Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

UberPOP interdit en Belgique : l'indignation de Neelie Kroes

Neelies montre les kroes

Entrée dans le marché belge récemment, la société américaine Uber s'est vue interdire ses activités par le tribunal de commerce de Bruxelles, ceci sous astreinte de 10 000 euros par infraction. Une situation qui a particulièrement choqué la commissaire européenne Neelie Kroes.

 UberPOP Belgique 

Uber : « Cette même société (...) qui profite d’une situation de quasi-monopole » 

Les sociétés de véhicule de tourisme pour particuliers, et notamment Uber, connaissent des problèmes importants dans certains pays, ceci du fait de la pression exercée par les taxis locaux. C'est le cas en France, mais aussi en Belgique. L'Américain, entré dans le marché belge en février dernier, ne propose pas en réalité ses services classiques de VTC, mais uniquement uberPOP, son service de transport entre particuliers. Proposé à partir de 4 euros (notre article), uberPOP a été lancé à Paris au début du mois de février en avant-première à l'international, avant d'être aussi offert quelques semaines plus tard à Bruxelles.

 

« En l’espace d’un mois, le “POP” d’uberPOP a fait écho dans toute la capitale française. Fort de ce succès, il nous était difficile de ne pas le partager avec nos amis bruxellois ! Avec ce lancement, Bruxelles devient la première ville au monde dans laquelle Uber déploie sa solution de transport entre particuliers uberPOP avant son service traditionnel de chauffeurs privés professionnels » expliquait ainsi la société le 24 février dernier.

 

Mais c'était sans compter sur la fronde des taxis bruxellois, qui ont vu d'un très mauvais œil cette concurrence qu'ils jugent déloyale. Moins de deux mois plus tard, la justice a ainsi rendu son verdict, interdisant tout bonnement à l'entreprise de continuer ses activités, au risque d'être pénalisée de 10 000 euros par infraction. Une situation qui n'a bien entendu pas ravi la société concernée, qui n'a pas caché son irritation au sujet de Taxis Verts/Taxi Radio Bruxellois, société derrière la plainte : « Cette même société, qui contrôle depuis des décennies le marché de la réservation de taxis, et qui profite d’une situation de quasi-monopole pour négliger jour après jour le service offert aux passagers tout comme aux chauffeurs de taxis appartenant à son réseau ! ».

 

 

Pour Uber, cette condamnation est intolérable et les Bruxellois ainsi que les touristes « ont droit au choix, à l’innovation, et au progrès » estime la société. Un avis qui n'est pas unique, puisque Neelie Kroes, la fameuse commissaire européenne derrière le dernier Paquet Télécom récemment voté au Parlement européen, a publié cette semaine un billet sur son blog hébergé sur le site même de la Commission. Travaillant régulièrement à Bruxelles, l'ex-députée néerlandaise semble se sentir concernée au regard de ces propos.

Kroes : « Quel type de système juridique est-ce donc ? »

« Je suis indignée par la décision prise aujourd'hui par un tribunal de Bruxelles d'interdire Uber, l'application de services de taxi. La cour affirme que les conducteurs Uber devraient avoir 10 000 euros d'amende pour chaque personne. Sont-ils sérieux ? Quel type de système juridique est-ce donc ? » Des propos particulièrement engagés pour la commissaire européenne dont le mandat prendra fin dans un mois.

 

Selon Neelie Kroes, la décision belge ne protège en rien les citoyens, mais juste le « cartel des taxis ». Plus qu'agacée, la commissaire s'attaque même à Brigitte Grouwels, la ministre compétente à Bruxelles. « Son titre est celui de "ministre de la Mobilité". Cela devrait être peut-être "ministre anti-Mobilité". Elle est même fière du fait d'arrêter cette innovation. Cela ne protège pas les emplois Madame, cela ennuie juste les gens ! »

 

 

Poussant les membres de Twitter à envoyer un message personnel à la ministre ou à utiliser le hashtag #UberIsWelcome, madame Kroes convient qu'Uber et ses associés doivent être en règle et payer des impôts. Mais exclure Uber n'est pas une solution estime-t-elle, dès lors que cela ne leur permet pas de faire ce qui est juste. Pour la commissaire, le message envoyé aux entrepreneurs en général est de plus catastrophique, puisque cela peut donner l'impression que les moines copistes sont toujours plus puissants que l'imprimerie.

136 commentaires
Avatar de GutsBlack INpactien
Avatar de GutsBlackGutsBlack- 18/04/14 à 06:40:56

Le problème des taxis en France est particulier et est entièrement lié à la licence qu'ils ont payé pour pouvoir exercer leur métier. Tant que l'on aura pas régler ce problème il n'y aura pas de solution.

Avatar de mistigrite INpactien
Avatar de mistigritemistigrite- 18/04/14 à 06:45:45

Les Belges devraient répondre à la vieille peau de fermer sa grande bouche et de s'exprimer quand elle aura reçu un mandat du peuple.

Édité par mistigrite le 18/04/2014 à 06:45
Avatar de latlanh INpactien
Avatar de latlanhlatlanh- 18/04/14 à 06:56:52

GutsBlack a écrit :

Le problème des taxis en France est particulier et est entièrement lié à la licence qu'ils ont payé pour pouvoir exercer leur métier. Tant que l'on aura pas régler ce problème il n'y aura pas de solution.

Licence dont le nombre et le prix est fixé par l’association des taxis non? (si j'ai bien compris!^^)

Avatar de bingo.crepuscule INpactien
Avatar de bingo.crepusculebingo.crepuscule- 18/04/14 à 07:00:54

latlanh a écrit :

Licence dont le nombre et le prix est fixé par l’association des taxis non? (si j'ai bien compris!^^)

Clair, ils se sont foutus dans la merde tout seuls en spéculant dessus, et comme tous les spéculateurs, ce sont les premiers qui partiront gagnant, et les derniers qui paieront les pots cassés.

C'est vraiment hypocrite de leur part de venir se plaindre après ça... Et après avoir cautionné ce système en y adhérant.

Avatar de DayWalker Abonné
Avatar de DayWalkerDayWalker- 18/04/14 à 07:04:25

Le principal soucis, c'est que personne ne se met à la place (en France), des utilisateurs, pour lesquels les taxis sont hors de prix avec des prestations pas forcément terribles !

Le problème du prix des licences des taxis français, à vrai dire, je m'en fous ! Ce n'est pas mon problème de client potentiel. Tout ce qui m'intéresse, c'est "le prix du trajet, et les conditions dans lesquelles il est fait"

Édité par DayWalker le 18/04/2014 à 07:09
Avatar de seblamb INpactien
Avatar de seblambseblamb- 18/04/14 à 07:05:05

Toute façon la justice elle n'aime pas trop :

"Elle a également été mise en cause aux Pays-Bas pour la gestion de son patrimoine immobilier et des relations d’affaires peu claires avec le promoteur Jan-Dirk Paarlberg proche d'un groupe mafieux dirigé par Willem Holleeder"

Avatar de coket INpactien
Avatar de coketcoket- 18/04/14 à 07:13:15

Exactement, la licence est gratuite de base.

C'est juste les taxis qui créent, par pression sur les gouvernements, la rareté et donc le prix délirant des licences.

Ce qui complique la chose, c'est que c'est les premiers possesseurs de licence qui en ont profité, alors que ceux qui se sont lancés récemment l'ont payée au prix fort

Avatar de fred2k INpactien
Avatar de fred2kfred2k- 18/04/14 à 07:14:13

Vous avez omis un gros détail qui rend l'intervention de Neelie Kroes risible : le jugement a été rendu par défaut car Uber ne s'est pas présenté à l'audience

Édité par fred2k le 18/04/2014 à 07:14
Avatar de Jos Abonné
Avatar de JosJos- 18/04/14 à 07:16:39

GutsBlack a écrit :

Le problème des taxis en France est particulier et est entièrement lié à la licence qu'ils ont payé pour pouvoir exercer leur métier. Tant que l'on aura pas régler ce problème il n'y aura pas de solution.

Il est impossible de régler ce problème.

Les licence ne sont pas payante lorsqu'elles sont délivrées, c'est les taxis qui les revendent lorsqu'ils cessent l'activité, comme un fonds de commerce.

Ça été mis en place par Pasqua. Avant les taxis devaient rendre leur licence à la préfecture qui en délivrait du coup une gratuitement à un nouveau entrant.

Revenir la dessus, c'est dire aux taxis qui ont payé 200K euros leur plaque que leur investissement part à la poubelle, c'est inconcevable.

Le système est complètement vérolé. La seule solution c'est la dilution progressive via l'augmentation du nombre de licence

Avatar de MoonRa Abonné
Avatar de MoonRaMoonRa- 18/04/14 à 07:23:18

En Europe l’intérêt des entreprises américaines passe avant l’intérêt d'un pays européen :8

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 14