Aux États-Unis, cinq arrestations pour le faux compte Twitter d’un maire

Leur compte est bon

Le système judiciaire américain, habituellement connu pour ne pas faire dans la dentelle, vient de donner une nouvelle illustration de cette image qui lui colle à la peau. Plusieurs habitants d’une même résidence de Peoria, dans l’Illinois, ont été l’objet d’un véritable « raid » selon les médias américains. Et pour cause, les autorités recherchent une personne accusée d’avoir usurpé l’identité du maire de la ville au travers d’un compte Twitter. 

ardisCapture du compte litigieux, bien avant sa suspension.

 

Mardi après-midi, ce sont les cinq résidents d’une même maison qui ont été interpellés et entendus par la police américaine après qu’un mandat a été délivré en ce sens. Les autorités recherchent en effet l’internaute ayant ouvert et alimenté le compte Twitter @peoriamayor (désormais suspendu), qui se présentait comme celui du maire de la ville de Peoria, dans l’Illinois. Une photo de l’intéressé, Jim Ardis, était ainsi mise en avant dans la « bio » du profil Twitter, de même que son adresse email, un lien vers son site officiel, ainsi qu’une courte présentation laissant penser qu’il s’agissait bel et bien de lui - comme l'illustre la capture ci-dessus.

 

Selon la presse locale, les policiers de Peoria ont saisi les téléphones et ordinateurs des personnes arrêtées, afin de vérifier si l’une d’entre elles pourrait être celle qu’ils recherchent. Toutes ont été entendues pendant plusieurs heures. « Ils m’ont emmenée comme si j’étais une criminelle » a ainsi expliqué l’une des occupantes de la maison. « Ils disaient qu’ils avaient un mandat d’arrêt et ont pris tous les appareils électroniques disposant d’un accès à Internet. Ils disaient qu’un crime avait été commis via Internet dans cette résidence » a-t-elle ajouté. Aux yeux de ces éléments, il est possible d’imaginer que les autorités soient arrivées à remonter jusqu’au titulaire de la ligne installée dans cette habitation, mais qu’ils ne sachent pas qui se cachait derrière cette IP.

 

Aucune de ces personnes n’a finalement été retenue au poste après ces interrogatoires, même si l’une d’entre elles a finalement été mise en cause pour détention de drogue.

Un internaute recherché pour usurpation d'identité numérique

Steve Settingsgaard, le chef de la police de Peoria, a expliqué que ses agents agissaient afin de démasquer l’auteur d’une usurpation d’identité numérique. Un délit passible selon lui d’un an de prison et de 2 500 dollars d’amende (soit environ 1 800 euros). L’administrateur du compte, ouvert en février, n’a en effet indiqué qu’en mars dernier qu’il s’agissait d’un compte parodique - de manière d'ailleurs discutable d'après les autorités. Différents tweets faisaient allusion à de la consommation d’alcool ou de stupéfiants. Le compte n’avait cependant qu’une cinquantaine de messages à son actif, et à peu près autant de followers selon le Southern.

 

Si les comptes parodiques sont autorisés sur Twitter (à la différence de Facebook), ils demeurent néanmoins strictement encadrés. Le site de micro-blogging ne les tolère en effet qu’à condition que le nom du compte ne soit pas le même que celui de la personne parodiée, et qu’une mention soit intégrée à la description du compte afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté (de type « compte parodique » ou « fan page »).

 

Soulignons enfin qu’en France, l’usurpation d’identité numérique est punie un peu plus sévèrement qu'outre-Atlantique : jusqu’à un an de prison et de 15 000 euros d’amende. En décembre dernier, un jeune homme de 21 ans avait passé quelques heures au poste après avoir utilisé une photo d'Isabelle Balkany, élue à la mairie de Levallois-Perret, pour son compte Twitter, avant de s'en tirer finalement par un simple rappel à la loi. Le mois dernier, le Parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête préliminaire suite à la plainte déposée un peu plus tôt par l’animateur Philippe Risoli, qui lui aussi se plaignait de l’ouverture d’un compte Twitter dont l’utilisateur se faisait passer pour lui (pour en savoir plus, voir notre article).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !