Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La justice américaine alloue 25 000 $ aux victimes d’une requête DMCA frauduleuse

J'ai la requête qui colle
Droit 3 min
La justice américaine alloue 25 000 $ aux victimes d’une requête DMCA frauduleuse
Crédits : serggn/iStock/Thinkstock

La justice américaine vient de condamner un Britannique qui avait brandi le Digital Millenium Copyright Act pour obtenir de WordPress le retrait d’un billet de blog un peu trop gênant. Dans un jugement rendu cependant par défaut – le mis en cause n’ayant pas répondu aux accusations – le magistrat en charge du dossier a alloué plus de 25 000 dollars à l’auteur du billet litigieux ainsi qu'à son hébergeur.

Le Digital Millennium Copyright Act utilisé pour obtenir la censure d'un billet de blog

Tout a commencé en août 2013 par la publication d’un banal billet de blog. Le Britannique Oliver Hotham, étudiant en histoire et parallèlement journaliste freelance, diffuse les réponses qui lui ont été apportées au travers d’un email par une organisation opposée au mariage gay, Straight Pride UK. Sauf que quelques jours plus tard, un représentant de l’association contacte WordPress, qui héberge son blog, afin que le billet litigieux soit supprimé. Motif invoqué ? Oliver Hotham n’était « pas autorisé à reproduire ce contenu ».

Pour réclamer cet effacement, Straight Pride UK brandit la législation américaine applicable aux hébergeurs (dite « DMCA ») pour les cas d’atteintes au copyright. De la même manière qu’un ayant droit demanderait à YouTube de retirer un film manifestement illicite, l’organisation invite WordPress à se plier à sa requête, faute de quoi sa responsabilité pourrait être engagée devant les tribunaux. C’est ce qu’on appelle le principe du « notice and take down » (une notification, un retrait) : l’hébergeur devient responsable s’il n’agit pas après qu’un ayant droit l’a averti de l’illicéité d’un contenu hébergé sur ses serveurs.

La requête frauduleuse se retrouve devant les tribunaux

Suite au retrait de son billet, Oliver Hotham ne s’est pas laissé faire. Il a déposé une contre-notification auprès de WordPress, afin de contester cet effacement. L’hébergeur s’est même allié à l’étudiant, puisqu’ils ont déposé une assignation commune devant la justice californienne en novembre 2013. Les deux parties faisaient alors valoir que la demande du représentant de Straight Pride UK était « frauduleuse » et le contenu visé « parfaitement licite ». Selon eux, l'intéressé n'avait « pas fait cela pour protéger légitimement sa propriété intellectuelle, mais pour essayer de censurer la liberté d’expression d’Hotham ».

L'individu mis en cause, basé au Royaume-Uni, n’a cependant pas répondu à cette procédure judiciaire intentée sur le sol américain depuis de nombreux mois. Lundi, le juge Phyllis Hamilton a ainsi fini par rendre un jugement « par défaut » à l’encontre de ce représentant de Straight Pride UK, estimant que les accusations d’Oliver Hotham et d’Automattic (propriétaire de WordPress) étaient « complètes » et « fondées ».

Au travers de sa décision (PDF), révélée par TorrentFreak, le magistrat a alloué 960 dollars d’indemnités à Oliver Hotham, au titre du « temps et du travail » qu'il a consacré à cette affaire. Automattic a de son côté obtenu 1 860 dollars, plus 22 264 dollars de frais de justice.

Un signal face aux nombreux cas de requêtes illégitimes ? 

S’il est loin d’être acquis que les parties arrivent à obtenir le paiement de ces sommes, ce jugement pourrait envoyer un signal aux auteurs de requêtes illégitimes voire carrément frauduleuses. On pourra à cet égard citer l’exemple de ces demandes transmises à Google par des majors d’Hollywood qui prétendaient détenir des droits sur le documentaire « The Pirate Bay – AFK », pourtant sous licence Creative Commons. Le moteur de recherche avait procédé à un déréférencement avant de revenir sur sa décision, suite à une contre-notification de son réalisateur.

Rappelons enfin qu’en France, l’article 6 de la loi pour la confiance dans l’économie numérique prévoit que le fait de signaler « un contenu ou une activité comme étant illicite dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion, alors qu'elle sait cette information inexacte, est puni d'une peine d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende ». 

33 commentaires
Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 06/03/15 à 16:25:21

Bien maintenant il faut le faire a chaque "erreur".

Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 06/03/15 à 16:25:55

la répartition des 25000€ fait peur ... 22 264 € de frais de justice et quelques 3000€ de dommages & intérêts ... et on se surprend que les personnes ne veulent pas prendre le temps de se battre contre ces pratiques ...

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 06/03/15 à 16:26:13

5 minutes pour demander l'effacement d'un contenu via la DMCA. 1 an et demi pour obtenir réparation auprès de la justice...

Édité par John Shaft le 06/03/2015 à 16:27
Avatar de Mithrill INpactien
Avatar de MithrillMithrill- 06/03/15 à 16:28:41
Édité par Vincent_H le 03/02/2017 à 07:03
Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 06/03/15 à 16:34:12

La "Copyright Madness" développe surtout le business du légal :D

Ceci dit, je trouve la peine de Straight Bidule super légère. De la censure privée, ça mérite la prison.

Avatar de Poppu78 INpactien
Avatar de Poppu78Poppu78- 06/03/15 à 16:38:02

Ce que je n'arrive pas à comprendre  c'est que d'après l'article c'est la personne ayant demandé le retrait qui est condamnée. Sachant qu'il a agit au nom de son association est-ce que ce n'est plutôt celle-ci qui aurait du l'être ? (quitte à se retourner ensuite vers le gars en question, mais du côté de la justice britannique cette fois).

Avatar de MasterDav INpactien
Avatar de MasterDavMasterDav- 06/03/15 à 17:11:52

est puni d'une peine d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende

15K€ ça semble light...

Avatar de A-snowboard INpactien
Avatar de A-snowboardA-snowboard- 06/03/15 à 17:12:19

Je me pose une question, ça se passe comment pour le paiement ?

Car le british, je pense qu'il va se démerder pour ne pas payer non ?

Après je comprend qu'il se déplace pas. Je ne vais pas aller me payer un billet d'avion par ce qu'un ricain m'assigne en justice.

D'ailleurs en france, les procès ont lieu au tribunal le plus proche de l'accusé. (et non de celui qui accuse)

Édité par A-snowboard le 06/03/2015 à 17:13
Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 06/03/15 à 17:37:51

J'ai eu des cas de demande de retrait abusive de certaines de mes œuvres de fiction sur Wordpress, directement de la part de parfaits inconnus qui prétendaient que je portais atteinte à leurs activités associatives...

Je les ai toujours calmé en leur envoyant l'adresse du TGI dont je dépends en leur disant que j'attendais la mise en demeure du Procureur de la République dont ils dépendaient pour donner suite. Curieusement, aucune de ces demandes n'a dépassé ce stade...

Édité par Commentaire_supprime le 06/03/2015 à 17:38
Avatar de A-snowboard INpactien
Avatar de A-snowboardA-snowboard- 06/03/15 à 17:53:45

Commentaire_supprime a écrit :

J'ai eu des cas de demande de retrait abusive de certaines de mes œuvres de fiction sur Wordpress, directement de la part de parfaits inconnus qui prétendaient que je portais atteinte à leurs activités associatives...

Je les ai toujours calmé en leur envoyant l'adresse du TGI dont je dépends en leur disant que j'attendais la mise en demeure du Procureur de la République dont ils dépendaient pour donner suite. Curieusement, aucune de ces demandes n'a dépassé ce stade...

Si c'est que ça. Le problème c'est qu'au vu de la règlementation actuelle. Bientôt ils vont te court-circuiter en passant par l'hébergeur.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4
  • Introduction
  • Le Digital Millennium Copyright Act utilisé pour obtenir la censure d'un billet de blog
  • La requête frauduleuse se retrouve devant les tribunaux
  • Un signal face aux nombreux cas de requêtes illégitimes ? 
S'abonner à partir de 3,75 €