Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La France ne veut pas des drones de livraison d’Amazon ou de Google

Drones de fer
Droit 3 min
La France ne veut pas des drones de livraison d’Amazon ou de Google

Alors que la société DHL expérimente un système de livraison par drone depuis quelques semaines en Allemagne, le ministère de la Défense vient d’indiquer à un parlementaire qu’il ne donnerait pas son aval à Amazon si jamais le cybermarchand demandait à livrer des colis en France grâce à de tels appareils.

Pourra-t-on un jour être livré à domicile grâce à un drone, éventuellement quelques minutes seulement après avoir passé une commande sur Internet ? Si certains en rêvent, à l’instar de Google et d’Amazon, d’autres voient plutôt ça d’un très mauvais œil. Cet été, le député Thierry Lazaro a ainsi adressé une question écrite au ministre de la Défense pour savoir quelle était la position du gouvernement s’agissant de ces vols commerciaux. Évoquant les demandes d’autorisation déposées aux États-Unis afin d’effectuer des expérimentations, l’élu UMP laissait clairement transparaître sa préoccupation, évoquant les « dangers que peut représenter le survol d'un territoire national par des drones, notamment en raison de leur utilisation potentielle par des organisations terroristes ».

 

Mais Thierry Lazaro peut souffler. En plus de devoir formuler une demande en bonne et due forme auprès de la direction générale de l'aviation civile, toute société commerciale qui souhaiterait effectuer des livraisons par drone en France devrait également obtenir l’aval du ministère de la Défense, nous apprend la réponse qui vient d’être apportée au député.

Le ministère de la Défense « ne pourrait que rendre un avis défavorable »

Et mauvaise nouvelle pour Amazon et Google : « Dans cette hypothèse, le département ministériel ne pourrait que rendre un avis défavorable à l'égard d'une demande de cette nature ». Le ministre de la Défense explique que « les garanties en matière de sécurité aérienne ne seraient par hypothèse pas suffisantes au regard notamment des conditions d'utilisation des aéronefs [des drones, ndlr] militaires et des aéronefs d'État qui peuvent être amenés à évoluer à basse altitude au titre des missions militaires ou de service public, d'assistance ou de sauvegarde des personnes qu'ils accomplissent. »

 

Autrement dit, le gouvernement craint que ces drones de livraison aient des accrochages avec ceux utilisés par les autorités (l’armée, les policiers...) – avec tout ce que cela implique en cas de crash d’un appareil. « Des drones commerciaux, tels que ceux que projette d'utiliser la société "Amazon.com", partageraient alors le même espace aérien que les aéronefs utilisés par les services de l'État et ne pourraient respecter le principe « voir et éviter » qui constitue une règle fondamentale de prévention des accidents entre aéronefs. Les risques de collision pour ces aéronefs seraient donc accrus, d'autant plus qu'aucun système, embarqué ou non, n'est en mesure aujourd'hui de les réduire » conclut la réponse du ministère, enfonçant définitivement le clou. 

 

Cette réponse très orientée tranche quelque peu avec les objectifs affichés au travers du plan de la « Nouvelle France Industrielle » consacré aux drones civils. L’exécutif s’est en effet donné pour ambition de « lever les verrous actuels pour développer une filière industrielle qui servira une multitude de besoins dans l’agriculture, les réseaux, ou la protection de l’environnement ». En déplacement au salon du drone « UAV Show », le secrétaire d’État en charge des Transport a par ailleurs déclaré le mois dernier que le gouvernement allait « faire évoluer les règles pour accompagner les initiatives et les ambitions des usages des drones. L’avenir se prépare déjà avec des réflexions sur l’intégration de drones dans la circulation aérienne générale sans limitation de masse ou de vitesse, et les exigences de sécurité pourraient être comparables à celles appliquées aux avions et hélicoptères ».

190 commentaires
Avatar de sternet INpactien
Avatar de sternetsternet- 16/10/14 à 06:32:14

La livraison par Drone ?
Les facteurs/livreurs l'ont bien mérité !
Ras le bol de recevoir des avis de passages avec mention "absent" alors que j'ai pris ma journée et que je n'ai pas bougé de chez moi !!!

Avatar de Vilainkrauko Abonné
Avatar de VilainkraukoVilainkrauko- 16/10/14 à 06:44:02

Zut alors !

Avec les drones on pourra dire "Oh une péniche" .. en vrai :D

Et on pourra réponde "Ouah tu m'as eu tu connaissais les horaires de passage ! "

Avatar de contre-maitre INpactien
Avatar de contre-maitrecontre-maitre- 16/10/14 à 06:44:25

sternet a écrit :

La livraison par Drone ?
Les facteurs/livreurs l'ont bien mérité !
Ras le bol de recevoir des avis de passages avec mention "absent" alors que j'ai pris ma journée et que je n'ai pas bougé de chez moi !!!

C'est pour ca que je choisi la livraison en point relais la plupart du temps, au moins je peux aller le chercher le jour meme moi même, et pas le lendemain voir surlendemain à la poste

Avatar de MasterDav INpactien
Avatar de MasterDavMasterDav- 16/10/14 à 06:45:59

et ne pourraient respecter le principe « voir et éviter » qui constitue une règle fondamentale de prévention des accidents entre aéronefs.

Il serait pourtant très simple de mettre en place un dispositif émetteur/récepteur pour que les drones civils se déroutent automatiquement et évitent de rentrer dans une zone de sécurité autour des drones gouvernementaux (police, armée, etc...).
Ce genre de balise existe déjà pour les aspirateurs robots !

Avatar de anonyme_b5c672786a220f949b54c73e43986bc6 INpactien

en parlant de facteur , ça me fait penser (reportage Arte) à  ce facteur en corse du sud qui se tape 10-15km de marche dans le maquis été comme hiver pour livrer le courrier a de petit village/ferme isolée et qui approche de la retraite sans que personne ne veuille le remplacer
Le drone pourrait se rendre utile , il est certain qu'avec une région à forte densité (au hasard région parisienne) les consequences de la chute d'une drone ne serait pas la même chose qu'en corse du sud

Avatar de Gericoz INpactien
Avatar de GericozGericoz- 16/10/14 à 06:49:03

Bonne décision, voir des drone partout dans le ciel ne me tente pas trop.

contre-maitre a écrit :

C'est pour ca que je choisi la livraison en point relais la plupart du temps, au moins je peux aller le chercher le jour meme moi même, et pas le lendemain voir surlendemain à la poste

Pareil, j'ai un point relais juste sur mon trajet pour aller au boulot du coup j'ai le colis le jour même de son arrivage sans devoir faire d'efforts particuliers.

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 16/10/14 à 06:52:02

  Espérons qu'on aura pas ce genre de comportement :
&nbsphttp://free.lequipe.fr/Football/Actualites/Serbie-albanie-interrompu/506758
:cartonrouge:

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 16/10/14 à 06:56:29

es garanties en matière de sécurité aérienne ne seraient par hypothèse pas suffisantes

Ou comment évacuer le problème sans même y réfléchir. Les autres pays qui expérimentent sont vraiment arriérés, alors que nous, nous avons la science infuse qui permet de poser l'hypothèse et conclure dans la foulée. Un modèle de décision arbitraire que le monde nous envie.

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 16/10/14 à 06:58:47

MasterDav a écrit :

Ce genre de balise existe déjà pour les aspirateurs robots !

Ça existe surtout pour les avions (ou celui-ci) ;)

Édité par John Shaft le 16/10/2014 à 07:01
Avatar de Reznor26 INpactien
Avatar de Reznor26Reznor26- 16/10/14 à 07:00:36

Gericoz a écrit :

Bonne décision, voir des drone partout dans le ciel ne me tente pas trop.

Ça arrivera pourtant, de toute façon. La position du ministère n'est pas à comprendre en mode "pour ou contre" mais en mode "maintenant ou plus tard".

Le petit couplet anxiogène habituel sur le terrorisme c'est juste pour ne jamais louper une occasion de le faire rentrer dans les esprits, mais la vraie raison c'est simplement un principe de précaution basique. Les pouvoirs publics ne sont pas prêts ou veulent attendre d'avoir plus de recul sur la question, c'est tout.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 19