CNIL : quand Qwant se moque de la condamnation de Google

Bientôt un « communiqué » chez Bing / Yahoo ?

Depuis ce matin, Google affiche sur sa page d'accueil française un communiqué indiquant sa condamnation par la CNIL. Une situation qui a fait réagir Qwant, un moteur de recherche français qui en profite pour faire sa promotion en indiquant que la CNIL « n'a jamais condamné la société Qwant à quoi que ce soit ».

Google CNIL

Le communiqué sur le site de Google.fr

 

La condamnation de Google par la CNIL est décidément une histoire aux multiples rebondissements. En effet, début janvier, la commission infligeait une amende de 150 000 euros assortie d'une publication pendant 48 heures d'un communiqué relatif à cette décision (sur Google.fr). Alors que le géant du web a fait appel, le Conseil d'État refusait hier de suspendre la condamnation et, comme nous l'indiquions cette nuit, le moteur de recherche affiche désormais le fameux communiqué sur Google.fr, sauf sur la version mobile.

 

Cette affaire a fait réagir un nouvel arrivant : Qwant, un moteur de recherche français apparu l'année dernière. En effet, ce dernier affiche sur sa page d'accueil un communiqué qui n'est pas sans rappeler celui de Google, sur le fond et sur la forme :

 

Qwant CNIL

 La page d'accueil de Qwant

 

Il y est précisé que la CNIL « n'a jamais condamné la société Qwant à quoi que ce soit, et pour cause, Qwant respecte et à toujours respecté la loi "informatique et libertés" ».

 

Pour rappel, le respect de la vie privée est un point que la société mettait déjà en avant lors de son lancement officiel, comme le font régulièrement d'autres tels que DuckDuckGo par exemple : « Qwant, le moteur qui donne accès à tout et ne garde rien ». Il précise aussi que « parce que les fondateurs ont compris que le respect des données personnelles était vital pour l’internaute, Qwant garantit l’anonymat de chacun. Les cookies ne vous épient pas, ils servent uniquement à optimiser l’expérience utilisateur (couleur de l’espace personnel, carnets de notes). La volonté des fondateurs de QWANT est de donner à l’internaute le droit à l’effacement : ne conserver sur le Net que les données consenties». 

 

Pour autant, tout n'était pas forcément tout rose dans les premiers temps puisque le français exploitait les résultats provenant de Bing / Yahoo. Un point sur lequel il s'était d'ailleurs expliqué de manière assez détaillée. Pour rappel, sur toute l'année 2013 Qwant revendique un total de 507 millions de requêtes là où Google était à 100 milliards par mois en mai de l'année dernière. Sur un site comme PC INpact, cela représente à peine quelques centaines de visites sur janvier 2014 par exemple, soit quelques centièmes d'audience à peine.

 

Outre le coup de pub qu'elle va tenter de se faire ici, la société va donc devoir convaincre tant par son usage que par le respect de ses utilisateurs. Espérons d'ailleurs pour elle qu'elle ne tombera jamais sous le coup d'une condamnation de la CNIL, le retour de bâton pourrait être assez sévère dans le cas contraire.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !