Un motard arrêté après la diffusion de ses excès de vitesse sur YouTube

Il avait son blues-on de motard

Un jeune homme de Seine-Maritime a été placé en garde à vue il y a quelques jours après avoir diffusé sur YouTube des vidéos de ses « exploits » en moto. L’intéressé commettait de nombreuses infractions au Code de la route (dépassement de la vitesse autorisée, franchissement de lignes blanches, etc.). 

chauffard moto youtube

 

C’est le site 76Actu qui relate cette affaire. En décembre 2013, un gardien de la paix surfe sur YouTube et tombe sur le film d’un motard ayant partagé ses « exploits » sur la célèbre plateforme de vidéos. Au programme : dépassement de la vitesse autorisée (170 km/h au lieu de 90), franchissements de lignes blanches, dépassements dangereux, etc. Le tout est filmé grâce à une caméra installée sur le casque du motard.

 

Une enquête est alors ouverte par le commissariat de Fécamp (Seine-Maritime) afin de retrouver la trace de cet individu. Mais cela n’empêche pas le chauffard de publier deux nouvelles vidéos au mois de janvier. Avec à la clé de nouvelles infractions, dont une pointe à 215 km/h sur une route départementale...

 

Sauf que les policiers sont arrivés à remonter jusqu’au conducteur, très probablement à partir de son adresse IP. Le suspect, un jeune homme de 22 ans, a ainsi été convoqué le 4 février au commissariat. Entendu par les forces de l’ordre, il a fini en garde à vue. Le prévenu a, toujours selon nos confrères, reconnu les faits et expliqué qu’il cherchait à surmonter des « coups de blues ». L’homme a été convoqué par le Parquet du Havre, devant lequel il devra se présenter le 3 juin prochain afin de répondre de ses actes.

Des chauffards régulièrement condamnés

Les condamnations de ce type d’ « exploits » ne manquent pas en France. En mars 2011, le tribunal de Boulogne-sur-Mer a par exemple infligé une peine de six mois de prison avec sursis à l’encontre d'un motard s'étant filmé avec une caméra embarquée à plus de 200 km/h sur des routes du Pas-de-Calais. Plus récemment, en février 2012, le tribunal correctionnel de Niort a condamné à un an de prison ferme un conducteur qui s'était filmé à 310 km/h sur une route limitée à 110 km/h. Il avait là encore publié ses exploits sur YouTube.

 

Mais ces condamnations régulières ne suffisent pas à calmer certaines associations de lutte contre l’insécurité routière. Il y a un an, la présidente de la Ligue contre la violence routière nous expliquait ainsi qu’elle souhaitait que YouTube ou Dailymotion soient contraints de censurer les vidéos de chauffards mettant en avant leurs excès de vitesse. « De la même façon que tout le monde comprend qu’il y ait une censure qui concerne par exemple la pédophilie ou le terrorisme, et bien à partir du moment où vous avez des vidéos qui risquent d’influencer le comportement des jeunes, c’est un risque que nous ne voulons pas voir pris par nos jeunes » expliquait-elle à PC INpact.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !