Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

L’informatique parmi les métiers porteurs d'emplois pour 2022

On s'était dit rendez-vous dans sept ans
Economie 3 min
L’informatique parmi les métiers porteurs d'emplois pour 2022
Crédits : kjekol/iStock

France Stratégie, cet organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre, a remis la semaine dernière au gouvernement un rapport consacré aux « métiers de 2022 ». Ceux de l’informatique sont bien entendu de la partie, même s’ils demeurent derrière les emplois liés à l’aide à la personne ou au commerce notamment.

Selon les calculs de l’institution, ce sont entre 735 000 à 832 000 postes qui seront à pourvoir par an en moyenne jusqu’en 2022. Environ 80 % d’entre eux feront suite à des départs en retraite – en particulier ceux des enfants du « baby boom ». Alors que le chômage ne cesse d’augmenter, l’exécutif avait de ce fait demandé à France Stratégie de dresser des perspectives d’emploi pour les années à venir, branche par branche.

191 000 postes à pouvoir dans le domaine de l’informatique sur la période 2012-2022

« Considérées comme stratégiques, voire vitales, pour les économies de demain, à l’échelle européenne comme à celle de l’OCDE, les technologies numériques devraient continuer de se développer. Dans ce contexte, les perspectives d’emploi dans le domaine de l’informatique devraient rester bien orientées sur la période 2012-2022 » analyse France Stratégie. Au total, ce sont 191 000 postes qui devraient ainsi être à pourvoir dans les métiers de l’informatique sur la période 2012-2022.

« Le nombre d’emplois dans le domaine de l’informatique devrait encore progresser au cours des dix prochaines années, à un rythme bien supérieur à celui de l’ensemble des métiers (+ 1,8 %), mais avec des évolutions contrastées selon les familles professionnelles » poursuit le rapport de l’organisme de réflexion. En fait, les augmentations pourraient essentiellement se situer du côté des ingénieurs en informatique et en télécommunications ; et dans une moindre mesure pour les techniciens. S’agissant des employés (opérateurs, assistants d’exploitation...), la tendance risque cependant d’être à la stagnation.

france stratégie
Crédits : France Stratégie

Le rapport remis au gouvernement souligne d’autre part que « dans un scénario favorable à l’innovation et aux avancées technologiques, les technologies de l’information et de la communication, déjà largement utilisées dans l’industrie et les services, pourraient trouver de nouvelles applications dans d’autres secteurs de l’économie (santé, éducation notamment). Les postes les plus qualifiés du domaine de l’informatique seraient les premiers à bénéficier de ce potentiel des TIC encore inexploité et de conditions plus propices à l’emploi ». Les signaux envoyés par l’exécutif sont cependant assez diffus dans ce domaine, entre par exemple l’introduction de la programmation informatique dès l’école primaire et le projet de loi sur le renseignement, qui a provoqué une fronde extrêmement importante de la part des acteurs du secteur.

L'informatique loin d'être le secteur le plus porteur pour 2022

En dépit de ces projections plutôt encourageantes pour le secteur, aucun métier en lien direct avec l’informatique ne fait partie du « top 5 » des métiers les plus pourvoyeurs d’emplois d’ici 2022 : agent d’entretien, aide à domicile, enseignant, cadre des services administratifs, comptables et financiers, puis aide-soignant. France Stratégie explique à cet égard que ses projections doivent « être mises en perspective : un grand nombre de postes à pourvoir n’implique pas mécaniquement des difficultés de recrutement ; et à l’inverse, un faible nombre de postes à pourvoir peut être associé à des difficultés de recrutements (en raison d’une faible attractivité de certains métiers par exemple) ». 

83 commentaires
Avatar de ianaridim INpactien
Avatar de ianaridimianaridim- 04/05/15 à 15:40:29

je sais pas ce qu'il fait avec son doigt sur la photo... parceque j'ai le meme metier que lui et jamais je met mon doigt sur l'ecran lcd non tactile d'une blade !

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 04/05/15 à 15:43:44

Peut-être un mannequin photo qui connait rien à l'informatique.

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 04/05/15 à 15:48:29

J'avais en effet entendu dire que l'informatique se déclassait :craint:

Avatar de HarmattanBlow INpactien
Avatar de HarmattanBlowHarmattanBlow- 04/05/15 à 15:50:13

Environ 80 % d’entre eux feront suite à des départs en retraite

Grande banque recherche programmeurs Cobol juniors, trente-cinq ans d'expérience minimum.

Passionné par la bureaucratie, vous aimez systématiquement documenter chaque parcelle de votre code avec minutie même lorsque cette documentation est complètement redondante avec le nommage des variables (80% des cas). Vous considérez la programmation structurée avec circonspection et vous estimez qu'un bon IDE ne dispense pas de la notation hongroise, voire que les IDE sont les outils de Satan. Par ailleurs vous maîtrisez les diverses techniques vaudou relatives aux pilotes pour imprimantes matricielles Epson sous OS/2.

Plutôt statique, vous avez le goût des bonnes vieilles solutions éprouvées et vous manifestez une aversion profonde pour toute remise en cause de nos pratiques, ainsi que pour toute tentative de migration vers des technologies plus récentes. Préférablement ingénieur en métallurgie ou en techniques du bois, vous intégrerez notre équipe dirigée par les meilleurs éléments des écoles des mines.

En matière de sécurité vous recommandez avant tout Windows XP, ou toute solution vendue par IBM avant 1936.

ianaridim a écrit :

je sais pas ce qu'il fait avec son doigt sur la photo... parceque j'ai le meme metier que lui et jamais je met mon doigt sur l'ecran lcd non tactile d'une blade !

