Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Microsoft veut mener la danse sur l'intégration du HTTP/2

Mais la concurrence est déjà là
Logiciel 3 min
Microsoft veut mener la danse sur l'intégration du HTTP/2
Crédits : Federico Caputo/iStock/ThinkStock

Le HTTP 2.0, devenu entretemps le HTTP/2, est une révision majeure du protocole réseau, en cours de normalisation à l’IETF. Même si la version finale n’est pas encore publiée, rien n’empêche les navigateurs de l’intégrer dans sa forme actuelle pour préparer le terrain. C’est le cas d’Internet Explorer « 12 », présent dans Windows 10, et dont Microsoft détaille l’implémentation.

HTTP/2 doit accélérer le chargement des pages web

La dernière révision du protocole HTTP, estampillée 1.1, date d’il y a quinze ans. Depuis 1999, les défis et objectifs ont évolué et les buts de la version 2.0 sont nombreux. Elle doit principalement accélérer le chargement des pages, via notamment le multiplexage des connexions TCP et la compression des en-têtes sur les paquets. La latence globale doit donc être améliorée, mais pas seulement puisque HTTP/2 doit en outre faciliter les technologies utilisant le « push » (informations « poussées » vers les clients) et le chiffrement des données.

 

Plusieurs idées fondatrices se sont battues pour servir de socle à HTTP/2, mais c’est finalement la technologie SPDY de Google qui a été retenue (Internet Explorer 11 gère présentement SPDY 2.0 et une version expérimentale de SPDY 3.0). Attention cependant : il ne s’agit pas d’une simple reprise du protocole créé par Google. Même si SPDY est fondé sur l’idée du multiplexage, HTTP/2 va plus loin car il applique le multiplexage à toutes les communications avec différents hôtes en même temps.

Le protocole est géré dans la Technical Preview de Windows 10 

Microsoft avait initialement proposé sa propre idée de ce que devait être HTTP/2. Devant le succès de SPDY, la firme s’est finalement rangée derrière la majorité. Elle veut même être en tête de l’intégration du HTTP/2, en expliquant que les gains en termes de performances valent clairement l’effort. L’éditeur indique qu’il est temps de se débarrasser d’une méthode de chargement des pages web qui n’a pas réellement changé depuis « l’époque des écrans en 800 x 600 ».

 

Traduction : Internet Explorer 12, face à un site web compatible avec le nouveau protocole, pourra profiter de la bande passante disponible pour expédier toutes les requêtes d’une traite, et non de manière séquentielle comme c’est le cas aujourd’hui (chaque nouvelle requête doit attendre le résultat de la précédente).

 

twitter http/2

 

Microsoft invite donc les développeurs web à installer la préversion technique de Windows 10, seule à contenir le support préliminaire de HTTP/2. La firme fournit une liste d’exemples permettant de tester le protocole en situation réelle (c’est le cas de Twitter.com). Notez qu’implanter HTTP/2 sur un site web, même à l’état de brouillon, ne cassera pas la compatibilité avec HTTP 1.1. Les intéressés pourront également monter un serveur HTTP/2, le protocole étant supporté par IIS. Il y a cependant une limitation sur ces préversions d’Internet Explorer et IIS : seules les connexions sécurisées sont supportées.

La concurrence n'est pas en reste 

L’éditeur semble toujours aussi décidé à faire oublier la triste histoire d’Internet Explorer en accélérant le support des dernières technologies. Cependant, le navigateur garde une concurrence acharnée dans tous les cas, notamment avec Chrome et Firefox. Le premier intègre un support expérimental de HTTP/2, non actif par défaut, tandis que le second prévoit l’implémentation du protocole pour sa version 34. Dans les deux cas, et comme pour Internet Explorer, seules les connexions sécurisées par TLS sont prises en charge.

 

Difficile de savoir pour l’instant si Microsoft pourra réellement être leader sur la prise en charge du HTTP/S. SI la prochaine mouture d’Internet Explorer doit sortir avec Windows 10, cela signifie qu’elle ne sera pas entre les mains des utilisateurs avant l’été prochain. Ce qui laissera du temps aux autres navigateurs pour le proposer en version finale : la publication de la première mouture définitive du protocole est prévue pour février prochain. 

31 commentaires
Avatar de Northernlights Abonné
Avatar de NorthernlightsNorthernlights- 13/10/14 à 07:58:53

Les pubs reçues plus vite, qui ne bloqueront plus le chargement d'une page.

Avatar de K_rot Abonné
Avatar de K_rotK_rot- 13/10/14 à 08:00:37

Est ce que NextInpact a prévu d'implémenter cette technologie  ?
Depuis la version 10 de IE, le navigateur est assez bon pour être utilisé tout les jours. Il manque deux/trois choses, mais d'après les rumeurs cela devrait arriver dans le v12.

Avatar de XMalek INpactien
Avatar de XMalekXMalek- 13/10/14 à 08:04:50

Quid des impacts si on veut l'implémenter ?

et microsoft pourrais pas faire la même chose sur leurs logiciels serveurs ? Parce que ca serait cool de pouvoir précharger toute la page et attendre juste les résultats de ton tableau sans avoir à recoder tout le truc à la mano.

Avatar de Laere INpactien
Avatar de LaereLaere- 13/10/14 à 08:06:14

 "Traduction : Internet Explorer 12, face à un site web compatible avec le nouveau protocole, pourra profiter de la bande passante disponible pour expédier toutes les requêtes d’une traite, et non de manière séquentielle comme c’est le cas aujourd’hui (chaque nouvelle requête doit attendre le résultat de la précédente)."

Pour ce que je me souvenais, c'est pas tout à fait ca. On pouvait faire 5 requêtes simultanées (plus ou moins en configurant le navigateur). Mais comme avec HTTP/2 toutes les requêtes peuvent être faites sur la même connexion, on gagne pas mal en terme de handshake.

Par contre le protocole pose de vrais problèmes en particulier avec websocket, qu'il est à priori impossible à intégrer sur HTTP/2 (parce qu'en fait, les 2 marchent plus ou moins pareil à bas niveau). Il y a également pas mal de petits détails qui peuvent poser soucis.

Avatar de flamwolf INpactien
Avatar de flamwolfflamwolf- 13/10/14 à 08:06:57

Northernlights a écrit :

Les pubs reçues plus vite, qui ne bloqueront plus le chargement d'une page.

Et qu'en plus tu ne pourras pas éviter puisqu'on est en push et que c'est le serveur qui choisi ce qu'il envoie au navigateur.
Je connais des hackers qui doivent se faire des rêves mouillées sur cette technologie, encore un bon moyen de sécuriser l'internet mondial...

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 13/10/14 à 08:19:57

Laere a écrit :

 "Traduction : Internet Explorer 12, face à un site web compatible avec le nouveau protocole, pourra profiter de la bande passante disponible pour expédier toutes les requêtes d’une traite, et non de manière séquentielle comme c’est le cas aujourd’hui (chaque nouvelle requête doit attendre le résultat de la précédente)."

Pour ce que je me souvenais, c'est pas tout à fait ca. On pouvait faire 5 requêtes simultanées (plus ou moins en configurant le navigateur). Mais comme avec HTTP/2 toutes les requêtes peuvent être faites sur la même connexion, on gagne pas mal en terme de handshake.

En effet, en HTTP 1.1 il y a déjà le pipelining, qu'on peut activer dans Firefox par exemple, mais dont je ne sais pas s'il était très utilisé, car il faut que le serveur Web le supporte. Cf cet article par exemple en 2005 :https://developer.mozilla.org/en-US/docs/Web/HTTP/Pipelining_FAQ .

HTTP/1.1 allows multiple HTTP requests to be written out to a socket
together without waiting for the corresponding responses. The requestor
then waits for the responses to arrive in the order in which they were
requested. The act of pipelining the requests can result in a dramatic improvement in page loading times, especially over high latency connections.
Pipelining can also dramatically reduce the number of TCP/IP packets.
With a typical MSS (maximum segment size) in the range of 536 to 1460
bytes, it is possible to pack several HTTP requests into one TCP/IP
packet. Reducing the number of packets required to load a page benefits
the internet as a whole, as fewer packets naturally reduces the burden
on IP routers and networks.

Édité par OlivierJ le 13/10/2014 à 08:22
Avatar de RTDaemons INpactien
Avatar de RTDaemonsRTDaemons- 13/10/14 à 08:21:49

XMalek a écrit :

Quid des INpacts si on veut l'implémenter ?

:windu:
 

flamwolf a écrit :

Et qu'en plus tu ne pourras pas éviter puisqu'on est en push et que c'est le serveur qui choisi ce qu'il envoie au navigateur.
Je connais des hackers qui doivent se faire des rêves mouillées sur cette technologie, encore un bon moyen de sécuriser l'internet mondial...

Tu as des sources précises sur le côté sécurité de la chose? Cela m'intéresse... à ce qu'il me semble, le push ne se fait qu'à la demande du client.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 13/10/14 à 08:24:16

Ha ben c'est une bonne nouvelle pour un lundi matin.:D

Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 13/10/14 à 08:31:51

flamwolf a écrit :

Et qu'en plus tu ne pourras pas éviter puisqu'on est en push et que c'est le serveur qui choisi ce qu'il envoie au navigateur.
Je connais des hackers qui doivent se faire des rêves mouillées sur cette technologie, encore un bon moyen de sécuriser l'internet mondial...

Une petite règle dans iptables devrait suffire, je pense.

Avatar de anonyme_5308cee4763677866e1421efa4474f79 INpactien

C'est pas trop tôt, quand on voit par ex. le support dégueulasse de SVG dans IE11, ce navigateur ne donne pas envie.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4