Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Snowden-NSA : le Guardian et le Washington Post distingués du prix Pulitzer

Un « puissant signal »
Internet 6 min
Snowden-NSA : le Guardian et le Washington Post distingués du prix Pulitzer

Depuis le mois de juin de l’année dernière, les multiples révélations provoquées par les documents d’Edward Snowden ont braqué une lumière crue sur les activités de surveillance et d’espionnage de la NSA. Deux prix Pulitzer, qui récompensent aux États-Unis le travail journalistique, viennent d’ailleurs d’être décernés au Guardian et au Washington Post pour leur couverture des évènements.

edward snowden

Bientôt un an de révélations continues 

Le 6 juin 2013, le journal anglais The Guardian publie un article détaillant le fonctionnement d’un programme dont le public entendra le nom de multiples fois par la suite : Prism. Il est ainsi décrit de manière assez précise comment la NSA se fournit en données personnelles auprès des grandes entreprises du cloud que sont Microsoft, Google, Facebook, Yahoo, Apple ou encore LinkedIn. Des révélations chocs qui avaient plongé ces firmes dans une débauche de communication.

 

Les conséquences de ces articles ont été multiples et n’ont eu de cesse de croitre en intensité, alimentées par d’autres documents dérobés à la NSA par le lanceur d’alertes Edward Snowden. Ainsi, l’autre grand scandale concernait la collecte massive et aveugle des métadonnées téléphoniques, avec l’aide des opérateurs américains que sont notamment AT&T et Verizon. C’est d’ailleurs sur ce point que l’administration Obama a récemment annoncé des mesures pour en finir notamment avec la collecte opérée par la NSA. L’agence de sécurité devra à la place obtenir le mandat d’un juge pour demander ces données aux opérateurs de téléphonie.

Des journaux soumis parfois à une intense pression

Le Guardian et le Washington Post ont tous deux largement couvert les révélations successives d’Edward Snowden. Un travail réalisé en particulier par respectivement Glenn Greenwald et Barton Gellman, le premier étant par ailleurs l’auteur de la première interview du lanceur d’alertes. Il a depuis créé son propre site journaliste avec l’aide d’autres collègues, The Intercept, pour continuer le travail commencé sans subir les pressions gouvernementales. On rappellera par exemple à ce sujet que des agents du GCHQ (équivalent anglais de la NSA) étaient intervenus dans les locaux du Guardian pour détruire des disques durs abritant des données issues des documents de Snowden. Par la suite, le journal s’était associé au New York Times pour pouvoir continuer à travailler de manière indépendante.

 

Aux États-Unis, le prix Pulitzer récompense les journaux, voire parfois des journalistes, pour le travail d’information réalisé. Cette année, deux prix ont été justement décernés au Washington Post et à l’édition américaine du Guardian pour avoir informé le public des activités de la NSA et pour avoir continué en dépit des difficultés. Sid Gissler, administrateur du prix Pulitzer à l’université de Columbia, a cependant indiqué que les récompenses concernaient bien les journaux et pas Edward Snowden lui-même : si les informations sont importantes, le prix Pulitzer souligne avant tout leur traitement.

Le prix Pulitzer récompense le service rendu au public  

Dans le communiqué officiel, l’organisation chargée du prix Pulitzer met particulièrement en avant la manière dont les deux journaux ont aidé le public à prendre conscience des problématiques de respect de la vie privée et la manière « dont les révélations ont pris place dans la structure plus large de la sécurité nationale ». En outre, elle les félicite pour la conséquence principale de ces travaux : la mise en place d’un débat national entre le public et le gouvernement.

 

Pour Edward Snowden lui-même, ces prix Pulitzer sont amplement justifiés : « La décision d’aujourd’hui est une justification pour tous ceux qui pensent que le public a un rôle dans le gouvernement. Nous la devons aux efforts des journalistes courageux et leurs collègues qui ont continué le travail face à une extraordinaire intimidation, y compris la destruction forcée de matériels journalistiques ou l'utilisation inappropriée des lois antiterroristes et tant d’autres moyens de pression pour les arrêter dans ce que le monde reconnaît maintenant comme un travail d’importance publique vitale… Mes efforts auraient été dénué de sens sans le dévouement, la passion et la compétence de ces journaux, et ils ont toute ma gratitude et mon respect pour le service extraordinaire rendu à notre société ».

