Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

L'effectif français des cinq grands opérateurs en forte baisse en 2013

Et ce n'est pas près de s'arrêter

Après plusieurs années de croissance, en grande partie portée par Orange et Free, le nombre d'employés en France s'est fortement réduit chez les cinq grands opérateurs télécoms nationaux. D'après BFM Business, la faute en revient à SFR et à Bouygues Telecom, mais principalement à l'opérateur historique, qui ne remplace plus ses départs à la retraite.

Orange emplois

Dans ses derniers bilans financiers, Orange a vu ses charges de personnel se réduire

Plus de 3200 emplois perdus l'an passé

Dans le secteur télécom, il y a Orange et les autres en matière d'effectif. Il faut dire que l'opérateur historique doit gérer des dizaines de millions de lignes fixes, tout en étant le leader des marchés mobiles et internet. Résultat, il dispose de plus de 165 000 employés à travers le globe, dont plus de 100 000 en France. Les quatre autres grands opérateurs du pays que sont SFR, Bouygues, Free et Numericable, sont incomparables, avec moins de 10 000 salariés pour les plus importants d'entre eux.

 

Au 31 décembre 2013, si l'on s'intéresse uniquement aux effectifs en France des cinq grands opérateurs, le secteur télécom cumule donc 128 044 employés. Cela exclut donc les employés de ces opérateurs à l'étranger, et bien entendu ceux des sous-traitants, notamment du côté du service client. Par rapport à fin 2012, ce nombre est ainsi en recul de 3271 postes. Une baisse non négligeable, alors que Free a vu son effectif français croître de 618 employés, tandis que Numericable a vu le sien progresser de 203 salariés, soit une augmentation de 821 postes à eux deux.

Les actuels et futurs retraités d'Orange non remplacés

Seul problème, l'effectif en France d'Orange, SFR et Bouygues Telecom s'est écroulé de plus de 4000 employés en 2013. Orange a représenté la majeure partie de cette baisse, avec 2967 personnes de moins dans l'Hexagone. La faute non pas à des licenciements ou à un plan de départ, mais à des recrutements qui n'ont pas compensé les très nombreux départs à la retraite.

 

L'an passé, nous expliquions d'ailleurs comment l'effectif d'Orange va s'effondrer en France d'ici 2020. Nous précisions à l'époque que la majorité de l'effectif de l'opérateur était âgée de plus de 45 ans, dont plusieurs dizaines de milliers ont plus de 50 ans. Dans ces conditions, les départs à la retraite seront majeurs chez Orange lors des prochaines années. On estime ainsi que 30 000 plieront bagage d'ici 2020. Or la direction de l'opérateur n'a jamais caché qu'elle comptait réduire son effectif en recrutant à un rythme bien moins élevé que les départs annoncés. D'autant plus qu'Orange a tout de même recruté plus de 5000 employés (nets des départs) entre 2009 et 2012. La période actuelle est donc peu favorable à l'emploi télécom, et l'année 2013 en est le meilleur exemple avec près de 3000 salariés de moins en France dans son effectif. Et les années à venir seront du même acabit.

Plus de 1100 employés poussés au départ chez SFR et ByTel

Outre Orange, SFR et Bouygues Telecom ont eux aussi réduit leurs effectifs. Il n'est pas ici question de non-remplacement des départs à la retraite, la moyenne d'âge de ces sociétés étant bien plus faible. Des licenciements et/ou des plans de départs ont ainsi été mis en place l'an passé. Résultat, de 19 649 employés à eux deux, nous sommes passés à un effectif total de 18 524, soit une différence non négligeable de 1125 emplois perdus, dont 558 postes pour SFR et 567 pour Bouygues.

 

Au 31 décembre 2013, les effectifs français des cinq grands opérateurs sont ainsi les suivants (évolution en un an) :

  • Orange : 102 072 (-2967)
  • SFR : 9435 (-558)
  • Bouygues Telecom : 9092 (-567)
  • Free : 5266 (+618)
  • Numericable : 2182 (+203)

À quoi doit-on s'attendre pour 2014 ?

Assurément, Free continuera de recruter, même s'il est difficile de savoir à quel rythme. Le cas de Numericable est plus complexe encore du fait de sa fusion avec SFR. Cette dernière aura cependant lieu fin 2014 ou début 2015, ce qui devrait tout de même pousser le câblo-opérateur à réaliser divers recrutements, notamment du côté de Completel. 

 

Orange, lui, laissera filer à la retraite des milliers d'employés, et sauf surprise ses recrutements ne compenseront pas ces pertes. Il faut donc s'attendre à plusieurs milliers d'emplois de moins à nouveau. Enfin, contrairement à Orange, SFR et Bouygues ne devraient pas voir de nouveau leur effectif diminuer en 2014. Il ne faut toutefois pas s'attendre non plus à des recrutements, mais plutôt à un statu quo. Il faudra cependant vérifier l'évolution de leur nombre d'abonnés cette année. En cas de baisse plus importante que prévu, nous ne sommes pas à l'abri de nouveaux plans de départs. Si un tel scénario devait avoir lieu, cela devrait surtout avoir un impact en 2015 et non cette année.

201 commentaires
Avatar de Moebius13100 INpactien
Avatar de Moebius13100Moebius13100- 19/04/14 à 07:08:24

Voilà où mène la recherche constante du prix le plus bas et une concurrence trop importante. Certes le prix c'est bien beau pour le consommateur sur le court terme mais ça entraîne une diminution des investissements, une baisse des marges, de la qualité des infrastructures et a un impact négatif sur l'emploi. Un retour à 3 opérateurs eut été salutaire...

Avatar de Cerberux76 INpactien
Avatar de Cerberux76Cerberux76- 19/04/14 à 07:14:23

+1

Avatar de zormuf Abonné
Avatar de zormufzormuf- 19/04/14 à 07:14:32

Moebius13100 a écrit :

Voilà où mène la recherche constante du prix le plus bas et une concurrence trop importante. Certes le prix c'est bien beau pour le consommateur sur le court terme mais ça entraîne une diminution des investissements, une baisse des marges, de la qualité des infrastructures et a un impact négatif sur l'emploi. Un retour à 3 opérateurs eut été salutaire...

Tout à fait d'accord. Et ça ne touche pas que les opérateurs télécoms, j'ai l'impression que c'est généralisé. On cherche toujours à payer tout moins cher sans penser qu'indirectement nous serons sommes touchés lorsque nous ne trouverons trouvons pas de travail...:fumer:

Édité par zormuf le 19/04/2014 à 07:17
Avatar de Franchois INpactien
Avatar de FranchoisFranchois- 19/04/14 à 07:23:33

Enfin l'immense majorité des pertes vient d'orange, des mecs qui ont été recrutés il y a 40 ans. Le réseau n'était pas le même, l'informatique non plus. Aujourd'hui on est 20x plus efficient en terme de gestion du réseau, commercial et autre... Même si la baisse des marges réduit le recrutement

Avatar de coket INpactien
Avatar de coketcoket- 19/04/14 à 07:23:39

C'est surtout qu'orange se défait petit à petit de son stock de fonctionnaires qu'il traîne comme un boulet depuis la privatisation.

Avatar de GoobY13 Abonné
Avatar de GoobY13GoobY13- 19/04/14 à 07:35:09

Certes orange est la majorité, mais les pertes chez les autres ne sont pas faible quand même, plus de 1000 postes en moins, mais logique, comment embaucher quand on gagner moins, qu'il n'y a plus de marge etc.

Avatar de Moebius13100 INpactien
Avatar de Moebius13100Moebius13100- 19/04/14 à 07:41:43

Franchois a écrit :

Enfin l'immense majorité des pertes vient d'orange, des mecs qui ont été recrutés il y a 40 ans. Le réseau n'était pas le même, l'informatique non plus. Aujourd'hui on est 20x plus efficient en terme de gestion du réseau, commercial et autre... Même si la baisse des marges réduit le recrutement

Je préfèrerais moins d'efficience et plus d'emploi, parce que si on continue à améliorer notre efficience il n'y aura bientôt plus que des technicien de maintenance pour les machines et des chômeurs par millions ::fumer:

Avatar de dave8888 INpactien
Avatar de dave8888dave8888- 19/04/14 à 07:42:55

Il ne faut pas mélanger cause et conséquence!

Orange avait déjà une vision de délestage du personnel en France depuis deux décennies déjà... l'arrivée de Free n'a rien changé sur le rythme et n'a pas amplifié les suppressions.

Il suffit de se souvenir de la pression mise sur les salariés et les suicides qui se sont multipliées.
Globalement, sur les 2 dernières décennies, Orange a supprimé plus de 60 000 postes en France et Free mobile n'existe que depuis 2007.
Or 60 000 postes / 20 ans = 3 000 postes / an. On est bien dans la moyenne Orange cette année encore.

Comme dit plus haut, ce sont simplement les postes de fonctionnaires qui disparaissent. En théorie, il n'y aura plus aucun fonctionnaire autour de 2020!

Édité par dave8888 le 19/04/2014 à 07:47
Avatar de oudi1974 INpactien
Avatar de oudi1974oudi1974- 19/04/14 à 07:44:00

Oui, la recherche du meilleur prix est une mauvaise chose pour le marché de l'emploi, c'est pas nouveau.
Mais bon, on a beau dire, combien d'entre nous achètent sur Internet plutôt que dans des petits commerces, car c'est moins cher ? Toutes les charges "obligatoires" augmentent (loyers, énergie...), et ceci moins vite que les salaires, donc on doit chercher à faire des économies sur les achats "non prioritaires".
Amazon, Materiel.net etc... ont beau avoir bcp d'employés, il y a 10x d'emplois qui ont été perdus à cause d'eux.

Avatar de divide INpactien
Avatar de dividedivide- 19/04/14 à 07:51:20

C'est quand même un peu raisonner à l'envers de dire qu'il faut moins d'efficience pour garder un maximum d'emplois... Ce qui compte in fine c'est l'efficience, pas l'emploi tel que définit actuellement dans notre société. Un "emploi" peut revêtir de multiples formes, travailler à l'usine (ou tout autre boulot ingrat similaire) n'est certainement pas le rêve de l'homme. Laissons les machines générer les revenus sur les taches ingrates à notre place !

Édité par divide le 19/04/2014 à 07:52
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 21