Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

[Critique geek] À la poursuite de demain, ou Terminator pour les enfants

Casey Newton is the new Sarah Connor
[Critique geek] À la poursuite de demain, ou Terminator pour les enfants

Alors que Terminator : Genisys arrive dans les salles cet été, Disney nous livre de son côté À la poursuite de demain. Un film dans lequel notre planète se destine à un avenir funeste, et où Georges Clooney va devoir batailler contre des robots tueurs afin d'aider une adolescente équipée d'une casquette et d'un pin's à tous nous sauver... 

Imaginez un film dans lequel on ne retrouverait rien de moins que Dr House (Hugh Laurie), Mr Nespresso (Georges Clooney), Angie McAlister de la série Under the dome (Britt Robertson), ou encore Andy Bellefleur de True Blood (Chris Bauer). Cela vous tente n'est-ce pas ? Ne serait-ce que par curiosité. Maintenant, imaginez que le pitch de ce film soit celui-ci : 

« Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune... Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !  »

Rajoutez un zest de robots tueurs, une pincée de voyages inter-dimensionnels et une bonne louche de refonte de l'histoire de ces 200 dernières années à la sauce « société secrète de scientifiques idéalistes ». Vous avez envie d'en savoir plus non ? C'est exactement pour cela que nous avons décidé d'aller voir À la poursuite de demain cette semaine, alors que d'autres se seront sans doute rués sur Naruto the last.

Sauver le monde d'une fin atroce causée par une humanité perdue : attention au piège 

Produit par les studios Disney, qui ne chôment décidément pas ces derniers temps, et réalisé par Brad Bird (Mission : Impossible - Protocole fantôme, Ratatouille, Les indestructibles), ce film nous promettait dans sa bande-annonce de nous conter l'histoire de Casey, une jeune fille qui allait devoir rien de moins que sauver un monde qui court à sa perte, alors que les meilleurs scientifiques de la planète sont partis se planquer dans une réalité alternative afin de mettre l'ensemble de leurs forces en commun.

Un sujet complexe à traiter, tant on peut rapidement tomber dans la leçon de morale facile ou, à l'inverse, l'optimisme fou en mode « Yakafokon ». Mais pour éviter de verser dans l'un de ces extrêmes, le film en joue, en mettant en scène un duo de personnage Casey et Frank, et ce dès la scène d'ouverture, dont on ne comprendra l'intérêt (et la longueur un peu lourde) que plus tard dans l'aventure. Il se repose aussi de manière récurrente sur une vieille métaphore : celle de nos deux loups intérieurs, et celui qui finit par l'emporter en fonction de nos choix. 

Un film aussi pensé pour les produits dérivés...

Car c'est bien de cela dont il est finalement question : notre volonté, notre capacité à nous battre pour agir sur notre destin et à ne pas nous laisser abattre afin d'éviter l'inéluctable. Mais bien entendu, tout cela se fait à la sauce Disney. On remarquera d'ailleurs que l'autopromotion est assez présente dans le film. Plusieurs scènes font référence aux parcs d'attractions du groupe, et notamment à « Tomorrowland ».

Un nom qui est à la fois le lieu où se retrouvent les scientifiques qui a donné son titre anglais au film, et un ensemble de manèges présent dans tous les Disneyland (sans lien avec un fameux festival) du fait de l'intérêt de Walt Disney pour « le futur ». Une connexion qui permet cette mise en avant, et qui sert au passage la communication autour du film.

A la poursuite de demain
Crédits : Disney

Une porte secrète est d'ailleurs cachée dans le fameux « It's a small world » et sa musique impossible à vous sortir de la tête. Pour vous rendre dans l'univers alternatif en un clin d'œil ? Il vous faut un pin's, que l'on retrouve déjà sous la forme de produits dérivés. Car en avoir un ou en distribuer, c'est être l'acteur d'un futur meilleur, constamment représenté dans le film par des enfants. Les adultes, eux, sont soit de simples figurants, soit des personnages désabusés... soit une horde de robots tueurs à la solde d'un Gouverneur devenu despote.

... qui manque de richesse (mais pas d'ingéniosité)

Côté casting d'ailleurs, comme souvent avec Disney, c'est assez complet, tant au niveau des têtes d'affiche que des seconds rôles. Et si tout le monde est à sa place, on a tout de même un peu de mal à se laisser emporter par qui que ce soit, même par un George Clooney tantôt mi-grognon mi-tendresse. On retiendra tout de même la jeune Raffey Cassidy, qui campe ici une Athéna recruteuse aussi attachante que réussie.

Autre point qui nous a chagrinés : le manque de profondeur de l'ensemble. Si certains personnages sont travaillés, on reste tout de même relativement en surface pour de nombreux éléments. Que ce soit le personnage du Gouverneur, le monde créé par les scientifiques, son évolution, leurs motivations, la raison de l'existence des robots à l'apparence humaine, etc. On attendait tout de même un peu plus d'une production signée Disney.

À l'inverse, les effets spéciaux sont plutôt réussis et l'on ne peut que se régaler devant certaines scènes où l'ingéniosité prend toute sa place, notamment dans une bataille entre Frank et des robots qui cherchent à l'éliminer dans une maison... pleine de surprises inspirées tantôt par Le Cube, tantôt par Stargate.

A la poursuite de demain
Crédits : Disney

Un Terminator à la Disney

Quoi qu'il en soit, l'ensemble nous a finalement fait penser à un autre film à succès (dont un nouvel opus sort bientôt) : Terminator. En effet, on retrouve une bonne partie des éléments de base de la saga : un futur prédéterminé et apocalyptique, un monde qui court à sa perte sans que personne n'y fasse rien, une double temporalité dans le récit, des robots qui œuvrent pour que tout se passe comme prévu, mais aussi d'autres qui se découvrent un semblant d'humanité et vont aider nos héros dans leur quête qui n'a, sur le papier, aucune chance de réussir. Sur le fond, seul le rôle des machines dans la fin de l'humanité diffère.

On appréciera néanmoins que là aussi, la technologie ne soit pas vue comme LA façon de sauver le monde, ce que l'on pouvait craindre à la vue de la bande-annonce. Elle est ainsi présentée comme ce qu'elle est : un moyen qui peut être à la fois une grande chance, mais aussi un danger qui aggrave la situation. Pour sauver le monde, cumuler des connaissances et s'isoler pour se couper des problèmes de notre monde ne suffit pas, la réponse est présentée comme plus globale, et parfois dans les actions les plus simples, et le besoin de rêver un peu à un destin meilleur.

Un film appréciable à regarder en famille

Ainsi, même si À la poursuite de demain n'échappe pas totalement au piège de la leçon de morale, et si l'on regrette que Disney cherche un peu trop à se préparer un retour sur investissement hors des salles de cinéma, on appréciera que l'histoire arrive à nourrir une réflexion sur de nombreux aspects du sujet qu'il traite. À travers le personnage de Frank, et sa jeunesse, on pourra d'ailleurs s'interroger sur notre relation au futur, notamment dans un monde où tout évolue toujours plus vite et où la moindre nouveauté est rapidement considérée comme une « révolution », quelles que soient ses implications à long terme.

Mais plus important, le film réussi à mener cette réflexion tout en restant à la portée des plus jeunes. Si vous êtes parents, vous pouvez donc emmener toute la famille pour passer un bon moment. Vous ne verrez pas le film de l'année, mais ce sera l'occasion de voir qui nourrit quel loup, et de discuter un peu de notre avenir... et pourquoi pas d'expliquer à vos enfants les notions de base du marketing et du placement de produits dans les œuvres cinématographique en 2015.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, À la poursuite de demain a droit à une note de 3,3 chez Allociné et de 7,1 chez IMDb. Le film est d'ores et déjà disponible en précommande.

35 commentaires
Avatar de bigboss INpactien
Avatar de bigbossbigboss- 23/05/15 à 16:03:29

Il m'intéresse ce film, je vais aller le voir!

Par contre pour naruto the last, le seul intérêt du film est le générique de fin (magnifique et émouvant). Le reste est à jeter (avec une bonne parti de la fin de naruto à partir du conseil des 5 kages). 

Avatar de Desmaz Abonné
Avatar de DesmazDesmaz- 23/05/15 à 16:17:32

Je m'attendais à plus voir la ville de Tomorrowland, un peu déçu de ce côté la, sinon j'ai bien accroché, même si c'est un peu prévisible.

Je ne m'attendais pas à avoir "small small world" dans l'OST, je l'ai en tête depuis mercredi...

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 23/05/15 à 16:21:24

Disney, cet empire du mal :devil:

Avatar de Vanilys Abonné
Avatar de VanilysVanilys- 23/05/15 à 16:50:16

David, toutes mes confuses car ma question n'a rien à voir avec la choucroute, mais au bout de combien de temps un non-abonné peut-il lire les articles réservées aux abonnés ?
Je pensais que c'était 2 semaines, mais ça n'a pas l'air d'être le cas
(ex ici, inaccessible encore pour moi :http://www.nextinpact.com/news/93942-les-developpeurs-nouveau-c%C5%93ur-strategi...
Pas réussi à rertouver l'info sur le délai ...

Bon sinon, j'ai plus qu'une chose à faire : me reprendre un abonnement :D

Avatar de mononokehime INpactien
Avatar de mononokehimemononokehime- 23/05/15 à 16:51:58

A voir en VOST absolument pour éviter l'horrible voix française de George. Sinon c'est un Disney, c'est consensuel, ça se regarde surement sans trop réfléchir malgré Brad Bird a la barre.

Avatar de ThomasBrz Abonné
Avatar de ThomasBrzThomasBrz- 23/05/15 à 16:54:31

Ça demande plus de réflexion qu'un fast and furious 7

Édité par burroz le 23/05/2015 à 16:56
Avatar de ludo0851 INpactien
Avatar de ludo0851ludo0851- 23/05/15 à 16:57:19

Desmaz a écrit :

Je ne m'attendais pas à avoir "small small world" dans l'OST, je l'ai en tête depuis mercredi...

C'est vrai que ça donne une bonne raison de rater le début du film/donne moins de regrets de l'avoir ratée :transpi:
/me suis allé le voir sans avoir prêté attention au fait que c'était un film Disney, genre que je n'avais pas vu (ou avais évité) depuis des années. Avec Clooney et le pitch du film j'auras pas cru.

Au final on voit que c'est un film Disney : références aux licences de WDC, gags pour gosses à l'intérieur des scènes d'action, ambiance gentillette.

Mais au global le film est plutôt agréable, d'autant que certaines séquences ou certains persos m'ont fait penser à Bioshock Infinite.

EDIT:

mononokehime a écrit :

A voir en VOST absolument pour éviter l'horrible voix française de George. Sinon c'est un Disney, c'est consensuel, ça se regarde surement sans trop réfléchir malgré Brad Bird a la barre.

Je confirme, suis allé le voir avec un pote qui ne supporte pas la VO...je l'ai maudit + d'une fois pdt la projection

Édité par ludo0851 le 23/05/2015 à 16:58
Avatar de mononokehime INpactien
Avatar de mononokehimemononokehime- 23/05/15 à 17:07:27

Même pas sur... après on peut être surpris mais en voyant la bande annonce ça a l'air d'être de la SF assez classique voir meme un peu trop, je suppose que les ambitions d'origine était un peu plus importante que ça vu les noms au générique mais Disney est passé par la et a encore une fois fait du "trop" grand public. 

Avatar de Ler van keeg INpactien
Avatar de Ler van keegLer van keeg- 23/05/15 à 17:22:39

Des clins d'oeil à Stargate ?
A cause du président russe que l'on voit dans toute la bande annonce?

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 23/05/15 à 17:38:47

Tout dépend, au maximum c'est un mois (et pour les questions, c'est par ici plutôt que dans les commentaires)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4