Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le mobile fait décoller Nintendo en bourse

Meurs un autre jour
Economie 4 min
Le mobile fait décoller Nintendo en bourse

Cela fait plusieurs années que les actionnaires de Nintendo réclament à corps et à cris que la société se lance dans le secteur des jeux sur mobiles. Le constructeur a exaucé leur souhait hier, en signant un partenariat avec DeNA, ce qui lui a valu une hausse de son titre de plus de 20 % en une seule séance à Tokyo.

Cela n'était plus arrivé depuis le mois de juin 2011, à l'époque où la Wii entamait son déclin et que la 3DS commençait tout juste à s'installer. Mais l'action de Nintendo a franchi cette nuit, à la hausse, la barre des 17 000 yens à la Bourse de Tokyo. Cela représente une progression conséquente de 21,3 % en l'espace d'une seule séance, une performance rarissime pour une entreprise valorisée à près de 20 milliards de dollars. À Wall Street, où Nintendo est également listée, la hausse est encore plus impressionnante, puisque sur la séance du jour elle oscille entre 25 et 30 %.

Pourquoi les marchés ont-ils réagi aussi favorablement ?

Du côté des joueurs, l'annonce n'a pas fait que des heureux, notamment du côté de ceux ayant déjà eu affaire aux jeux développés par DeNA, anciennement connu sous le nom de Mobage. C'est en effet à cet éditeur que l'on doit certains des titres les « plus rentables » sur Android et iOS. Parmi eux, on citera notamment Rage of Bahamut, un jeu de cartes à collectionner qui est très longtemps resté le titre générant le plus de ventes sur Android, et ce malgré son modèle free-to play.

Et pour cause, les occasions de dépenser de l'argent dans ce titre ne manquent pas. Vous voulez obtenir des cartes plus puissantes ? Pas de souci, des coffres payants sont là pour vous servir. Vous souhaitez donner un coup de main à vos amis lors d'un affrontement inter-guildes ? Il vous suffit d'acheter un peu de poudre. Vous avez besoin de cartes supplémentaires pour faire évoluer vos cartes de haut niveau ? Une petite micro-transaction et le problème est résolu. Selon les analystes de Superdata, le titre était encore capable de générer, en 2014, un revenu mensuel moyen par utilisateur de 1,04 dollar. Un montant 30 % supérieur à celui alors récolté par Candy Crush Saga, soit 0,74 dollar. À titre de comparaison, Clash of Clans générait alors 1,31 dollar par mois et par utilisateur.

Clash of Clans

En additionnant d'un côté les compétences de DeNA concernant la monétisation de ses jeux, et, de l'autre, l'immense aura des jeux et personnages de la galaxie Nintendo, les investisseurs ont rapidement conclu que le résultat ne pouvait être qu'une mine d'or, au moins à court terme. 

Sur le long terme, le mobile progressera encore

Pour ce qui est des résultats sur le long terme, il suffit aussi de jeter un coup d'œil sur la progression attendue du marché du jeu vidéo dans son ensemble à l'échelle mondiale. En juin 2014, l'institut DFC Intelligence affirmait que ce marché global allait peser 64 milliards de dollars, avant de continuer sa croissance au moins jusqu'en 2018 où il franchirait alors la barre des 100 milliards de dollars, en ne comptant que les logiciels.

Toujours selon le même institut, le gros de cette croissance ne se trouverait pas sur les consoles, qu'elles soient portables ou de salon, mais bien sur le mobile. Le marché du jeu vidéo sur smartphones et tablettes passerait ainsi de 10 milliards de dollars en 2013 à 29 milliards en 2018, où il représenterait presque un tiers du total.

Il est à noter que le partenariat entre DeNA et Nintendo ne se limite pas aux consoles et aux mobiles, mais qu'il est aussi question du marché des jeux sur PC. Or celui-ci connait également une coquette croissance ces dernières années. Toujours selon DFC, il devrait atteindre les 25 milliards en 2014, contre 20 milliards deux ans plus tôt.

Du coup, tous les ingrédients sont là pour que l'aventure de Nintendo dans le domaine des jeux mobiles soit un succès, tout du moins sur le plan financier. Il ne reste qu'une seule inconnue : la réaction des joueurs quand le premier titre sortira. Si tout se passe bien, alors Nintendo n'aura aucun souci à se faire. Mais si les fans sont déçus, la donne pourrait rapidement changer.

Le verdict ne tardera pas à tomber

Lors de la conférence d'annonce du partenariat entre Nintendo et DeNA, Satoru Iwata, le PDG de Nintendo, a précisé que les premiers jeux devraient faire leur apparition « cette année », sans préciser s'il s'agissait de l'année civile en cours, ou bien de l'année fiscale, qui se terminera le 31 mars 2016 pour la société.

Quoi qu'il en soit, les travaux ont déjà dû commencer il y a plusieurs mois, et les premiers fruits de cette union entre les deux sociétés ne devraient pas tarder à se montrer. Il reste maintenant à voir si comme tout le monde semble s'y attendre, Nintendo commencera par le mobile, ou bien choisira de surprendre ses concurrents en allant fouiner du côté du PC. 

63 commentaires
Avatar de shadowfox INpactien
Avatar de shadowfoxshadowfox- 18/03/15 à 15:14:21

Les jeux smartphones... :vomi1:

Avatar de john san Abonné
Avatar de john sanjohn san- 18/03/15 à 15:14:29

Yeah, en espérant que ça se transforme en cash pour pouvoir de nouveau très bons jeux?

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 18/03/15 à 15:15:51

Mario et Cie vont ramener des brouettes de pièces à leurs patrons.:mdr2:

Édité par Ami-Kuns le 18/03/2015 à 15:16
Avatar de abitbool INpactien
Avatar de abitboolabitbool- 18/03/15 à 15:16:46

Je regrette les jeux qu'on achète qu'une fois !

 

Avatar de Cacao Abonné
Avatar de CacaoCacao- 18/03/15 à 15:23:51

Je regrette le temps ou l'argent se gagnait autrement que par des annonces.

Avatar de Lyzz Abonné
Avatar de LyzzLyzz- 18/03/15 à 15:29:51

Voilà une réflexion au moins aussi fine que «Les jeux PC :vomi1:»

Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Bah si cela permet à leur employé de ne pas perdre d'emploi, cela est le pire que je leur souhaite mais sans moi.

Avatar de von-block INpactien
Avatar de von-blockvon-block- 18/03/15 à 15:33:26

Quand je vois mes petits neveux jouer sur Tablette et Téléphone et qu'ils appellent ça du jeux-vidéo je trouve ça triste.

Pour eux, le jeu c'est d'avoir 100 merdes qu'ils alternent à chaque 5 minutes car trop ennuyant.

Édité par von-block le 18/03/2015 à 15:34
Avatar de le podoclaste INpactien
Avatar de le podoclastele podoclaste- 18/03/15 à 15:35:39

C'est un peu tordu de reprocher à un CCG, fût-il virtuel, d'inciter ses pratiquants à l'achat. C'est le fonctionnement depuis Magic, et Nintendo l'a lui même exploité avec le jeu de carte Pokemon.

Avatar de nainbécile Abonné
Avatar de nainbécilenainbécile- 18/03/15 à 15:39:40

"En juin 2014, l'institut DFC Intelligence affirmait
que ce marché global allait peser 64 milliards de dollars, avant de
continuer sa croissance au moins jusqu'en 2018 où il franchirait alors
la barre des 100 millions de dollars, en ne comptant que les logiciels"

milliards du coup non?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7