Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La réforme du collège passe par la case numérique

Et non par la casse...
Droit 3 min
La réforme du collège passe par la case numérique
Crédits : PeopleImages/iStock

Alors que de nombreux enseignants ont fait grève hier pour manifester contre la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem, le gouvernement a publié aujourd’hui au Journal officiel le décret et l’arrêté entérinant ces changements dans l’organisation des enseignements. La réforme, qui entrera en vigueur à la rentrée 2016, passe comme prévu par la case numérique.

L’année prochaine sera particulièrement importante pour la plupart des établissements scolaires français. C’est en effet à la rentrée 2016 que doivent être lancés simultanément les nouveaux programmes de primaire et de collège, la refonte de l’organisation des enseignements du collège, ainsi que le plan pour le numérique à l’école (qui se concrétisera notamment par la fourniture de tablettes ou d’ordinateurs portables aux élèves de cinquième). Le tout tourne autour du fameux « socle commun de connaissances, de compétences et de culture », cet ensemble de savoirs que chaque élève devra systématiquement avoir acquis à la fin de sa période d'instruction obligatoire, à 16 ans.

Avec le décret de ce matin, il est expressément prévu que « le collège dispense à chaque élève, sans distinction, une formation générale qui lui permet d'acquérir, au meilleur niveau de maîtrise possible, le socle commun de connaissances, de compétences et de culture ». Comme nous avons déjà eu l’occasion de le détailler, seront ainsi au programme : la maîtrise des outils numériques (sources d’information sur Internet, édition de documents, utilisation des réseaux sociaux, etc.), ou bien encore la programmation informatique puisque les jeunes devront savoir « créer des applications simples ».

Des projets interdisciplinaires appuyés par les « outils numériques »

La véritable évolution portée par le texte du gouvernement concerne en fait l’organisation des cours. Le principe : un tronc d’enseignements communs semblable pour tous les élèves, auquel s’ajouteront des enseignements complémentaires, dont le contenu sera cette fois défini par chaque établissement. L’arrêté accompagnant le décret de ce matin vient ainsi préciser que ces enseignements complémentaires prendront la forme « de temps d'accompagnement personnalisé et d'enseignements pratiques interdisciplinaires ».

En termes de volumes horaires, il devrait en principe y avoir environ 26 heures d’enseignements par semaine : 22 heures pour les cours communs, plus 4 heures pour l’accompagnement personnalisé et les enseignements interdisciplinaires. Dispensés uniquement à partir de la cinquième, les enseignements interdisciplinaires se concrétiseront par des projets menés par petits groupes d’élèves, autour de huit thématiques en lien avec les programmes de différentes matières :

  • Corps, santé, bien-être et sécurité ;
  • Culture et création artistiques ;
  • Transition écologique et développement durable ;
  • Information, communication, citoyenneté ;
  • Langues et cultures de l'Antiquité ;
  • Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales ;
  • Monde économique et professionnel ;
  • Sciences, technologie et société.

À l’issue de sa troisième, chaque collégien devra avoir eu l’occasion de travailler sur au moins six de ces huit thématiques. L’arrêté insiste sur le fait que « les enseignements pratiques interdisciplinaires incluent l'usage des outils numériques et la pratique des langues vivantes étrangères ». On peut ainsi imaginer que les élèves devraient être amenés à créer des blogs d’information en anglais, des programmes informatiques en lien avec des inventions passées, etc.

volume cours JO
Volumes horaires d'enseignements applicables à partir de 2016 - Crédits : JORF

Restera maintenant une seule étape pour le gouvernement : adopter les nouveaux programmes pour l’école primaire et le collège – ce qui risque encore une fois de soulever de nombreuses oppositions... Les projets actuellement soumis à consultation auprès des enseignants font la part belle à la programmation informatique, puisqu’il est notamment question d’introduire un éveil progressif au code dès le CE1, ainsi que des cours obligatoires d’informatique et d’algorithmique à partir de la cinquième (pour en savoir plus, voir notre article). 

108 commentaires
Avatar de sum0 INpactien
Avatar de sum0sum0- 20/05/15 à 10:16:42

Si un département ne peux pas financer les outils numériques, comment les collèges vont ils faire? Les contribuables risquent encore de prendre cher :transpi:

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 20/05/15 à 10:31:33

Pour cette partie c'est plutôt pas mal, même si je sais que je vais le payer d'une manière ou d'une autre.

Avatar de madhatter Abonné
Avatar de madhattermadhatter- 20/05/15 à 10:31:55

Et à quel moment ce cher gouvernement prévoit de former ses enseignants au code afin qu'ils puissent l'enseigner...
Sachant qu'une majorité n'est déjà que très peu familiarisé avec l'outil informatique en général (faute de formation), ça risque d'être joli.

Enfin, comme à chaque réforme...

Avatar de Avygeil INpactien
Avatar de AvygeilAvygeil- 20/05/15 à 10:40:46

Ils pourront profiter qu'ils sont en grève contre cette réforme pour se former ^^ :troll:

Avatar de lysbleu INpactien
Avatar de lysbleulysbleu- 20/05/15 à 10:54:51

Les nouveaux enseignants sont tout de même formés (je ne dis pas que c'est fameux, mais de toute façon ils n'ont pas vocation à faire des collégiens des ingénieurs, ils ne sont là que pour les éveiller au code). Pour les autres, ils pourront toujours se former sur le net.

Avatar de Enoxya INpactien
Avatar de EnoxyaEnoxya- 20/05/15 à 10:58:35

lysbleu a écrit :

Les nouveaux enseignants sont tout de même formés (je ne dis pas que c'est fameux, mais de toute façon ils n'ont pas vocation à faire des collégiens des ingénieurs, ils ne sont là que pour les éveiller au code). Pour les autres, ils pourront toujours se former sur le net.

Joli :troll: mais on est pas encore vendredi...

Avatar de Aegis1383 INpactien
Avatar de Aegis1383Aegis1383- 20/05/15 à 11:11:07

Question : ces EPI seront-ils adaptés aux EIP ?

(j'aime les trouzmillions d'acronymes de l'Education Nationale :D)

(Pour info : EPI = Enseignements Pratiques Interdisciplinaires, EIP = Elèves Intellectuellement Précoces)

Avatar de anonyme_bdc0e90c25885d797d2fef7ed258deaa INpactien

Une énième tentative d’inclure l'informatique en école de façon générale ^^' (général car sur la totalité combien les utilises vraiment pour le moment).

Déja rien que le coup des tablettes (qui reste une bonne chose si tous les manuels pouvaient êtres dispo au format numérique), entre le cout que cela va représenter et le fait qu'il va y avoir de la casse, revente, ...
/ Au passage un collègue m'avais indiqué que dans son lycée, ceux ayant fait une formation générale conservaient la tablette alors que ceux en pro devaient la restituer (j'avais trouvé ça bizarre comme distinction) / Politique de l'établissement ?.

Je sens que les premieres années vont êtres pas piquées des hannetons ^^

Après comme indiqué par madhatter, si les enseignants ne sont pas formés (et volontaires) dans cette orientation, cela ne marchera pas mieux que le plan numérique des années 80 (matos resté dans les cartons ou sous exploité dans pas mal d'écoles [nous c'était limite du libre service. Mais au moins ils étaient installés]).

Les echos de TBI utilisé comme simple vidéoporj parce que personne ne veut prendre le temps de refaire des cours en profitant de cet outil (un exemple parmi tant d'autre).

Avatar de imrage Abonné
Avatar de imrageimrage- 20/05/15 à 11:20:45

Il existe un certificat obligatoire( sa risque de changer) pour tout nouveau enseignent , a savoir le c2i2E.
Pour les autres déjà en place, ils doivent l'obtenir avant le 1 janvier 2017 (de mémoire) , mais je doute que cela soit possible pour une majorité d'entre eux. 

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 20/05/15 à 11:25:29

sum0 a écrit :

Si un département ne peux pas financer les outils numériques, comment les collèges vont ils faire? Les contribuables risquent encore de prendre cher :transpi:

:troll:
Alors c'est que c'est donc un département de bouseux paysans et il est normal qu'ils n'aient pas besoin de cette enseignement pour regarder des vaches brouter dans leur futur métier.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11