Des vecteurs de tensions politiques 

Le Washington Post rappelle cependant de son côté que même si le travail des journalistes se retrouve désormais récompensé de manière officielle, tout le monde n’est pas de cet avis. Le député républicain Peter T. King a fait ainsi part de son sentiment à cet égard au cours d’une interview : « Être récompensé pour la diffusion d’informations classifiées qui mettent en péril la sécurité nationale et encenser un traître comme Edward Snowden est incompréhensible… Les informations qu’il a dévoilées sont extrêmement dommageables. Elles permettant à nos ennemis de savoir ce dont nous sommes capables de faire et ce que nous avons fait ». Il estime par ailleurs que les deux journaux ne devraient non seulement pas recevoir de tels prix, mais être à la place poursuivis pour violation de l’Espionage Act.

 

Car il est évident que les révélations des documents d’Edward Snowden ont provoqué globalement deux grands types de conséquences. En plus d’informer le public sur ce que les agences de sécurité étaient capables de faire, elles ont été vectrices de fortes tensions sur le plan international. On se rappelle ainsi des écoutes directes sur le téléphone personnel de la chancelière allemande Angela Merkel et de plus de 120 autres chefs d'États. Souvenons-nous encore de l'avion du président bolivien Evo Morales forcé d’atterrir en Autriche car la France et le Portugal avaient refusé de lui ouvrir leur espace aérien. Il y avait en effet une forte présomption sur la présence d’Edward Snowden à son bord car l’avions revenait de Moscou où le lanceur d’alertes réside toujours, grâce à un asile politique temporaire.

Un « puissant signal » 

Ce qui n’empêche nullement les journaux récompensés de se réjouir. Alan Rusbridger, rédacteur en chef de The Guardian, estime ainsi que l’obtention du prix Pulitzer envoie un « puissant signal » sur le service rendu au public américain par Snowden. Même son de cloche pour Martin Baron, rédacteur en chef du Washington Post, pour qui, sans le lanceur d’alertes, « nous n'aurions jamais su à quel point ce pays s'est éloigné des droits de l'individu en faveur du pouvoir de l'État ». Un constat validé selon lui par le simple fait que le président Obama a lui-même reconnu qu’il s’agissait d’une « conversation qu’il fallait avoir ».

 

Pour autant, même si le travail d’Edward Snowden est salué, il est officiellement considéré comme un traître. Et comme pour rappeler que sa situation n’est pas prête de changer, le soldat Bradley Manning, qui a réalisé l’une des plus grandes fuites de données classifiées de l’histoire des États-Unis (700 000 documents), s’est vu refuser la clémence. La peine de 35 ans décidée en août 2013 par le tribunal militaire qui le jugeait a été confirmée hier par le général Jeffrey Buchanan.

37 commentaires
Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 15/04/14 à 09:59:31

:yes: Cela veut il dire que l'opinion américaine commence doucement à changer sur le cas Snowden?

Avatar de dimounet Abonné
Avatar de dimounetdimounet- 15/04/14 à 10:01:30

FunnyD a écrit :

:yes: Cela veut il dire que l'opinion américaine commence doucement à changer sur le cas Snowden?

Je n'y crois pas trop. Est-ce que les techniques d'espionnages des US ont changé? Surement pas. Ils se croient tout permis et le font même savoir!!:8

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 15/04/14 à 10:02:59

dimounet a écrit :

Je n'y crois pas trop. Est-ce que les techniques d'espionnages des US ont changé? Surement pas. Ils se croient tout permis et le font même savoir!!:8

Je ne parle pas de l'opinion des dirigeants, mais de celle du "peuple":chinois:

Avatar de Arcy Abonné
Avatar de ArcyArcy- 15/04/14 à 10:04:41

FunnyD a écrit :

:yes: Cela veut il dire que l'opinion américaine commence doucement à changer sur le cas Snowden?

