Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Adobe : nouvelles applications iOS et polémique sur la surveillance des eBooks

Tout va bien, c'est conforme à la politique de vie privée
Adobe : nouvelles applications iOS et polémique sur la surveillance des eBooks
Crédits : Sergey Nivens/iStock/ThinkStock

Adobe a publié hier soir de nouvelles applications pour iOS, dont l’objectif est d’étoffer l’offre Creative Cloud. Mais alors que l’éditeur avait toutes les raisons de se réjouir de ces nouveaux produits et de la valorisation de son offre, le voilà pris dans la tourmente : son logiciel Digital Editions est particulièrement bavard, envoyant de nombreuses informations en clair aux serveurs de l’entreprise.

De nouvelles applications iOS pour enrichir le Creative Cloud

Adobe a donc ouvert le bal hier pour plusieurs nouvelles applications mobiles destinées à iOS. On trouve ainsi Premiere Clip, qui se veut aussi bien autonome qu’un compagnon pour Premiere CC. L’application sert surtout à assembler des photos et des vidéos pour créer un montage que l’on pourra accompagner d’inévitables effets de transition, de filtres de couleurs et ainsi de suite. En tant que compagnon, elle permet de commencer un projet à partir de sources mobiles par exemple, de synchroniser l’ensemble sur le Creative Cloud puis de reprendre la suite sur Premiere CC.

 

Brush CC a de son côté pour objectif de permettre, à partir d’une photo prise depuis l’appareil, de récupérer un équivalent sous forme de dessin. Là encore, le résultat pourra être synchronisé avec le Creative Cloud pour être repris par exemple dans Photoshop. Shape CC fonctionne sur le même modèle, mais pour obtenir un dessin vectoriel.

 

L’éditeur a également mis à jour un certain nombre des composants de la suite CC, mais ces nouvelles ont été rapidement éclipsées par une polémique.

 

Adobe premiere clipAdobe brush ccAdobe shape cc

Digital Editions, un logiciel très bavard

Adobe propose un logiciel conçu pour récupérer et gérer l’ensemble des livres électroniques, PDF et autres documents. Digital Editions sert à la fois de liseuse, avec les fonctionnalités qu’on peut en attendre, ainsi que d’interface de classement. Spécialisé dans la gestion des droits numériques, il permet également à des librairies et des bibliothèques de savoir qui a emprunté quoi par exemple.

 

Or, Digital Editions communique un très grand nombre d’informations aux serveurs d’Adobe. C’est la découverte du site The Digital Reader, confirmée ensuite par Ars Technica. La solution d’Adobe a été diffusée comme une structure idéale permettant la location de livres électroniques dans les bibliothèques. Le client repart ainsi chez lui et c’est le système de DRM en place qui permet de gérer les droits sur la location. Elle est donc très répandue et le souci est de taille.

Identifiant utilisateur, pages lues, position géographique...

Les informations envoyées sont très nombreuses : l’USER ID, le Device ID, le Certified App ID (qui autorise Digital Editions à ouvrir des documents protégés par des DRM), l’adresse IP de l’appareil, le temps durant lequel le livre électronique a été lu ou encore le pourcentage de lecture dudit livre et même la position géographique de l'utilisateur. Il est évident que ces informations sont utilisées par Adobe pour parfaire son produit et obtenir de précieuses statistiques.

adobe digital editions
Crédits : Ars Technica

Seulement voilà, le problème se rapproche de l’enregistrement des frappes au clavier dans la Technical Preview de Windows 10, mais dans une forme plus grave. La licence de Digital Editions indique bien que des informations seront envoyées, mais sans dire lesquels. Mais surtout, non seulement l’application ne demande aucune autorisation à l’utilisateur pour le faire, mais les données envoyées sont également transmises en clair. Conséquence : Adobe peut très bien connaître vos habitudes de lecture, comme n’importe qui relié au même réseau.

Adobe répond de manière très vague, mais promet un correctif 

L’information fait d’autant plus scandale aux États-Unis qu’une loi existe, comme le rappelle l’Electronic Frontier Foundation, pour protéger ce type d’informations au sein des bibliothèques et des librairies, le Reader Privacy Act de 2011. De fait, Adobe a réagi assez rapidement : « Toutes les informations collectées ne le sont que dans des buts de validation de licence et de facilitation d’implémentation des différents modèles de licences par les éditeurs. De plus, les informations ne sont collectées que sur l’eBook en cours de lecture, et pas sur les autres présents dans la bibliothèque de l’utilisateur. La vie privée est très importante pour Adobe, et toutes les données collectées par Digital Editions sont conformes au CLUF et à la politique de vie privée d’Adobe ».

 

Mais cette réponse fait poser plus de questions qu’elle ne donne de réponse. D’une part, si l’on peut comprendre qu’Adobe ait besoin de valider les licences pour contrôler les droits numériques, on se demande en quoi certaines informations, telles que les pages parcourues et l’ordre dans lequel elles ont été lues, peuvent être utiles à ce mécanisme. D’autre part, parler du livre en cours de lecture ne change pas grand-chose : si l’utilisateur dispose d’autres ouvrages, c’est certainement pour les lire également plus tard. Par ailleurs, la collecte a beau être conforme au CLUF et à la politique interne sur le sujet, cela n’est en rien une justification. Enfin, il est difficile d’insister sur l’importance de la vie privée quand les transferts d’informations se font en clair.

 

Et l’éditeur est bien conscient que le sujet n’est guère défendable. Dans une réponse donnée à Ars Technica par un porte-parole, Adobe indique qu’une mise à jour est en cours de développement pour « corriger le problème ». Souci : l’entreprise ne dit pas de quelle manière elle compte régler la situation. Y aura-t-il un tri dans les informations réellement pertinentes ? L’utilisateur devra-t-il donner son accord ? Les communications seront-elles intégralement chiffrées ?

 

Adobe a indiqué qu’elle ferait savoir quand la mise à jour serait prête.

18 commentaires
Avatar de Zorak Zoran INpactien
Avatar de Zorak ZoranZorak Zoran- 08/10/14 à 12:35:24

Je suis abonné CC pour la photo, moi j'attends surtout qu'ils augmentent les possibilités de leurs applications iOS, LR par exemple est très limité, et qu'ils simplifient la synchro depuis le desktop vers les iBidules, pour l'instant c'est assez pourri (pas de synchro de dossiers, pas de synchro de collections dynamiques)...

Avatar de Gilbert_Gosseyn Abonné
Avatar de Gilbert_GosseynGilbert_Gosseyn- 08/10/14 à 12:39:38

Ils ont quoi tous ces éditeurs à espionner sans vergogne leurs usagers (et leur gagne-pain au passage) ? ils veulent perdre le marché ?

Les gens, du moment qu'ils sont au courant, ils risquent de fuir pour une offre plus respectueuse ... Ou le piratage des ebooks (cas précis).

Avatar de bilbonsacquet Abonné
Avatar de bilbonsacquetbilbonsacquet- 08/10/14 à 12:50:59

Pourtant les certifs SSL ça coûte pas grand chose :D

Avatar de Shuffle Bot INpactien
Avatar de Shuffle BotShuffle Bot- 08/10/14 à 12:52:03

je suis resté sur Photoshop CS5 et je ne ferait plus jamais de màj, le tout au cloud d'Adobe me débecte pour ce genre de dérapage notamment.
Rien ne dit non plus que Windows 10 ne gardera pas soin d'envoyer des informations (keylogger) à titre de statistiques et autres...
Franchement la connexion permanente et le cloud prennent une direction très glissante... comme dit plus haut, le risque est tout de même d'en arriver à un rejet de masse de sa base utilisateur et de devoir essuyer les platres derrières...

Avatar de Khalev Abonné
Avatar de KhalevKhalev- 08/10/14 à 12:54:32

Shuffle Bot a écrit :

le risque est tout de même d'en arriver à un rejet de masse de sa base utilisateur et de devoir essuyer les platres derrières...

Bof, pas trop de risques de ce côté :http://www.washingtonpost.com/blogs/the-switch/wp/2014/10/07/people-care-more-ab...

(source à prendre avec des pincettes, ça reste une boite essayant de vendre son produit, mais tout de même)

Avatar de Soltek INpactien
Avatar de SoltekSoltek- 08/10/14 à 12:59:07

Gilbert_Gosseyn a écrit :

Ils ont quoi tous ces éditeurs à espionner sans vergogne leurs usagers (et leur gagne-pain au passage) ? ils veulent perdre le marché ?

Les gens, du moment qu'ils sont au courant, ils risquent de fuir pour une offre plus respectueuse ... Ou le piratage des ebooks (cas précis).

Tu crois sérieusement que les gens, en général, en on quelque chose à faire ?

Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 08/10/14 à 13:12:33

Shuffle Bot a écrit :

je suis resté sur Photoshop CS5 et je ne ferait plus jamais de màj, le tout au cloud d'Adobe me débecte pour ce genre de dérapage notamment.
Rien ne dit non plus que Windows 10 ne gardera pas soin d'envoyer des informations (keylogger) à titre de statistiques et autres...
Franchement la connexion permanente et le cloud prennent une direction très glissante... comme dit plus haut, le risque est tout de même d'en arriver à un rejet de masse de sa base utilisateur et de devoir essuyer les platres derrières...

Les logs existaient déjà sous les beta de Win7/Win8, et ont bien été désactivés .... pourquoi il en serait différent ? 
:keskidit:

Avatar de cendrev3 INpactien
Avatar de cendrev3cendrev3- 08/10/14 à 13:24:05

Soltek a écrit :

Tu crois sérieusement que les gens, en général, en on quelque chose à faire ?

Non mais les gens veulent pouvoir changer de materiel et lire leur livre sur ce qu'ils utilisent en ce moment (environement materiel et logiciel qui n'est pas forcement le meme que sur celui achete) sans incompatibilites ou bugs bizarres.
Et la seule chose qui permet ca c'est l'absence de drms. 

Édité par cendrev3 le 08/10/2014 à 13:24
Avatar de Zorak Zoran INpactien
Avatar de Zorak ZoranZorak Zoran- 08/10/14 à 13:26:16

cendrev3 a écrit :

Non mais les gens veulent pouvoir changer de materiel et lire leur livre sur ce qu'ils utilisent en ce moment (environement materiel et logiciel qui n'est pas forcement le meme que sur celui achete) sans incompatibilites ou bugs bizarres.
Et la seule chose qui permet ca c'est l'absence de drms. 

Difficile de faire un système de location ou de prêt de livre depuis une bibliothèque sans DRM, hein...

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 08/10/14 à 13:30:12

Gilbert_Gosseyn a écrit :

Ils ont quoi tous ces éditeurs à espionner sans vergogne leurs usagers (et leur gagne-pain au passage) ? ils veulent perdre le marché ?

Les gens, du moment qu'ils sont au courant, ils risquent de fuir pour une offre plus respectueuse ... Ou le piratage des ebooks (cas précis).

Bof, ça reste très peu connu, à l'échelle du nombre d'utilisateurs. Quand les alternatives existent (par exemple Twister, pour quitter Twitter), personne n'y va, par choix/flemme ou parce qu'il n'y a encore personne (le serpend qui mord la queue du chien... ou un truc du genre).

Et même pour les « affaires » les plus connues, qui concernent Google, Apple et les autres, pour lesquelles le grand public a vaguement entendu parler de quelque chose, il s'en tape, parce que l'avantage procuré par le service leur paraît plus important qu'une hypothétique affaire d'espionnage ou de collective massive de données, qu'ils regardent de loin, parce que racontée par des barbus paranoïaques.  Et puis, « je n'ai rien à cacher »...
 
Parenthèse perso, j'ai récemment entendu quelqu'un qui disait qu'il était content d'être espionné via son smartphone, « parce que comme ça si on me le vole je pourrais le retrouver ». Mais bon, après tout, si cette situation leur convient, tant mieux pour eux.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • De nouvelles applications iOS pour enrichir le Creative Cloud
  • Digital Editions, un logiciel très bavard
  • Identifiant utilisateur, pages lues, position géographique...
  • Adobe répond de manière très vague, mais promet un correctif 
S'abonner à partir de 3,75 €