Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Spartan : Microsoft explique son besoin d'un nouveau navigateur

Fini la cohabitation forcée
Logiciel 4 min
Spartan : Microsoft explique son besoin d'un nouveau navigateur

Microsoft a publié hier soir un important billet sur l’un de ses blogs afin d’expliquer les raisons qui l’avaient poussé à mettre en place son projet Spartan. Même si le nouveau navigateur n'est que partiellement disponible, beaucoup se demandent en fait pourquoi l’éditeur a ressenti le besoin de repartir sur des bases neuves. Le billet tente justement d’expliquer le raisonnement qui aboutira à l’abandon d’Internet Explorer.

Une cohabitation forcée entre l'ancien et le nouveau

Lorsque Microsoft a confirmé l’existence de son projet Spartan, il ne s’agissait déjà plus d’un secret de polichinelle. Cela faisait en effet des mois que des rumeurs couraient sur un nouveau navigateur, mais déjà la question était claire : pourquoi un nouveau navigateur puisque les améliorations sur le moteur de rendu d’Internet Explorer étaient particulièrement significatives depuis la version 9, accélérant même avec le temps ?

C’est justement sur cette interrogation que Microsoft est intervenu hier soir dans un long billet explicatif. La firme se dit consciente que la stratégie peut manquer de clarté, mais les raisons sont relativement logiques. Pour l’éditeur, il s’agissait avant tout d’un constat : la situation était devenue complexe avec Internet Explorer, et il devenait toujours plus délicat de renforcer la bascule vers le tout-HTML5 tout en gardant une compatibilité avec d’anciens sites.

Microsoft explique ainsi que tout le problème résidait dans la cohabitation forcée entre l’ancien et le nouveau. L’ancien est d’autant plus délicat à gérer qu’il est conçu spécifiquement pour une vieille version d’Internet Explorer. Le mode de compatibilité est devenu plus complexe à faire fonctionner avec les années afin de prendre en compte tous les cas. D’un autre côté, maintenir ce mode retardait l’évolution nécessaire vers des technologies plus modernes. De plus, « corriger les bugs d’interopérabilité de longue date avec les autres navigateurs modernes pouvait en fait casser les sites qui avaient été codés pour un comportement spécifique à IE ». La liste de compatibilité intégrée au navigateur, qui permet une bascule automatique dans le bon mode, n’est par ailleurs qu’une rustine, tout en réclamant des ressources pour son entretien.

« Nous avions besoin d’un plan pour simplifier le travail des développeurs »

En d’autres termes, le maintien de l’ancien et l’évolution accélérée vers les standards devenaient trop complexes à réunir au sein d’un seul navigateur : « Nous avions besoin d’un plan pour simplifier le travail des développeurs qui voulaient construire des sites compatibles, quel que soit le premier navigateur choisi. Nous avions besoin d’un plan qui assurait à notre client une bonne expérience, quel que soit le site visité. Nous avions besoin d’un plan qui donnerait aux clients professionnels un navigateur qui préserverait la compatibilité, quel que soit le rythme choisi pour les fonctionnalités HTML5 modernes ».

Windows 10 Spartan

La conséquence est évidemment Spartan. Débarrassé des contraintes de la compatibilité avec les anciens modes de rendus et l’ensemble des modifications spécifiques à Internet Explorer, Microsoft était libre de partir sur d’autres bases. Le projet n’était au départ qu'un simple « fork » de MSHTML.dll, autrement dit le moteur d’IE, mais a rapidement évolué selon l’éditeur. Le choix a également été fait de partir sur un nouvel « agent user » (identifiant du navigateur) pour être certain que les sites n’enverraient pas du code spécifique à Internet Explorer. Ce qui signifiait aussi un taux de compatibilité moindre au début.

Une prise de conscience

La firme ne cache pas que le projet Spartan est parti d’une prise de conscience et d’un besoin de prendre le taureau par les cornes. Il n’était plus question de demander aux développeurs de changer leur code pour un navigateur, mais bien l’inverse. Le nombre de standards qui sera pris en charge sera donc beaucoup plus élevé dans Spartan et Microsoft travaille à corriger quelque 3 000 bugs d’interopérabilité.