C'est m'étonnerait franchement ...
Il y avait eu un cas similaire avec un soldat qui avait fait fuité des infos (pour Wikileaks je crois), les américains le remerciait d'avoir mis au grand jour l'info mais le désapprouvait aussi parce que la loi l'autorisait pas (ou un truc du genre).
Mais sinon le prix pour les journaux est largement mérité.

Édité par Arcy le 15/04/2014 à 10:06
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 15/04/14 à 10:12:43

...l’avions revenait de Moscou où le lanceur d’alertes réside toujours, grâce à un asile politique temporaire.

M'est avis qu'avec les tensions Russie/US/Otan/EU sur l'Ukraine, ils ne sont pas prêts de le laisser tomber. GG Poutine.:yes:

Avatar de Ballos INpactien
Avatar de BallosBallos- 15/04/14 à 10:13:42

Un travail réalisé en particulier par respectivement Glenn Greenwald

Greenwald le type qui a perdu toute crédibilité en analysant des documents de façon légére ? Lisez plutôt ça,http://electrospaces.blogspot.be/2014/02/dutch-government-tried-to-hide-truth.ht... ou sinon vous pouvez boire l'info officiel sur le figaro ou the guardian.

ou la version FR condensé sur la France.
http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2014/03/27/la-nsa-nespionne-pas-tant-la-france...

Édité par Ballos le 15/04/2014 à 10:16
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 15/04/14 à 10:14:44

FunnyD a écrit :

:yes: Cela veut il dire que l'opinion américaine commence doucement à changer sur le cas Snowden?

Mouais. D'après une récente étude (dont j'ai perdu les sources) les américains sont près de 52% à croire que la terre a été créee par Dieu.Donc, niveau réfléxion...:transpi:

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 15/04/14 à 10:17:02

Ricard a écrit :

Mouais. D'après une récente étude (dont j'ai perdu les sources) les américains sont près de 52% à croire que la terre a été créee par Dieu.Donc, niveau réfléxion...:transpi:

Ben si c'est pas par Dieu, par qui donc? :keskidit:

A moins que... que... que... ESPACE DE MECREANT!!!!!:cartonrouge: :devil:

Arcy a écrit :

C'est m'étonnerait franchement ...
Il y avait eu un cas similaire avec un soldat qui avait fait fuité des infos (pour Wikileaks je crois), les américains le remerciait d'avoir mis au grand jour l'info mais le désapprouvait aussi parce que la loi l'autorisait pas (ou un truc du genre).
Mais sinon le prix pour les journaux est largement mérité.

Bradley Manning (cf fin de news):chinois:

Avatar de mirandir Abonné
Avatar de mirandirmirandir- 15/04/14 à 10:19:27

Arcy a écrit :

C'est m'étonnerait franchement ...
Il y avait eu un cas similaire avec un soldat qui avait fait fuité des infos (pour Wikileaks je crois), les américains le remerciait d'avoir mis au grand jour l'info mais le désapprouvait aussi parce que la loi l'autorisait pas (ou un truc du genre).
Mais sinon le prix pour les journaux est largement mérité.

Genre, ce dont parle le dernier paragraphe de l'actu ? :D

Avatar de misterB Abonné
Avatar de misterBmisterB- 15/04/14 à 10:47:50

FunnyD a écrit :

:yes: Cela veut il dire que l'opinion américaine commence doucement à changer sur le cas Snowden?

L'opinion du peuple (à tendance democrat) a toujours été de son côté, c'est les officiels qui ont du mal :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4
  • Introduction
  • Bientôt un an de révélations continues 
  • Des journaux soumis parfois à une intense pression
  • Le prix Pulitzer récompense le service rendu au public  
  • Des vecteurs de tensions politiques 
  • Un « puissant signal » 
S'abonner à partir de 3,75 €