Core i7 3960X : que vaut le monstre d'Intel ?

Introduction & Protocole de test

Comme nous l'avons évoqué dans notre dossier dédié à l'architecture Sandy Bridge-E, Intel vient d'annoncer une nouvelle série de processeurs : les Core i7 3000. Ceux-ci sont une version améliorée des Core i7 2000 qui permet de disposer d'un maximum de six coeurs, d'un cache L3 plus large, du PCI Express 3.0 et d'un contrôleur mémoire fonctionnant sur quatre canaux. Le tout repose sur une plateforme spécifique qui se base sur le socket LGA 2011 et le chipset X79. Nous avons pu tester le modèle le plus performant de cette nouvelle offre : le Core i7 3960X.

La première chose marquante à propos de ce processeur, c'est son embonpoint, puisqu'il est composé d'un die de 435 mm² intégrant pas moins de 2270 millions de transistors. Il faut néanmoins noter que la présence de huit coeurs n'y est surement pas pour rien, tout comme ses 20 Mo de cache L3.

Sandy Bridge E Sandy Bridge E - Slides

Pour autant, dans la version grand public actuelle, seuls six coeurs seront activés au maximum, contrairement à la gamme Xeon qui arrivera sur le marché l'année prochaine. Le Core i7 3960X vise donc la performance extrême, mais avec une consommation minimale. Sa fréquence nominale est de 3.3 GHz, mais il sera dans la pratique cadencé entre 3.6 et 3.9 GHz selon le nombre de coeurs actifs via Turbo Boost 2.0.
[PDN]683511[/PDN]

Un mode Turbo Boost 2.0 qui ne donne pas son maximum

Mais dans la pratique, tout n'est pas si rose. En effet, lors de nos premiers tests sur une carte mère Asus, le processeur restait cadencé à 3.9 GHz dans tous les cas. Il s'agissait alors d'un fonctionnement particulier propre à Asus corrigé depuis. Résultat des courses, nos scores étaient trop élevés, tout comme la consommation de la machine qui explosait. Notez d'ailleurs que nous ne sommes pas les seuls à avoir été touchés et certains de nos confrères ont d'ores et déjà corrigé leurs scores.

Asus Sabertooth X79 Intel DX79SI

Nous avons donc recommencé avec une carte mère Intel, la DX79SI... mais là encore, nous avons détecté un fonctionnement anormal du Turbo. En effet, le Core i7 3960X qui est annoncé à 3.3 GHz, doit fonctionner aux fréquences suivantes en fonction du nombre de coeurs activés :
  • 1 à 2 coeurs : 3.9 GHz
  • 3 à 4 coeurs : 3.7 GHz
  • 5 à 6 coeurs : 3.6 GHz
FFT-zUn schéma que nous avons rapidement vérifié avec FFT-z. Celui-ci permet de tester la stabilité du processeur tout en gérant l'affinité, et donc le nombre de coeurs qui fonctionnent à plein. Mais lorsque l'on passe à de vraies applications, c'est une autre histoire. Dans Super PI, Cinebench R11.5 ou Blender 2.6, dans des conditions mono-CPU, le processeur ne passe jamais à 3.9 GHz. Il a d'ailleurs du mal à passer à 3.7 GHz, une fréquence qu'il n'atteint toujours que pour quelques secondes.

Dans les mêmes conditions, un Core i7 2600k passe la majorité de son temps à sa fréquence intermédiaire de 3.6 GHz et stagne parfois à sa fréquence maximale, soit 3.8 GHz. Cela lui permet ainsi de battre l'i7 3960X dans certaines conditions, c'est d'ailleurs ce qui a été à l'origine de nos premières recherches sur le sujet.

Nous avons bien entendu mis à jour l'UEFI, vérifié que les paramètres Turbo correspondaient bien aux valeurs évoquées plus haut ou encore que la température du processeur n'était pas à une valeur critique. Le souci ne semble d'ailleurs pas venir de la carte mère Intel puisque l'un de nos confrères a relevé le même comportement avec un modèle Asus qui avait été réglé de manière à avoir un Turbo fonctionnel selon les caractéristiques d'Intel.

Nous avons donc décidé de publier les chiffres obtenus tels quels en attendant une réponse d'Intel, que nous avons bien entendu alerté. S'il s'avérait qu'une solution était disponible ou que nos réglages n'étaient pas corrects, ce dossier sera bien entendu mis à jour.

Des tests effectués sous Windows... les chiffres sous Linux arrivent

Fidèles à notre volonté de publier des tests qui INtéressent le plus grand nombre, nous avons décidé de renouveler notre protocole, mais aussi de le scinder en deux. Ainsi, la première partie qui est ici publiée s'adresse aux utilisateurs de Windows 7. La seconde, qui sera publiée demain, est effectuée sous Ubuntu 11.10. Bien entendu, il s'agit dans les deux cas des éditions 64 bits parfaitement à jour.

Ce sera aussi l'occasion de voir l'impact du système d'exploitation, mais aussi de compilations différentes des logiciels, au niveau des résultats. Au final, on obtiendra des résultats parfois étonnants ou surprenants notamment dans le cas des processeurs de la série FX d'AMD (architecture Bulldozer).

Tableau récapitulatif Dossier Sandy Bridge-E 

Au niveau des concurrents, nous avons donc dû limiter le nombre de participants et avons retenu un modèle par socket, en général le plus performant ou presque. Vous retrouverez donc les FX-8150 d'AMD pour l'AM3+, le Core i7 2600k pour le LGA 1155 qui nous servira ici de modèle de référence, et le Core i7 980X pour le socket LGA 1366.

Des machines de test, en veux-tu, en voilà

Dans tous les cas, nous avons utilisé les composants suivants, montés sur un banc de test Cooler Master :
Le système de refroidissement était un Noctua NH-U12P SE2 dans tous les cas, sauf pour le Core i7 3960X qui s'est contenté d'un Hyper 412S de Cooler Master (voir notre PCi Labs). Nous avons utilisé 16 Go dans tous nos tests, sauf avec le Core i7 980X qui n'a eu droit qu'à 12 Go en raison de son contrôleur mémoire sur trois canaux.

Du côté des cartes mères, nous avons opté pour les modèles suivants :
Nos mesures de consommations ont toutes été effectuées à la prise. Au niveau des logiciels et outils utilisés, nous avons opté pour les versions suivantes :
Nos fichiers de référence sont les suivants :
Notez que dans le cas de Blender, le fichier étant un peu léger pour les processeurs de dernière génération, nous lui appliquons le profil HD 1080p et plaçons les variables de découpages X/Y sur 24 afin de maximiser l'exploitation de nos coeurs.

Mémoire & cache

Pour commencer, attardons-nous un peu sur les performances des caches et du contrôleur mémoire de Sandy Bridge-E. Pour cela, nous avons tout d'abord utilisé AIDA 64 de FinalWire :

Sandy Bridge-E Aida 64

Le cache L1 reste dans la veine des résultats de Sandy Bridge, mais avec une légère amélioration. On note que les soucis rencontrés en lecture avec Gulftown ne sont plus de la partie. Ce cas est d'ailleurs le seul ou l'architecture Bulldozer d'AMD s'en tire avec les honneurs.

Sandy Bridge-E Aida 64

Au niveau du cache de second niveau, les résultats sont du même ordre, sauf qu'AMD reste en retrait dans tous les cas.

Sandy Bridge-E Aida 64

Pour le cache L3, c'est une autre histoire puisque Sandy Bridge-E affiche des résultats moindres que Sandy Bridge. Le gain en quantité aurait-il été effectué au détriment de la performance ?

Sandy Bridge-E Aida 64

Passons maintenant à la mémoire, qui est ici pour rappel de la DDR3 @ 1333 MHz. On note là encore que Sandy Bridge s'en tire mieux, mais les contrôleurs sur trois ou quatre canaux ne semblent pas correctement exploités. Nous avons donc voulu voir ce qu'il en était avec Sandra de Sisoft, dans son édition 2012 :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Ici, pas de résultat pour AMD puisque nous avions droit à un bel écran bleu dès le lancement du test. On note néanmoins que, si le 980X ne montre qu'un faible avantage, ce n'est pas le cas du 3960X qui s'envole à plus de 33 Go/s. Pour autant, cela n'apporte pas un gain énorme dans la pratique, voire même aucun, dans de nombreux cas, comme nous le verrons lors d'un autre dossier.

Consommation & efficacité énergétique

Passons maintenant à la consommation de nos différentes machines. Comme nous l'avons déjà évoqué, nous effectuons nos relevés à la prise, au repos puis avec plusieurs coeurs activés ou non via FFT-z. Notez que, dans tous les cas, un coeur est ici équivalent à deux coeurs logiques, et donc à un module du côté des FX d'AMD :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X FFT-Z 

Sans surprise, le couple Core i7 980X / X58 est ici le plus gourmand, tant au repos qu'en charge. Il est par contre directement suivi par le FX-8150 qui affiche des chiffres supérieurs à celui d'un 3960X. Des rumeurs circulent sur une nouvelle révision moins gourmande en énergie... elle sera la bienvenue.

Au repos, hormis le Core i7 980X, nos trois plateformes se tiennent aux alentours de 60 watts. Le Core i7 2600k restera néanmoins le plus raisonnable avec un maximum de 135 watts contre 190 watts pour son grand frère.

C'est alors qu'intervient notre test d'efficacité énergétique. Pour celui-ci, rien de plus simple : nous effectuons trois fois d'affilé le test x264 HD Benchmark 4.0 et nous relevons l'énergie consommée à la prise pendant toute la durée du test. Nous effectuons ensuite une moyenne du score en FPS de la première et de la seconde passe, un résultat que nous utilisons pour un calcul du nombre de FPS par Wh consommé :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X FFT-Z 

Avec 35 Wh consommés, c'est le FX-8150 qui est ici le grand perdant, malgré un temps seulement légèrement supérieur à celui du Core i7 2600k (617 secondes contre 597 secondes). Celui-ci affiche d'ailleurs la même efficacité que le Core i7 980X qui sera par contre plus rapide (473 secondes pour 25 Wh).

Reste que le dernier-né d'Intel s'affiche comme le plus efficace, et de loin. Avec seulement 20 Wh au compteur, en 422 secondes, il est à la fois le plus rapide ET le plus économe.

Les inutiles qui servent de référence

On passe maintenant à des tests qui se veulent surtout des références, et qui nous permettent d'établir quelques résultats théoriques. On commence par le fameux CPU Mark 99, un test parfaitement vieux, n'utilisant qu'un seul coeur de nos CPU :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Ici, le FX-8150 d'AMD n'est clairement pas à son avantage. Comme nous le verrons tout au long de nos tests, c'est globalement le cas dès lors qu'un seul coeur est exploité. Les trois puces d'Intel se tiennent dans un mouchoir de poche. On voit néanmoins que l'architecture Sandy Bridge apporte un gain, que le Sandy Bridge-E parachève grâce à sa fréquence plus élevée, sans doute.

On continue avec 3DMark 11 et PCMark 7 de Futuremark. Pour le premier nous avons opté pour le test « Physique » qui n'implique que le processeur alors que pour le second nous avons relevé les scores de la « Computational suite » :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Ici le résultat est sans appel. AMD est bon dernier alors que le 3960X tire son épingle du jeu... et de loin.

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Ici, le FX-8150 est plus ou moins en retrait selon les cas. Pour le reste, les Core i7 2600k et 980X sont assez proches, alors que le 3960X finit le plus souvent bon premier.

Le calcul de PI dans tous ses états

S'il y a bien un calcul qui met en émoi les amateurs de résultats de processeurs, c'est bien celui de PI. Nous avons donc décidé d'utiliser plusieurs outils afin de vérifier les performances de nos différents modèles. Et on commence par la référence du genre, SuperPI, via le calcul 1M et 8M :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X SuperPi Wprime Y-cruncher 

Si SuperPI est connu pour être apprécié des processeurs Intel, le fait qu'il n'exploite qu'un coeur n'est surement pas pour arranger AMD et son FX-8150. Au final, celui-ci affiche donc des résultats deux fois supérieurs à ses concurrents, et ce, malgré une fréquence largement supérieure. Les trois autres modèles se tiennent dans un mouchoir de poche, mais c'est le Core i7 3960X qui mène la danse, suivi du 2600k et du 980X.

On passe ensuite à wPrime qui permet de profiter de la présence de plusieurs coeurs au sein de la machine, pour un calcul avec 1024 millions de décimales :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X SuperPi Wprime Y-cruncher 

Là encore, AMD et son FX-8150 ont du mal à se distinguer. On est néanmoins beaucoup plus proche du 2600k et ses quatre coeurs. Le 3960X fait légèrement mieux que le 980X avantagé par son architecture et sa fréquence supérieure.

On termine avec un outil plus récent, connu des membres du forum d'Xtreme Systems : Y-cruncher. Celui-ci a l'avantage de disposer d'optimisations propres aux architectures récentes et d'AVX, par exemple, en plus d'être pensé pour le multi-coeur. Nous avons néanmoins décidé d'effectuer aussi un relevé qui n'en exploitait qu'un seul. Le calcul est effectué pour 128 millions de décimales :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X SuperPi Wprime Y-cruncher 

Malgré l'utilisation d'AVX, AMD est ici bon dernier, même par rapport au 980X qui ne dispose pas de ce jeu d'instructions (qui permet de gagner 10 % environ, selon les développeurs). Les deux puces se basant sur Sandy Bridge sont au coude à coude lorsqu'un seul coeur est utilisé, sinon, le 3960X finit en tête en passant sous la barre des 30 secondes.

Audio : Lame MP3 & Ogg Vorbis

On passe maintenant au concret avec les tests audio. Ici, nous utilisons l'album « The slip » de Nine Inch Nails disponible gratuitement sur le site du groupe. Les fichiers sont copiés trois fois, afin de maximiser la taille des données à traiter. Nous utilisons un outil maison codé en .Net 4.0 afin de répartir le traitement sur plusieurs coeurs et d'obtenir un score Multi CPU. On commence par Lame MP3 :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X Lame MP3

Dans les deux cas, on retrouve là encore le FX-8150 d'AMD en dernière position, malgré sa fréquence plus importante. Les écarts se réduisent lorsque tous les coeurs sont utilisés, et le Core i7 3960X occupe la première place, alors que ses deux petits frères sont au même niveau.

L'architecture Sandy Bridge du 2600k semble en effet lui permettre de compenser les deux coeurs du 980X lorsque leur fréquence est quasiment identique, aux alentours de 3.5 GHz.

On continue avec Ogg Vorbis :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X OGG Vorbis

Ici, on retombe sur le même schéma : large retrait du FX-8150 d'AMD et des écarts qui deviennent moins importants en multi-CPU. Le Core i7 3960X ressort encore gagnant alors que les deux autres modèles d'Intel sont au coude à coude.

Chiffrement & Parité : AES, TrueCrypt & PAR2MT

On passe maintenant au chiffrement et l'on commence avec un petit outil maison, codé en .Net qui utilise l'AES en s'inspirant du code publié dans ce guide de Développez.com. Bref, rien de plus basique. Le fichier utilisé est la vidéo de Big Buck Bunny :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Encore une fois, notre Core i7 3960X profite de son architecture basée sur Sandy Bridge pour marquer le pas sur son prédécesseur le Core i7 980X. Il ne parvient par contre pas à se démarquer franchement du Core i7 2600k, ce test n'exploitant qu'un coeur. Le FX-8150 d'AMD est toujours dernier, mais avec un écart moins important qu'à l'accoutumée.

On passe ensuite à TrueCrypt qui propose nativement une fonctionnalité de mesure de performances. Nous utilisons un buffer de 1 Go et ne gardons que les valeurs moyennes :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs
 
Dans ce premier test qui exploite les instructions AES-NI supportées par tous nos processeurs, on se retrouve avec le Core i7 3960X qui affiche une bonne avance par rapport au 980X, alors que le FX-8150 se retrouve à peu près au même niveau que le 2600k. On aurait aimé mieux étant donné sa fréquence supérieure, mais l'écart est nettement moins marqué que lors de nos tests précédents.

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

TrueCrypt exploite l'ensemble des coeurs disponibles, Les Core i7 980X et 3960X qui en intègrent six, sont donc largement en tête et à un niveau plus ou moins similaire. La différence ne doit tenir ici qu'à la différence de fréquence. Notons également la bonne performance du FX-8150 qui arrive sur cette série de tests à dépasser le Core i7 2600k d'Intel, de 15 % environ.

On passe ensuite au calcul de fichiers de parité avec une version multi-CPU de PAR2cmdline qui sert de base à un outil de test maison. Nous utilisons là encore la vidéo de Big Buck Bunny pour laquelle nous calculons cinq fichiers PAR2 avec une redondance de 25 % :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Que ce soit en 32 bits ou en 64 bits, on retrouve ici un schéma quasi linéaire. Les deux modèles à six coeurs sont bons premiers avec une nette avance pour le Core i7 3960X alors que le 2600k prend légèrement le pas sur le FX-8150 d'AMD.

Compilation & compression : Valve & 7-Zip

Bien que nous réservions les tests de compilation surtout à notre dossier sous Linux, nous utilisons un outil de Valve permettant de compiler la carte ep1_citadel_03, exploitant l'ensemble des coeurs de nos CPU :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Avec ce test, le FX-8150 n'est pas vraiment à la fête puisqu'il est bon dernier à 30 secondes du Core i7 2600k (soit 50 % de temps en plus, tout de même). Le Core i7 3960X se démarque pour sa part assez franchement de son prédécesseur, le Core i7 980X, avec une avance d'une bonne dizaine de secondes.

On passe ensuite à la compression de fichiers avec 7-Zip. Ici, nous effectuons trois tests : tout d'abord, nous relevons le score global obtenu avec l'outil de mesure de performances intégré. Ensuite, nous compressons les images de notre album de la GA 2009 (267 fichiers, 506 Mo) puis nos trois vidéos HD (1.89 Go) via BZip2, qui exploite l'ensemble des coeurs de nos CPU :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs
 
Ici, on se retrouve comme sous TrueCrypt, avec un avantage du FX-8150 sur le Core i7 2600k. Il est néanmoins plus léger. Les Core i7 3960X et 980X sont par contre largement devant, avec une avance pour le modèle Sandy Bridge-E.

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

On retrouve logiquement le même schéma dans le cas des compressions de fichiers. Le FX-8150 d'AMD affiche une avance de 10 et de 2 secondes sur le Core i7 2600k dans la pratique. Le 3960X se démarque pour sa part de 13 et 4 secondes par rapport au 980X.

Photo : DxO Optics Pro 6 et XnView

On passe maintenant au traitement photo. Ici, nous utilisons à nouveau les 267 fichiers de notre album de la GA 2009 que nous faisons tout d'abord passer dans DxO Optics Pro 6 qui exploite l'ensemble des coeurs disponibles. Nous effectuons un traitement via le profil par défaut :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

DXO arrivant à tirer parti de tous les coeurs disponibles, les Core i7 980X et 3960X sont donc logiquement en tête, avec même une avance d'environ 10 % pour ce dernier. Le FX-8150 d'AMD est par contre largement en retrait sur ce test.

Nous appliquons ensuite différents filtres via l'outil nconvert de XnView. Comme pour le traitement audio, nous utilisons notre outil maison, codé en .Net 4 afin de répartir le traitement des fichiers sur l'ensemble des coeurs :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Les processeurs Intel sont encore une fois à la fête avec une confortable avance sur son rival lors de notre test mono CPU. Il est également intéressant de remarquer que, dans ce même test, le Core i7 2600k arrive à dépasser le Core i7 980X. En utilisant tous les coeurs disponibles, les Core i7 980X et 3960X prennent logiquement une confortable avance et l'écart avec le FX-8150 se ressert très nettement.

Rendu 3D : Blender & Cinebench

Autre marché de prédilection des processeurs : les applications de rendu 3D. Nous commençons avec Blender et le fichier de test de référence :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Ici, c'est le Core i7 2600k qui prend la tête. En effet, il dispose d'un avantage en terme d'architecture et de fréquence par rapport au Core i7 980X, et le mode Turbo du 3960X montre ici toute sa faiblesse puisque la fréquence de 3.9 GHz n'est jamais atteinte. Les choses rentrent bien entendu dans l'ordre une fois tous les coeurs activés. On notera au passage que le FX-8150 d'AMD s'en tire ici avec un écart peu important par rapport aux autres modèles.

On passe ensuite à l'incontournable CineBench R11.5 :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Ici, le Core i7 3960X est bon premier même avec un seul CPU utilisé. Pour le reste, on retrouve plus ou moins les écarts précédents et un FX-8150 qui s'approche du Core i7 2600k.

Rendu 3D : LuxMark & Specviewperf 11

On continue avec un moteur de rendu Ray Tracing libre disponible : LuxRender. Celui-ci est disponible sous la forme d'un outil de mesure de performances : LuxMark. Bien qu'il permette l'utilisation de l'OpenCL, nous nous limitons ici à un calcul CPU natif :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Comme précédemment, le FX-8150 est légèrement en retrait face au Core i7 2600k alors que les deux modèles à six coeurs sont largement devant, avec une belle avance pour le Core i7 3960X.

On passe enfin à Specviewperf 11 qui permet d'analyser le comportement de nos CPU dans différentes applications dédiées au monde professionnel. Malheureusement, les scores ici obtenus n'utilisent pas l'ensemble des coeurs de nos CPU :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

On on retrouve dans certains cas ce que nous avions noté avec Blender. C'est notamment le cas dans le test Maya où le Core i7 3960X est à peine au niveau du FX-8150. Dans le reste des tests, il est plus ou moins au niveau du 2600k et légèrement en avance par rapport au 980X.

Vidéo : x264 HD Benchmark & Media Espresso 6.5

On passe maintenant à de l'encodage vidéo avec un outil qui fait office de référence : x264 HD Benchmark 4.0. Comme son nom l'indique, il utilise x264 pour compresser une vidéo 720p :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

La première passe n'utilise pas l'ensemble des coeurs, logiquement, le FX-8150 d'AMD est donc en retrait. Les trois processeurs d'Intel se suivent par contre, avec une nette avance pour le 3960X. Dès que tous les coeurs sont actifs, on retrouve la même chose, mais avec un écart marqué surtout entre les modèles à quatre et six coeurs. Le FX-8150 est alors au niveau du Core i7 2600k.

On continue avec MediaEspresso 6.5. Ici, nous n'activons que le décodage matériel de notre carte graphique, l'encodage étant effectué entièrement par le CPU. Nous utilisons une fois de plus la vidéo de Big Buck Bunny que nous passons dans un format 720p pensé pour l'iPad d'Apple :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Ici, tous les coeurs ne sont pas exploités. L'avance du 3960X est bien nette alors que les deux autres Core i7 sont à peu près au même niveau. Le FX-8150 affiche par contre un retard de plus de 30 secondes par rapport à ces derniers.

Jeux : Valve Particle & DiRT 3

Le processeur n'est pas le point le plus important pour les joueurs, nous avons donc décidé de ne pas utiliser toute une flopée de titres dans cette partie. Nous avons préféré commencer avec un outil de benchmark de Valve qui exploite le moteur Source pour effectuer des rendus de particules via le CPU : 

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Comme pour le test de compilation, et malgré le fait que tous les coeurs soient utilisés, le processeur d'AMD est ici largement en retrait puisqu'il est presque à la moitié de celui du Core i7 2600k. Les modèles à six coeurs sont bien entendu bien plus performants, avec une légère avance pour le 3960X.

Nous avons ensuite décidé d'utiliser un titre récent exploitant les CPU à plusieurs coeurs : DiRT3. Via un outil de mesure de performances maison, nous effectuons deux essais : l'un en 1024x768 avec les réglages au minimum, où le CPU aura tout son rôle à jouer, et un second en mode Ultra, en 1680x1050. Dans les deux cas, c'est DirectX 11 qui est utilisé :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Comme nous pouvions nous y attendre, dans le cas où la carte graphique joue tout son rôle, les résultats sont quasiment identique, le processeur étant relayé à un rôle où il ne doit juste pas faire office de goulet d'étranglement. En basse définition par contre, lorsque les réglages sont au minimum, on retrouve le schéma précédent : nette avance pour les modèles à six coeurs, et pour le 2600k par rapport au FX-8150 d'AMD.

Les moyennes

On passe maintenant aux moyennes. Ici, c'est le Core i7 2600k qui servira de référence et qui obtient donc la note de 100. Vous pourrez ainsi savoir comment se placent les autres processeurs par rapport à celui-ci, de manière relative. Notez que nous avons exclu les tests théoriques et autres calculs de PI de ces scores, et que pour les tests tels que Specviewperf 11 ou TrueCrypt, nous utilisons une valeur unique, faisant la moyenne des scores obtenus pour éviter de leur donner un poids trop important par rapport aux autres résultats :

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs 

Sans surprise, le FX-8150 est ici bon dernier. Il est quasiment 20 % moins performant sur l'ensemble de notre protocole. Si le Core i7 980X ne montre un avantage que de 12 %, ce n'est pas le cas du 3960X qui réussit à se démarquer de 30 %, gagnant ainsi son titre de processeur le plus performant du moment. 

Nous calculons ensuite des indices de prix et de consommation de la même manière, afin d'obtenir des rapports de performance / watt et de performance / €. Pour cela nous avons retenu les tarifs suivant, selon les chiffres constatés à la rédaction de ce dossier :
Pour la consommation, la valeur utilisée correspond au calcul suivant, qui nous permet de donner un poids plus important à la valeur au repos, état dans lequel le processeur passera la majeure partie de ses journées en règle générale : 
  • Conso moyenne = (Conso au repos * 2 + Conso Max) / 3
Enfin, nous calculons un score qui répond à la règle suivante : 
  • Score = Indice Perf / ((Indice Conso + Indice Tarif) / 2)

Sandy Bridge-E Core i7 3960X benchs

Fidèle à son habitude, AMD livre donc un FX-8150 qui est donc moins bon en performance brute, mais qui n'est plus que légèrement en retrait face au 2600k lorsque le tarif entre en ligne de compte. Un peu plus proche des 200 €, il pourrait donc avoir son intérêt, pour peu que l'on utilise surtout des applications qu'il apprécie. 

Il est par contre largement désservi par sa consommation trop importante, qui le place sous le 980X pour le rapport de performance par watt. 

Le Core i7 2600k reste donc le grand vainqueur de ce combat, puisqu'il allie au mieux les performances, la consommation et un tarif raisonnable. Ce n'est bien évidemment pas le cas de nos deux modèles de la gamme « Extrême » d'Intel, qui sont complètement plombés par leur tarif indécent et un rapport qui est donc situé entre 30 et 40.

C'est d'autant plus dommage que le 3960X affiche le meilleur rapport de performance par watt du groupe. Reste à espérer que des modèles plus abordables, tels que le prochain Core i7 3820k, sauront rattraper le coup.

Conclusion

Lors de nos tests sur la plateforme exploitant le socket LGA 1366 et le X58 d'Intel, si nous étions enthousiastes sur l'architecture et ses performances, nous étions déçus de la consommation de l'ensemble. Ainsi, avec cette nouvelle mouture, Intel avait selon nous deux objectifs à atteindre : mettre la plateforme au goût du jour, et grappiller des watts partout où cela était possible.

Chez Intel, il y a ceux qui bossent... et ceux qui gâchent tout

Intel x79Comme nous l'avons vu dans notre analyse technique, le premier objectif est en partie raté. Certes le X79 apporte un support du S-ATA 6 Gbps par rapport au X58... mais c'est tout et c'est honteusement maigre, surtout pour une solution orientée vers le haut de gamme. Même le Z68 propose Smart Response, sans parler de l'offre d'AMD qui intègre d'ores et déjà l'USB 3.0.

Une fois de plus, on a donc l'impression que l'équipe des chipsets a décidé de jouer les trouble-fête. Comme celle en charge des pilotes graphiques, elle s'améliore avec le temps, mais ne semble destinée qu'à gâcher l'excellent travail effectué sur les processeurs. C'est regrettable.

Mais parlons plutôt du Core i7 3960X. Avec ses huit coeurs intégrés (dont six actifs seulement), l'inflation en terme de transistors et de taille du die est plutôt impressionnante. On est ainsi quasiment au double des Sandy Bridge / Gulftown. Cela devrait d'ailleurs s'en ressentir sur les prix minimums de la gamme.

Côté efficacité énergétique, le Core i7 3960X est une merveille...

Pour autant, les efforts au niveau de la consommation payent. On affiche ainsi une valeur au repos identique aux autres solutions, et près de 40 watts inférieure à la génération précédente. En charge, notre machine de test est restée sous la barre des 200 watts, et se paie même le luxe de consommer moins qu'un FX-8150 d'AMD et ses 8 coeurs / 4 modules, pour une performance bien plus importante.

L'architecture Sandy Bridge montre avec cette déclinaison sa modularité, son efficacité et se permet d'apporter un support du PCI Express 3.0 ainsi qu'un contrôleur mémoire à quatre canaux, qui, s'ils ne sont pas très utiles, peuvent être vus comme une cerise sur le gâteau.

Sandy Bridge E Slides Sandy Bridge E - Slides

... on ne regrettera que son prix, et son mode Turbo mal optimisé

Bien entendu, on ne pourra que déconseiller l'achat du Core i7 3960X au commun des mortels, étant donné son prix qui se veut le reflet de la gamme « Extrême », sauf si l'argent n'est pas un problème pour vous. Il en sera certainement de même pour le 3830k, que nous n'avons pas encore pu analyser, mais qui sera désavantagé par le tarif actuel des cartes mères qui ont du mal à passer sous la barre des 200 €.
[PDN]683511[/PDN]Il faudra donc très certainement attendre 2012, et l'arrivée du 3820k pour que le X79 et sa plateforme se démocratisent. Il faudra alors voir s'il n'est pas plus pertinent d'opter pour Sandy Bridge. Quoi qu'il en soit, et bien que l'on soit déçu par le chipset ou le fonctionnement parfois erratique du mode Turbo, on ne peut que féliciter Intel qui livre une fois de plus le processeur le plus performant du moment qui est aussi le plus efficace au niveau énergétique. Dommage que le manque de concurrence n'oblige pas le constructeur, et sa folie des grandeurs, à proposer une grille tarifaire qui soit ancrée dans le monde réel.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !