Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

[Critique geek] Maggie : Schwarzy touchant... dans un film de zombies

Voilà Maggiiiiiiiiiiiie
[Critique geek] Maggie : Schwarzy touchant... dans un film de zombies

Parfois, il arrive que l'on se fasse surprendre par une bande-annonce, avec un film qui opte pour un angle et des choix auxquels nous ne nous attendions pas. Avec Maggie, on nous promet de traiter le sujet des zombies de manière presque intimiste. Nous avons voulu voir si le pari était réussi.

Si cela fait bien longtemps que les zombies font recette, on assiste depuis quelques années à un retour du phénomène sur le devant de la scène, notamment sous l'impulsion du succès de The walking dead. Au-delà de la bande-dessinée, c'est d'ailleurs la série diffusée par HBO (OCS en France) qui fait désormais référence pour le grand public. Et si tout a déjà été essayé ou presque en matière de revenants, nous ne sommes jamais à l'abri d'une tentative qui sort des sentiers battus. C'est l'impression que nous avais donné Maggie lorsque nous avions découvert sa bande-annonce pour la première fois.

Schwarzy ne protège pas que Sarah Connor

Il faut dire qu'elle avait de quoi interpeller. On y trouvait un Arnold Schwarzenegger en père aimant, cherchant à protéger une fille en pleine zombification, le tout avec un rythme et un parti pris dans le traitement du sujet qui n'ont rien à voir avec les productions plutôt bourrines qui mettent en scène notre ex-Gouverner de Californie. De quoi nous donner envie d'aller voir cette première réalisation signée Henry Hobson, ne serait-ce que par curiosité, alors que nous sentions que l'expérience allait être soit géniale, soit décevante.

Maggie, c'est donc l'histoire d'un monde en pleine descente d'apocalypse suite à la propagation d'un virus : le Necroambulist. Sa particularité ? Faire entrer votre corps dans une sorte de décomposition et aiguiser certains de vos sens de manière à ce que vous sentiez vos congénères comme s'ils étaient de grosses brochettes sur pattes... dans lesquelles vous rêvez de croquer. Mais ici, pas question d'une transformation rapide, l'incubation est de plus ou moins six semaines, selon la résistance des sujets. Un choix qui aura toute son importance.

Épidémie de zombie : et si l'on s'en tirait assez bien pour devoir le gérer au quotidien ?

Alors que les institutions sont complètement dépassées, chacun tente d'apprendre à vivre avec cette situation. C'est notamment le cas de Wade Vogel, un fermier bourru, mais tendre, presque taiseux, dont la fille a été contaminée. Un enfant d'autant plus cher à ses yeux qu'il est le seul vestige de sa précédente femme, décédée. Grâce à ses relations, notre bonhomme va donc pouvoir ramener sa fille chez lui avant que son cas ne mérite une mise en quarantaine.

Le film nous propose alors non pas d'imaginer la transformation d'une bonne partie de la population mondiale comme une survie permanente où la seule préoccupation serait de casser du zombie en évitant de se faire trahir par un autre être humain. Mais plutôt d'imaginer ce qu'il se passerait si l'humanité n'était non pas ravagée, mais arrivait à peine à sortir la tête de l'eau. La bataille prend alors plutôt la forme d'une longue résistance et d'un besoin de réadaptation complet, notamment pour ce qui est de notre façon de considérer ces proches, potentiellement dangereux, qui ont déjà un pied dans la tombe, mais que l'on peut voir vivre à nos côtés presque comme si de rien n'était.

Un angle qui rappelle un peu la mini-série In the flesh, mais qui est traitée avec une certaine poésie. Une façon de faire qui se retrouve tant dans l'image que dans le ton ou le rythme du film, où silences et belles images ont toute leur place. L'ensemble est plutôt aidé par le duo d'acteur principal parfaitement dans son rôle, et l'on se retrouve à se faire surprendre par un Schwarzenegger  plutôt bon dans un tel registre, souvent touchant.

Une bonne idée et de belles images ne font pas forcément un bon film

Pour autant, le film peine à convaincre. Des silences, certains retiendront une tendance à l'ennui. La poésie des images semble aussi être un prétexte pour éviter au scénariste d'avoir à creuser son sujet. Ainsi, alors que le concept de départ est plutôt prometteur, tout est traité en surface. Le contexte, la gestion des malades, l'entourage de la famille. Si plusieurs scènes nous font toucher du bout des doigts ces problématiques, c'est pour mieux passer rapidement à autre chose. De quoi laisser un petit arrière-goût, celui de l'acte manqué.

Si Maggie arrive parfois à faire naître un léger suspens, on est souvent assez peu étonné par les quelques évènements que l'on nous donne à se mettre sous la dent. Ainsi, un peu comme ces zombies en recherche de chair fraiche, au bout des 95 minutes que dure le film, on reste sur notre faim.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, Maggie a droit à une note de 2,6 chez Allociné et de 5,8 chez IMDb. Le film n'est pas encore disponible en précommande.

48 commentaires
Avatar de Maicka INpactien
Avatar de MaickaMaicka- 30/05/15 à 16:15:28

Je l'ai vu j'ai détesté ce Maggie.

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 30/05/15 à 16:19:26

J'ai déjà dis dans une autre  news... J'ai commencé à regarder Maggie et n'ai pas vu le tiers restant tant je me suis ennuyé et que chaque scènes est prévisible.
 
Définitivement, les films qui traitent les zombis, ce n'est plus mon truc depuis un bon moment.

Avatar de Beginner INpactien
Avatar de BeginnerBeginner- 30/05/15 à 16:22:49

goodwhitegod a écrit :

J'ai déjà dis dans une autre  news... J'ai commencé à regarder Maggie et n'ai pas vu le tiers restant tant je me suis ennuyé et que chaque scènes est prévisible.
 
Définitivement, les films qui traitent les zombis, ce n'est plus mon truc depuis un bon moment.

Donc tu es sorti de la salle de cinéma en cours de séance? :roll:

Avatar de inso INpactien
Avatar de insoinso- 30/05/15 à 16:29:08

Beginner a écrit :

Donc tu es sorti de la salle de cinéma en cours de séance? :roll:

Ou alors il a du voir ça en screener pourrave... dans les deux cas c'est très con... :/

Avatar de Flykz Abonné
Avatar de FlykzFlykz- 30/05/15 à 16:45:59

goodwhitegod a écrit :

  Définitivement, les films qui traitent les zombis, ce n'est plus mon truc depuis un bon moment.

Warm Bodies ?

Avatar de Arbishop INpactien
Avatar de ArbishopArbishop- 30/05/15 à 17:01:03

Le film est bien différent des autres films de zombie, ca surprend qd mm 
 
 PS :  Schwarzy n'a jamais été sénateur mais gouverneur de Californie
 
 

Avatar de anonyme_c81656a6914322f787aebc9dfc4d2ae4 INpactien

Je me suis fait chier comme un rat mort.
 

 Attendre pendant 1h30 interminables (en sortant j'étais persuadé que le film avait duré 2h) la mort inéluctable d'une ado dans un monde post-apo déprimant et sans espoir, la prochaine fois pour passer une bonne soirée je regarderai un documentaire sur la shoah...

Édité par Nathan1138 le 30/05/2015 à 17:38
Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

il faut aller voir des films d'action dans ce cas :langue:
(merci pour le spoiler, même si on s'en doutais avec la bande annonce)

Édité par joma74fr le 30/05/2015 à 18:18
Avatar de Davco INpactien
Avatar de DavcoDavco- 30/05/15 à 18:28:11

Schwarzy vire tafiole, infoutu de canarder du zombi, tout fout'l'camp :fumer:

Avatar de anonyme_c81656a6914322f787aebc9dfc4d2ae4 INpactien

joma74fr a écrit :

(merci pour le spoiler, même si on s'en doutais avec la bande annonce)

J'ai pas dit que c'est ce que arrivait. J'ai dit que c'est ce qu'on attendait...

Édité par Nathan1138 le 30/05/2015 à 18:37
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5