Par ailleurs, et c’est sans doute l’un des points les plus importants à retenir, Spartan sera considéré comme un service sous Windows 10. Conséquence directe : il sera mis à jour très régulièrement. Microsoft ne précise pas le rythme, mais il faut s’attendre à des nouveautés bien plus fréquentes que pour IE, dont les évolutions importantes survenaient au maximum une fois par an. Ceux qui utilisent Chrome ou Firefox savent que des mises à jour régulières permettent de supporter beaucoup plus rapidement les standards du web, toujours en mouvement.

Spartan devra quand même faire face à la même concurrence acharnée

Bien que Microsoft ne l’aborde pas, Spartan sera également l’occasion de se mettre au diapason de la concurrence. Il est clair que si la firme parvient à simplifier la vie des développeurs en ne requérant aucun changement dans le code, il faudra d’autres arguments pour les utilisateurs. La firme devrait revenir prochainement sur les nouvelles fonctionnalités, notamment le système d’extensions dont les rumeurs indiquent qu’il serait compatible avec celui de Chrome.

Au final, l’initiative de l’éditeur est positive puisqu’elle devrait faire sauter bon nombre de barrières techniques. Mais Microsoft prend plusieurs risques en repartant de zéro. Spartan (il ne s’agit sans doute pas de son nom commercial) est en effet inconnu du grand public. Même s’il sera livré avec Windows 10, il fera toujours face à la concurrence très rude imposée par Chrome et Firefox, et surtout à la forte inertie créée par les habitudes. Car, après tout, pourquoi changer de navigateur si l’on est satisfait de ce que l’on utilise déjà ?

201 commentaires
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Le changement de nom fera la différence à lui seul ,je pense.

Avatar de alain57 INpactien
Avatar de alain57alain57- 27/02/15 à 09:55:23

En gros ie est devenu un problème y compris pour ms....
Dire qu'ils ont volontairement pas respecté les standards pour faire chier mozilla a l'epoque....

Avatar de Lafisk INpactien
Avatar de LafiskLafisk- 27/02/15 à 09:57:02

parce que mozille et google respectent vachement les standards en foutant des balises proprio a tout va ... dans cette "guerre" aux standards aucun n'est ni gagnant ni bon franchement, enfin si on veut etre honnete ... apres, si on veut basher sur l'un ou sur l'autre ...

Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 27/02/15 à 09:58:19

bah, IE est juste un nom de façade. Je parie qu'avec l'arrivée de spartan, le nom officiel sera toujours IE.

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 27/02/15 à 09:58:27

Il n'était pas plus simple et beaucoup plus rapide de partir sur du libre comme le font les concurrents ?

Avatar de jinge INpactien
Avatar de jingejinge- 27/02/15 à 09:58:43

En espérant que ça va un peu relancer le développement des navigateurs qui s'est un peu endormi ces derniers temps, depuis que Chrome a atteint ses objectifs de PDM...
Si MS pouvait sortir un navigateur léger et rapide, ça serait top :) 

Avatar de anonyme_1bf5134079a271df707c7f40edc86fdb INpactien

Opera + IE = tranquil, je vais sur IE que quand j'ai un soucis sur Opera, ça arrive rarement^^

Avatar de Vincent_H Équipe
Avatar de Vincent_HVincent_H- 27/02/15 à 10:00:46

Si on voulait être honnête, on saurait que les balises spécifiques sont effacées dès que la techno visée devient un standard en général, les logs de Mozilla mentionnent souvent ces changements par exemple.

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 27/02/15 à 10:00:51

C'est souvent comme ça de toute façon.
Quand le dinosaure devient impossible à maintenir autant le zigouiller et repartir sur une base saine.
Même Windows y est passé vu qu'il me semble que Vista est reparti de zéro.

Avatar de seboss666 Abonné
Avatar de seboss666seboss666- 27/02/15 à 10:03:55

Chrome n'est pas libre. Pour être honnête, Mozilla ne l'est pas complètement non plus (marque "Mozilla" protégée), mais au moins le code source du navigateur est dispo.

Et oui, je sais, Chromium lui est open-source. Chrome n'est PAS Chromium, tu ne sais pas ce qu'ils ajoutent avant de le compiler (sniffeurs NSA-compliant, sniffeurs maison ?).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 21