Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Intel : la baisse de l'euro rime avec la baisse des prévisions

Nous sommes le vendredi 13 et tout va bien
Economie 3 min
Intel : la baisse de l'euro rime avec la baisse des prévisions

Les temps sont finalement un peu plus durs que prévu pour Intel. La firme de Santa Clara vient en effet d'annoncer une baisse de ses prévisions pour le trimestre en cours, qui étaient apparemment un peu trop ambitieuses et n'avaient pas anticipé la récente baisse de l'euro.

Jusqu'ici, tout allait bien

Lors de la présentation de ses résultats annuels en janvier dernier,  Intel apparaissait en pleine forme. Le chiffre d'affaires avait grimpé de 6 % sur un an à 55,9 milliards de dollars, mais surtout son bénéfice net avait gonflé de 22 % par rapport à 2013, s'établissant ainsi à 11,7 milliards de dollars.

Sur les trois derniers mois de 2014, la tendance était la même et le fondeur comptait bien poursuivre sur cette lancée lors du premier trimestre de 2015. Le géant de Santa Clara tablait alors sur un chiffre d'affaires de 13,7 milliards de dollars (à plus ou moins 500 millions près), soit 900 millions de dollars de plus que l'an passé sur la même période, avec une marge brute autour des 60 %, en ligne avec les résultats du premier trimestre 2014.

Soudain, le marché des PC recule et l'euro baisse

Seulement, Intel n'avait pas prévu deux évènements plutôt importants qui se sont déroulés ce trimestre. En janvier, le fondeur se félicitait d'avoir « revigoré » son activité sur le segment des puces pour ordinateurs personnels, avec une hausse de 3 % des revenus de cette branche sur un an. L'embellie aura malheureusement été de courte durée et la société évoque désormais « une demande plus faible que prévue pour les ordinateurs de bureau destinés aux entreprises », causée par « un renouvellement moins rapide que prévu des machines sous Windows XP dans les petites et moyennes entreprises ». Il sera donc intéressant de voir si Microsoft évoquera ce point le mois prochain lors de l'annonce de ses prochains résultats trimestriels. 

Autre problème remonté par le fondeur : « des conditions macroéconomiques et monétaires difficiles, particulièrement en Europe ». En d'autres termes, la récente et forte baisse de l'euro n'a pas fait du bien à la firme de Santa Clara. Ce point est assez simple à vérifier, il suffit de jeter un œil à l'historique du taux de change euro/dollar depuis le début de l'année. La monnaie européenne a ainsi été dévaluée de 12 % par rapport au dollar depuis le 1er janvier. Concrètement, tous les paiements en euro reçus aujourd'hui par la société valent 12 % de moins que prévu, ce qui peut avoir un impact non négligeable sur les revenus de l'entreprise. Pour rappel, la société de Santa Clara n'est pas la seule concernée et Apple a récemment revu le prix de ses MacBook, avec jusqu'à 300 euros d'augmentation pour la même configuration.

Euro vs Dollar YTD 13 mars 2015

Les conséquences ne se limiteront pas à ce trimestre

L'impact cumulé de ces deux facteurs, Intel l'évalue sur ce trimestre à environ 900 millions de dollars, ses prévisions pour son chiffre d'affaires sont donc passées de 13,7 milliards de dollars à 12,8 milliards de dollars « à plus ou moins 300 millions près », soit exactement la même valeur que celle enregistrée un an plus tôt.

Le fondeur avait également donné en janvier ses prévisions pour l'ensemble de 2015. Il était alors notamment question d'une croissance « à un chiffre, dans la fourchette médiane » avec une marge brute de 62 % « à quelques points près » en légère baisse par rapport aux 63,7 % enregistrés sur 2014.  Problème, avec les fameuses « conditions macroéconomiques et monétaires difficiles » auxquelles doit faire face le fondeur, l'exercice des prévisions devient plus compliqué. Qu'à cela ne tienne la société a tout simplement décidé de « retirer toutes les autres prévisions, qui seront mises à jour lors de la présentation des prochains résultats trimestriels, le 14 avril ».

Les marchés boursiers n'ont que moyennement apprécié la nouvelle et ont rapidement sanctionné Intel. Sur la dernière séance du NASDAQ, la société a vu son cours chuter de 4,73 %, ce qui la valorise tout de même à hauteur de 153 milliards de dollars.

27 commentaires
Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 13/03/15 à 08:36:41

Bientôt l'euro sous le $ ce sera bon pour nos export. (moins bon pour les achats d'humble bundle ^^)

Après je ne me fais pas trop de souci pour Intel.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 13/03/15 à 08:37:40

L'euro baisse, et les salaires n'augmentent pas. Ca va pas s'arranger.:D

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 13/03/15 à 09:39:14

Bah oui, la baisse de l'€ va forcément augmenter le prix des marchandises importées et/ou matières premières importées.

Donc baisse du pouvoir d'achat. C'est une partie de l'aspect négatif de la baisse de la monnaie.

Avatar de kikoo26 Abonné
Avatar de kikoo26kikoo26- 13/03/15 à 09:45:28

On note la différence de stratégie entre Apple et Intel :

"L'euro baisse, on augmente les prix pour préserver les marges en dollars !" (alors qu'ils laissent la plupart de leur argent en Europe parce qu'il y aurait trop de taxes pour rapatrier aux US)

"L'euro baisse ? Bon ben tant pis, on gagneras moins que prévu sur les mois à venir"

Avatar de Firefly' Abonné
Avatar de Firefly'Firefly'- 13/03/15 à 09:57:35

"L'euro baisse ? Bon ben tant pis, on gagneras moins que prévu sur les mois à venir"

Ben oui, car ils vont eux aussi augmenter les tarifs(en euro pour gagner autant en $ au final ) et savent qu'il vont vendre moins du coup..

Édité par Firefly' le 13/03/2015 à 09:57
Avatar de anonyme_ba589e8ac9f0494df63f7c9b90643523 INpactien

Je ne comprends pas, l'euro à baisser de plus de 30 % entre juin 2014 et aujourd'hui, je n'ai pas l'impression que nous sommes 30% plus pauvre...

Cela signifie t'il que l'inflation ne serait pas si horrible que cela. :windu:
Finalement la sortie de l'euro n'est peut être pas l'apocalypse que l'on nous vend.

Comme dis kikoo26 il est marrant de voir le comportement de deux sociétés américaines.
Entre l'une qui augmente ces tarifs et l'autre qui "accepte" de voir ses bénéfices chuter.

Avatar de anonyme_edadaecc91c3bb908a8e0ab43a984c71 INpactien

metaphore54 a écrit :

Bah oui, la baisse de l'€ va forcément augmenter le prix des marchandises importées et/ou matières premières importées.

Donc baisse du pouvoir d'achat. C'est une partie de l'aspect négatif de la baisse de la monnaie.

Pour ceux qui se fournissent essentiellement à l'étranger tu veux dire. Mais bon dans l'info pas le choix.

neokoplex a écrit :

Je ne comprends pas, l'euro à baisser de plus de 30 % entre juin 2014 et aujourd'hui, je n'ai pas l'impression que nous sommes 30% plus pauvre...

Cela signifie t'il que l'inflation ne serait pas si horrible que cela. :windu:
Finalement la sortie de l'euro n'est peut être pas l'apocalypse que l'on nous vend..

Je ne suis pas aussi certain que les effets soient aussi "instantannés" que tu veuilles bien le croire. Les produits de base : nourriture logement... sont quand même majoritairement produits en france et ne sont pas impactés directement par la baisse de l'euro. Par contre il seront impacté en décalage de phase car l'agriculture, le BTP ... s'approvisionnent en matériel à l'exterieur par ex...

Avatar de van25fr INpactien
Avatar de van25frvan25fr- 13/03/15 à 10:49:34

La baisse de l'euro fait ralentir le marché de l'informatique en europe.

Rien que pour moi, je voulais acheter des disques dur WD red de 4Tio (6 au total) pour des NAS
Le prix est passé de 140€ en octobre 2014 à 170€ aujourd'hui .
soit pour les 6 DD 180 € supplémentaires. 
Là j’attends mais l'euro à encore plonger donc le prix des disques vont encore monter.

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 13/03/15 à 10:54:55

.  

Tourner.lapache a écrit :

Pour ceux qui se fournissent essentiellement à l'étranger tu veux dire. Mais bon dans l'info pas le choix.

Oui pour ce qui vient d'en dehors de la zone €, c'est soit dans la marge  soit le client qui paiera la nouvelle parité.

 

Avatar de Uther Abonné
Avatar de UtherUther- 13/03/15 à 10:56:36

neokoplex a écrit :

Je ne comprends pas, l'euro à baisser de plus de 30 % entre juin 2014 et aujourd'hui, je n'ai pas l'impression que nous sommes 30% plus pauvre...

Cela signifie t'il que l'inflation ne serait pas si horrible que cela. ![:windu:](https://cdn2.nextinpact.com/smileys/windu.gif) Finalement la sortie de l'euro n'est peut être pas l'apocalypse que l'on nous vend. Comme dis kikoo26 il est marrant de voir le comportement de deux sociétés américaines. Entre l'une qui augmente ces tarifs et l'autre qui "accepte" de voir ses bénéfices chuter.

 Il y a plusieurs facteur a cela.

 Le plus important est que le cour du pétrole, qui est de loin notre première importation, s'est effondré à peu près en même temps que l'euro. Si ça n'avait pas été le cas tu peux être sur que tu aurais eu les routiers, agriculteurs pécheurs,... et autre professions qui en dépendent directement dans la rue, comme à chaque grosse hausse pour demander des compte a un gouvernement qui n'y peux pas grand chose.

  De plus il faut voir que la majorité de nos importations vient toujours de la zone euro, ce qui ne nous impacte pas.
 
 Ensuite il y a un délai entre le moment ou l'euro augmente et celui ou les distributeurs grand public mettent a jour leur prix. Intel ne sont pas des enfants de chœur, il veulent éviter le hausse qui sont psychologiquement mauvaises pour le consommateur, mais il mettront évidement à jour leur prix si la baisse se confirme comme l'a fait Apple. La hausse ne se ressentira  pas forcément immédiatement sur le portefeuille, mais se fera forcément à la longe si la situation perdure, surtout dans l'informatique ou tout se fait en dollars.
 
Donc oui il y aura un impact pour le pouvoir d'achat, certainement pas cataclysmique(sauf si le pétrole repart à la hausse), mais je pense que ça vaut bien une compétitivité accrue de nos exportations.

Édité par Uther le 13/03/2015 à 11:00
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3