Cherche pas, il est allemand, c'est la master race, tu peux pas tess.

Édité par HarmattanBlow le 04/05/2015 à 15:52
Avatar de SrBelial Abonné
Avatar de SrBelialSrBelial- 04/05/15 à 15:55:05

j'ai ri ! ;)

 ... puis en fait après réflexion ... ça a beau être exagéré c'est un peu la mentalité des recruteurs d'aujourd'hui :-/

Avatar de evilash Abonné
Avatar de evilashevilash- 04/05/15 à 16:04:34

Il active la fonction Info de l'écran, ce n'est pas un blade mais une 'pizza box' Dell de type 4x0 ou 6x0 (ou x=1 ou 2) donc c'est logique qu'il mette son doigt vu que ce n'est pas l'écran ;)

Avatar de the true mask INpactien
Avatar de the true maskthe true mask- 04/05/15 à 16:24:22

ça dépend de quel type de service et de quelles banques on parle :transpi:

Regarde d'abord les compétences requises pour ces postes .... Et encore c'est loin d'être les meilleures postes dans le domaine ( faut contacter les chasseurs de tête pour ça)

Aujourd'hui il y a de vrais génies en informatique qui font les algos de trading chez Goldman Sachs et dans les plus performants Hedge Fund, mais pour y entrer il faut d'abord avoir fait son doctorat en maths, machine learning, intelligence artificielle etc...chez Harvard, MIT, Carnegie Mellon etc...
 
Pour le reste je suis d'accord, trop de solutions archaiques et des recruteurs qui cherchent à niveler la créativité vers le bas.

Mais je reste persuadé que l'informatique (surtout orienté données) est le domaine d'avenir...mais cela demande une compétence pluridisciplinaire, de la créativité et l'engagement. C'est pas pour rien que de plus en plus de polytechniciens et normaliens se tournent aujourd'hui vers le data scientist.

Édité par the true mask le 04/05/2015 à 16:24
Avatar de DahoodG4 INpactien
Avatar de DahoodG4DahoodG4- 04/05/15 à 16:25:54

Il a l'air d'avoir plus travaillé les abdos que la doc constructeur :)

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 04/05/15 à 16:28:14

the true mask a écrit :

ça dépend de quel type de service et de quelles banques on parle :transpi:

Regarde d'abord les compétences requises pour ces postes .... Et encore c'est loin d'être les meilleures postes dans le domaine ( faut contacter les chasseurs de tête pour ça)

Aujourd'hui il y a de vrais génies en informatique qui font les algos de trading chez Goldman Sachs et dans les plus performants Hedge Fund, mais pour y entrer il faut d'abord avoir fait son doctorat en maths, machine learning, intelligence artificielle etc...chez Harvard, MIT, Carnegie Mellon etc...
 
Pour le reste je suis d'accord, trop de solutions archaiques et des recruteurs qui cherchent à niveler la créativité vers le bas.

Mais je reste persuadé que l'informatique (surtout orienté données) est le domaine d'avenir...mais cela demande une compétence pluridisciplinaire, de la créativité et l'engagement. C'est pas pour rien que de plus en plus de polytechniciens et normaliens se tournent aujourd'hui vers le data scientist.

Ouaille note, mais quand tu vois les petites annonces diverses actuellement, nous sommes loin de ses profils et... des salaires. Mieux vaut être plombier ou boucher, même en backstage.

Avatar de HarmattanBlow INpactien
Avatar de HarmattanBlowHarmattanBlow- 04/05/15 à 16:40:38

the true mask a écrit :

Aujourd'hui il y a de vrais génies en informatique qui font les algos de trading chez Goldman Sachs et dans les plus performants Hedge Fund, mais pour y entrer il faut d'abord avoir fait son doctorat en maths, machine learning, intelligence artificielle etc...chez Harvard, MIT, Carnegie Mellon etc...

Je connais un peu le domaine du HFT, ses mythes et ses réalités. Oui il y a des types doués mais il y a surtout des personnes avec de bons CV. Deux choses différentes.

Quant à Harvard & co... Il faut savoir que les facs américaines sont sclérosées par leurs systèmes d'admissions à la con.... 40% des inscrits ont bénéficié d'un énorme bonus parce que leurs parents étaient eux-mêmes à cette fac (le système est complètement transparent, ce que je dis peut être vérifié). Une forme de corruption institutionnalisée, légale et transparente. Et là-dessus tu rajoutes en plus les bonus accordés aux noirs et aux latinos (jusqu'à 20% de la note dans un univers où on se départage à un poil de cheveu), et ces conneries avec les sportifs (le mec le mieux payé d'Harvard est l'entraîneur de foot - comme partout ailleurs).

Bref, à Harvard & co tu as 50% de mecs talentueux mais aussi 50% de fils à papas et autres pistonnés, au corrects mais bofs - les Bush, Clinton & co. Et ne pas oublier que pour deux mecs très talentueux dans les études il n'y en aura qu'un qui sera très talentueux dans le travail.

Au final le HFT réussi à recruter quelques perles, pour le reste il recrute surtout sur titres, des types dotés de tel ou tel diplôme mais plus souvent bien moulés (reproduction sociale) qu'excellents. Pas besoin d'être une lumière pour décrocher un phd. Le résultat est efficace mais somme toute assez convenu et pas transcendant.

Édité par HarmattanBlow le 04/05/2015 à 16:43
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9