Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Élections : un rapport interne à l’administration plaide pour davantage de services en ligne

À la vot’
Droit 5 min
Élections : un rapport interne à l’administration plaide pour davantage de services en ligne
Crédits : saintho/iStock/Thinkstock

« Le dispositif d’organisation des élections politiques en France est segmenté, coûteux et d’une efficacité limitée. Malgré d’indéniables efforts de modernisation, il n’intègre que partiellement les avantages de la dématérialisation et ne correspond plus au mode de vie des citoyens dont il ne facilite pas la participation à la vie démocratique. » Tel est le constat posé par l’Inspection générale de l’administration au travers d’un rapport remis au ministère de l’Intérieur en octobre 2014 et dévoilé il y a quelques jours (PDF). À l’aune de ce diagnostic, plusieurs pistes de réformes faisant la part belle au numérique ont ainsi été mises en avant.

Permettre à tous de s'inscrire sur les listes électorales depuis Internet

Premièrement, l’Inspection générale de l’administration (IGA) recommande de procéder à une refonte complète du système de gestion des listes électorales, lequel « rencontre des défaillances graves » tout en se révélant « lourd et coûteux ». Actuellement, elles sont constituées à partir des fichiers entretenus par les mairies. Résultat, il peut parfois y avoir des doublons, notamment en cas de déménagements. De plus, il est bien souvent compliqué de s’inscrire via Internet, dans la mesure où seules certaines villes proposent aujourd’hui ce téléservice.

Les auteurs du rapport préconisent ainsi de confier à l’INSEE la gestion d’une base de données centralisée, dont les listes communales ne seraient que des extractions. « Chaque acteur du processus interagirait avec le système central par l’intermédiaire de web-services (site Internet sécurisé). Les procédures seraient totalement dématérialisées, plus fiables et plus rapides. Les redondances seraient supprimées » anticipent-ils. Plus concrètement, chaque électeur disposerait d’un « identifiant numérique unique » qui permettrait de s’inscrire en ligne, quelle que soit sa commune et sans avoir à se déplacer (les justificatifs seraient envoyés au format PDF ou par photo depuis un smartphone).

L’exécutif devra cependant trancher sur la manière de constituer cette nouvelle base : soit à partir des listes existantes (et en procédant éventuellement à des radiations), soit en partant de zéro, c'est-à-dire en demandant à tous les électeurs de se réinscrire.

Quant aux personnes n’ayant pas la possibilité ou les capacités d’effectuer des démarches en ligne, l’IGA a sa petite idée : mettre à contribution les facteurs. « Doté de la liste électorale communale et du smartphone dont il sera bientôt systématiquement équipé, le postier constaterait aisément l’absence d’un électeur sur la liste électorale. Il pourrait alors lui proposer de l’aider à s’inscrire en renseignant avec lui le formulaire en ligne (via une application smartphone) et en photographiant avec son téléphone les pièces justificatives. »

Une dématérialisation complète du dispositif de procurations

Deuxièmement, le rapport préconise de dématérialiser entièrement le dispositif de gestion des procurations. Lorsqu’un citoyen veut permettre à un autre électeur de voter en son nom, il faut aujourd’hui qu’il se rende au commissariat ou à la gendarmerie de sa ville, où il remplit en principe différents formulaires. L’IGA suggère de ce fait de permettre à la population d’effectuer ces formalités en ligne, ce qui ferait gagner du temps aux agents publics (et notamment aux policiers et gendarmes qui doivent procéder aux saisies). Le citoyen resterait néanmoins tenu de se présenter devant les forces de l’ordre, mais celles-ci valideraient simplement la demande.

Les auteurs du rapport estiment ainsi qu’une telle dématérialisation – requêtes et validations se feraient en ligne, et une confirmation serait envoyée par email au demandeur – « permettrait de réduire à 6 minutes la durée de traitement des procurations par les services de police et de gendarmerie (contre 15 minutes actuellement). L’économie induite serait, pour l’année 2017 et par rapport à l’année 2012, de l’ordre de 28,3 millions d’euros, en intégrant le coût d’investissement dans le système d’information ». Autre avantage : il serait possible de demander une procuration à une date relativement proche du scrutin, vu que les éléments pourraient être transmis plus rapidement aux services communaux.

À nouveau, il est préconisé de faire appel aux facteurs pour les personnes « empêchées ». « L’électeur saisit le formulaire en ligne et reçoit un numéro de dossier qu’il remet au postier ; le postier accède au dossier dans son application smartphone grâce au numéro de dossier et valide la procuration après avoir vérifié l’identité de la personne et renseigné le numéro de la pièce d’identité présentée. La saisie initiale du dossier pourrait aussi être effectuée par le postier, en présence de l’électeur » est-il expliqué.

Suppression des plis postaux pour la propagande électorale

Troisièmement, il est proposé de dématérialiser ce qu’on appelle dans le jargon la « propagande officielle » (professions de foi et bulletins de vote envoyés par courrier). Une « plateforme numérique nationale dédiée aux élections » serait créée, afin d’enregistrer et diffuser les documents de chaque candidat. « Les éléments ainsi accessibles seraient consultables par tous, sans filtre particulier ni identification nécessaire. Les utilisateurs pourraient en imprimer autant d’exemplaires que souhaité. Le format numérique serait consultable sur tous les supports modernes (smartphone, tablette...) et autoriserait la diffusion via les réseaux sociaux. »

propagande
Crédits : Rapport IGA

Pour les publics éloignés du numérique, des documents imprimés resteraient accessibles dans des « lieux publics neutres » de type mairies, bureaux de poste ou préfectures, et seraient placés dans des enveloppes cachetées. Les bulletins de vote continueraient d’autre part d’être disponibles dans les bureaux de vote. Résultat, l’État pourrait faire des économies « considérables » de frais postaux et d’impression, estimées à 126 millions d’euros par an pour la période 2015-2017.

