Huawei n'est clairement pas motivé pour se relancer sur Windows Phone

Trop de similitudes entre les constructeurs

Windows Phone semble avoir petit à petit le vent en poupe et Microsoft était particulièrement fière d’annoncer neuf nouveaux partenaires pour se joindre à la plateforme. Cependant, tous ne sont pas extatiques, à commencer par Huawei : le manque d’ouverture et le prix de la licence sont pour le constructeur chinois de vrais problèmes.

Ascend G6

Les Ascend G6 sous Android

Huawei ne partage pas l'engouement des autres constructeurs 

La part de marché de Windows Phone 8 augmente régulièrement et certains pays, tels que l’Italie (où la plateforme représente déjà plus de 10 % de parts de marché), sont clairement en avance sur ce terrain. La situation devrait évoluer très prochainement avec l’arrivée de Windows Phone 8.1 et ses nombreuses nouveautés, mais également avec l'entrée de neuf nouveaux partenaires : Foxconn, Gionee, JSR, Karbonn, Lava (Xolo), Lenovo, LG, Longcheer et ZTE.

 

Huawei ne partage pas cependant cet enthousiasme. Il s’est exprimé le mois dernier, lors du Mobile World Congress de Barcelone, auprès du site WPXbox, qui n’a publié les éléments de cette interview que très récemment. Le constructeur chinois ne s’y montre clairement pas enthousiaste. Mais le ton du discours n’étonnera pas quand on sait que l’engagement de Huawei pour la plateforme s’est en fait limité à deux téléphones d’entrée de gamme à la sortie de Windows Phone 8, soit il y a plus d’un an et demi.

Du coût de la licence au manque de personnalisation 

Mais Huawei va plus loin pour expliquer pourquoi il n’est guère motivé à l’idée de se relancer sur Windows Phone : « Sur Windows Phone, il y a déjà le problème du coût de licence plus important que celui d’Android. Ce qui augmente le prix du smartphone de 10 %. C’est donc déjà un premier point de blocage de Windows. Le deuxième point est l’écosystème. Le troisième point majeur de blocage est que Windows Phone n’est pas aussi ouvert qu’Android, ce qui empêche un constructeur de réaliser ses propres innovations ». Évidemment, tout le monde ne sera pas d’accord sur les fameuses « innovations » qui sont dans la majorité des cas des interfaces réalisées par les constructeurs pour remplacer celle d’origine sur Android.

 

Huawei n’en a cependant pas fini avec ses explications : « Le résultat du dernier point est que tous les Windows Phone ont une apparence similaire et il est difficile de différencier les différentes marques l’une de l’autre ». Il s’agit d’une problématique qui n’est en effet pas nouvelle et qui venait pour une bonne partie du peu de matériel supporté par le système mobile. Mais ce support a évolué et Windows Phone 8.1 devrait jouer l’accélérateur dans ce domaine. En outre, Nokia a montré qu’il était possible de se faire remarquer, en jouant notamment sur la qualité de l’optique pour la partie photo, ou via des coques particulièrement colorées en polycarbonate (une idée qu’a d’ailleurs exploité Apple avec l’iPhone 5c).

Le problème Nokia 

Mais Nokia, pour Huawei, est justement un sujet qui fâche. Les choix opérés sur le matériel ne sont pas les seuls à différencier le constructeur finlandais : « Le problème est que les API et la personnalisation ne sont pas disponibles de manière égale pour tous. Au début, tous les constructeurs de téléphones ont démarré avec Windows Phone, mais seul Nokia a obtenu un accès exclusif aux API. Maintenant que Nokia est absorbé par Microsoft, le problème va rester le même ». Et d’expliquer que le rachat de la branche mobile de Motorola par Google n’avait pas provoqué le même genre de problème puisque la personnalisation d’Android restait au programme.

 

En outre, puisque c'est un signe clair de manque de motivation sur Windows Phone, Huawei a dû annuler ses plans de smartphones hybrides contenant à la fois le système de Microsoft et Android. Ni la firme de Redmond, ni Google n'étaient ravis de ce genre d'initiative. Mais Huawei considérait les choses autrement : du Windows Phone était possible si Android était fourni sur le même appareil pour y basculer en cas de besoin.

Windows Phone 8.1 peut-il changer la donne sur ces problèmes ? 

Shao Yang, responsable marketing de Huawei, a part ailleurs indiqué à nos confrères que les ventes des deux smartphones Windows Phone 8 n’avaient clairement rien d’exceptionnel : 100 000 unités vendues pour chaque modèle. On comprend donc que le constructeur chinois ne soit guère motivé pour continuer l’aventure. Cependant, plusieurs points soulignés sont importants : le coût de la licence, qui introduit de fait une différence nette avec Android, le support du matériel, qui ne permet pas une très grande diversité des configurations, ainsi que le lien fort entre Microsoft et Nokia, qui permet à ce dernier des avantages exclusifs.

 

Il est bien possible que Windows Phone 8.1 vienne chambouler la donne pour les deux premiers points. Les rumeurs autour de la gratuité de la licence se font insistantes et se sont amplifiées depuis que deux constructeurs ne la payent déjà plus. En outre, la liste du matériel serait largement agrandie et les constructeurs auraient donc plus de choix dans leurs composants. Évidemment, rien ne dit qu’ils auraient également plus de liberté avec le système lui-même, et la question d’un trop grand avantage sur les téléphones Nokia, qui seront bientôt des téléphones Microsoft, reste totalement d’actualité.

 

Il ne reste que peu de temps avant d'obtenir des réponses sur Windows Phone 8.1 puisque le système devrait, en toute logique, être présenté durant la conférence BUILD de Microsoft qui se tiendra du 2 au 4 avril.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !