Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Haine, violence, nudité, menaces : Facebook clarifie ses règles de modération

« Ma maison, mes règles »
Internet 4 min
Haine, violence, nudité, menaces : Facebook clarifie ses règles de modération
Crédits : monkeybusinessimages/iStock/ThinkStock

Relais des informations les plus diverses, Facebook a publié dimanche un long communiqué dans lequel sont expliquées les règles encadrant la publication des statuts. Le réseau social y aborde frontalement ce qu’il tolère et ce qui fera l’objet d’une censure. Deux mois après les évènements de Charlie Hebdo, la société tente de faire comprendre ce qui peut séparer des propos condamnables d’autres relevant de l’humour ou de la dénonciation.

Jongler entre l'humour, la dénonciation et l'incitation à la haine

« Tout contenu qui attaque directement des personnes en raison de leur race, leur ethnicité, leur origine nationale, leur religion, leur orientation sexuelle, leur sexe ou leur identité sexuelle, leur infirmité ou leur état de santé » : voilà comment Facebook définit l’incitation à la haine. Il s’agit de l’une des raisons principales qui peuvent pousser le réseau social à censurer un statut ou le partage d’un lien qui renverrait vers un tel contenu. Il indique même « compter sur la communauté » pour signaler les dérives.

L’explication claire de ce qui peut être censuré est bienvenue, dans un contexte où se heurtent parfois violement les tenants de la liberté d’expression absolue et ceux pour qui il existe des limite. Facebook expose ici les siennes, en précisant tout de même qu’il existe des nuances. Par exemple, un utilisateur peut partager un contenu « à des fins de sensibilisation ou d’éducation ». Mais il doit dans ce cas le décrire comme tel, afin que l’équipe de modération ne s’emmêle pas les pinceaux si elle devait être alertée.

Deux mois après les attentats contre Charlie Hebdo, Facebook indique accepter « les commentaires humoristiques, satiriques et sociaux en rapport avec ces sujets », tout en rappelant que le service a été conçu à la base pour être utilisé avec sa véritable identité. L’entreprise incite donc ses utilisateurs à utiliser leurs véritables noms et prénoms, à se responsabiliser lorsqu’ils partagent des contenus et à ne jamais oublier qui peut les voir.

Facebook jongle avec les différents types de nudité

Concernant la nudité, les explications de Facebook deviennent presque cocasses tant elles se font précises. Sont ainsi supprimées « les photographies présentant des organes génitaux ou des fesses entièrement exposées », ainsi que celles des seins féminins « si elles montrent le mamelon ». Il y a toutefois une exception : « les photos de femmes qui défendent activement l’allaitement ou qui montrent les cicatrices post-mastectomie de leur poitrine ».

Au sujet de l’art, on constate un petit relâchement après la polémique sur le tableau « L’Origine du Monde » : « Nous autorisons également les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus ». Toutefois, tout ce qui se rapporte frontalement au sexe, en particulier l’activité sexuelle (autrement dit la pornographie et l’érotisme trop débridé) sera censuré.

Violence, menaces, humiliation, revenge porn...

La violence est moins sujette aux nuances. Facebook considère surtout deux cas : ce qui est partagé pour dénoncer, ou « par sadisme, ou pour célébrer ou glorifier la violence ». Le réseau social cite en exemple « le non-respect des droits de l’Homme ou les actes de terrorisme » comme sujets des contenus qui peuvent être partagés. La violence inhérente à une partie de l’actualité quotidienne ne peut évidemment pas empêcher les utilisateurs de partager par exemple des articles de presse, certains étant accompagnés de photos ne cachant rien de l’horreur de certaines situations.

Plus globalement, Facebook indique ne pas tolérer tout ce qui se rapporte aux menaces directes (dont les signalements sont étudiés avec un grand soin assure l’entreprise), à la promotion de l’automutilation ou du suicide, aux organismes dangereux (activités criminelles et terroristes) ainsi qu’au harcèlement et à l’intimidation. Ce dernier point est particulièrement important puisque Facebook indique clairement que tout ce qui sera publié en vue de faire honte et/ou d’humilier une personne sera supprimé. Facebook aborde ici, sans le nommer directement, le cas du « revenge porn », qui consiste à publier des photos dénudées de la victime. Une activité qui fait l’objet de manière croissante de législations spécifiques. Notez que le réseau social aborde à la foi le cas des utilisateurs privés et celui des personnalités publiques.

Un rappel détaillé plutôt qu'un changement

Facebook explique ici une politique globale, un socle sur lequel la modération se base pour offrir un visage uniforme. C’est précisément ici que se concentre la principale « faiblesse » puisque l’entreprise cherche à adopter un lot de standards valables dans tous les pays, avec l’absence de nuance que cela peut supposer selon les cultures. D’autres argueront au contraire qu’il s’agit d’une force puisque Facebook ne fait aucune exception et applique à tous la même philosophie.

Au final, faut-il y voir un changement dans la manière de procéder de Facebook ? Pas vraiment. Il s’agit plutôt d’une clarification générale qui doit permettre aux utilisateurs de mieux cerner ce qu’il est possible de partager et ce qui contrevient aux règles d’utilisation. Car il y a des règles : Facebook est une entreprise privée, non un service public, et elle rappelle simplement que la maxime « Ma maison, mes règles » reste d’autant plus d’actualité que son fonctionnement en est expliqué.

30 commentaires
Avatar de Fantassin INpactien
Avatar de FantassinFantassin- 17/03/15 à 16:16:14

Moi je trouve beaucoup plus indécent de dévoiler sa vie à tout va que sa nudité.

Avatar de Koxinga22 INpactien
Avatar de Koxinga22Koxinga22- 17/03/15 à 16:18:33

« Nous autorisons également les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus »

Comment on distingue l'origine du monde d'un dessin que j'ai fait qui montre des femmes à poil ? Comment on tranche entre "ça c'est une œuvre d'art, et ça c'est un crobard porno" ?

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 17/03/15 à 16:23:09

« Tout contenu qui attaque directement des personnes en raison de
leur race, leur ethnicité, leur origine nationale, leur religion, leur
orientation sexuelle, leur sexe ou leur identité sexuelle, leur
infirmité ou leur état de santé » :

  • voilà comment Facebook définit l’incitation à la haine....

    il était temps !
    car on me rapporte* "certains propos" !!! :eeek2:

    * perso., j'y suis pas..et je NE VEUX PAS y être !

Édité par vizir67 le 17/03/2015 à 16:24
Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 17/03/15 à 16:25:04

Le tarif de l’œuvre ou l'auto-acceptation du n'importe quoi si tu es célèbre.

En gros tu signes un mouchoir en papier que tu as plongé dans un bol de peinture, et tu le mets en vente sur ebay. Si tu le vends plus de $10 000, tu peux dessiner du cul sur Facebook.

Avatar de macadoum INpactien
Avatar de macadoummacadoum- 17/03/15 à 16:26:23

la dictature soviétique avance ses pions

Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 17/03/15 à 16:30:54

Bon, c'était à prévoir.

Au moins, comme ça, les choses sont claires. Et après, n'oubliez pas que Facebook étant une société privée, ils font ce qu'ils veulent dans leur magasin...

Après, personne ne force les gens à passer par Facebook. Pour ma part, j'y suis pas.

Avatar de MasterDav INpactien
Avatar de MasterDavMasterDav- 17/03/15 à 16:32:28

Tout contenu qui attaque directement des personnes en raison de leur race,

Splendide, surtout lorsque l'on sait que l'espèce humaine n'a pas de subdivision biologique.
Encore une fois, ceux qui condamnent le racisme sont les premiers à être racistes.

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 17/03/15 à 16:39:37

MasterDav a écrit :

Splendide, surtout lorsque l'on sait que l'espèce humaine n'a pas de subdivision biologique.
Encore une fois, ceux qui condamnent le racisme sont les premiers à être racistes.

  • 1 000
    Quand certains auront compris ça, on aura fait un grand pas en avant (notamment un certain SOS racisme qui est devenu un grand n'importe quoi depuis quelques années)

Quant à Facebook, ça me débecte toujours autant de voir qu'ils ne veulent pas de photos de sein mais sont d'accord pour publier des photos de décapitation...

A ce niveau, c'est même plus de la connerie. L'euthanasie est obligatoire.:reflechis:

Édité par js2082 le 17/03/2015 à 16:40
Avatar de achernar INpactien
Avatar de achernarachernar- 17/03/15 à 16:49:25

macadoum a écrit :

la dictature soviétique avance ses pions

Sais tu au moins ce que sa veux dire soviétique ? Ou alors tu utilise ce mot parce que sa fait djeuns rebelle ?

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 17/03/15 à 17:01:31

Koxinga22 a écrit :

« Nous autorisons également les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus »

Comment on distingue l'origine du monde d'un dessin que j'ai fait qui montre des femmes à poil ? Comment on tranche entre "ça c'est une œuvre d'art, et ça c'est un crobard porno" ?

Ca dépend, est ce que c'est un sapin vert ?

MasterDav a écrit :

Splendide, surtout lorsque l'on sait que l'espèce humaine n'a pas de subdivision biologique.
Encore une fois, ceux qui condamnent le racisme sont les premiers à être racistes.

Ca tombe bien, "race" n'a rien d'un concept biologique, c'est un concept sans fondement qui se définie que sur la description d'un catalogue arbitraire de caractéristiques physiques distinctifs.

edit : reformulation de certaines phrases.

Édité par tazvld le 17/03/2015 à 17:04
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3