Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

SSII : Atos ne cache plus son intérêt pour Steria et met la pression sur Sopra

SS3i

Il y a deux semaines, les SS2i françaises Steria et Sopra officialisaient leur volonté de fusionner, ceci afin de devenir le numéro trois du pays, derrière les géants Capgemini et Atos. Ce dernier a toutefois indiqué qu'il était lui aussi intéressé par Steria. S'il ne compte pas surenchérir afin de damer le pion à Sopra, Atos annonce que son offre reste valide au cas où la fusion capoterait.

Sopra Steria

Deux petits qui veulent devenir grands

Si l'Europe est à la peine dans le secteur informatique, que ce soit dans le matériel et les logiciels pour grand public, d'autres marchés sont par contre plus porteurs. Les services aux entreprises sont de ceux-là. La France compte ainsi des leaders mondiaux en la matière avec Capgemini et Atos. Le premier est le fruit de la fusion entre cap Sogeti et Gemini Computer Systems, domine le pays depuis près de quarante ans, réalise plus de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires par an et compte près de 130 000 employés à travers le monde. Le second compte plus de 76 000 employés dans le monde, pour un chiffre d'affaires de 8,6 milliards d'euros et dispose d'une mise en avant médiatique régulière du fait de son partenariat avec les Jeux Olympiques depuis 1992.

 

Derrière ces deux géants, nous retrouvons donc de nombreuses autres SSII françaises, sans même aborder le cas des acteurs étrangers (nord-américains et indiens pour beaucoup). Parmi ces autres sociétés de services en ingénierie informatique, Sopra et Steria sont dans une situation difficile. Non pas que leurs résultats financiers les mettent en danger, mais leur petite taille fait qu'elles peuvent être une cible aisée d'un concurrent plus important. En fusionnant, les deux sociétés compteront plus de 35 000 salariés, avec pour objectif d'atteindre les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires rapidement, d'intégrer le top 10 européen et d'être valorisé en bourse à 2 milliards d'euros.

Atos se dit intéressée depuis un moment par Steria

Atos, qui a racheté la branche service de l'Allemand Siemens il y a trois ans, a récemment officialisé sa volonté de mettre la main sur le Français Steria. Non pas qu'Atos souhaite à partir d'aujourd'hui faire cette acquisition et doubler Sopra, mais l'entreprise basée à Bezons (près de Paris) a annoncé qu'elle confirmait les rumeurs d'un intérêt datant de plusieurs mois.

 

« En réaction aux récentes rumeurs parues dans la presse, Atos confirme avoir entretenu depuis plusieurs mois des discussions amicales avec Steria, y compris avec le Président du Conseil de Surveillance et le Gérant Exécutif de la société. Ces discussions ont démontré, d'une part, l'excellente pertinence sur le plan industriel d’un rapprochement entre les deux sociétés, d'autre part, le caractère hautement attractif d’une telle opération pour l’ensemble des parties prenantes du Groupe Steria, en particulier son management et ses collaborateurs, et enfin, un important potentiel de création de valeur pour les actionnaires des deux sociétés » indique ainsi la SSII sur son site web.

 

Atos logo

 

Dans son communiqué, Atos précise avoir pris bonne note du projet de fusion entre Steria et Sopra et qu'il reconnait la volonté des deux sociétés de se rapprocher. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant que le géant se retire officiellement de la course. S'il ne compte pas accélérer, il compte surtout garder le même tempo au cas où les dirigeants et actionnaires de Sopra baisseraient de rythme. La société francilienne a ainsi « indiqué à Steria par courrier que si la société souhaitait ré-initier le projet de rejoindre le Groupe Atos, le Conseil d’Administration d’Atos était prêt à maintenir les termes de son offre amicale, à 22 euros par action Steria en numéraire, et ce, jusqu’à la tenue de l’Assemblée Générale Extraordinaire de Sopra le 27 mai 2014 ». 22 euros est une somme supérieure à la valeur de l'action de Steria, aujourd'hui à un peu plus de 20 euros, et qui valait moins de 19 euros avant le communiqué d'Atos.

Une « approche amicale » selon Atos

Et afin d'imposer une légère pression supplémentaire, Atos indique que son offre tiendra jusqu'à fin mai (date de l'AG de Sopra) tout en précisant qu'il s'agit d'une « approche amicale ». Une précision qui ne passera pas inaperçue, même si selon certains, elle est particulièrement mal venue. Un contact de Steria a ainsi affirmé à nos confrères des Échos qu'Atos ne vise qu'à « perturber les négociations exclusives » avec Sopra. Steria a d'ailleurs noté dans un communiqué que les présidents des deux sociétés en voie de fusionner « avaient porté à la connaissance de leur Conseil une lettre de la Société AtoS comportant une invitation à entrer en discussions pour évoquer l’éventualité d’une offre à un prix « autour » de 22 euros », sans suite donc.

 

On notera que cette annonce officielle d'Atos prouve que ce dernier compte bien réaliser une croissance externe et qu'il dispose de plusieurs centaines de millions d'euros (voire plus) pour cela. Si Steria et Sopra venaient bien à fusionner, il ne serait donc pas étonnant qu'Atos engage des discussions avec d'autres SSII.

79 commentaires
Avatar de Dyblast INpactien
Avatar de DyblastDyblast- 23/04/14 à 06:26:50

Il y a deux semaines, les SS2i françaises Steria et Sopra

Correction:

Il y a deux semaines, les ESN françaises Steria et Sopra

ou à la rigueur:

Il y a deux semaines, les marchants de viandes français Steria et Sopra

Avatar de Chloroplaste INpactien
Avatar de ChloroplasteChloroplaste- 23/04/14 à 06:43:44

Dyblast a écrit :

ou à la rigueur:
Il y a deux semaines, les marchants de viandes français Steria et Sopra

+1 surtout que ces 2 noms m'ont toujours fait penser à des grossistes sur le marché bovin.

Avatar de GeX-R INpactien
Avatar de GeX-RGeX-R- 23/04/14 à 06:52:45

Les SSII plus elles sont grosses plus elles sont merdiques :cartonrouge:
On les retrouve tous les matins sur le marché de Rungis pour faire de bons deals :censored:

Avatar de pti_pingu INpactien
Avatar de pti_pingupti_pingu- 23/04/14 à 06:59:51

GeX-R a écrit :

Les SSII plus elles sont grosses plus elles sont merdiques :cartonrouge:
On les retrouve tous les matins sur le marché de Rungis pour faire de bons deals :censored:

Enfin, elles sont plus proches du grossiste Kebab de Sarrebruck que de l'éleveur de Salers cantalous :ouioui:

Avatar de bartouf INpactien
Avatar de bartoufbartouf- 23/04/14 à 07:01:42

Dyblast a écrit :

Correction:

ou à la rigueur:

Correction:

Il y a deux semaines, les deux bouchers français Steria et Sopra

:cap:

ok ok, je sors

Avatar de LeJediGris Abonné
Avatar de LeJediGrisLeJediGris- 23/04/14 à 07:09:50

Dyblast a écrit :

Correction:

ou à la rigueur:

Les deux spécialistes de l'ingeniérie de CV
:windu:

Avatar de papinse INpactien
Avatar de papinsepapinse- 23/04/14 à 07:20:20

Dyblast a écrit :

ou à la rigueur:

Il y a deux semaines, les marchants de viandes français Steria et Sopra
Tu ne peux pas dire ça... il n'ont jamais obtenu le label. :transpi:

Avatar de CUlater INpactien
Avatar de CUlaterCUlater- 23/04/14 à 07:22:27

Ok le gens, on a compris que les ESN çaylemal. A la limite les commentaires auraient été un temps soit peu constructifs si vous jusitifiez vos dires.

Si Atos rachète Steria, elle doublerait CapGemini?

Édité par culater le 23/04/2014 à 07:22
Avatar de Dantus INpactien
Avatar de DantusDantus- 23/04/14 à 07:23:30

Attendez, on n'a pas vécu récemment, une histoire similaire :
une fusion à 2 et un troisième larron intervient qui fait monter la valeur des actions du petit pendant le temps où le projet se concrétise ? Et une fois débouté, le troisième pleurniche et dit qu'il en remettra une couche ?

Allez un petit effort c'était dans le domaine des télécoms et Internet...

Avatar de anonyme_7054cda9659cf4fdaaa0762fe44bc4f4 INpactien

Dantus a écrit :

Attendez, on n'a pas vécu récemment, une histoire similaire :
une fusion à 2 et un troisième larron intervient qui fait monter la valeur des actions du petit pendant le temps où le projet se concrétise ? Et une fois débouté, le troisième pleurniche et dit qu'il en remettra une couche ?

Allez un petit effort c'était dans le domaine des télécoms et Internet...

C'est quoi internet ?:keskidit:

:transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 8
  • Introduction
  • Deux petits qui veulent devenir grands
  • Atos se dit intéressée depuis un moment par Steria
  • Une « approche amicale » selon Atos
S'abonner à partir de 3,75 €