Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La Hadopi s’intéresse à l’efficacité des blocages de sites « pirates »

Kim Dotcom bientôt auditionné ?

Alors que les ayants droit n’ont de cesse depuis de nombreuses années de demander à la justice des mesures de rétorsion à l’encontre des sites de piratage (blocage, fermeture,...), la Hadopi s’intéresse aujourd’hui à l’impact de ces sanctions. La Rue du Texel vient en effet de commander une nouvelle étude en ce sens, proposant jusqu'à 30 000 euros (HT) aux prestataires qui seraient intéressés.

marché blocage

 

Vendredi dernier, la Hadopi a publié un nouvel avis de marché public. L’institution recherche en effet un prestataire extérieur capable de mener pour son compte une énième étude, laquelle aura pour objectif « de comprendre les répercussions des décisions de justice (telles que le blocage ou la fermeture de plateformes) sur les usages des internautes ». Cette étude devra être « qualitative », c’est-à-dire qu’elle se basera principalement sur les déclarations des sondés, et non sur une mesure effective de leurs comportements.

 

Si la Rue du Texel ne s’étend pas davantage sur ce qu’elle attend de cette commande publique, l’on comprend aisément son but : mieux connaître les impacts des différentes sanctions infligées à l’égard des sites de piratage. Car les exemples sont relativement nombreux en la matière : fermeture de MegaUpload et MegaVideo en janvier 2012, blocage de The Pirate Bay dans de nombreux pays européens (Italie, Royaume-Uni, Irlande,...), blocage de 16 sites de la « galaxie Allostreaming » depuis le mois de janvier en France, etc.

Des effets ayant déjà intéressé les chercheurs

Avec la question sous-jacente suivante : ces mesures de rétorsion infligées par la justice sur demande des ayants droit ont-elles conduit les « pirates » à rentrer dans le droit chemin, ou ces derniers ont-ils tout simplement migré vers d’autres sites ou services ?

 

Plusieurs études se sont déjà posées ces questions. Analysant le blocage de The Pirate Bay aux Pays-Bas, des chercheurs concluaient l’année dernière que pour 94 à 96 % de la population, la mesure n’avait eu « aucun effet sur leurs comportements », même si les 4 à 6 % des abonnés néerlandais restants déclaraient télécharger moins à cause du blocage. C’est d’ailleurs cette inefficacité qui a été soulevée par la justice pour lever ce blocage, il y a de ça quelques semaines.

 

Concernant la fermeture de MegaUpload, une équipe internationale de chercheurs affirmait l’année dernière qu’elle avait effectivement « profité » aux blockbusters, ces films à gros budget. En revanche, écrivaient alors les auteurs de ces travaux, « les revenus des plus petits films et des films moyens ont diminué suite à cette fermeture ». Le vecteur du bouche-à-oreille était alors expressément évoqué (voir notre article).

Une étude centrée sur les internautes et aux conclusions attendues pour mars 2015

Quoi qu’il en soit, la Hadopi semble aujourd’hui plutôt chercher une vue d’ensemble sur l’impact des différentes sanctions judiciaires prises jusqu’ici que sur tel ou tel blocage en particulier. Son angle est d'ailleurs bien spécifique, puisqu'il s'agira d'étudier les répercussions sur les « usages des internautes » uniquement. Pour ce faire, l’institution propose de verser jusqu’à 30 000 euros (hors taxe) à l’entreprise qui voudrait réaliser cette étude. Le prestataire retenu aura dix mois pour mener ses travaux, et ce à compter de mai prochain. La Rue du Texel devrait donc obtenir ses résultats d’ici un an, en mars 2015.

27 commentaires
Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Ce qui fait peur ,ce sont les critères pour définir un site "comme pirate" ...

Si on est copain de un tel, alors faut mettre tel site comme pirate...

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 24/03/14 à 07:55:09

Je leur rend l'étude pour 1 ticket restau : ça ne marche pas !

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 24/03/14 à 07:59:35

Et ne s'intéressent pas assez à l'offre légale à des valeurs monétaire a la fois abordable et honnêtement répartis pour rémunérer comme il se doit les artistes.
Et etc.

Bref, lobbying. :roll:

Avatar de sebtx Abonné
Avatar de sebtxsebtx- 24/03/14 à 08:05:03

En tout cas une chose est sûre : pour gaspiller l'argent public ils sont très très très forts.

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 24/03/14 à 08:05:40

C'est pas comme si la pratique avait déjà répondu à la question. C'est bien, hadopi essaie de retrouver une réponse théorique.
Le blocage c'est inefficace car :

  • impossible, tant que le site est en ligne, il sera accessible. Différente méthode sont possible en fonction du niveau ou du besoin : allant à des technique pas forcément grand publique comme le VPN ou le changement de DNS si ça passe par un blocage DNS en allant vers des solution simple de "site proxy" ou de miroir.
  • inefficace : les sites "pirates" sont des hydres, vous aurez beau les bloquer, d'autres prennent le relais. Pire, les nouveaux tirent (parfois) des leçons de leur aînés et sont de plus en plus difficile à coincer.
  • dangereux : l'Australie en à fait les frais il y a déjà plusieurs année, 1/3 des sites bloqué sont considéré comme pirate, les 2/3 sont des sites expliquant comment contourner la censure.
Avatar de Soltek INpactien
Avatar de SoltekSoltek- 24/03/14 à 08:09:11

Le blocage de Twitter en Turquie est super efficace en tout cas : tu mets 8.8.8.8 (un des DNS Google) et hop ça fonctionne.
Du coup les gens le tag sur les murs dans les rues là-bas.

Édité par Soltek le 24/03/2014 à 08:09
Avatar de TimmyTimmy INpactien
Avatar de TimmyTimmyTimmyTimmy- 24/03/14 à 08:14:28

tazvld a écrit :

C'est pas comme si la pratique avait déjà répondu à la question. C'est bien, hadopi essaie de retrouver une réponse théorique.
Le blocage c'est inefficace car :

  • impossible, tant que le site est en ligne, il sera accessible. Différente méthode sont possible en fonction du niveau ou du besoin : allant à des technique pas forcément grand publique comme le VPN ou le changement de DNS si ça passe par un blocage DNS en allant vers des solution simple de "site proxy" ou de miroir.
  • inefficace : les sites "pirates" sont des hydres, vous aurez beau les bloquer, d'autres prennent le relais. Pire, les nouveaux tirent (parfois) des leçons de leur aînés et sont de plus en plus difficile à coincer.
  • dangereux : l'Australie en à fait les frais il y a déjà plusieurs année, 1/3 des sites bloqué sont considéré comme pirate, les 2/3 sont des sites expliquant comment contourner la censure.

Pour les 30 k€, tu es assujetti à la TVA ou pas ?

Parce que tu viens de les gagner direct avec ton rapport synthétique et pertinent et le contribuable que je suis préfère que ce soit toi qui les gagne plutôt qu'un copain des membres de Gagdopi.

Bon, c'est encore une faveur faite à un Xavière Tibéri-like qui va gagner 30 k€ avec un rapport bidon et truffé de fautes d'orthographes de 15 pages de long dans le meilleur des cas...

Avatar de Guyom_P INpactien
Avatar de Guyom_PGuyom_P- 24/03/14 à 08:31:26

En fait la Hadopi est une entreprise de proposition d'étude? Toute les semaines elle lance un appel d'offre pour une énième étude bidon.
Pourquoi elle dépense pas notre argent plutôt dans l'étude d'une véritable offre légale?

Avatar de Glasperlenspiel INpactien
Avatar de GlasperlenspielGlasperlenspiel- 24/03/14 à 08:36:55

Logiques antinomiques...

D'un côté, nous avons un formidable réseau d'échange d'informations global qu'est Internet, et de l'autre des féodalités qui s'acharnent à vouloir perpétuer un passé qui, en fait, est d'ores et déjà mort, le tout pour sauvegarder leurs dérisoires pouvoirs dont la futilité et l'illégitimité sont de plus en plus visibles grâce à l'outil dont ils combattent la logique même...

En dehors du côté, disons, qui tient du népotisme dans la démarche d'Hadopi, le fait que cette autorité étudie plus des moyens de rester dans l'impasse plutôt que des voies pour en sortir est révélateur, à mon avis, de sa finalité : conforter les industriels du divertissement dans la perpétuation de leurs modèles obsolètes...

Édité par Glasperlenspiel le 24/03/2014 à 08:37
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 24/03/14 à 08:42:20

Cette étude devra être « quantitative », c’est-à-dire qu’elle se basera principalement sur les déclarations des sondés, et non sur une mesure effective de leurs comportements.
:incline::incline::incline:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3