Huawei ne veut plus de Windows Phone et ne croit pas au succès de Tizen

Android, Android, Android !
Mobilité 5 min
Huawei ne veut plus de Windows Phone et ne croit pas au succès de Tizen

Dans une interview accordée au Wall Street Journal, le PDG de Huawei a souhaité mettre les choses au clair : le constructeur ne croit ni au succès de Windows Phone, ni à celui de Tizen. Ceux qui espéraient un peu de variété dans un marché mobile toujours plus concentre en seront pour leurs frais, car l’avenir des smartphones Huawei appartient à Android. Du moins pour l’instant.

Huawei, un géant relativement frileux

Huawei est depuis quelques mois le troisième fabricant mondial en termes de volumes de vente et celui dont les ventes progressent justement le plus rapidement. Le constructeur s’appuie très largement sur Android pour ses produits, comme une écrasante majorité du marché d’ailleurs. Aujourd’hui, la plateforme de Google représente environ 85 % des smartphones vendus (comprenant Android et AOSP), une quasi-hégémonie qui rappelle la position de Windows sur les PC pendant de longues années (et qui perdure encore aujourd’hui, sous une forme légèrement moindre).

 

Aussi, le moindre mouvement effectué par une si grande entreprise a un poids conséquent, surtout quand une plateforme mobile est concernée… ou ne l’est plus. La situation est très différente de Xiaomi par exemple, bien qu’il soit le premier constructeur en Chine. Aussi, quand Huawei aborde sa position sur des plateformes autres qu’Android, les oreilles se dressent. Et beaucoup sans doute seront déçus.

Windows Phone ne rapporte pas d'argent 

Dans une interview au Wall Street Journal, l’un des responsables de l’entreprise, Richard Yu, a répondu à une question bien particulière : l’utilisation massive et presque obligatoire d’Android aujourd’hui est-elle un problème ? « Difficile à dire » a répondu Yu, avant d’expliquer plus en détails son point de vue : « Nous avons essayé d’utiliser le système Windows Phone. Mais il a été difficile de persuader les clients d’acheter un téléphone Windows. Ce n’était pas profitable pour nous. Nous avons perdu de l’argent pendant deux ans sur ces téléphones. »

 

Conséquence ? « Pour l’instant, nous avons décidé de stopper toute nouvelle sortie de téléphone Windows ». Et pourtant, Richard Yu confirme bien que Huawei a « des inquiétudes sur le fait qu’Android soit la seule option », mais que le constructeur n’a actuellement « pas le choix ». En outre, Huawei semble bénéficier d’une « bonne collaboration avec Google ». Évidemment, lorsqu’on écoule des montagnes de smartphones chaque trimestre, à l’instar d’un Samsung omniprésent, les rapports en sont facilités.

 

htc one windows phone

HTC n'a pas hésité à proposer une version Windows Phone de son HTC One M8

 

On se rappellera en fait que Huawei n’avait pas cherché à masquer son manque cruel d’enthousiasme envers la plateforme de Microsoft. La firme avait déjà dû communiquer pour réaffirmer son engagement envers Windows Phone, ce qui n’est jamais un bon signe. Mais peu de temps après, Huawei affichait un grand scepticisme sur le fait de continuer dans cette voie, et l’annonce d’un abandon semblait imminente. Dont acte.

« Nous estimons que Tizen n’a aucune chance de réussir » 

Le Wall Street Journal a également souhaité prendre le pouls du constructeur sur une autre plateforme, Tizen. Développée et alimentée par plusieurs grandes entreprises, dont Samsung et Intel, le système mobile n’en finit plus d’être reporté. Selon Richard Yu, beaucoup demandent régulièrement à Huawei de se lancer sur le créneau parce que la nouvelle plateforme représente une réelle opportunité. Ce n’est clairement pas l’avis de l’entreprise.

 

« Nous n’avons aucun projet d’utilisation de Tizen » répond ainsi Yu. « Plusieurs opérateurs de téléphonie mobile nous poussent à concevoir des téléphones Tizen mais je leur réponds non. Nous avions dans le passé une équipe qui faisait de la recherche sur Tizen, mais j'ai annulé ce travail » explique-t-il, avant d’enfoncer le clou : « Nous estimons que Tizen n’a aucune chance de réussir. Même pour Windows Phone il est difficile de réussir ».

 

La position de Huawei est donc relativement simple : Windows Phone et Tizen représentent un risque trop grand car les clients demandeurs sont trop peu nombreux. Et encore, la situation sur le système de Microsoft répond à des données quantifiables, notamment la stagnation des parts de marché. Quant à Tizen, on peut définitivement parler de frilosité car la réponse du marché ne peut pas être mesurée, et pour cause : il n’est pas encore là (et ce n’est d’ailleurs pas faute de l’attendre). Seuls terminaux à en profiter pour le moment : les montres Galaxy Gear de Samsung, mais la nouvelle Gear Live laisse de côté ce système pour passer sur... Android Wear de Google.

 

Tizen smartphone

Tizen sur un prototype de Samsung

Huawei ne se cherche aucune voie de sortie pour l'instant

Les différences de réactions entre Samsung et Huawei sont d’ailleurs intéressantes à observer. Huawei constate ainsi la toute-puissance actuelle d’Android, mais semble se résigner, tandis que Samsung travaille activement sur une autre voie qui permettrait de réduire la dépendance à Google. Une dépendance abordée ce matin-même dans notre actualité sur Firefox et ses futures publicités intégrées.

 

Mais Huawei ne compte pas non plus rester les bras croisés. Pour Richard Yu, les spécificités de l’entreprise sont à chercher ailleurs. Le responsable parle ainsi des forces vives du constructeur se situent notamment dans son activité d’équipementier réseau, qui offre selon lui des avantages dans la conception des smartphones, ces derniers pouvant ainsi « mieux fonctionner quand ils se connectent aux réseaux ». La section Software de Huawei comprend par ailleurs 2 000 personnes et Yu semble particulièrement fier de la surcouche proposée sur Android (Emotion UI). Quant aux acquisitions, Huawei s’en tient pour l’instant éloignée, Yu précisant que le constructeur préfère investir directement dans la recherche et le développement.

 

Quant à Windows Phone et Tizen, il faudra sans doute encore plusieurs années pour mesurer le chemin parcouru… et savoir si Huawei a eu raison de faire l’impasse. Évidemment, aucune politique commerciale n’étant figée, rien n’empêche le constructeur de revenir sur cette décision l’année prochaine ou la suivante.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !