Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Pourquoi l’association CLCV assigne Netflix en justice

La série « Boulevard du Palais » bientôt proposée ?
Droit 6 min
Pourquoi l’association CLCV assigne Netflix en justice

L’association de consommateurs CLCV vient d’annoncer qu’elle assignait Netflix, le géant américain de la vidéo en streaming, devant le tribunal de grande instance de Paris. Les plaignants pointent du doigt les conditions générales d’utilisation de ce service proposé en France depuis le mois septembre, et qui sont considérées comme « abusives et illicites ». Explications sur les détails de cette procédure.

Si l’on savait que le géant Netflix suscitait beaucoup d’inquiétudes chez les ayants droit, notamment depuis son arrivée en France, on s’attendait en revanche moins à ce qu’il y ait des levées de boucliers du côté des consommateurs. L’association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a pourtant créé la surprise en affirmant ce matin qu’elle engageait une action judiciaire contre Netflix, dont le siège est situé au Luxembourg, devant le tribunal de grande instance de Paris.

 

Dans le collimateur de l’organisation : les conditions d’utilisation de Netflix, ces clauses que tout le monde accepte, mais que personne (ou presque) ne lit... Selon la CLCV, elles seraient « abusives et illicites ». L’association soutient que le géant américain a traduit un peu trop vite de l’anglais au français ces documents contractuels applicables à tous ses abonnés situés dans l’Hexagone (et que l’on peut consulter ici). « Nous faisons face non à de simples entorses, mais à des conditions qui paraissent fondamentalement éloignées du droit de la consommation français » affirme-t-elle, ajoutant qu’il s’agit là « d’un cas assez symptomatique d’un acteur numérique « global » qui s’encombre assez peu de considérations locales ».

 

conditions netflix

 

Si l’association reconnaît que la présence de Netflix « présente des aspects tout à fait positifs pour le consommateur », elle dit vouloir rester « vigilante quant au respect des droits du consommateur ». Ses reproches à l’égard de l’entreprise américaine reposent sur deux axes principaux. 

Les informations fournies au consommateur avant qu’il n’opte pour Netflix

L’association de consommateurs regrette « qu’une partie importante de l’information précontractuelle prévue par notre législation [ne soit] pas donnée » par Netflix, par exemple s’agissant de l’offre exacte de contenus auxquels peut accéder l’abonné. En effet, il est impossible de savoir avec précision quels sont les films ou séries proposés au visionnage avant d’avoir franchi le pas... Les plaignants opposent ici l’article L111-1 du Code de la consommation, qui impose au vendeur de communiquer à son client, « de manière lisible et compréhensible », des informations sur les « caractéristiques essentielles du bien ou du service ».

 

L’organisation à l’origine de cette assignation considère que Netflix devrait également donner davantage d’informations sur la qualité de service auquel doit pouvoir s’attendre le consommateur, avec éventuellement des renseignements sur la démarche à suivre au cas où la qualité ne serait pas au rendez-vous (débit trop faible, etc.). « Là où un consommateur attendrait un test d’éligibilité pour déterminer précisément le service auquel il est en droit de s’attendre, il doit se contenter d’une information très théorique » déplore à cet égard la CLCV.

 

Autre point de mécontentement, plus accessoire : les conditions d’utilisation contiennent des liens hypertextes qui renvoient vers des pages rédigées uniquement en anglais. Une pratique « contraire à notre législation » selon l’association, qui perçoit cela comme « un obstacle manifeste pour un consommateur qui veut lire son contrat » :

 

conditions netflix

Les droits du consommateur seraient volontairement limités

Les droits du consommateur seraient également malmenés une fois le contrat signé. L’association CLCV affirme en particulier que les conditions d’utilisation de Netflix comportent « plusieurs clauses qui permettent au professionnel de modifier unilatéralement le contrat signé ». En clair, l’organisation soutient que l’entreprise pourrait ainsi décider de changer à tout moment de tarifs ou de date de facturation, sans en informer préalablement ses clients. « Ce point est tout à fait important, insiste-t-elle. Netflix pourrait arguer que l’on peut résilier sans frais à tout moment et que, en cas de changement des clauses ou du tarif que le consommateur n’apprécierait pas, il peut donc se désister. Le problème tient au fait que le consommateur ne sera probablement pas informé des modifications et que dans bien des cas il ne s’en rendra pas compte. »

 

Dans le même filon, l’organisation s’inquiète d’une clause exonérant l’entreprise américaine de toute obligation de résultat en matière de qualité d’images. Les conditions d’utilisation stipulent en effet que « Netflix se dégage de toute responsabilité ou garantie quant à la qualité vidéo sur votre écran ». Mais pour la CLCV, il ne s’agit que d’une combine visant à se protéger, au cas où le débit de la connexion de l’abonné serait insuffisant pour visionner des contenus dans de bonnes conditions... L’association pointe dès lors du doigt cette tactique ayant « pour effet de dissuader le consommateur de faire valoir ses droits en justice ».

 

Encore un exemple : une clause permet à Netflix de « résilier ou restreindre » l’utilisation de son service « sans compensation ou préavis » s’il s’avère que l’abonné fait « une utilisation illégale ou illégitime du service », voire même si l’entreprise a de simples soupçons... Ces termes étant particulièrement vagues, l’organisation plaignante affirme ainsi que « l’insécurité est au rendez-vous pour le consommateur ».

« Ce que nous voulons, c'est que le juge sanctionne »

Mais quel est l’objectif de cette assignation ? « Par principe, on ne demande pas de dommages et intérêts autres que la prise en charge des frais de justice pour ce type de procédure. Ce que nous voulons, c'est que le juge sanctionne » nous a répondu François Carlier, le délégué général de la CLCV. Si l'association réclame avant tout une modification des clauses litigieuses, l’éventualité d’une amende est également dans les esprits.

 

Le porte-parole de la CLCV nous a par ailleurs indiqué qu’aucune discussion n’avait été engagée avec Netflix avant le dépôt de cette assignation. « Quand on s'adresse à un professionnel pour lui proposer de changer ses clauses, c'est peu courant qu'il réponde, et c'est encore plus rare qu'il les modifie directement ! D'autre part, ça n’aurait pas été évident d’entamer des négociations comme ça, à froid, avec une direction juridique basée au Luxembourg » explique François Carlier.

 

L’association CLCV affirme néanmoins que la case « procès » n’est pas pour autant obligatoire... « Soit Netflix est prêt à bouger avant, ce qui arrive parfois dans ce type d'assignation, et à ce moment-là, on prendra acte. Soit ça va jusqu'au procès, et le juge pourra dès lors choisir de condamner Netflix pour non respect de ces clauses ». En clair, l’hypothèse d’un arrangement amiable est tout à fait possible, même si encore peu probable à cette étape de la procédure.

Netflix « examine attentivement » les accusations de la CLCV

Contacté par Next INpact, Netflix déclare ne pas vouloir commenter « pour l'instant » les points soulevés par l'association CLCV, que le géant américain affirme cependant être « en train d'examiner attentivement ». L’histoire de ce type de procédure, à l’image de l’assignation des principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google+) par l’UFC-Que Choisir, montre cependant que les géants du numérique aiment camper sur leur position, qui consiste à dire qu'ils respectent le droit national. Netflix a ainsi souvent souligné qu’il respectait la réglementation française en matière de chronologie des médias par exemple. 

132 commentaires
Avatar de Aequor INpactien
Avatar de AequorAequor- 24/11/14 à 13:39:26

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

J'ai trouvé un catalogue des films et séries de Netflix sur un site tiers, non affilié à Netflix. C'est déjà ça, même si c'est clair que c'est le rôle de Netflix de publier ce catalogue.

Et je ne sais pas vous, mais je l'ai trouvé peu rempli comparé à mes attentes. Du coup j'attend encore pour souscrire.

Avatar de sebcap26 INpactien
Avatar de sebcap26sebcap26- 24/11/14 à 13:41:18

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C'est une bonne chose. Perso je n'envisagerais même pas de souscrire tant qu'il me sera impossible de consulter le catalogue. Je n'ai pas pour habitude de signer un contrat sans connaître un minimum le service ...

Avatar de Reznor26 INpactien
Avatar de Reznor26Reznor26- 24/11/14 à 13:43:56

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ils sont dans leur rôle, à voir la réaction de Netflix maintenant.

Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 24/11/14 à 13:46:37

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pourquoi utiliser le terme "pourquoi".
Pourquoi ne pas l'utiliser au début de tout les titres de news?

Et ne me dites pas pourquoi pas!

Avatar de Sakthivel INpactien
Avatar de SakthivelSakthivel- 24/11/14 à 13:52:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

sebcap26 a écrit :

C'est une bonne chose. Perso je n'envisagerais même pas de souscrire tant qu'il me sera impossible de consulter le catalogue. Je n'ai pas pour habitude de signer un contrat sans connaître un minimum le service ...

Ce genre de problème est balayé par le mois gratuit offert je trouve, mais bon c'est mon interprétation personnelle. 

Avatar de DarkMoS INpactien
Avatar de DarkMoSDarkMoS- 24/11/14 à 13:53:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Le mois gratuit sert quand même à se faire une idée du catalogue et de la qualité atteignable, après les clauses trop favorables à Netflix ça peut en effet se discuter.

Avatar de Jonathan Livingston Abonné
Avatar de Jonathan LivingstonJonathan Livingston- 24/11/14 à 13:54:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C'est clair que l'argument du premier mois gratuit et résiliable sans frais pour découvrir le catalogue est un peu limite. Je ne comprends pas trop l'intérêt de ne pas le dévoiler -- tout ce qu'ils y gagnent c'est de retrouver leur catalogue sur des sites tiers.

Mais en même temps le catalogue n'est pas figé et il s'étoffe, lentement pour le moment mais on peut supposer que c'est le temps d'analyser les intérêts des spectateurs français, afin de ne pas investir à perte (il faut payer des droits même pour un vieux film ou une série déjà diffusée sur une chaîne gratuite).

Et il ne faut pas tomber dans l'extrême non plus : avec ton raisonnement tu ne pourrais jamais t'abonner à une chaîne payante.
 

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

maestro321 a écrit :

Pourquoi utiliser le terme "pourquoi".
Pourquoi ne pas l'utiliser au début de tout les titres de news?

Et ne me dites pas pourquoi pas!

Ivre, il poste une news avec un Pourquoi et déclenche malencontreusement une série de question.

Avatar de irazer INpactien
Avatar de irazerirazer- 24/11/14 à 13:57:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

sebcap26 a écrit :

C'est une bonne chose. Perso je n'envisagerais même pas de souscrire tant qu'il me sera impossible de consulter le catalogue. Je n'ai pas pour habitude de signer un contrat sans connaître un minimum le service ...

 

Sachant qu'il y a un mois gratuit et que tu ne t'engages pas si tu décide d'aller plus loin (donc un abonnement s'arrête quand tu veux) ça permet pas mal de choses

Avatar de Poppu78 INpactien
Avatar de Poppu78Poppu78- 24/11/14 à 13:58:37

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Le problème du mois gratuit, c'est que l'argument n'est valable qu'une fois.
Donc tu prends le mois gratuit, si le catalogue te déçoit tu ne peux pas revenir l'année suivante et revérifier s'il a évolué.
D'autre part il s'agit d'un "bonus" qu'ils peuvent retirer à tout moment.
Sans compter le fait que pour profiter de ce mois gratuit il faut déjà donner des infos personnelles (mail, numéro de carte bleue, etc.).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 14