Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Après WorkDocs, Amazon dévoile WorkMail pour s'attaquer à Google Apps et Office 365

Et pendant ce temps, en Europe...
Internet 3 min
Après WorkDocs, Amazon dévoile WorkMail pour s'attaquer à Google Apps et Office 365

Amazon a donc décidé de se lancer réellement dans le marché des services pour les entreprises. Après avoir lancé WorkSpaces, elle renomme son gestionnaire et éditeur de fichier Zocalo en WorkDocs et officialise son offre WorkMail, accessible pour le moment sous forme d'une preview.

Alors que l'on était plutôt habitués à voir Amazon communiquer sur ses services grand public et sur ses nouveaux objectifs dans la production de films et de séries, la société vient de lever le voile sur deux de ses projets : WorkMail et WorkDocs. Derrière le nom de ce dernier se cache en fait une évolution de Zocalo, lancé l'année dernière. Pour rappel, il s'agit d'un service de stockage et d'édition de fichiers via une application web, un peu à la manière de Google Docs ou Office en ligne.

Amazon renomme Zocalo et lance WorkMail

Les clients d'Amazon Web Services ont d'ailleurs été prévenus de ce changement à travers un mail qui indique que « bien que le nom a changé, toutes les fonctionnalités restent les mêmes. » Cela permet par contre d'introduire une unicité dans la dénomination avec WorkSpaces mais surtout WorkMail. Un service entièrement nouveau qui permet de gérer emails et calendriers au travers des serveurs d'Amazon.

Vous disposez alors d'un compte qui peut être utilisé avec des clients sur mobile, ordinateur ou tablette, notamment via le protocole Exchange ActiveSync. Outlook peut ainsi être utilisé, mais aussi une intégration Active Directory au sein d'une entreprise. Bien entendu, il est aussi question d'une interface web propre à Amazon vous permettant de gérer vos différents calendriers et d'envoyer ou de consulter vos emails.

Le but est donc clairement de rentrer en concurrence avec Google Apps mais aussi avec les offres de Microsoft visant les petites entreprises puisque l'ensemble est de plus en plus complet. Ceux qui veulent garder un minimum de contrôle apprécieront d'ailleurs de pouvoir choisir l'emplacement des serveurs pour leurs données ou la possibilité de profiter du Key Management Service d'AWS qui permet d'utiliser des clefs de chiffrement maison.

Un tarif qui n'est pas forcément très agressif

Au-delà de ses services de « Cloud », et ses outils visant le grand public, Amazon a donc clairement décidé de proposer une offre bureautique complète visant le marché professionnel. Côté tarif, il est question de 4 dollars par utilisateur pour une boîte de 50 Go avec Workmail, qui est pour le moment accessible seulement sous la forme d'une preview sur liste d'attente. Avec 200 Go de stockage au sein de WorkDocs, le tout passe à 6 dollars.

Pour rappel, l'offre de base de Google Apps avec 30 Go de stockage pour vos fichiers est à 4 euros, contre 8 euros avec un espace de stockage illimité (ou 1 To par utilisateur s'ils sont moins de cinq). Du côté d'Office 365, la version Business Essentials avec 50 Go pour les emails et 1 To de stockage est à 4,6 euros par mois, et 10,7 euros par mois avec un pack Office.

Amazon aura donc sans doute fort à faire pour convaincre, d'autant plus que Google et Microsoft sont déjà bien implantés dans les entreprises, et ce depuis des années, avec des offres et des outils connus et maitrisés. Il sera donc intéressant de voir avec quels arguments la société tentera de convaincre, et surtout, si elle y parviendra.

6 commentaires
Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 30/01/15 à 15:55:41

Amazon a une bonne image de marque entreprise avec son cloud mais ça risque de ne pas suffire.
Possiblement ils ont d'excellentes perfs ou un SAV de qualité?

Sinon effectivement plus cher pour pas mieux c'est pas gagné.

Avatar de frscot INpactien
Avatar de frscotfrscot- 30/01/15 à 16:03:20

Avec google on a google docs qui est pas mal utilise et avec microsoft l'offre avec office est un gros plus, amazon va devoir faire quelque chose pour se demarquer. Autant leur cloud computing est super, mais la je ne sais pas si c'est de l'energie/argent un peu gache.

Avatar de Vengeur_Masqué INpactien
Avatar de Vengeur_MasquéVengeur_Masqué- 30/01/15 à 20:57:41

Si c'est du ActiveSync, alors ça ne permet que Oulook 2013, il fautdrait du MAPI/RPC pour les anciens outlook.

Avatar de f-heure-7 Abonné
Avatar de f-heure-7f-heure-7- 31/01/15 à 12:52:57

D'après la FAQ, c'est compatible avec Outlook 2007-2010-2013, donc ça a l'air d'implémenter le protocole MAPI/RPC :

Q: Can I use Amazon WorkMail with Microsoft Outlook?

Yes, Amazon WorkMail offers native support for Microsoft Outlook 2007, 2010, and 2013.

Q: Do I need any additional software to connect Microsoft Outlook to Amazon WorkMail?

No, Amazon WorkMail offers native support for the most recent versions of Microsoft Outlook and does not require any additional software to connect Microsoft Outlook.

Par contre, ce n'est pas compatible IMAP !

Q: Can I use Amazon WorkMail with my existing POP3 or IMAP clients?

No, Amazon WorkMail currently does not offer support for POP3 or IMAP clients.

Édité par f-heure-7 le 31/01/2015 à 12:53
Avatar de Vengeur_Masqué INpactien
Avatar de Vengeur_MasquéVengeur_Masqué- 31/01/15 à 16:56:12

Dingue en géneral c'est plutot l'inverse, Donc c'est le premier gros hebergeur de solution mail a utiliser le projet openchange, a moins qu'ils utilisent Windows Exchange mais j'en doute ...

Avatar de mitchnumber1 Abonné
Avatar de mitchnumber1mitchnumber1- 02/02/15 à 22:30:48

Comme ça au moins les entreprises ont une nouvelle opportunité pour héberger la totalité de leur patrimoine technique au sein des datacenters de la NSA. Une grande avancée en effet. Cette fois-ci en plus c'est plus cher.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.