Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Prix neufs et d'occasion : le Médiateur du livre veut du ménage dans les marketplaces

Le prix unique mieux respecté sur les marketplaces ?
Droit 3 min
Prix neufs et d'occasion : le Médiateur du livre veut du ménage dans les marketplaces
Crédits : Ximagination/iStock/ThinkStock

Selon nos informations, le Médiateur du livre a été saisi par le Syndicat national de l’édition, le Syndicat de la librairie française et le Syndicat des distributeurs de loisirs culturels. En cause ? Des pratiques jugées « litigieuses » dans le commerce en ligne de livres, et spécialement sur les marketplaces.

En février dernier, Laurence Engel, le Médiateur du livre avait conclu à l’illégalité des offres illimitées de livres proposées par Amazon ou Youboox. Et pour cause, ces offres d’abonnements sont vues comme une menace par des acteurs comme Hachette, qui y voit « la mort des libraires ». En effet, alors que la loi de 2011 donne à l’éditeur le soin de fixer le prix unique du livre, sur ces plateformes, le montant de l’abonnement est fixé par le diffuseur. Le Médiateur du livre a ouvert désormais une conciliation avec les acteurs du secteur (Youscribe, Youboox, Amazon, etc.) qui auront trois mois pour s’adapter. À défaut, il pourra saisir les tribunaux afin de voir ordonner la cessation de ces pratiques, comme l’autorise l’article 144 de la loi sur la consommation. 

Trois syndicats du livre s'inquiètent de la confusion entre prix neuf et prix d'occasion

Un autre point soulève désormais des inquiétudes dans l'univers des nouvelles technologies. Saisi en début d'année par le Syndicat national de l’édition, le Syndicat de la librairie française et le Syndicat des distributeurs de loisirs culturels, le Médiateur du livre vient en effet d'initier une nouvelle concertation. C'est en tout cas ce qu'elle vise dans un courrier adressé cette semaine à plusieurs plateformes de vente, que nous avons pu nous procurer.

Quels sont les points de tension ? Il s’agit principalement des « règles d’affichage du prix des livres sur les sites de vente » qui seraient donc parfois non respectées. Par la même occasion, Laurence Engel aimerait « renforcer la diffusion de l’information et les mécanismes de veille quant au respect de la législation sur le prix du livre par les revendeurs des plateformes de type marketplace. »

Selon nos premières informations, l’enjeu est d’inciter les acteurs du Net à de meilleures pratiques pour respecter la législation du prix unique, en prévenant par exemple les ventes en dessous ou au-dessus du prix éditeur. Autre piste, mieux identifier les ventes d’ouvrages neufs et celles d’occasion.

Un mélange des genres préjudiciable selon le SLF

Contacté, le Syndicat de la Librairie Française nous détaille ses reproches : « quand vous allez sur des marketplaces, il y a un mélange des genres entre l’occasion et le neuf. Des livres neufs sont proposés avec des réductions parfois de 25 %. S’ils sont neufs, c’est illégal. S’ils sont d’occasion, il y a quasiment une tromperie pour le consommateur, préjudiciable, car on lui inculque l’idée qu’il peut obtenir des livres neufs à un prix très inférieur à celui trouvé normalement ».

Pour le SLF, « nous ne sommes pas contre les marketplaces ni les ventes d’occasion, nous voulons simplement de la transparence. Dans l’univers physique, quand vous allez dans les librairies Gibert par exemple, on sait ce qu’on achète, entre ce qui est d’occasion et ce qui est neuf. Sur Internet, et notamment Amazon, on dilue trop souvent la perception du prix unique. »

Cette procédure est éloignée de tout contentieux. Elle vise donc à trouver des solutions amiables pour ne plus semer de confusion dans les modes d’affichage. Plusieurs acteurs de la vente en ligne ont déjà été approchés, dont Amazon. Nous attendons sur cette initiative, d'autres détails notamment du Médiateur du livre.

32 commentaires
Avatar de renaud07 INpactien
Avatar de renaud07renaud07- 27/03/15 à 15:26:10

Et pendant ce temps, on lit de moins en moins, donc a priori ce n'est pas amazon mais le consommateur qui est responsable...

Perso, ça fait 6 ans que je n'ai pas acheté de livre et le dernier que j'ai acheté (en 2009 donc) je ne l'ai même pas lu, il s'est perdu au fin fond de mes tiroirs...

