Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Espionnage : la charge de WikiLeaks contre Google et la justice américaine

Ce n’est pas moi, c'est lui
Droit 3 min
Espionnage : la charge de WikiLeaks contre Google et la justice américaine
Crédits : Melpomenem/iStock/Thinkstock

WikiLeaks indique avoir envoyé un courrier à Google et au ministère américain de la Justice pour une affaire présentée comme étant une « violation grave de la vie privée et journalistique ». En cause, des demandes d'accès aux emails de trois journalistes et le fait que Google n'ait pas informé suffisamment tôt les personnes concernées, indique l'association.

Cela fait maintenant plusieurs années que WikiLeaks dévoile des documents sensibles sur de nombreux sujets. Si son fondateur Julian Assange est réfugié depuis plus de deux ans à l'ambassade de l'Équateur à Londres, les publications d'informations classées confidentielles continuent de manière plus ou moins régulière.

« Conspiration » et « espionnage » : des mails saisis et jusqu'à 45 ans de prison

Mais l'organisation vient récemment de publier et d'envoyer une lettre à Google et au ministère de la Justice américaine. Elle s'en prend directement à Google et au gouvernement des États-Unis pour une « affaire d'espionnage ». En cause, le contenu de plusieurs comptes emails transmis par le géant du web au ministère de la Justice, suite à des mandats émanant d'un juge.

Sarah Harrison, Joseph Farrell et Kristinn Hrafnsson indiquent en effet avoir été notifiés par la société de Mountain View que des emails (y compris des brouillons et des éléments supprimés) ainsi que des métadonnées avaient été transmis aux institutions américaines. WikiLeaks précise que, parmi les griefs retenus, il serait notamment question de « conspiration » et d'« espionnage ». Des infractions qui pourraient conduire jusqu'à un maximum de 45 années de prison.

WikiLeaks réfute en bloc et attaque Google sur les délais de notifications

Dans son courrier expédié à l'administration américaine, l'association réfute ces accusations et demande de plus amples informations, notamment sur les mandats délivrés par le juge afin d'accéder aux emails : « Nous avons des raisons de croire que ces mandats ont été émis en violation avec le Privacy Protection Act de 1980 [...] qui protège les journalistes et les éditeurs ».

Mais le fondement de l'accusation n'est pas le seul point attaqué par WikiLeaks, la position de Google est également ouvertement critiquée. « Nous sommes étonnés et troublés que Google ait attendu plus de deux ans et demi avant d'informer ses clients qu'un mandat de perquisition avait été émis les concernant ». Toujours selon WikiLeaks, cela aurait empêché les journalistes de « protéger leurs intérêts, y compris leurs droits à la vie privée », et ce, dans de bonnes conditions. En effet, les contenus des comptes emails auraient été transmis en 2012, alors que les notifications de Google ne datent que du 23 décembre 2014 :

WikiLeaks

Selon nos confrères de l'AFP, l'ancien juge espagnol Baltasard Garzon (qui assure la défense de Julian Assange) aurait profité d'une conférence de presse pour déclarer que « la manière dont les autorités américaines ont demandé à Google de fournir ces documents est inacceptable ». Il ajoute ensuite que si Google n'a rien pour s'opposer à cette situation, il explorera « toutes les options disponibles contre Google et le gouvernement américain ». On rappellera que ce n'est pas la première fois que WikiLeaks s'en prend à Google. En 2012, Julian Assange publiait en effet son livre Quand Google rencontra WikiLeaks.

Interrogé par nos confrères du Guardian, un porte-parole de Google aurait simplement déclaré : « Nous suivons la loi, comme n'importe quelle société. Lorsque nous recevons une assignation ou une décision d'un tribunal, nous l'examinons afin de vérifier si elle respecte sur le fond et sur la forme la loi avant de nous y conformer. Si ce n'est pas le cas, nous pouvons objecter ou demander une requête plus ciblée ». 

39 commentaires
Avatar de gnujeremie INpactien
Avatar de gnujeremiegnujeremie- 27/01/15 à 13:15:55

Je ne défends aucunement Google dans cette affaire, mais il est est tout de même surprenant de noter que l'équipe de Wikileaks (ou du moins certains de ses membres) utilise(nt) les outils Google. :ooo:

Avatar de anonyme_17187f2fe30034ef77b37a104608a3ce INpactien

Peut on voir cette utilisation comme un piege tendu à Google ?

Avatar de gnujeremie INpactien
Avatar de gnujeremiegnujeremie- 27/01/15 à 13:30:32

C'est à se demander.

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 27/01/15 à 13:37:04

Même les brouillons sont précieusement gardés ! C'est con, mais je n'y avais jamais songé.

Du coup si tu commences ton mail par une connerie mettant en scène des terroristes et je ne sais pas quoi, puis tu te ravises, t'es fiché !

Avatar de moggbomber INpactien
Avatar de moggbombermoggbomber- 27/01/15 à 13:45:03

de dangereux "terroristes" ces wikileaks! 
cqfd pour les lois "spéciales" :fumer:

Avatar de Niktareum INpactien
Avatar de NiktareumNiktareum- 27/01/15 à 13:51:24

Ça va se finir en "cause toujours"...

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 27/01/15 à 13:55:32

gnujeremie a écrit :

C'est à se demander.

Lol.

C'est google qui viole sciemment  la vie privée des autres mais ce serait wikileaks qui aurait tendu un piège.
Z'êtes des malins vous deux.

Vous seriez un peu complotiste sur les bords aussi?

Avatar de cyrano2 Abonné
Avatar de cyrano2cyrano2- 27/01/15 à 13:56:45

gnujeremie a écrit :

Je ne défends aucunement Google dans cette affaire, mais il est est tout de même surprenant de noter que l'équipe de Wikileaks (ou du moins certains de ses membres) utilise(nt) les outils Google. :ooo:

On parle de journaliste en contact avec Wikileaks, ce n'est pas tout à fait à la même chose. J'espère qu'ils sont passé à GPG depuis...

Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 27/01/15 à 14:00:40

Google ne viole rien du tout dans cette affaire, ils répondent à la justice. Après qu'ils aient notifié trop tardivement, c'est problématique, mais ce n'est pas du viol de vie privée ;-)

Avatar de Glyphe INpactien
Avatar de GlypheGlyphe- 27/01/15 à 14:04:18

Vekin a écrit :

Même les brouillons sont précieusement gardés ! C'est con, mais je n'y avais jamais songé.

Du coup si tu commences ton mail par une connerie mettant en scène des terroristes et je ne sais pas quoi, puis tu te ravises, t'es fiché !

Message informatif pour TOUS : à peu près tous les sites où l'on envoie des messages comme les fournisseurs d'email ou les réseaux sociaux utilisent cettte "fonctionnalité" actuellement.

Commencer un message dans votre navigateur, même après quelques lettres ou mots, des données sont automatiquement envoyées aux servers et stockées. ( valable sur Facebook, même un message non-envoyé, effacé est présent dans vos données chez eux.)

Solution, écrire vos messages dans des logiciels autre que votre navigateur comme un logiciel de prise de notes ou de rédaction. (Pour OSX oublier tous les logiciels développés par Apple, encore plus si vous utilisez iCloud ... )

Édité par Glyphe le 27/01/2015 à 14:05
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4