Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le statut des plateformes suscite des doutes à Bruxelles

Statu quo ?
Droit 3 min
Le statut des plateformes suscite des doutes à Bruxelles
Crédits : Marc Rees (CC-By-SA 2.0)

La France milite avec l'Allemagne pour l'avènement d'un nouveau statut des intermédiaires techniques. L'intérêt ? Faire peser sur les gros hébergeurs de nouvelles responsabilités. Problème, ce vent de réforme soutenue par Fleur Pellerin et Axelle Lemaire s'essouffle à Bruxelles.

À maintes reprises, Fleur Pellerin a exprimé sa volonté de faire modifier le statut juridique des hébergeurs. Jugé trop ancien – il remonte à une loi de 2004, transposant une directive de 2000 – ce statut agace les ayants droit qui aimeraient faciliter la mise en responsabilité de ces intermédiaires techniques. À ce jour, ils n’ont qu’une responsabilité conditionnelle face aux contenus mis en ligne par les internautes. Pour faire simple, ce n’est que s’ils restent passifs après avoir été alertés dans les formes qu’ils peuvent être poursuivis pour les contenus illicites transférés ou stockés dans leurs serveurs.

La solution a été suggérée par le Conseil d’État qui pousse en avant le statut des plateformes. Celui-ci serait hybride, réservé aux grands acteurs qui ne sont ni tout à fait hébergeurs, ni éditeurs, dans l’optique de la Rue de Valois. Selon le dernier rapport annuel de la haute juridiction, il serait en effet réservé aux intermédiaires qui « proposent des services de classement ou de référencement de contenus, biens ou services mis en ligne par des tiers ».

De nouvelles obligations

Au titre des nouvelles contraintes, ils seraient soumis à une obligation de loyauté envers les utilisateurs non professionnels (droit de la consommation) ou professionnels (droit de la concurrence). Ils devraient mettre à disposition des ayants droit des outils de détection des contrefaçons, outils activés sur ordre d’une autorité administrative (proposition 28 du rapport) afin d’empêcher sur une période donnée la réapparition d’un contenu ayant déjà fait l’objet d’un retrait.

Le véhicule législatif est déjà trouvé, semble-t-il. Selon Les Échos, ce pourrait être l’un des wagons du projet de loi numérique d’Axelle Lemaire, programmé en Conseil des ministres pour cet été.

De nouveaux écueils

Seulement, cette mesure doit décrocher le feu vert de Bruxelles. Problème : la nouvelle commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, ne semble pas bien prête à ouvrir les vannes. Celle qui vient de rencontrer Éric Schmidt le 2 mars dernier a expliqué au site allemand Wirtschaftswoche que la « plateforme » était un statut bien vague : « Les plateformes, telles que je le perçois, sont toutes très différentes : Google, Facebook et SAP, pour n’en citer que trois d’entre-elles. » Autre chose. Bruxelles n’a pas été avertie de ce projet que la France défend avec l’Allemagne.

Ces propos sont à rapprocher de ceux du cabinet de Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques. Interrogé par l’Asic (Association des sites Internet communautaires) sur la question de ce nouveau statut, celui-ci a déjà jugé qu’il était « important que l’économie numérique continue de croître en s’appuyant sur un cadre juridique stable qui assure un juste équilibre entre les intérêts des utilisateurs, des créateurs et des entreprises ». Le même cabinet a par ailleurs précisé à l’Association des sites Internet communautaires que ces réformes n’étaient « pas à l’ordre du jour de la Commission ».

7 commentaires
Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Déjà que le ministère de la Culture n'arrive pas à accorder ses violons avec ses collègues socialistes européens, il se la joue en duo avec l'Allemagne, alors que Bruxelles ne l'entend pas de cette oreille...

Après autant de fausses notes, il serait peut-être temps de changer de partition.

Avatar de Vilainkrauko Abonné
Avatar de VilainkraukoVilainkrauko- 11/03/15 à 15:18:39

ActionFighter a écrit :

Déjà que le ministère de la Culture n'arrive pas à accorder ses violons avec ses collègues socialistes européens, il se la joue en duo avec l'Allemagne, alors que Bruxelles ne l'entend pas de cette oreille...

Après autant de fausses notes, il serait peut-être temps de changer de partition.

A mon avis ils essayent de faire pire que le portmouth sinfonia ! :francais:

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Vilainkrauko a écrit :

A mon avis ils essayent de faire pire que le portmouth sinfonia ! :francais:

Et ils sont en passe d'y arriver :transpi:

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 11/03/15 à 15:39:42

Fleur Pellerin aura son poste chez la SACEM ou Universal à la fin de son CDD de ministre. Qu'elle ne s'inquiète plus.

Avatar de linkin623 INpactien
Avatar de linkin623linkin623- 11/03/15 à 16:01:39

:incline: Un respect total pour eux

Avatar de sushis INpactien
Avatar de sushissushis- 11/03/15 à 16:42:30

Moi :supervomi: Fleur

Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

La mauvaise fleur / herbe, je pisse dessus ...c'est efficace et cela défoule ...

je pense que l'application en remplaçant par "ministre" aka "trou du c*l" ...aurait sa place ....

M'enfin ,je dis cela ,je n'ai rien dit !

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.