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 27/03/15 à 15:27:28

Moi je suis choqué, quand je regarde les produits d'occasion, je trouve rien qui soit neuf!

Bon plus sérieusement, autant le coup de l'unlimited était stupide mais faisait sens, autant là je comprends meme pas le sens de leur plainte.

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 27/03/15 à 15:32:43

Gritou a écrit :

Bon plus sérieusement, autant le coup de l'unlimited était stupide mais faisait sens, autant là je comprends meme pas le sens de leur plainte.

Pourtant, c'est bien clair. Il y a un mélange des genres qui, selon les cas, peuvent être illégaux.

Quand vente de livres neufs, Amazon&co ne peuvent y appliquer de réducs dessus (interdit par la loi sauf exceptions particulières)
Quand vente de livres d'occaz', Amazon&co doivent bien indiquer en gros que c'est de l'occaz', sinon ils s'agit de tromperie sur la marchandise.

 Le syndicat demande juste le respect de la loi par les distributeurs.

Rien de bien méchant donc.

Avatar de EMegamanu Abonné
Avatar de EMegamanuEMegamanu- 27/03/15 à 15:39:45

Fausse joie. J'ai cru qu'ils voulaient encadrer le prix des livres d'occasion.

Ça fait chier quand il te manque qu'un seul tome dans une série, qui valait 5e neuf mais plus édité, que tu trouves plusieurs vingtaines de vendeurs le vendant d'occasion à 50e voir +... Ce qui revient plus cher que de revendre ses propres tomes puis acheter une intégrale.

Deux fois que ça m'arrive cette connerie.

Avatar de Pochi INpactien
Avatar de PochiPochi- 27/03/15 à 15:39:54

Pour moi les livres physiques c'est mort. Et les livres Français aussi. L'intégrale Game of Throne VO en numérique pour 25€, c'est juste imbattable alors que la VF était à quelques centimes plus cher que la version physique (au prix de 8€ le tome *15 je crois...).

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 27/03/15 à 15:41:57

js2082 a écrit :

Pourtant, c'est bien clair. Il y a un mélange des genres qui, selon les cas, peuvent être illégaux.

Quand vente de livres neufs, Amazon&co ne peuvent y appliquer de réducs dessus (interdit par la loi sauf exceptions particulières)
Quand vente de livres d'occaz', Amazon&co doivent bien indiquer en gros que c'est de l'occaz', sinon ils s'agit de tromperie sur la marchandise.

 Le syndicat demande juste le respect de la loi par les distributeurs.

Rien de bien méchant donc.

Ben oui mais... Justement c'est très clair la séparation des produits occaz/neuf sur Amazon, c'est pour ça  que je ne comprends pas la plainte

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 27/03/15 à 15:44:14

Ca après, c'est surtout la France... Pour toutes les formes de produit culturel en fait. Je suis juste de l'autre coté des Alpes et en moyenne le prix est divisé par deux.

Avatar de Sutka INpactien
Avatar de SutkaSutka- 27/03/15 à 15:48:47

C'est super repandu pour toutes les geekeries, que ce soit vieux jeux, intégrale de série ou autres, à chaque fois en occasion tu te retrouves avec des prix fleurant bon le viol, malheureusement c'est le vieil adage de ce qui est rare et cher.Le seul moyen de lutter contre ça, c'est les rééditions, pour ceux qui veulent l'oeuvre, ils l'ont pour pas cher(enfin moins que chez ces escrocs), ceux qui veulent une première édition pourront toujours se faire enfler gaiment.

Avatar de durthu Abonné
Avatar de durthudurthu- 27/03/15 à 15:58:54

+1 !!!

Je ne comprends pas non plus.
Lorsque je vais sur Amazon, j'ai le choix entre des livres neufs ou d'occasions. C'est très clair.

Avatar de Jiyuu_Hashi Abonné
Avatar de Jiyuu_HashiJiyuu_Hashi- 27/03/15 à 16:06:58

renaud07 a écrit :

Et pendant ce temps, on lit de moins en moins, donc a priori ce n'est pas amazon mais le consommateur qui est responsable...

Perso, ça fait 6 ans que je n'ai pas acheté de livre et le dernier que j'ai acheté (en 2009 donc) je ne l'ai même pas lu, il s'est perdu au fin fond de mes tiroirs...

Pendant ce temps-là, TU lis moins.
Ne prends pas ton cas pour une généralité.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4