Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

[MàJ] L'Assemblée nationale se mettra à l'Open Data en 2015

Une Data retenir
Droit 3 min
[MàJ] L'Assemblée nationale se mettra à l'Open Data en 2015
Mise à jour :

Le compte-rendu du Bureau de l'Assemblée nationale d’hier permet d’en savoir davantage sur le mouvement d’ouverture des données publiques qui s’amorce du côté du Palais Bourbon (lire ci-dessous). En l’occurrence, il est question d’une publication des « données mises en ligne sur le site de l’Assemblée », c'est-à-dire « les documents parlementaires, mais aussi les coordonnées des députés, les mandats, le résultat des scrutins publics, le rattachement des députés à un parti politique, l’utilisation de la réserve parlementaire, la liste des représentants d’intérêts inscrits sur le registre, la liste des personnalités auditionnées par les commissions et la présence des députés en commission ». Ce sont tout d’abord les données purement législatives qui devraient être accessibles en Open Data « en juin 2015 », puis le reste « d’ici la fin de l’année 2015 ».

Plus d’un an après le Sénat, le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé hier de sauter le pas. D’ici la fin de l’année prochaine, l’institution devrait mettre à la disposition du public, gratuitement et dans un format ouvert, « plus de 800 000 documents ». Les détails de ce véritable pas en avant restent cependant encore un peu flous.

Il y a quelques semaines, le président de l’Assemblée nationale avait promis que la session parlementaire 2014/2015 serait placée « sous le signe de la révolution numérique ». Sauf que Claude Bartolone n’avait absolument pas évoqué la question de l’ouverture des nombreuses (et précieuses) données publiques détenues par l’institution : amendements, comptes-rendus des débats, questions écrites... Aujourd’hui, ces informations sont accessibles librement et gratuitement depuis le site Internet du Palais Bourbon, mais il est très difficile de les exploiter, puisqu’il s’agit de simples pages Web à consulter.

 

Mais finalement, surprise ! Claude Bartolone a annoncé hier que l’Assemblée nationale avait décidé, à son initiative, « de mettre à disposition ses données, en format « Open Data », c’est-à-dire accessibles à tous sur Internet, dans un format librement exploitable et réutilisable sans restrictions techniques, juridiques ou financières ». L’objectif ? « Plus de 800 000 documents » de proposés en Open Data « d’ici fin 2015 ».

Un déploiement qui semble encore un peu flou

Sollicitée par nos soins pour en savoir davantage sur ce véritable pas en avant, la présidence de l’Assemblée nationale n’a pu répondre à nos questions. De nombreux points demeurent donc en suspend : quelles données seront libérées, et à partir de quand ? Qu’y a-t-il concrètement derrière ces « 800 000 documents », dans la mesure où une question écrite peut par exemple être considérée comme un document (or il y a en a plus de 70 000 juste pour l’actuelle législature...) ? Autre interrogation, plus accessoire : un portail d’Open Data dédié sera-t-il mis en place, à l’image de « data.senat.fr » ?

 

Oubliant d’aborder ces détails, Claude Bartolone a malgré tout parlé de cette évolution comme d'une « avancée démocratique majeure ». Selon lui, « l’ouverture des données améliore la transparence de l’action parlementaire et favorise la participation des citoyens à la vie publique ».

Regards Citoyens propose son aide à l'Assemblée nationale

L’association Regards Citoyens, qui s’est félicitée sur Twitter du nouveau cap donné par Claude Bartolone, a d’ores et déjà tendu sa main à l’institution afin que ce déploiement se fasse dans de bonnes conditions. Ses responsables ont en effet affirmé auprès de l’AFP qu’ils se tenaient « à la disposition des services de l’Assemblée nationale, afin de partager leur expérience en matière d’Open Data et dans la réutilisation des données parlementaires pour permettre une mise en œuvre efficace et effective de cette décision ». Rappelons que cette organisation gère notamment le site « NosDéputés.fr », lequel se sert des informations actuellement mises en ligne par l’Assemblée nationale pour en proposer des indicateurs d’intervention, des outils de suivi de parlementaires, etc.

 

 

Outre Regards Citoyens, cette marche vers l’Open Data a été saluée en particulier par Axelle Lemaire et Thierry Mandon, secrétaires d’État au Numérique et à la Réforme de l’État. 

 

3 commentaires
Avatar de Enoxya INpactien
Avatar de EnoxyaEnoxya- 13/11/14 à 08:31:05

Bonne nouvelle, même si Regards Citoyens risque d'avoir encore du boulot si le format "Open Data" est le même que la dernière fois pour la réserve parlementaire...

Avatar de Bejarid INpactien
Avatar de BejaridBejarid- 13/11/14 à 09:31:30

Tiens, voilà les 800 000 jpeg des documents scannés pour archive, alors, heureux ?

Le pire, c'est qu'ils en seraient capable.

Édité par Bejarid le 13/11/2014 à 09:32
Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 13/11/14 à 11:33:13

Bejarid a écrit :

Tiens, voilà les 800 000 jpeg des documents scannés pour archive, alors, heureux ?

C'est trop Con pressé :ouioui:

:transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.