Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La maison mère de Micromania n'aime pas qu'on brade les jeux dématérialisés

Sans déconner ?
La maison mère de Micromania n'aime pas qu'on brade les jeux dématérialisés
Crédits : Oleksiy Mark/iStock/Thinkstock

Les boutiques de jeux vidéo ont du souci à se faire avec la part de plus en plus importante que prennent les titres dématérialisés sur le marché, par rapport aux copies physiques. Lors de la présentation des résultats de Gamestop, la maison mère de Micromania, son PDG a tiré la sonnette d'alarme.

De plus en plus de jeux sont vendus de façon dématérialisée. Sur PC, le constat est assez évident, les boutiques de jeux vidéo et les grands magasins ne proposent presque plus de galettes pour cette plateforme. Il faut désormais se tourner vers des plateformes comme Origin, Steam ou Uplay pour trouver son bonheur, ou chez des revendeurs tiers comme le Humble Store. Sur consoles, la situation tend vers la même direction, avec cette fois les constructeurs qui entrent dans la danse pour gérer leurs magasins en ligne, plutôt que les éditeurs.

Le vent tourne pour les boutiques physiques

Ainsi, On pouvait apprendre dernièrement qu'Electronic Arts comptait générer 50 % de son chiffre d'affaires sur l'exercice fiscal en cours grâce aux ventes dématérialisées, une part en constante augmentation. La tendance est la même chez les autres éditeurs, et toutes ses ventes dématérialisées échappent complètement aux magasins de jeux vidéo

 

Gamestop, la plus grande entreprise dans ce secteur, qui ne possède pas moins de 6 600 boutiques à travers le monde, dont environ 450 sous la marque Micromania en France, commence à s'en inquiéter. Lors d'une conférence téléphonique avec les actionnaires du groupe, s'étant tenue après la présentation des résultats du 3e trimestre, Tony Bartel, le président de Gamestop a abordé le sujet.

 

Selon lui, les constructeurs doivent tout faire pour préserver l'écosystème existant, en veillant à ne pas faire croire aux joueurs que les jeux dématérialisés valent moins cher que leurs contreparties physiques. Il pointe notamment du doigt le fait que selon des estimations internes, Microsoft, Nintendo et Sony ont distribué pour « plus de 100 millions de dollars de jeux dématérialisés gratuitement, en packs avec leurs consoles ». 100 millions de dollars sur lesquels Gamestop ne touchera pas un centime.

Le souci du prix des jeux dématérialisés

Mais les jeux gratuits ne forment pas le seul point qui dérange Gamestop. Un autre élément délicat se trouverait du côté des tarifs pratiqués pour les titres dématérialisés. Là encore, le PDG de l'entreprise  cite « des recherches récentes », sans les nommer précisément, selon lesquelles « le prix moyen payé par un client pour un jeu AAA complet en téléchargement est de 22 dollars, quand le prix que le consommateur serait prêt à payer pour un jeu récent en téléchargement serait de 35 dollars ». 

 

Concrètement, si les jeux dématérialisés deviennent moins chers que les copies physiques, les joueurs n'auront bientôt plus aucune raison de venir dans les magasins pour acheter leurs jeux. De plus, les copies dématérialisées ne peuvent pas se revendre d'occasion, ce qui prive encore les boutiques d'une source de revenus. Sur ce dernier point, Microsoft a bien tenté de proposer une solution avec sa Xbox One, mais le public était loin de l'accueillir favorablement.

 

« Nous voulons aider à faire en sorte que notre industrie ne fasse pas la même erreur que d'autres dans le domaine du divertissement, en amenant la valeur perçue pour les biens dématérialisés significativement plus bas que pour un jeu physique », déclare ainsi le dirigeant, dans ce qui pourrait être les premières notes de son chant du cygne.

Constructeurs et éditeurs n'entendront probablement pas cet appel

En effet, les initiatives pour faire baisser la valeur perçue des titres dématérialisés sont en place depuis bien longtemps maintenant, et ce que ce soit chez les constructeurs ou les éditeurs. Microsoft et Sony offrent des jeux liés au maintien de leur abonnement aux services en ligne. Le mois prochain par exemple, le bouquet PlayStation Plus comprendra l'accès à Injustice Gods Among Us Ultimate Edition, un titre AAA sorti l'an passé.

 

Les éditeurs aussi jouent à ce petit jeu le PC étant la plateforme sur laquelle le constat est le plus flagrant. Promotions Steam, Humble Bundles, jeux offerts sur Origin... tout est fait pour donner l'impression que le dématérialisé n'est pas cher. Sur console, les tarifs affichés en Europe sur les échoppes en ligne des constructeurs sont plus élevés qu'en magasins, mais des exceptions existent et le trublion s'appelle... Electronic Arts.

 

Avec son bouquet EA Access, disponible uniquement sur Xbox One (Sony n'en a pas voulu) l'éditeur brade véritablement son fond de catalogue. Pour 25 euros par an, ou 4 euros par mois, il est ainsi possible de profiter de Battlefield 4, FIFA 14, Need for Speed Most Wanted et quelques autres titres, alors que n'importe quelle boutique les aurait revendus au moins à 30 euros la pièce en occasion.

 

À moins d'un revirement soudain de situation, ce sera surtout à Gamestop de devoir s'adapter au futur du marché du jeu vidéo, et cela lui demandera un peu plus de travail que de lancer une simple bouteille à la mer, devant ses actionnaires.

118 commentaires
Avatar de Adhrone INpactien
Avatar de AdhroneAdhrone- 24/11/14 à 16:27:24

Si encore les jeux sous format DVD possédaient encore des manuels de 40 pages comme à une époque cela justifierait la différence de prix.  Est ce que le prix de l'entretien des serveurs de stockage du jeu son répartis dans le prix du dématérialisés ?

 Pour ma part j'achète tout soit via steam ou via des sites de vente de clé (je sait c'est pas bien gnagnagna mais on a pas tous le même budget  :roll:).

Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 24/11/14 à 16:29:24

En même temps continuer à espérer vendre des jeux à 75€...

« le prix moyen payé par un client pour un jeu AAA complet en téléchargement est de 22 dollars, quand le prix que le consommateur serait prêt à payer pour un jeu récent en téléchargement serait de 35 dollars »

Donc parce que le joueurs est prêt à payé plus il faut le faire...

Et puis mon budget jeux vidéo a tout sauf baisser avec steam. Sauf qu'au lieu de 3 ou 4 jeux par ans et bien j'en prend des dizaines.

Avatar de Cypus34 Abonné
Avatar de Cypus34Cypus34- 24/11/14 à 16:30:59

Je serais à leur place, je me sentirais un peu dans la merde perso.
Une vraie question à laquelle l'article aurait pu tenter de répondre est : quelles sont les alternatives pour ces magasins ?
Pour l'instant je vois des ventes de "cartes steam, eshop, itunes..." mais je ne vois pas bien ce qu'ils pourraient faire de mieux pour ne pas mourir... ?
A leur place, vous feriez quoi ?

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 24/11/14 à 16:31:44

C'est chiants ces mourant qui ne veulent pas mourir en silence.  vivement qu'on ai le droit à l'euthanasie.

Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 24/11/14 à 16:34:06

Je dirais que c'est trop tard et que c'est la loi du marché ...

Avatar de Gab& INpactien
Avatar de Gab&Gab&- 24/11/14 à 16:34:58

En même temps il y a tout un tas de passionnés qui vont devoir se trouver un nouveau job et ça c'est loin d'être cool...

Avatar de linkin623 INpactien
Avatar de linkin623linkin623- 24/11/14 à 16:36:22

La seule réflexion digne d'intérêt c'est sur la revente de jeux. Si cela était possible, je pense qu'ils peuvent très bien se reconvertir en marketplace.

Mais ni Steam, ni Origin ou Battlenet ne laisseront une telle manne.

Ils sont donc condamnés.

Avatar de Hive INpactien
Avatar de HiveHive- 24/11/14 à 16:36:26

L'évolution d'un marché en somme.

Avatar de Maxtab Abonné
Avatar de MaxtabMaxtab- 24/11/14 à 16:37:28

+1, ca fait parti de l'économie, de l'innovation, ... Tout comme l'industrie de la bougie a disparue, une autre industrie l'a remplacée, de nouveaux métiers sont apparus, d'autres ont disparus, qu'il s'agisse d'emplois directs ou indirects.

Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 24/11/14 à 16:38:03

Apres il restera toujours une frange de vente (en espérant la revente du jeu) et le marché très lucratif des accessoires.

Mais c'est sur que ça risque de pas être la fête pour eux ... 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12