Trois ados devant la justice suite à la mise en ligne de vidéos de jets d’œufs

Jamais d’œufs sans loi
Droit 2 min
Trois ados devant la justice suite à la mise en ligne de vidéos de jets d’œufs
Crédits : lucato/iStock/Thinkstock

Les gendarmes de Quétigny (Côte-d'Or) viennent de mettre la main sur trois adolescents qui se sont amusés dans le cadre d’un défi Facebook à jeter des œufs sur des façades et même à l’intérieur d’habitations, et ce avant de mettre en ligne les vidéos de leurs « exploits ». Ils sont convoqués le 10 septembre prochain devant le procureur de la République. 

C’est au travers de sa page Facebook que la gendarmerie de la Côte-d'Or a annoncé mercredi que « les auteurs de jets d’œufs sur des façades, à travers des fenêtres ouvertes ou dans des cages d'escaliers d'immeubles » avaient été retrouvés. À l’issue d’une enquête, les forces de l’ordre ont en effet identifié « trois jeunes adolescents » qui ont reconnu au total une dizaine de faits. Selon les autorités, ces jeunes relevaient un défi qui leur avait été lancé sur Facebook. Leurs « exploits » étaient ainsi filmés en vue de se retrouver sur le célèbre réseau social.

 

Résultat : les trois ados sont désormais attendus le 10 septembre prochain par le délégué du procureur de la République, devant lequel ils devront répondre de délits de dégradations en réunion. Une telle infraction est passible de cinq ans de prison et de 75 000 euros d'amende selon l’article 322-3 du Code pénal.

 

oeuf vidéo youtube

Exemple de vidéo de jet d’œuf que l'on peut retrouver sur YouTube.

 

Si la gendarmerie se félicite d’ores et déjà d’avoir réussi à identifier les trois jeunes (« Les œufs devraient rester à leur place pour quelques temps ! » conclut-elle sur Facebook), cette mise en avant sur les réseaux sociaux illustre au passage la façon dont les forces de l’ordre renforcent leur présence sur Internet - conformément aux vœux exprimés par Manuel Valls lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. « La brigade de Quétigny ne traite pas que des grosses affaires car certaines "petites affaires" et autres incivilités empoisonnent bien la vie de la population et concourent largement au sentiment d'insécurité » affirment ainsi les gendarmes de la Côte-d'Or, jouant sur la carte de la proximité vis-à-vis des attentes de la population.

 

Pour en revenir aux défis Facebook, on rappellera que plusieurs condamnations ont été prononcées au Royaume-Uni, à l’encontre de jeunes qui avaient avalé des poissons rouges vivants suite aux Neknominations. En France, le sujet a suscité l’inquiétude de certains députés, mais comme l’illustre cette affaire, les forces de l’ordre arrivent régulièrement à retrouver les auteurs d’infractions se vantant de leurs « exploits » sur Internet. Un homme de 24 ans a par exemple écopé en février dernier d’une peine d’un an de prison ferme après avoir mis en ligne une vidéo dans laquelle on le voyait jeter un chaton contre un mur. Plus récemment, cinq jeunes ont écopé de travaux d’intérêt général pour avoir jeté des excréments dans le centre des impôts de Narbonne. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !