Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le gouvernement favorable à l’instauration d’un bac « Humanités numériques » ?

Le bac à sable
Droit 3 min
Le gouvernement favorable à l’instauration d’un bac « Humanités numériques » ?
Crédits : IPGGutenbergUKLtd/iStock/ThinkStock

Le gouvernement envisage-t-il de créer une nouvelle série au baccalauréat général, centrée vers les nouvelles technologies et qui s’intitulerait « Humanités numériques » ? C’est la question très sérieuse que vient de poser un député, s’appuyant sur de récentes propositions du Conseil national du numérique.

Vendredi dernier, le Conseil national du numérique (CNNum) a dévoilé un rapport consacré à l’école au sens large - primaire, collège et lycée. Intitulé « Jules Ferry 3.0 - Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique », ce volumineux document tente de poser des pistes « pour redonner du sens à l'École dans la transition numérique ». En clair, les membres de l’institution ont cherché pendant près d’un an à voir comment les nouvelles technologies pouvaient aider l’Éducation nationale à éviter le bonnet d’âne, notamment en matière de réussite scolaire.

 

Ce rapport, fort de 40 recommandations, a manifestement intéressé le député Jean-Louis Bricout. Hier, cet élu socialiste a demandé à la nouvelle ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, les suites qu’elle entendait donner à l’une des propositions phares du CNNum : l’instauration d’un baccalauréat général « Humanités numériques ». 

Le CNNum propose un nouveau bac « Humanités numériques »

De quoi s’agit-il ? L’institution préconise la mise en place d’une nouvelle filière, HN, qui côtoierait donc les traditionnelles séries S, ES et L. « Son but est de revisiter les humanités dans toutes leur richesse et leur modernité, en s’appuyant sur les sciences et techniques du numérique » explique le CNNum. De fait, ce bac se voudrait très général et toutes les matières classiques y seraient étudiées : maths, français, physique-chimie, histoire-géo, philosophie, SVT, économie, langues vivantes... Des cours d’informatique seraient également de la partie, afin d’enseigner aux lycéens la programmation et d’autres aspects relatifs aux machines, à l’information, à la pensée algorithmique, etc.

 

La véritable innovation réside en fait dans les méthodes pédagogiques : « Plutôt que d’enfermer les enseignants dans des programmes ou des méthodes d’enseignement précis, préformatés, des objectifs généraux sont donnés et une grande liberté leur est laissée » recommandent ainsi les auteurs du rapport. L’objectif consisterait pour les enseignants à « apprendre à apprendre, apprendre à résoudre des problèmes, dans un environnement reconfiguré par les savoirs et les techniques numériques ». Le CNNum espère ainsi promouvoir l’esprit d’entreprise, le travail collaboratif, l’émancipation des élèves...

La question de la programmation à nouveau sur la table

Alors que l’institution plaide pour une mise en place rapide (mais progressive) d’une telle filière, notamment via des expérimentations, le député Bricout explique au travers d’une question écrite qu’il souhaite recueillir l’avis de la ministre de l’Éducation « et, dans le cas où elle accueillerait ses mesures positivement, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quel pourrait être l'horizon de mise en oeuvre de cette réforme ».

 

vallaud belkacem

 

L’élu socialiste demande également au travers d’une seconde question écrite à connaître la position de Najat Vallaud-Belkacem sur une autre proposition du CNNum : dispenser aux élèves de troisième, dans le cadre du cours de technologie, un enseignement annuel d’informatique « centré sur la programmation et de l’algorithmique ».

 

En attendant la réponse de la ministre, rappelons que celle-ci s’est placée le mois dernier dans les pas de son prédécesseur, Benoît Hamon. « Nous souhaitons introduire une initiation à la programmation informatique pour les enfants, pour les élèves » a ainsi affirmé la benjamine du gouvernement devant l’Assemblée nationale, même si les modalités de mise en œuvre d’un tel engagement semblent encore bien vagues (pour en savoir plus, voir notre article).

128 commentaires
Avatar de macslan INpactien
Avatar de macslanmacslan- 08/10/14 à 09:12:35

He ben bien content d'être suisse

Avatar de Khalev Abonné
Avatar de KhalevKhalev- 08/10/14 à 09:14:49

apprendre à apprendre, apprendre à résoudre des problèmes, dans un environnement reconfiguré par les savoirs et les techniques numériques

Euh... ça devrait être l'objectif de l'école ça, pas seulement d'une filière...

Avatar de trash54 Abonné
Avatar de trash54trash54- 08/10/14 à 09:16:41

ancien BAC Ftruc (gros trou là)

Avatar de Nnexxus INpactien
Avatar de NnexxusNnexxus- 08/10/14 à 09:25:51

J'ai vraiment du mal à voir l'intérêt d'une filière spécifique...
Pour la partie "exploiter les nouvelles technologies pour être plus pédagogues", c'est manifestement à appliquer dans toutes les filières...
Et pour la partie "apprendre l'informatique et l'algorithmique", ça a toute sa place dans la filière S (qui, à mon avis, aurait dû s'y mettre depuis des années, et pas seulement pour la branche S-Sciences de l'Ingénieur). Et même dès le collège d'ailleurs, en tronc commun.

Édité par Nnexxus le 08/10/2014 à 09:26
Avatar de durthu Abonné
Avatar de durthudurthu- 08/10/14 à 09:27:27

Khalev a écrit :

Euh... ça devrait être l'objectif de l'école ça, pas seulement d'une filière...

C'est clair...

Apprendre à réfléchir est la base de tout, un de mes profs nous sortait toujours cette citation : " il vaut mieux avoir une tête bien faite, qu'une tête bien pleine. "

C'est la base de tout. Il suffit de voir les réaction des élèves et des parents lors de certaines épreuves du brevet des collèges.... Le sujet était très simple, il n'était peut être pas posé de manière habituelle mais la plupart des élèves s'est tôlé ...

Enfin bref, je ne suis vraiment pas convaincu de l'utilité de ce nouveau bac...

Avatar de GvLustig INpactien
Avatar de GvLustigGvLustig- 08/10/14 à 09:30:05

N'importe quoi cette idée... plutôt ouvrir une autre option au Bac S (comme maths, SVT, SI, Physiques-Chimie), avec des cours de programmations, de réseaux etc,... Car il y a une importance des mathématiques par exemple dans le domaine une option de L pour du Illustrator/Photoshop like par exemple (comme il y a déjà une option Art...). Et déjà faire faire de VRAIS cours de technologie au collège, où on apprends les bases également de l'informatique (sécurisation des données, petite programmation en C ou basic,...) serait beaucoup plus utile.
 
Et quand aura-ton des cours sur "comment rechercher un travail", "comment faire un CV/lettre de motiv", "comment tenir un budget mensuel pour vivre", "comment payer ses impôts",... choses qui seront bien plus utiles je pense.

Petite histoire perso : j'ai un bac S option physiques-chimie, une année d'IUT informatique, un BTS géomètre-topographe (orienté maths du coup), et une licence pro géomatique (informatique et géographie quoi). Dans mon métier il est très important d'avoir des compétences mathématiques (c'est toujours utile), informatiques (BDD), chimiques (je travaille chez GDF) et géographiques (travail beaucoup sur SIG). Jamais je n'aurais été ce que je suis aujourd'hui professionnellement sans mon parcours scientifique (et ma passion pour la géo).

Un BAC ça ne s'improvise pas :cartonrouge:

Édité par GvLustig le 08/10/2014 à 09:31
Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 08/10/14 à 09:30:35

« Plutôt que d’enfermer les enseignants dans des programmes ou des
méthodes d’enseignement précis, préformatés, des objectifs généraux sont
donnés et une grande liberté leur est laissée »

 C'est louable, mais dans le même temps le gouvernement dit vouloir favoriser l'utilisation de logiciels libres, et le CNNum veut défendre la neutralité. Je ne suis pas sûr qu'en laissant une telle liberté, ces objectifs puissent être remplis. Ne rien décider c'est justement le meilleur moyen de laisser les enseignants diffuser leur « préformatage » (même si ce terme est très péjoratif, je préfère celui d'expérience).

Avatar de Neeko INpactien
Avatar de NeekoNeeko- 08/10/14 à 09:34:13

Jarodd a écrit :

Ne rien décider c'est justement le
meilleur moyen de laisser les enseignants diffuser leur « préformatage »
(même si ce terme est très péjoratif, je préfère celui d'expérience).

Etant moi-même enseignant, je ne trouve pas que ce terme soit péjoratif. Les gens sont préformatés par plein de trucs, et ne prennent pas la peine de prendre du recul.

Rien que parler de LibreOffice à certains collègues est un parcours du combattant... Et pourtant, ils ne savent strictement rien faire dans Word, mais...

Édité par Neeko le 08/10/2014 à 09:35
Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 08/10/14 à 09:39:15

GvLustig a écrit :

N'importe quoi cette idée... plutôt ouvrir une autre option au Bac S (comme maths, SVT, SI, Physiques-Chimie), avec des cours de programmations, de réseaux etc,... Car il y a une importance des mathématiques par exemple dans le domaine une option de L pour du Illustrator/Photoshop like par exemple (comme il y a déjà une option Art...). Et déjà faire faire de VRAIS cours de technologie au collège, où on apprends les bases également de l'informatique (sécurisation des données, petite programmation en C ou basic,...) serait beaucoup plus utile.
 
Et quand aura-ton des cours sur "comment rechercher un travail", "comment faire un CV/lettre de motiv", "comment tenir un budget mensuel pour vivre", "comment payer ses impôts",... choses qui seront bien plus utiles je pense.

Petite histoire perso : j'ai un bac S option physiques-chimie, une année d'IUT informatique, un BTS géomètre-topographe (orienté maths du coup), et une licence pro géomatique (informatique et géographie quoi). Dans mon métier il est très important d'avoir des compétences mathématiques (c'est toujours utile), informatiques (BDD), chimiques (je travaille chez GDF) et géographiques (travail beaucoup sur SIG). Jamais je n'aurais été ce que je suis aujourd'hui professionnellement sans mon parcours scientifique (et ma passion pour la géo). Un BAC ca ne s'improvise pas :cartonrouge:

Donc pour toi, il n'y a que des scientifiques qui devraient apprendre la technique (prog, réseaux,...) ? Et les littéraires n'ont pas d'autre choix que d'être des artistes sous Photoshop ?

Sinon l'école n'est pas là pour t'apprendre à rédiger une lettre de motivation. Elle a déjà du mal à respecter sa mission de base, pas la peine d'encombrer les programmes avec ce genre de choses ! Ca s'apprend en dehors de l'école. Et je suppose que ça fait partie du « apprendre à apprendre », où il faut acquérir des notions générales plutôt qu'une tâche ponctuelle (exemple : "moi je veux apprendre à réparer mon moteur, pas faire une lettre de motiv"). En gros : savoir se débrouiller pour acquérir soi-même la compétence qu'on n'a pas, quelle qu'elle soit.
 
Et plutôt que « comment payer ses impôts » ça serait plus judicieux d'apprendre à quoi sert l'impôt, le fonctionnement d'un République, quelle entité (région, agglo,...) a telle compétence, tout ça. Ca évitera les râleurs 20 ans plus tard « ouin ouin je paye trop d'impôts, je veux tout gratuit ». Les cours d'instructions civiques devraient servir à cela, mais je ne sais pas si ça existe toujours - perso je n'en ai jamais eu, malgré l'achat du bouquin chaque année.

Avatar de Sigma42 INpactien
Avatar de Sigma42Sigma42- 08/10/14 à 09:39:23

GvLustig a écrit :

Un BAC ça ne s'improvise pas :cartonrouge: 

 Ouhla, c'est pas nouveau qu'ils inventent des bacs "folkloriques" hein ^^
 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 13