Cette piste avait d’ailleurs été très sérieusement envisagée par le gouvernement, puisque le projet de loi finances pour 2015 portait une telle reforme. Sauf que les parlementaires s’y sont vivement opposés, contraignant l’exécutif à faire marche-arrière (voir notre article). 

33 commentaires
Avatar de zeroforever INpactien
Avatar de zeroforeverzeroforever- 23/04/15 à 06:37:55

On va charger les postiers du recensement des oubliés, et on va baisser le chiffre d'affaires de la Poste. Logique!

Avatar de Eored INpactien
Avatar de EoredEored- 23/04/15 à 06:42:27

Le problème principal de la dématérialisation de la propagande officielle est que de nombreuses personnes (âgées surtout, mais pas uniquement ) attendent le programme ou la profession de foi avant de se décider. Sans oublier que cela permet de vérifier que l'on est bien inscrit sur une liste électorale.

Enfin, cela forcera les candidats à diffuser leur propagande. Et donc, celui qui aura le plus de pognon qui aura la meilleure diffusion. En effet, une diffusion militante est très compliquée à mettre en place avec une équipe réduite et bénévole.

Avatar de Mimoza Abonné
Avatar de MimozaMimoza- 23/04/15 à 06:57:25

Eored a écrit :

celui qui aura le plus de pognon qui aura la meilleure diffusion.

Les partis devait payer leur impression qui sont envoyé aux votants donc c'était aussi ceux qui avait le plus de pognon qui pouvait profiter de ce service. Idem pour les bulletin de votes, c'est aux partis de les payer ce qui n'est pas un petit budget.

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

pour être précis : c'est au candidat de payer la propagande officielle (affiche - profession de foi - bulletins de vote) avec possibilité de se faire rembourser par l'Etat suivant un résultat minimum et suivant des dépenses plafonnées.

Concernant les élections législatives : les partis politiques sont en partie financés par l'Etat suivant le nombre de voix obtenues et le nombre de parlementaires élus (en plus des cotisations et des dons de personnes physiques).

Édité par joma74fr le 23/04/2015 à 07:26
Avatar de Chrigeo INpactien
Avatar de ChrigeoChrigeo- 23/04/15 à 07:28:11

"le postier constaterait aisément l’absence d’un électeur sur la liste électorale." Ouch, voyant l'inefficacité des politiques actuelles, et  l'abstention toujours plus marquée dans les scrutins, on souhaite instaurer une forme de surveillance des électeurs ?
 Un premier pas vers une loi obligeant chaque électeur à voter sous peine de sanctions, comme chez nos voisins de Belgique. Un bien ou un mal ?

Édité par Chrigeo le 23/04/2015 à 07:28
Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 23/04/15 à 07:41:40

Au bureau de vote, il y a des témoins, mais par clavier chez soi, personne, même si on utilisait une Webcam, qui dit qu'on vote sans contrainte (exemple, un homme devant soit une arme à la main vous menaçant de voter pour untel)

La Webcam, est-elle envisagée ou obligée ? (chez soit, il n'y a pas d'isoloir, pour permettre d'être sûr de voter librement)
Édité par 2show7 le 23/04/2015 à 07:46
Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

« Les auteurs du rapport préconisent ainsi de confier à l’INSEE la gestion d’une base de données centralisée, »

Encore une centralisation des fichiers (Big Data, etc), une de plus...

« Quant aux personnes n’ayant pas la possibilité ou les capacités d’effectuer des démarches en ligne, l’IGA a sa petite idée : mettre à contribution les facteurs. « Doté de la liste électorale communale et du smartphone dont il sera bientôt systématiquement équipé, le postier constaterait aisément l’absence d’un électeur sur la liste électorale. »

On confèrerait le travail d'un fonctionnaire "assermenté" au personnel d'une société privée de logistique (La Poste SA) en complément d'un ensemble d'autres contraintes de délégation de service public qui vont, par ailleurs, à l'encontre de ses objectifs de rentabilité et d'expansion européenne future.

Édité par joma74fr le 23/04/2015 à 07:43
Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 23/04/15 à 07:43:55

La procuration, c'est une forme de confiance, mais le doute peut toujours être réel. (ex: voter pour une personne dans le coma)

Édité par 2show7 le 23/04/2015 à 07:48
Avatar de cyrano2 Abonné
Avatar de cyrano2cyrano2- 23/04/15 à 07:49:52

joma74fr a écrit :

pour être précis : c'est au candidat de payer la propagande officielle (affiche - profession de foi - bulletins de vote) avec possibilité de se faire rembourser par l'Etat suivant un résultat minimum et suivant des dépenses plafonnées.

Concernant les élections législatives : les partis politiques sont en partie financés par l'Etat suivant le nombre de voix obtenues et le nombre de parlementaires élus (en plus des cotisations et des dons de personnes physiques).

C'est donc un avantage énorme pour tout parti ayant déjà des élus. Un parti qui débute devrai faire plusieurs années d'élections sans être jamais être remboursé.

Avatar de Nikodym INpactien
Avatar de NikodymNikodym- 23/04/15 à 07:57:33

cyrano2 a écrit :

C'est donc un avantage énorme pour tout parti ayant déjà des élus. Un parti qui débute devrai faire plusieurs années d'élections sans être jamais être remboursé.

L'oligarchie est en place depuis belle lurette, oui. :fumer:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4