Nest rachète Dropcam, un spécialiste des caméras Wi-Fi de surveillance

Pas de partage des données. Sauf si l’utilisateur est d’accord.
Economie 4 min
Nest rachète Dropcam, un spécialiste des caméras Wi-Fi de surveillance

L’entreprise Nest, elle-même rachetée par Google au début de l’année, vient d’annoncer l’acquisition de Dropcam. Cette société est spécialisée dans les caméras de sécurité capable d’enregistrer leur flux vidéo sur des serveurs spécialisés.

Un spécialiste des caméras Wi-Fi de surveillance 

En janvier dernier, Google rachetait la société Nest pour 3,2 milliards de dollars. Ce constructeur de produits domotiques, dont un thermostat et un détecteur de fumée, qui a connu quelques soucis ces derniers mois, avait été fondé par deux anciens d’Apple, Matt Rogers et Tony Fadell. On pouvait se demander alors quel serait le degré d’autonomie de la nouvelle filiale, mais il apparait qu’elle peut toujours réaliser des acquisitions.

 

Nest vient en effet de racheter Dropcam pour 555 millions de dollars. Cette entreprise est spécialisée dans un seul type de produits : des caméras de sécurité fonctionnant en Wi-Fi et pouvant stocker leur flux vidéo sur place ou à distance. Dropcam vend ainsi ses modèles entre 149 et 199 dollars, selon la qualité de l’enregistrement vidéo. Pour ce dernier, la société propose également des abonnements allant de 10 à 30 dollars par mois, en fonction du temps que l’utilisateur souhaite garder les enregistrements, avec une formule d’entrée à 99 dollars par an. Dropcam commercialise également des équipements capables d'indiquer quand une porte ou une fenêtre est ouverte.

Avalanche de données domotiques 

Mais pourquoi racheter une telle entreprise ? Nest se fait une spécialité des produits domotiques simples à utiliser. Dropcam joue clairement dans cette cour car ses caméras n’ont besoin que de peu de réglages pour fonctionner. Greg Duffy, le fondateur de Dropcam, l’explique d’ailleurs dans l’annonce du rachat : « Nest et Dropcam ont la même optique. Les deux sont nées de la frustration de produits dépassés et compliqués qui font le contraire de rendre la vie plus simple. Après de nombreuses discussions avec les fondateurs de Nest Tony et Matt, il était clair que nous partagions la même vision ».

 

Mais comme le signalent divers sites américains, notamment TechCrunch, le Wall Street Journal ou encore Forbes, Nest est sans aucun doute intéressé par les données relatives à la maison. Dans le cas de son thermostat par exemple, une Dropcam peut fournir des renseignements précieux, notamment les ouvertures et fermetures des portes. L’entreprise est donc certainement intéressée par les outils qui pourraient compléter son attirail de surveillance domestique.

 

Cela étant, qui dit surveillance domotique dit vie privée. Ainsi, ceux qui pouvaient s’inquiéter de l’investissement de Google dans cette optique via le rachat de Nest ne vont clairement pas être rassurés par l’acquisition de Dropcam. De la même que les objets connectés centrés sur le bien-être (bracelets, balances et ainsi de suite), l’utilisateur génère une grande quantité de données personnelles qui seront confiées à une entreprise tierce.

À quand l’infrastructure centrale chez Google ?

Aujourd’hui, même si Nest est reste relativement indépendante au sein de Google, c’est bien la firme de Mountain View qui pilote l’ensemble. Les ambitions de Google dans ce domaine n’ont pas encore percé malgré quelques tentatives, telles que PowerMeter et Android@Home. Puisque la conférence Google I/O est maintenant sur le point de commencer, il ne serait pas étonnant de voir l’entreprise annoncer une nouvelle infrastructure capable de stocker et centraliser toutes les données relatives aux produits Nest et Dropcam, sans parler de l’ouverture aux autres constructeurs via des API spécifiques. À la manière finalement d’Apple qui a présenté HealthKit et HomeKit lors de la WWDC le 2 juin dernier.

 

Cependant, le terrain de la vie privée est d’office abordé par l’un des fondateurs de Nest, Matt Rogers, qui se veut rassurant : « Tout comme les données des clients Nest, c’est la politique de respect de la vie privée de Nest qui s’appliquera à Dropcam, et les données ne seront pas partagées avec qui ce soit (y compris Google) sans la permission de l’utilisateur ». Et d’expliquer que la publicité n’a jamais fait partie de sa stratégie et qu’elle continuera à faire de même avec Dropcam.

 

Cela étant, même Rogers indique clairement que les données ne seront pas partagées sans autorisation, rien n’empêche Google de fournir le type d’infrastructure dont nous parlions, l’autorisation se transformant alors en simple question sur un smartphone pour centraliser les données.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !