Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Traiter son patron de « guignol » sur Facebook peut justifier un licenciement

60 millions d'amis
Droit 2 min
Traiter son patron de « guignol » sur Facebook peut justifier un licenciement
Crédits : Anatoliy Babiy/iStock Editorial/Thinkstock

Le conseil de prud’hommes de Saint-Denis, sur l’île de la Réunion, vient de valider le licenciement d’un salarié qui avait traité son patron de « guignol » et de « boulet » sur Facebook. Sa page était accessible aux « amis » et aux « amis des amis ». Elle a donc été considérée comme un espace public. 

Les faits litigieux remontent au mois d’août 2012. « Reprise du taf demain matin... J’ai autant envie de voir mon guignol de patron que de me pendre... » lâche Vincent C, sur Facebook, un dimanche soir. Le statut interpelle les « amis » de cet éducateur travaillant à la Réunion, l’intéressé leur répondant dans les commentaires : « Mon taf, en lui-même, c’est cool. Mais mon boss, c’est un boulet, t’imagines même pas ! »

 

Problème : les termes de « guignol » et « boulet » ne sont guère au goût du responsable de l’association employant Vincent C. Résultat, le salarié est licencié en septembre 2012 pour faute grave, en raison de ces propos jugés dénigrants et injurieux.

 

Remercié, l’ex-salarié décide toutefois de contester son licenciement devant le conseil de prud’hommes de Saint-Denis. Il réfute en effet le caractère dénigrant de ses propos, et considère de surcroît que ceux-ci étaient tenus dans un cadre privé, limité à ses « amis » Facebook.

Une page accessible aux « amis » et « amis des amis »

C’est cependant l’employeur de Vincent C. qui vient d'obtenir gain de cause. La presse régionale rapporte ce matin que les juges ont constaté que ces propos étaient non seulement accessibles aux « amis » du salarié, mais aussi aux « amis de ses amis ». Une qualification qui a eu pour effet de rendre ces échanges publics, et donc répréhensibles.

 

Se penchant ensuite sur la teneur des mots employés, les magistrats réunionnais ont jugé que ces propos portaient « atteinte à l’honneur et à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est dirigé ». Leur avertissement s’est d’ailleurs voulu clair : « Si Facebook est ce réseau social permettant à tout utilisateur de communiquer et d’échanger, néanmoins, il ne peut être admis que l’éducateur puisse l’utiliser pour déballer et afficher par là même ses ressentis et critiques aussi invraisemblables à l’égard de l’association. » Les juges ont par ailleurs ajouté que « si la liberté d’expression est un droit fondamental au sein de l’entreprise, elle doit cependant s’opérer dans le total respect de l’autre ».

 

Toujours d’après nos confrères, le conseil de prud’hommes a donc validé le licenciement pour faute grave. L’éducateur a néanmoins obtenu 2 952,92 euros d’indemnités, pour un problème de procédure.

 

Restera maintenant à voir si cette affaire en reste là. L’année dernière, la Cour de cassation avait affirmé qu’une page Facebook dont l’accès était réservé « aux seules personnes agréées par [son propriétaire], en nombre très restreint », et de telle sorte que ces internautes « formaient une communauté d’intérêts », revêtait un caractère privé. Il serait à cet égard intéressant de voir si une page ouverte aux « amis » et aux « amis des amis » peut rentrer dans ce champ. 

162 commentaires
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Je trouve cela débile ...
Et ,pis bon, si c'est un fait avéré ...mais faut il le prouver aussi je pense ...et là ,les collègues te laissent tomber ...

Pays de m*** avec une mentalité de m****.

Le patron t'insulte tous les jours ,te traitent de m*** et comme de la m*** mais le harcélement faut encore le prouver ...

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 23/10/14 à 06:35:55

Moi je rajouterais volontiers : *** !

Avatar de bart-rennes INpactien
Avatar de bart-rennesbart-rennes- 23/10/14 à 06:38:02

Papa Panda a écrit :

Pays de m*** avec une mentalité de m****.

Le patron t'insulte tous les jours ,te traitent de m*** et comme de la m*** mais le harcélement faut encore le prouver ...

Tu as oublié aussi, salarié de m*** qui se croient tout permis et toujours meilleurs que leurs patrons mais qui eux ne prennent jamais de risque !

Avatar de unCaillou INpactien
Avatar de unCaillouunCaillou- 23/10/14 à 06:39:33

L'entreprise en question est une association de prévention et formation thérapeutique (trouvable en 2 min sur google).

Mais Vincent Cauvez sait aussi complimenter son boss, je cite : "ça reste un type sympa, à côté de la plaque sur à peu près tout, c’est ça qui me gave" :transpi:

Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 23/10/14 à 06:41:13

En tous cas, le boss n'était pas à côté de la plaque lorsqu'il s'agit de facebook.

Avatar de GuiJo INpactien
Avatar de GuiJoGuiJo- 23/10/14 à 06:42:45

Il faudra voir ce qu'il advient de cette procédure si elle suit son cours mais en plus d'avoir ouvert l’accès aux amis des amis, La réunion n'étant pas la métropole le pourcentage de la population ayant accès à cette page par rapport au nombre d'habitants de cette ile risque d'être beaucoup plus élevé que pour une même page en région parisienne...

Avatar de Myze Abonné
Avatar de MyzeMyze- 23/10/14 à 06:46:19

Si dans la rue je dénigre mon patron et que l'ami de mon ami entend "forcément" les propos, qu'il connaît le patron et qu'il lui récite les faits ça se passe comment ?

Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

kade a écrit :

Moi je rajouterais volontiers : *** !

:transpi:

bart-rennes a écrit :

Tu as oublié aussi, salarié de m*** qui se croient tout permis et toujours meilleurs que leurs patrons mais qui eux ne prennent jamais de risque !

Mouais , on ne doit connaitre le même monde du travail :non:

Après, le pb c'est que le mec était sensé en parler en privé même s'il a laissé la confidentialité "amis des amis" donc , il ne voulait pas le crier sur les toits ... enfin je le vois ainsi.
Autant il aurait laissé ou mis en public ; là, je suis d'accord.

Mais, on a le droit encore de parler avec qqun de son avis, son ressentiment ,de sa liberté de penser et d'en parler à qqun.
C'est comme si un collègue a entendu la conversation et aller balancer au patron ...

Perso, je préfèrerai qu'un employé dans sa sphère privé m'en foutre plein la gueule et qu'au taff, il bosse bien voir ramène du pognon à la boite ...
M'enfin ^^

Avatar de anonyme_facd190c5f9109a1ba0b737452c6abc5 INpactien

Caractère privé, pas de problème je pense.

Avatar de unCaillou INpactien
Avatar de unCaillouunCaillou- 23/10/14 à 06:52:30

Différemment, ton propos dans la rue n'est entendu que pendant 3~4 secondes, sur une page web c'est visible plusieurs mois, années.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 17