Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Activision fait rejeter la procédure ouverte par le dictateur Manuel Noriega

Le dénouement d'une procédure « absurde »
Droit 4 min
Activision fait rejeter la procédure ouverte par le dictateur Manuel Noriega

Après une procédure de plusieurs mois, Activision vient d'obtenir raison auprès de la Cour supérieure de Los Angeles au sujet de son différend avec l'ex-dictateur Manuel Noriega. Celui-ci estimait que l'éditeur avait utilisé son image à des fins commerciales, sans avoir obtenu son accord.

En juillet dernier, Manuel Noriega faisait parler de lui depuis le fond de sa cellule en lançant une procédure à l'encontre d'Activision Publishing. L'ancien dictateur de Panama estimait en effet que l'éditeur avait fait usage sans son autorisation de son image dans Call of Duty Black : Ops II, un jeu vidéo ayant réalisé un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars en l'espace de quatorze jours de commercialisation.

 

Effectivement, le dictateur est bien représenté à deux occasions au cours de la campagne solo du jeu, puisque le scénario décrit les relations ambigües qu'entretenait Manuel Noriega avec la CIA lorsqu'il était à la tête du Panama. Son nom est clairement affiché à l'écran, tandis que son avatar ressemble fortement à la réalité.

 

Il réclamait du coup « des dommages et intérêts à la hauteur du préjudice subi », ce qui au vu des scores de vente du jeu, aurait représenté un gros pactole en cas de victoire.

Une plainte jugée absurde par Activision

Activision aura attendu deux mois avant de réagir publiquement, par la voix de son avocat, Rudolph Giuliani, ancien maire de New-York. L'éditeur avait alors répondu avec virulence aux attaques portées par le dictateur : « Ce qui est étonnant, c'est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu'il a commis, est contrarié parce qu'il a été dépeint comme un ennemi d'État dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c'est absurde », clamait ainsi l'avocat d'Activision.

L'éditeur était d'ailleurs allé encore plus loin en se lançant dans une argumentation « ad hominem » « Je n'ai pas envie de donner des documents à une personne condamnée pour meurtre et trafic de drogue, comme Manuel Noriega, qui réclame de l'argent à Activision et à sa franchise Call of Duty, parce qu'ils exercent leur droit à la liberté d'expression. L'attaque de Noriega sur les droits de Call of Duty n'est pas une surprise, considérant le fait qu'il est un tyran sans foi ni loi qui a piétiné les droits de son propre peuple ». L'ambiance du procès promettait donc d'être électrique.

 

Si l'on exclut ces quelques coups portés sous la ceinture, la défense d'Activision reposait sur un principe simple : Call of Duty : Black Ops II ne cherche pas à dépeindre la réalité, il ne s'agit que d'« une description créative [du rôle de Noriega] dans des faits historiques d'intérêt public », que le dictateur cherche à censurer. Or il s'agit d'une démarche culturelle très largement répandue. L'éditeur avait d'ailleurs joint au dossier une liste de plusieurs dizaines de films célèbres reposant sur ce principe, comme Forrest Gump et Inglorious Basterds.

 

L'avocat d'Activision estimait en outre qu'une décision en la faveur de Noriega serait de nature à remettre en doute la possibilité de réaliser ce type d'œuvre. Selon lui, n'importe quelle figure historique, qu'il s'agisse d'un chef d'Etat ou de toute autre personne influente pourrait alors saisir la justice si une fiction le dépeignait de façon peu favorable.

And the winner is...

Finalement, les industries culturelles américaines peuvent souffler, puisque la Cour supérieur de Los Angeles et le juge William H. Fahey ont tranché en faveur d'Activision dans cette affaire. « La simple allégation du paragraphe VI(2) de la plainte, à savoir "la défense a déçu et semé la confusion dans le public en le laissant croire que le plaignant a autorisé, approuvé et soutenu l'utilisation de son nom et de sa ressemblance dans Black Ops II" est insuffisante. Dans une poursuite-bâillon, le plaignant est tenu de fournir des preuves admissibles démontrant un préjudice probable. Le plaignant n'a fourni aucune preuve de cela et son action doit être déboutée », peut-on ainsi lire dans le compte-rendu du tribunal.

 

Bien évidemment, Activision se félicite déjà du résultat, en expliquant que « ce jugement est une victoire importante et nous voulons remercier la cour d'avoir protégé la liberté d'expression. C'était une procédure absurde depuis le départ et nous sommes satisfaits qu'à la fin un criminel notoire ne gagne pas. Ce n'est pas qu'une victoire pour les créateurs de Call of Duty, c'est une victoire pour les œuvres et les industries du divertissement à travers le monde ».

51 commentaires
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Pourtant je trouve légitime ...
C'est trop facile d'utiliser sa gueule sans son autorisation sous prétexte que c'est un jeu et image en 3D...

M'enfin !

Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 29/10/14 à 14:54:09

Il aurait quand même pu utiliser Photoshop :mdr:

Avatar de Cheshire45 INpactien
Avatar de Cheshire45Cheshire45- 29/10/14 à 14:56:16

Mon avis, une plainte devrait etre deposer en fonction de "Est-ce que l'image affichée est bonne ou pas?"

Si ca odnne une bonne image du dictatos (enfin bonne... selon certains critaire critères), il la ferme. Si ca descend le dictateur aux yeux de la communauté mondiale, il peut porter plainte.

Ca devrait pas être "Ololol, y a mon visage", dans ce cas je pourrais porter plainte de temps en temps, ben oui, pendant des reportages, je passe des fois devant la caméra en marchant, genre "random man", ca sert pour la télé, y a des sous qui se gagnent, donc ils utilisent mon image pour gagner de l'argent

J'espere avoir été comprehensible

Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 29/10/14 à 14:59:07

A moins que le logiciel de création ne permet pas de faire mieux :transpi: (je me souviens avec Mass Effect, c'était pas la joie)

Édité par 2show7 le 29/10/2014 à 15:00
Avatar de sam_ INpactien
Avatar de sam_sam_- 29/10/14 à 15:00:06

"il ne s'agit que d'« une description créative [du rôle de Noriega] dans des faits historiques d'intérêt public »"Autant cet argument me semble important effectivement pour le milieu du jeu vidéo, autant les diatribes du style « Ce qui est étonnant, c'est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu'il a commis, est contrarié parce qu'il a été dépeint comme un ennemi d'État dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c'est absurde », je trouve ça scandaleux.Donc en gros, s'ils avaient fait une description créative d'un méchant à partir d'un gars moins "méchant" dans la vraie vie, ils auraient jugé la plainte de Noriega recevable ? O_o

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 29/10/14 à 15:02:09

Donc si j'ai bien compris, le juge a rejeté la demande de Noriega car celui-ci n'a apporté aucun élément pour sa défense, et Activision en déduit que le juge a voulu protéger la liberté d'expression ?

Avatar de knos Abonné
Avatar de knosknos- 29/10/14 à 15:02:36

En même temps te plaindre quand tu es dictateur ...

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 29/10/14 à 15:03:21

sam_ a écrit :

"il ne s'agit que d'« une description créative [du rôle de Noriega] dans des faits historiques d'intérêt public »"Autant cet argument me semble important effectivement pour le milieu du jeu vidéo, autant les diatribes du style « Ce qui est étonnant, c'est que Manuel Noriega, un dictateur notoire qui est en prison pour les crimes odieux qu'il a commis, est contrarié parce qu'il a été dépeint comme un ennemi d'État dans le jeu Call of Duty. Pour faire simple, c'est absurde », je trouve ça scandaleux.Donc en gros, s'ils avaient fait une description créative d'un méchant à partir d'un gars moins "méchant" dans la vraie vie, ils auraient jugé la plainte de Noriega recevable ? O_o

Et qu'est-ce qu'une description créative ? A priori ce n'est pas la réalité... du coup pourquoi utiliser le nom de Noriega ? Ca apporte une plus-value  au jeu ?

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 29/10/14 à 15:03:59

knos a écrit :

En même temps te plaindre quand tu es dictateur ...

Il est bien évident qu'un ex dictateur n'a plus aucun droit et ne doit même plus être considéré comme un être humain....

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 29/10/14 à 15:05:36

je voyais aussi le côté justice à 2 vitesses : le fait que tu sois en taule implique que si on te trashe dans un média grand public, tu ne peux pas te défendre (ou plutôt, l'idée que tu puisse vouloir  te défendre est considérée comme "absurde")

eliumnick a écrit :

Et qu'est-ce qu'une description créative ? A priori ce n'est pas la
réalité... du coup pourquoi utiliser le nom de Noriega ? Ca apporte une
plus-value  au jeu ?

ça aussi oui

Édité par WereWindle le 29/10/2014 à 15:06
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6