Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le futur encadrement de la vente en ligne des lentilles et des verres correcteurs

Aux petits soins
Droit 3 min
Le futur encadrement de la vente en ligne des lentilles et des verres correcteurs
Crédits : Fuse/iStock/ThinkStock

La loi du 17 mars 2014 relative à la consommation a autorisé la vente en ligne de lentilles de contact oculaire et de verres correcteurs. Mais les cybermarchands proposant ces produits vont être astreints à une série d’obligations, que la France vient de notifier à Bruxelles dans le cadre d’un projet de décret d’application.

Depuis la grande loi sur la consommation du 17 mars 2014 (dite loi « Hamon »), les prestataires en ligne peuvent proposer des lentilles ou des verres correcteurs, mais en respectant une série de règles. Par exemple, le vendeur doit évidemment s’assurer de l’existence d'une « prescription médicale en cours de validité » mais surtout les sites en question doivent permettre au client d'obtenir « des informations et conseils auprès d'un opticien-lunetier » (voir sur le même sujet, notre interview).

Une série d'obligations d'informations pour les consommateurs

La loi en question avait renvoyé à un décret en Conseil d'État le soin de les détailler. Plus de 10 mois après la publication de cette loi, la France a notifié à Bruxelles le projet de décret qu’elle entend publier. Spécialement, les sites de vente en ligne de verres correcteurs et de lentilles de contact oculaires correctrices devront d’abord faire apparaitre de façon lisible un lien renvoyant vers la législation et réglementation applicable en matière d’optique-lunetterie et un autre lien vers le site de l’Agence sanitaire chargée de la sécurité des produits de santé.

En outre, le projet de décret rappelle les obligations résultant de la loi pour la confiance dans l’économie numérique (article 19 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004). Tant la société en charge de l’activité de vente à distance que les opticiens-lunetiers qui exercent au sein de cette structure devront mentionner identité ou raison sociale, adresse, numéro de TVA, outre des informations claires sur les prix, etc. Enfin, le site devra afficher le numéro d’enregistrement ou le numéro de déclaration obtenu par l’opticien-lunetier.

Devis gratuit, des contraintes sur les prix, etc.

Ce n’est pas tout. Les sites devront communiquer « un devis gratuit préalablement à la conclusion de la vente », tout en mentionnant cette obligation dans leur page. Le texte notifié à Bruxelles prévoit d’autres obligations encore :

  • Un espace personnel, mis à la disposition du patient, protégé par un accès sécurisé, dédié à ses échanges et transactions ;
  • Une mention visant à informer le patient qu’une preuve d’achat, signée de l’opticien-lunetier ayant procédé à la délivrance, lui sera remise lors de la livraison ;
  • Un accès aux stipulations contractuelles, lesquelles peuvent, le cas échéant, inclure les modalités relatives au délai de rétractation et au retour des produits ;
  • Le délai de conservation des données liées aux transactions effectuées, notamment les données médicales. Ce délai ne peut être inférieur à celui fixé par arrêté ;
  • Une représentation du conditionnement des lentilles oculaires correctrices actualisée ;
  • Des précautions d’emploi des lentilles oculaires correctrices, des verres correcteurs et des montures y compris les éventuelles mises en garde et recommandations établies par le fabricant ;
  • Le prix de vente exprimé en euros, toutes taxes comprises ;
  • Le montant des frais de livraison, lors du paiement de la commande ;
  • La date de mise à jour du site.
  • Dans tous les cas, le site de vente en ligne ne pourra faire mention d’une quantité minimale d’achats. 

L’opticien-lunetier en ligne devra également délivrer « à la demande du patient et à titre gratuit, un conseil pertinent, ciblé, approprié et individualisé aux heures et jours figurant sur le site ». Il recommandera « une consultation médicale en cas d’inconfort exprimé par le patient, faisant suite à l’utilisation du produit livré. »

Un décret publié au plus tôt en mai 2015

 Pour mémoire, une notification à la Commission ouvre un délai de trois mois durant lequel le texte notifié ne peut pas être publié au journal officiel. Pendant ce statu quo, la Commission et les autres États membres peuvent émettre des commentaires, réserves, etc. « sur le projet de texte auxquels l’État qui notifie est tenu de répondre avant l’adoption du texte » (voir sur cette procédure en particulier). En conséquence, ce n’est qu’en mai au plus tôt que le décret pourra être publié en France.

70 commentaires
Avatar de manbu INpactien
Avatar de manbumanbu- 09/02/15 à 16:32:34

Le lobby des opticiens a encore frappé. Mais ils ont encore du mouron à se faire, surtout quand on sait qu'il y a parfois une différence de 10 fois le prix sur les tarifs qu'ils pratiquent et ceux qu'on trouve sur le net.
De toutes façons ça m'est égal, mes lentilles je ne les achète qu'au Puy directement chez le fabricant.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 09/02/15 à 16:33:42

Ah... que ces terminologies sentent bon le régime spécial et les professions réglementées.

Le chauffeur-taxi, le marin-pêcheur, la sage-femme, l'ayant-droit, le député-maire, l'opticien-lunetier...

Avatar de kaito_kid Abonné
Avatar de kaito_kidkaito_kid- 09/02/15 à 16:43:54

Moi je les achète sur des sites UK maintenant mes lentilles, beaucoup plus simple... (et souvent moins cher)

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Je vois pas ce qu'il y a de choquant dans ces mesures. Les verres correcteurs et les lentilles sont des dispositifs médicaux, et il me semble normal qu'il y ait un minimum de contrôle.

Et plutôt que trop réglementée, je dirais que la profession ne l'a jamais été assez. Si on avait défini un quota d'opticiens par secteurs géographique, on ne se serait pas retrouvé avec 15 boutiques au mètre carré qui sont obligées de vendre leurs produits bien plus cher pour faire du chiffre.

Mais bon, libre-concurrence, toussa...

Édité par ActionFighter le 09/02/2015 à 16:52
Avatar de linconnu INpactien
Avatar de linconnulinconnu- 09/02/15 à 16:51:04

Pour les verres ça doit être une catastrophe les verres en ligne. Chez l'opticien ils font prendre des photos pour bien cadrer les verres avec les montures et les yeux. En ligne il n'y a pas tout ça.

Avatar de domFreedom INpactien
Avatar de domFreedomdomFreedom- 09/02/15 à 16:53:48

Faudrait surtout que nos ophtalmologistes nous fassent des ordonnances un peu moins incompréhensibles (typo) et que nous soient automatiquement fournis TOUS les éléments nécessaires à la fabrication de nos chères lunettes/verres correcteurs (écart pupillaire, et pas seulement la correction...) :fumer:

grilled by linconnu

Édité par domFreedom le 09/02/2015 à 16:56
Avatar de domFreedom INpactien
Avatar de domFreedomdomFreedom- 09/02/15 à 17:05:26

ActionFighter a écrit :

... on ne se serait pas retrouvé avec 15 boutiques au mètre carré qui sont obligées de vendre leurs produits bien plus cher pour faire du chiffre.

Mais bon, libre-concurrence, toussa...

:non: C'est pas la libre-concurrence qui fait que les prix sont astronomiques : les mutuelles ont fait du remboursement des lunettes un produit d'appel, ce qui a permis toutes ces magouilles sur les prix (genre je t'augmente à mort le prix des verres qui sont bien remboursés pour baisser le prix de la monture mal remboursé).
Y a eu pas mal de reportages TV là dessus, et des articles dans les journaux spécialisés...

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

domFreedom a écrit :

:non: C'est pas la libre-concurrence qui fait que les prix sont astronomiques : les mutuelles ont fait du remboursement des lunettes un produit d'appel, ce qui a permis toutes ces magouilles sur les prix (genre je t'augmente à mort le prix des verres qui sont bien remboursés pour baisser le prix de la monture mal remboursé).
Y a eu pas mal de reportages TV là dessus, et des articles dans les journaux spécialisés...

C'est un tout.

La multiplication des boutiques a provoquée une hausse des prix, du coup les mutuelles se sont rendues compte que les remboursements de l'optique était un moyen d'attirer le chaland, elles ont mieux remboursé, du coup, ça a fait monter les prix des lunettes et des mutuelles, etc...

Mais sans besoin spécifique de remboursement au départ, il n'y aurait pas eu une telle concurrence des mutuelles sur l'optique (concurrence encore plus féroce depuis l'arrivée des assureurs sur le marché des complémentaires santés).

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 09/02/15 à 17:18:04

Ce n'est pas un problème tant que ce ne sont pas des verres progressifs.

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 09/02/15 à 17:20:37

Pour le déchiffrement des ordonnances, faut juste qu'ils arrêtent les cursus médicaux (c'est commun à tout à les types de médecins) :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7