Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

IBM chute en bourse suite à la publication de résultats décevants

Enfin faut pas s'inquiéter non plus

Après Intel, Yahoo et Google, le géant IBM a aussi dévoilé son bilan du premier trimestre 2014. Et on peut dire que Big Blue nous a déjà impressionnés plus que ça, avec un chiffre d'affaires en baisse de 4 % et un bénéfice net en fort recul de 21 %. La faute principalement à une charge exceptionnelle de 870 millions de dollars suite à son dernier plan de départs.

IBM Q1 2014

La division matérielle a particulièrement souffert au premier trimestre 2014

Les serveurs à la peine, la région Asie-Pacifique en net recul

Avec un chiffre d'affaires de 22,5 milliards de dollars et un bénéfice net de 2,4 milliards de dollars, le géant IBM reste l'une des sociétés informatiques les plus importantes au monde. Mais pour la société centenaire, les attentes sont toujours élevées et le moindre faux pas est payé cash. Du fait des baisses de ses résultats financiers, son action après clôture a ainsi chuté de 4,4 % hier soir à New York, faisant ainsi tomber son prix à 187,8 dollars l'action, soit une valorisation de 195 milliards de dollars environ.

 

Dans les détails, l'Américain indique plusieurs raisons à ces résultats. Du côté de son chiffre d'affaires, son recul est à la fois lié à la variation des monnaies, à ses mauvaises ventes en Asie (-12 %) et à la forte baisse de sa division Hardware (-23 %). La faute notamment à ses serveurs et supercalculateurs, qui ont essuyé une lourde chute des ventes par rapport au premier trimestre 2013.

Des départs d'employés très onéreux

Concernant le recul du bénéfice net, IBM pointe du doigt une charge de 870 millions de dollars liée à ses derniers licenciements. Il faut dire que lorsque la société souhaite se débarrasser de certains de ses employés, elle n'hésite généralement pas à ouvrir le portefeuille pour être convaincante. En janvier dernier, Le Monde nous expliquait par exemple qu'IBM avait dépensé 76 millions d'euros pour pousser au départ 689 salariés, soit tout de même plus de 100 000 euros par personne. Il n'est donc guère étonnant que dans ces conditions, la facture soit salée dans le monde entier.

 

Pour le reste, l'entreprise basée dans l'État de New York indique que ses services, sa principale activité, ont généré 9,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en baisse de 3 %. Les logiciels, sa deuxième source de revenus, ont pour leur part réalisé 5,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires, en hausse de 2 %. Le matériel (hardware) a quant à lui cumulé 2,4 milliards de dollars (-23 %), la baisse la plus spectaculaire étant à mettre au crédit de ses serveurs mainframe System z (-40 %).

De bons résultats en Europe

Géographiquement, le continent américain reste le territoire numéro un pour IBM, avec 9,6 milliards de dollars de revenus (-4 %), suivi par la région Europe, Moyen-Orient et Afrique avec 7,6 milliards de dollars (+4 %). Du côté de l'Asie-Pacifique, c'est la débandade, avec un recul de 12 %, pour 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Les résultats dans les BRIC, c'est-à-dire les quatre gros pays émergents que sont le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, sont d'ailleurs assez mauvais avec une baisse de 11 %.

 

Si du côté du chiffre d'affaires, il ne faut pas s'attendre à des hausses spectaculaires dans les mois à venir, dès lors qu'IBM a plutôt tendance à abandonner ses activités les moins lucratives, il est par contre quasi certain que ses bénéfices augmenteront. Sitôt les charges des plans de départs passées, elles devraient grimper à grande vitesse. Lors de ce trimestre, ses marges brutes ont d'ailleurs été de 46,9 %, soit plus que les 45,6 % de l'an passé.

 

IBM dispose de 9,7 milliards de dollars de cash au 31 mars 2014. La firme a reversé 1 milliard de dividendes et a racheté pour 8,2 milliards d'actions. Son effectif est d'environ 430 000 employés à travers le monde.

20 commentaires
Avatar de Alastor Abonné
Avatar de AlastorAlastor- 17/04/14 à 15:07:15

Quand on voit la qualité de certains de leurs produits en entreprise (je pense à IBM Tivoli Monitoring qu'on utilise chez nous), ce n'est pas étonnant...

Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 17/04/14 à 15:37:08

Saphiria a écrit :

Quand on voit la qualité de certains de leurs produits en entreprise (je pense à IBM Tivoli Monitoring qu'on utilise chez nous), ce n'est pas étonnant...

Pas étonnant que leurs mainframes se vendent moins ou que l'asie les boude?

n'importe quoi si je peux me permettre.

Avatar de night57200 INpactien
Avatar de night57200night57200- 17/04/14 à 16:01:02

S'il vous plaît, laissez-les au moins sortir le Q30 en faisant que ce soit un modèle "slider" grand écran avec un clavier physique :stress:

Avatar de curuba INpactien
Avatar de curubacuruba- 17/04/14 à 16:18:01

"Son effectif est d'environ 430 000 employés à travers le monde"

Au moins, eux, ils emploient...
Contrairement aux Facebook/Google/Apple, qui gardent des effectifs assez restreints comparés à leurs benefs/CA.

"Oui mais ils vont pas employer des gens inutiles"
Y'a pas d'emploi inutiles, sauf pour les managers qui ne savent pas mettre à profit les compétences dont ils disposent..

Avatar de iodir INpactien
Avatar de iodiriodir- 17/04/14 à 16:31:45

Ce sont les conséquences de la stratégie de Lou Gerstner dans les années 90. A vouloir vendre tout ce qui faisait la force d'IBM et à lui donner une orientation "société de service", ça finit par donner ça. Ça fait depuis les années 2000 que le chiffre d'affaire d'IBM stagne relativement aux autres sociétés, alors que le marché de l'informatique explose.

Dégraisser, c'est bien, relever les branches déficitaires et conquérir des nouveaux marchés, c'est mieux. C'est là qu'on voit la différence avec Steve Jobs. En 15 ans, Apple et passé d'une société exsangue à un chiffre d'affaire 70 % plus important que celui d'IBM. C'est la différence entre le gestionnaire complètement bourrin et le dirigeant créatif.

Avatar de Noun29 INpactien
Avatar de Noun29Noun29- 17/04/14 à 16:45:18

iodir a écrit :

Ce sont les conséquences de la stratégie de Lou Gerstner dans les années 90. A vouloir vendre tout ce qui faisait la force d'IBM et à lui donner une orientation "société de service", ça finit par donner ça. Ça fait depuis les années 2000 que le chiffre d'affaire d'IBM stagne relativement aux autres sociétés, alors que le marché de l'informatique explose.

Dégraisser, c'est bien, relever les branches déficitaires et conquérir des nouveaux marchés, c'est mieux. C'est là qu'on voit la différence avec Steve Jobs. En 15 ans, Apple et passé d'une société exsangue à un chiffre d'affaire 70 % plus important que celui d'IBM. C'est la différence entre le gestionnaire complètement bourrin et le dirigeant créatif.

sauf que d'un point de vue technologique IBM a apporter 15 fois plus que apple ces 10 dernieres annees et je suis gentil.
Alors le creatif on repassera...

Avatar de iodir INpactien
Avatar de iodiriodir- 17/04/14 à 17:01:14

Noun29 a écrit :

sauf que d'un point de vue technologique IBM a apporter 15 fois plus que apple ces 10 dernieres annees et je suis gentil.
Alors le creatif on repassera...

Déjà, je ne vois pas trop ce qu'ils ont apporté. Ils déposent beaucoup de brevets, ça c'est sûr. Mais sur quoi exactement ? Mystère. Il n'y pas particulièrement d'invention marquante qui me vienne à l'idée quand je pense à IBM sur ces 15 dernières années.

Et puis, le but d'une société, ce n'est pas de déposer des brevets, mais de faire progresser son chiffre d'affaire et son bénéfice. C'est de ça dont je parlais.

Avatar de Noun29 INpactien
Avatar de Noun29Noun29- 17/04/14 à 17:21:56

iodir a écrit :

Déjà, je ne vois pas trop ce qu'ils ont apporté. Ils déposent beaucoup de brevets, ça c'est sûr. Mais sur quoi exactement ? Mystère. Il n'y pas particulièrement d'invention marquante qui me vienne à l'idée quand je pense à IBM sur ces 15 dernières années.

Et puis, le but d'une société, ce n'est pas de déposer des brevets, mais de faire progresser son chiffre d'affaire et son bénéfice. C'est de ça dont je parlais.

le trvail sur l'IA avec watson par exemple, le travail sur les processeurs en graphene, dans le monde du stockage GPFS etait longtemps considere comme le FS clusterise au niveau du cahing l'algorithme arc vient aussi des labo d'IBM...

le bladecenter est un concept qui vient de chez ibm,le boot from san

ibm est aussi l'un des plus gros contributeur a linux (la ou apple ne fait que piquer le travail de bsd)

qu'on aime ou pas IBM je dirais qu'eux au moins ils font de vrai recherche utile et pas du packaging de techno mileu de gamme pour fanatique

Avatar de bobo38 INpactien
Avatar de bobo38bobo38- 17/04/14 à 17:25:00

Noun29 a écrit :

qu'on aime ou pas IBM je dirais qu'eux au moins ils font de vrai recherche utile et pas du packaging de techno mileu de gamme pour fanatique

:incline:

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 17/04/14 à 18:06:48

Ce qui est dommage c'est que les données sont en pourcentage sans valeur absolue.

Perdre 40% de ventes sur le System Z par exemple, ça peut paraît énorme comme ça, mais est-ce sur 100 000 ventes ou 1 million ?

M'enfin, le mainframe c'est pas non plus du matos qu'une entreprise achète tous les jours et ça couvre un besoin particulier...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Les serveurs à la peine, la région Asie-Pacifique en net recul
  • Des départs d'employés très onéreux
  • De bons résultats en Europe
S'abonner à partir de 3,75 €