Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Fichier TAJ : la CNIL épingle l’Intérieur et la Justice

Oh! et gaz à tous les TAJ
Droit 4 min
Fichier TAJ : la CNIL épingle l’Intérieur et la Justice

Déjà dénoncés pour leurs trop nombreuses erreurs, un nouveau cafouillage vient pourrir les fichiers de police. Cette fois, c’est le fameux fichier TAJ, ou Traitement des Antécédents Judiciaires, qui est en cause. La CNIL considère spécialement que les ministères de l’Intérieur et de la Justice sont beaucoup trop lents pour respecter les délais encadrant le droit d’accès et de rectification des justiciables. Explications.

En 2012, le TAJ a fusionné les actuels fichiers STIC et JUDEX pour concentrer dans sa mémoire l’ensemble des informations relatives aux personnes soupçonnées de crime, délit ou contravention grave, mais également celles de leurs victimes. Des données stockées pour une durée de 5 à 40 ans suivant les cas, avec des informations parfois très sensibles.

Dans un précédent avis sur ce système, la CNIL rappelait qu’en fonction des infractions considérées (voir notre actualité), il est possible d’y trouver, outre évidemment le nom, le surnom, l’adresse, le sexe, la photo, la date ou encore lieu de naissance de l’intéressé, des informations « laissant apparaître les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l'appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci ».

TAJ d'huile

Selon le dernier rapport du Conseil d’État, ce mécanisme compte 12,2 millions de fichiers concernant les « mis en causes ». L’intérêt d’un tel méga fichier ? Faciliter la recherche des auteurs d’une infraction en permettant aux autorités de scruter ses précédentes mises en cause. Depuis la loi sur la sécurité intérieure du 17 mars 2003, le TAJ peut tout autant être exploité pour l’accès à la nationalité française, les titres de séjour, mais encore les enquêtes administratives notamment en vue d’un emploi public dans une activité à risque (défense, etc.).

On comprend du coup l’importance de données fiables ou, inversement, les conséquences de données erronées dans la vie d’une personne, privée par exemple de postuler à tel emploi public. Des cas malheureusement loin d’être rares, comme le relevait un rapport parlementaire qui dénonçait un taux d’erreur trop important dans le STIC.

Les citoyens ne sont heureusement pas dépourvus d’action, seulement ils ne possèdent ici qu’un droit d’accès (et de rectification) indirect. Cela tient à la sensibilité de ces fichiers qui intéressent la sûreté de l’État, la défense ou la sécurité publique.

 Sur le papier, des délais bien encadrés

Comment se passe concrètement ce droit d’accès ? Sur le papier, la personne qui veut s’assurer que sa fiche est conforme à la réalité doit d’abord adresser sa demande via la CNIL. Idéalement, tout doit être traité dans les 6 mois.

La CNIL va d’abord désigner l’un de ses membres (uniquement un ancien magistrat) pour mener à bien les investigations et procéder aux éventuelles modifications. Contacté, le responsable du traitement (police ou gendarmerie) dispose ensuite d’un mois et demi pour saisir le ou les procureurs concernés, délai majoré d’un mois en cas d’affaire complexe. Chaque parquet doit alors se prononcer dans les trois mois et leur réponse est transmise au responsable du traitement. Celui-ci en informe alors la CNIL dans un délai de 15 jours.

Le magistrat de la CNIL en charge du droit d’accès indirect procède enfin aux vérifications et fait procéder aux éventuelles rectifications. Sauf opposition du parquet, de la gendarmerie ou de la police, la personne concernée est informée.

En pratique, des délais très peu respectés

Problème : « Les services de la police nationale et les Parquets ne respectent pas les délais » dénonce la CNIL dans une délibération publiée avant hier. Elle constate que le plafond des 6 mois est tout bonnement explosé. Quelques exemples ? 20 % des demandes d’accès reçues en 2012 par la CNIL sont toujours en cours d’instruction. Le chiffre monte à 60 % pour celles de 2013 et même 80% en 2014. Quand, une réponse a finalement été apportée, le délai moyen est de… 16 mois.

D’où viennent ces bugs ? Majoritairement d’« un défaut de saisine des Parquets par les services de police nationale », qui oublient donc le délai d’un mois et demi. Ces mêmes services trainent aussi des pieds pour centraliser les procédures à l’origine de l’enregistrement, « ce qui a pour effet d’allonger de manière importante les délais de traitement » regrette la CNIL. Parfois encore, ce sont les parquets qui sont épris de lenteur excessive, oubliant de respecter le délai de trois mois, voire de répondre.

Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira mis en demeure

La Commission estime du coup qu’« en ne respectant pas les délais qui leur sont ainsi impartis, les services de la Police nationale et les Parquets privent les personnes concernées d’un droit d’accès indirect efficace aux données les concernant enregistrées dans le TAJ. »

Celle-ci vient de mettre en demeure le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice de corriger le tir dans les trois mois. À défaut ? Joueront ici les possibles sanctions prévues à l’article 45 de la loi de 78. Soit un avertissement-sanction qui, s’il reste encore sans effet, pourra se muer en une information du Premier ministre pour qu’il prenne, « le cas échéant, les mesures permettant de faire cesser la violation constatée. »

39 commentaires
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Concours de jeu de mot dans l'article ?

Sinon ,y en a qui croit encore aux bisounours dans ce pays de bien pensants à base umps ?

Avatar de neeloots INpactien
Avatar de neelootsneeloots- 25/02/15 à 10:15:46

concrètement, j'ai du mal à imaginer quel moyen de pression efficace la CNIL a à sa disposition pour faire plier le ministère de l'intérieur.

Avatar de Zyami Abonné
Avatar de ZyamiZyami- 25/02/15 à 10:17:55

Papa Panda a écrit :

Concours de jeu de mot dans l'article ?

Sinon ,y en a qui croit encore aux bisounours dans ce pays de bien pensants à base umps ?

Non mais je crois pas plus  au FdG qu'au FN.

 

neeloots a écrit :

concrètement, j'ai du mal à imaginer quel moyen de pression efficace la CNIL a à sa disposition pour faire plier le ministère de l'intérieur.

Bah ils en parlent déjà, c'est un bon début.

Avatar de svoboda INpactien
Avatar de svobodasvoboda- 25/02/15 à 10:18:40

Soit un avertissement-sanction qui, s’il reste encore sans effet, pourra se muer en une (très) potentielle injonction de cesser le traitement.
les ministres en tremblent déjà !
TAJ maal ?

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 25/02/15 à 10:28:20

C'est désolant d'en arriver là.

Le pire reste que ce problème d'erreurs de traitement (et de délai) n'est pas limité au TAJ mais doit bien concerner de nombreux services de l'administration.

J'ai eu l'occasion de tomber sur ce phénomène avec l'INSEE, l'URSSAF et le centre des impôts récemment (les 3 en même temps oui).
Les impôts sont venus me réclamer des sous (CFE) pour une activité d'auto-entrepreneur... arrétée il y a 3 ans. Malgré les déclarations en ligne et les courriers recommandés de cessation d'activité, ils n'avaient pas pris en compte cet arrêt. Idem pour l'Urssaf et l'INSEE, malgré les 3 (oui 3!!) courriers recommandés bien reçus de leur part. Il m'a fallu 4 mois pour faire corriger ces erreurs.

Si les fichiers de police sont gérés de la même manière que ceux des entreprises,  les problèmes sont  pas prêt de s'améliorer.

Édité par js2082 le 25/02/2015 à 10:29
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Tout autant ... il serait temps de couper des têtes politiciennes ... m'enfin !

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 25/02/15 à 10:35:17

neeloots a écrit :

concrètement, j'ai du mal à imaginer quel moyen de pression efficace la CNIL a à sa disposition pour faire plier le ministère de l'intérieur.

Quel moyen de pression peut avoir une administration sur une autre?
Aucun, vu qu'au final, ça fait partie de la même administration au global (l'Etat).

A part si ces instructions viennent de l'Armée, rien ne changera.

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 25/02/15 à 12:07:31

Zyami a écrit :

Non mais je crois pas plus  au FdG qu'au FN.

 

Bah ils en parlent déjà, c'est un bon début.

Je crois tellement aux politiciens que je pense qu'à la prochaine élection je prend mon D20 avec moi dans l’isoloir.

Avatar de DetunizedGravity Abonné
Avatar de DetunizedGravityDetunizedGravity- 25/02/15 à 12:11:40

Donc, si je comprends bien, si faire les gros yeux ne suffit pas, on va dénoncer au grand frère Valls? Le même qui exhibe une volonté manifeste de ficher et videosurveiller les gens?

Qui est pour amender l'article 45 de la loi de 78 pour y ajouter une vraie sanction?

Avatar de Nicosan INpactien
Avatar de NicosanNicosan- 25/02/15 à 12:46:30

À défaut ? Joueront ici les possibles sanctions prévues à l’article 45 de la loi de 78.

  Soit un avertissement-sanction qui, s’il reste encore sans effet,
pourra se muer en une information du Premier ministre pour qu’il prenne,
« le cas échéant, les mesures permettant de faire cesser la violation constatée. »

HOulà.....    Cà fait vachement peur quand même ![:fr:](https://cdn2.nextinpact.com/smileys/france.gif)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4