Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Ubisoft s'est penché sur le cas des baleines dans les jeux free-to-play

Keep calm and grab your credit card

De nombreuses études ont déjà été réalisées au sujet de l'attitude et des motivations des joueurs payant pour des jeux basés sur le modèle free-to-play, notamment de celles des « baleines », un terme désignant les plus dépensiers. Ubisoft s'est également penché sur le problème et a livré son analyse lors de la Games Developers Conference le mois dernier.

Carte bleue clavier microtransactions

Les baleines, un sujet d'étude délicat

Ubisoft dispose d'un catalogue assez large de titres free-to play, que ce soit sur mobiles ou sur PC. Si l'exemple le plus emblématique chez l'éditeur français reste The Mighty Quest For Epic Loot, dont la monétisation a déjà fait débat lors de sa phase d'alpha-test, il ne faut pas oublier le célèbre Duel of Champions, ni même Might & Magic Heroes Online, qui profitent d'un public assez large. 

 

Grâce à ce lot de jeux basés sur le modèle free-to-play brassant au bas mot quelques millions de joueurs, la firme Rennaise dispose d'un grand nombre de données à analyser sur le comportement des joueurs sur ces jeux, et sur ce qui les motive à passer à la caisse. « Avoir des données c'est une chose. En sortir des choses intéressantes en est une autre », explique Nicolas Ducheneaut, chercheur chez Ubisoft, lors de la Games Developers Conference, selon des propos rapportés par GamesIndustry.

 

Nicolas Ducheneaut s'est notamment penché sur le cas des « baleines », ces joueurs dépensant parfois plusieurs centaines d'euros chaque mois dans un jeu, (en l'occurrence Ghost Recon Online) pour se procurer divers avantages. « Une des choses dont nous nous sommes aperçus, c'est que nos développeurs et nos équipes marketing avaient beaucoup d'idées reçues sur les baleines et ce qui les pousse à dépenser. Ils pensent qu'ils sont impulsifs, moins rationnels, voire hédonistes. En fait nous avons trouvé tout le contraire, ils ne sont pas impulsifs, ils pensent au long-terme, ils gardent leur sang-froid, sont méthodiques et soutiennent les jeux », explique-t-il.

Le mythe de l'impulsivité

Selon lui, les joueurs les plus dépensiers ouvrent leur bourse pour acheter des équipements qui leur permettent de maitriser différents aspects du gameplay ou essayer de nouvelles tactiques, ce qui au final enrichirait leur expérience de jeu, plutôt que de juste la faciliter. De leur côté, les studios doivent également faire en sorte de favoriser ce genre d'achats en permettant aux joueurs de comparer les objets et de leur expliquer ce qu'ils peuvent leur apporter en termes d'expérience de jeu.

 

Concernant l'impulsivité des achats effectués par les plus gros clients, le chercheur a étudié leur comportement en intégrant des promotions de manière régulière dans la boutique du jeu. La plupart d'entre eux ont remarqué la récurrence des promotions et font le plein de monnaie virtuelle à ces occasions-là, montrant ainsi qu'il n'est pas question d'achats sur un coup de tête ici, mais bien de planification.

 

Finalement, Nicolas Ducheneaut définit les « baleines » comme de simples passionnés du jeu sur lequel ils ont jeté leur dévolu. « Ils sont attachés à leur hobby. Ils y investissent des ressources, tout comme quelqu'un d'autre le ferait dans du modélisme, un skateboard ou quoi que ce soit d'autres. Ce n'est différent en rien de tout cela ».

Faut-il revoir tout le principe même du free-to-play ? 

Ce que l'on pourra retenir de cette étude est que les idées préconçues selon lesquelles les joueurs les plus dépensiers sont des personnes jetant leur argent par les fenêtres sont totalement fausses. Au contraire, chacun de leurs actes semble réfléchi dans le cadre du jeu, la question de savoir si cela est vraiment pertinent de laisser plusieurs milliers d'euros dans un jeu comme Clash of Clans étant hors de propos et totalement subjective. 

 

Une autre étude ayant déjà montré que seuls 1 % des joueurs investissaient dans les jeux free-to-play, et que 20 % d'entre eux comptent pour 90 % des revenus, il apparait désormais clairement que les éditeurs de ces titres ne doivent pas se pencher sur le joueur de passage qui lâchera ses 99 centimes et disparaîtra. Au contraire, leur intérêt est de satisfaire les plus investis et de s'arranger pour qu'eux restent. La question est donc de savoir quel impact cette « découverte » pourra avoir sur la monétisation des jeux et si cela peut nous mener à un retour au modèle « classique » des jeux payants, y compris sur mobiles.

103 commentaires
Avatar de tAran INpactien
Avatar de tArantAran- 02/04/14 à 14:15:57

Je ne savais pas qu'en canadien, pigeon se disait baleine :keskidit:

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 02/04/14 à 14:18:04

En-même temps, une étude commanditée par un éditeur pouvait difficilement dire le contraire

Avatar de Ellierys INpactien
Avatar de EllierysEllierys- 02/04/14 à 14:19:19

FunnyD a écrit :

En-même temps, une étude commanditée par un éditeur pouvait difficilement dire le contraire

Bah si tu lis bien, elle dit tout le contraire de ce qu'ils pensaient au départ en fait.

Avatar de HeXxiA INpactien
Avatar de HeXxiAHeXxiA- 02/04/14 à 14:19:44

FunnyD a écrit :

En-même temps, une étude commanditée par un éditeur pouvait difficilement dire le contraire

"D'après notre étude TRES TRES TRES [...] TRES impartiale, vous n'êtes pas considérés comme des pigeons. Vous pouvez donc continuer de dépenser librement sans soucis."

Blague à part, je suis étonné de leur "point de vue" sur l'impulsivité qui je pense a quand même sa part (expérience personelle en tout cas).
Par contre l'impulsivité se présente principalement sur des achats plus onéreux (des jeux) plutôt que sur des microtransactions.

Édité par hexxia le 02/04/2014 à 14:21
Avatar de Gab& INpactien
Avatar de Gab&Gab&- 02/04/14 à 14:19:56

tAran a écrit :

Je ne savais pas qu'en canadien, pigeon se disait baleine :keskidit:

Nous sommes tous la baleine d'un autre... :fumer:

Avatar de Danytime INpactien
Avatar de DanytimeDanytime- 02/04/14 à 14:20:34

Le joueur n'est pas impulsive, non il est sage.
Le joueur est endetté à force d'achat sur nos jeux free to play ? Non, il n'est pas endetté, il est un bon gestionnaire de son argent comparé à ceux qui ne joue pas à nos jeux free to play.
Le joueur va aller en prison ? Non, il ne va pas en prison. Il va aboutir à l'accomplissement de sa vie.
Grâce à cette étude de la baleine, vous pouvez dépenser sur nos free to play.

Avatar de gwal INpactien
Avatar de gwalgwal- 02/04/14 à 14:22:44

tAran a écrit :

Je ne savais pas qu'en canadien, pigeon se disait baleine :keskidit:

Pas en "Canadiens" mais en Breton.

wikipedia :
Ubisoft est une entreprise française de développement et de distribution de jeux vidéo créée en 1986 par les cinq frères Guillemot, originaires de Carentoir dans le Morbihan.

Avatar de caesar INpactien
Avatar de caesarcaesar- 02/04/14 à 14:23:47

J'aurais bien aimé savoir si les chiffres donnés sur l'autre étude se confirme chez ubisoft, étant donné que l'on a d'un coté des jeux pc AAA et de l'autre des pay to win mobile et FB... qui n'ont pas du tout la même cible... ni la même structuration du f2p

Il y a de fortes chances que ça ne soit pas les mêmes stats

Avatar de AshySlashy INpactien
Avatar de AshySlashyAshySlashy- 02/04/14 à 14:24:52

Si je résume (et caricature un peu) leur étude, les "baleines" sont des gens très intelligents qui ont un hobby très respectable.
En gros, "continuez comme ça, n'ayez surtout pas de remord vis à vis de vos dépenses, 4000€ dans un jeu c'est une preuve que vous êtes un bon investisseur".

Ce que ça va changer d'un point de vue marketing? A mon avis pas grand chose!

Avatar de mdc888 INpactien
Avatar de mdc888mdc888- 02/04/14 à 14:24:55

"La question est donc de savoir quel impact cette « découverte » pourra avoir sur la monétisation des jeux et si cela peut nous mener à un retour au modèle « classique » des jeux payants, y compris sur mobiles."

C'est l'inverse : cette "découverte" confirme l’intérêt du free to play pour les baleines...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11