus, la limite totale de 30 MHz par opérateur pour les fréquences basses (700, 800 et 900 MHz) serait probablement un frein important à la montée des enchères, ce qui entrainerait un manque à gagner pour le gouvernement.

Le « message de confiance » d'Olivier Roussat à ses troupes

Bouygues Telecom n'a pour le moment pas donné de suite à cette demande et il faudra attendre la fin du Conseil d'administration de Bouygues organisé ce jour pour en savoir plus. Mais une lettre interne a été envoyée par Olivier Roussat à certains de ses collaborateurs afin de leur adresser un message de confiance, qui reste pour le moment assez vague. Il n'est ainsi pas clairement indiqué qu'un refus sera opposé à cette proposition de rachat, puisque ce choix relève du Conseil d'administration :

« Comme il a été spécifié, il s’agit d’une offre non sollicitée et il n’existe par ailleurs aucune négociation ni discussion entre le groupe Altice et le groupe Bouygues.

Je souhaite vous redire toute la confiance qu’avec le comité de direction générale, je place dans la stratégie de l’entreprise et dans les choix que nous avons faits avec le plein soutien des actionnaires, dans l’intérêt de nos clients et de l’entreprise. Ces choix permettront à Bouygues Telecom de continuer à exercer son rôle spécifique sur le marché français : permettre à tous de profiter à plein de la vie numérique.

Je veux donc vous délivrer un message de confiance. L’entreprise a besoin, particulièrement ces jours-ci, de votre implication et de votre sang froid. Vous pouvez compter sur ma détermination absolue et celle du comité de direction générale à conduire l’entreprise pour lui permettre de réaliser jour après jour sa mission. »

Reste maintenant à voir quelle sera la décision annoncée dans la journée, qui ne signera pas forcément la fin des discussions. Si Bouygues souhaite se séparer de sa branche télécom, il s'agit d'une offre qui prête à réfléchir puisqu'il est question de plus de 10 milliards d'euros, alors que la capitalisation du groupe Bouygues dans son ensemble était de 11,3 milliards d'euros, avant qu'elle ne passe à quasiment 13 milliards depuis le dépôt de l'offre d'Altice. Bouygues pourrait néanmoins être tenté de faire monter les enchères. 

67 commentaires
Avatar de detlef INpactien
Avatar de detlefdetlef- 23/06/15 à 08:35:35

si ça vire comme SFR, j’attends l'augmentation des tarif et je résilie de suite, à contre cœur malheureusement car je paye actuellement 40€/mois pour 10Go de data, avec un abonnement spotify et microsoft office 365 compris ... ce qui au final ne me reviens pas excessivement cher, et vus ce que devient SFR, ça n'augure rien de bons

Avatar de Konoe INpactien
Avatar de KonoeKonoe- 23/06/15 à 08:39:02

Je pense, et surtout j'espère que Bouygue ne lâchera pas tout uniquement pour un gros chèque.
 Même si la fusion entre Numérilag SFR et Bouygue créerai sans doute un opérateur téléphonique avec une couverture réseau absolument géante, quid du service clientèle et comme indiqué si bien dans l'article du prix des forfaits qui se sont vu rajouté des "options" obligatoire à la pelle chez SFR et donc faire monter le prix des forfaits comme pas croyable, à la limite de l’indécence pour rattraper leurs investissements.
 
 Si Bouygues se fait racheter par ce trou noir de la téléphonie, j'aurais très vite faits d'aller chez Orange, voir peut-être même free.
 
 Bouygue est en train de se refaire de fond en comble, et je trouve que ça marche plutôt bien. Ca serait vraiment très con de laisser tomber cette reconstruction qui s'est amorcée uniquement pour satisfaire le porte-feuille du PDG et la mégalomanie d'altice.

Avatar de Jean-Luc Skywalker Abonné
Avatar de Jean-Luc SkywalkerJean-Luc Skywalker- 23/06/15 à 08:48:22

Donc si je comprend bien, dans le secteur des télécoms avec ses équipementiers étrangers, le pouvoir d'achat des français n'est pas prioritaire, par contre pour les Grandes Surfaces on n'hésite à presser les agriculteurs et multiples PME françaises comme des citrons au nom de ce même pouvoir d'achat.

Et tout ça pour engraisser un milliardaire qui ne vit pas en France, ne paye pas ses impôts en France, et bien sûr prend soin de compresser les coûts par tous les moyens. Sans parler des actionnaires étrangers des autres boîtes.

Bref, tout va bien en France, continuez comme ça.

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 23/06/15 à 08:50:16

Quand je lis les différentes déclarations, j'ai l'impression que le principe de l'offre est accepté, reste plus qu'à paufiner les détails.

Avatar de Vilainkrauko Abonné
Avatar de VilainkraukoVilainkrauko- 23/06/15 à 08:52:08

SI ca se fait, cet achat va être fait a l'aide d'une LBO ? :roll:
 

 Finalement on n'est pas si mal chez l'agrume ...
 

 PS : Note pour moi même ... dépêche toi de changer ton forfait téléphonique sacré grand singe !!!!

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 23/06/15 à 08:52:59

Konoe a écrit :

 Même si la fusion entre Numérilag SFR et Bouygue créerai sans doute un opérateur téléphonique avec une couverture réseau absolument géante

Et non ! Dans la même opération, il revend le réseau Bouygues à Free. On se retrouve donc avec tous les clients SFR et Bouygues sur le seul réseau SFR. Implosion du réseau garantie !
 

Avatar de Jean-Luc Skywalker Abonné
Avatar de Jean-Luc SkywalkerJean-Luc Skywalker- 23/06/15 à 08:55:13

Dire qu'il suffirait d'une guerre des prix ou une nouvelle crise financière pour envoyer ce drahi vivre sous les ponts :)

Avatar de Jean-Luc Skywalker Abonné
Avatar de Jean-Luc SkywalkerJean-Luc Skywalker- 23/06/15 à 08:57:46

Bon la question maintenant : que ferait Bouygues d'un chèque de 10 milliards ?

Avatar de Minikea INpactien
Avatar de MinikeaMinikea- 23/06/15 à 09:01:39

une partie seulement. quelques bandes de fréquences pour pas que l'ARCEP râle.

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 23/06/15 à 09:03:27

Jean-Luc Skywalker a écrit :

Dire qu'il suffirait d'une guerre des prix ou une nouvelle crise financière pour envoyer ce drahi vivre sous les ponts :)

En gros, si Orange décide de sacrifier ses marges, il peut détruire et Free et Numéricable :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7