NVIDIA : GeForce GTS 450 & pilotes de la série 260

Introduction

Après un lancement décevant de sa nouvelle architecture, Fermi, NVIDIA nous est revenu début juillet avec une puce plutôt INtéressante, le GF 104, qui était au cœur d'une carte aux multiples atouts : la GeForce GTX 460. Désireux de surfer sur ce succès, et reprendre des parts de marché à AMD, le caméléon tente aujourd'hui d'enfoncer le clou avec deux nouveautés : La GeForce GTS 450 et ses pilotes de la série 260.

GeForce GTS 450La première exploite une nouvelle puce : le GF106. Toujours basée sur Fermi, elle reprend l'équilibre qui faisait la force du GF104, mais avec moins d'unités. Pensée pour combattre les Radeon HD 5700 sur leur terrain, elle a en effet été conçue pour un seul et même but : proposer une carte aux joueurs, tout en étant proposée à moins de 150 €.

La seconde tient plus de l'évolution que de la révolution. NVIDIA revoit en effet la procédure d'installation de son pilotes graphique, ainsi que des éléments clefs : performances, simplicité d'utilisation… mais garde l'essentiel. Pour une mise à jour globale de l'interface, il faudra donc attendre.

Mais est-ce que tout cela permettra à NVIDIA de continuer regagner le cœur des joueurs , meurtri par des mois de marketing crasse et de nouveautés qui n'en avaient que le nom ? Les Radeon HD 5700 d'AMD vont-elles flancher, alors que l'arrivée des HD 6000 se profile… ? La réponse dans ce dossier.

GF106 : quoi de neuf ?

GeForce GTS 450Comme nous le disions en introduction, le GF106 qui est au cœur de la GeForce GTS 450 reprend grosso modo l'équilibre introduit par le GF104, mais avec moins d'unités… et pas qu'un peu. Ainsi, si NVIDIA présentait son GF100 comme un personnage bourrin tel « Heavy » de TF2, et le GF104 comme un chasseur, il est cette fois question d'un sniper... pensé pour abattre les Radeon HD 5700 ?

En effet, c'est presque une division par deux à laquelle on a droit. En réalité, une perte de 43 %. Il ne reste ainsi plus qu'un seul GPC (Graphic Processing Cluster), au sein duquel on retrouve quatre SM (Streaming Multiprocessors) pour un total de 192 unités de traitement (ou CUDA Cores selon le terme consacré par NVIDIA).

On retrouve le même rabot au niveau des unités de textures qui passent 56 à 32. En compensation, on a droit à des fréquences plus élevées, de 16 %. On se retrouve ainsi avec une puissance théorique 33 % moins importante. Un écart qui n'est pas anodin puisqu'on le retrouve sur les autres parties de la puce : les ROPs, le cache L2 et l'interface mémoire. La fréquence de la GDDR5 embarquée restant à 1.8 GHz, la bande passante subira le même traitement.

Voici le détail de la gamme :

GeForce GTS 450

Ainsi, avec une puce qui compte 40 % de transistors en moins, NVIDIA affiche une puissance théorique amoindrie de 33 %, un gain en efficacité, tout du moins sur le papier. Elle exploite toujours la finesse de gravure en 40 nm de TSMC et affiche une limite thermique en baisse par rapport à ses grande sœurs, puisqu'il est désormais question de 95 °C.

GeForce GTS 450 : la carte de référence dans le détail

La carte de référence de la GeForce GTS 450 a un sérieux air de GTX 460. Et effectivement, leur connectique est identique, tout comme leur taille (celle d'une HD 5770), et leur système de refroidissement partage le même principe. Mais lorsque l'on y regarde de plus près… les différences sont belles et bien là.

GeForce GTS 450 GeForce GTS 450

Une carte aux airs de GeForce GTX 460... avec tout de même quelques économies

Commençons justement par le ventirad. Lui aussi exploite un large ventilateur de 80 mm régulé doté de 11 pales. Son radiateur est par contre bien plus simple que sur la GTX 460 puisqu'à la place d'une large base traversée de deux caloducs, nous avons un modèle plutôt simple, sans le moindre caloduc.

Il reste néanmoins d'une taille assez imposante, impliquant l'occupation de deux slots, ce que certains regretteront sans doute. NVIDIA aurait-il fait ce choix afin de préserver la température de sa carte et les oreilles de l'utilisateurs ? Il faudra voir si les partenaires du caméléon proposent dans les semaines à venir des modèles plus compacts, voire au format « low profile » ?

GeForce GTS 450 Le PCB de la carte est aussi largement simplifié même si l'étage d'alimentation reste sur 4+1 phases. Mais désormais, un seul connecteur PCIe de six broches sera nécessaire, le TDP de la carte étant de 106 watts. Il faut dire que la GTX 460 n'était déjà pas loin de la limite permettant cette simplification, comme nous l'a montré la mise en place d'un modèle OEM plutôt douteux.

Comme nous avons pu le voir page précédente, le GPU est cadencé à 783 MHz (le double pour ses unités de traitement) et la carte dispose de 1 Go de GDDR5 @ 1804 MHz. Les puces utilisées sont des Samsung K4G10325FE-HC05, certifiée à 2 GHz. On retrouve donc là les modèles des GTX 460.

L'unique connecteur SLi est aussi hérité de sa grande sœur, comme la connectique vidéo qui est composée de deux ports DVI-DL ainsi que d'un port mini HDMI. Point plutôt regrettable, sur lequel nous reviendrons dans de prochains dossiers : le bundle de la majorité des GTS 450 fait l'impasse sur un adaptateur mini HDMI / DVI, qu'il sera donc nécessaire d'acheter si vous désirez l'exploiter.

 AMD gâche l'annonce du tarif avec un baisse de prix. L'HDMI 1.4 est de la partie

On notera d'ailleurs le support de l'HDMI 1.4, apporté par le GF106 et permis par les pilotes de la série 260 que nous étudierons page suivante. Plusieurs points restent néanmoins flou sur ce support, comme la compatibilité des autres GeForce GTX 400. Nous reviendrons donc en détail sur cette possibilité dans de prochaines actualités.

Enfin, évoquons le tarif évoqué par NVIDIA : 129 € pour une version respectant ces caractéristiques. C'était jusqu'à alors au niveau d'une Radeon HD 5750 1 Go et celui d'une Radeon HD 5770 1 Go. Manque de chance, les petites dizaines d'euros que celle-ci avait prise ces derniers mois ont disparus, sous la pression de la concurrence.

AMD nous a en effet annoncé qu'elle serait désormais proposée à 129 € par certains de ses partenaires et certains revendeurs, ce qui devrait être le cas… en attendant l'arrivée des HD 6000 ?

Les pilotes de la série 260

NVIDIA Pilotes 260Il y a quelques jours, NVIDIA mettait en ligne la première bêta de ses pilotes 260 destinés à Linux. Avec l'annonce de la GeForce GTS 450, c'est au tour de Windows de subir son petit lifting. Et nous pouvons dire d'entrée de jeux qu'une chose nous a déplu : le look global de l'interface n'a pas été revu.

Nous ne savons pas si c''est parce que NVIDIA estime que celui-ci est actuellement satisfaisant ou non, mais dans notre cas, nous ne serions pas contre une refonte de celui-ci tant l'usage des pilotes du caméléon nous semble parfois fastidieux : des options dans tous les sens, une organisation un peu fouilli, un nombre de clics importants pour certaines actions simples… bref, nous gardons cet espoir pour plus tard.

Pilotes version 260 : une évolution... surtout de l'installeur

Notez d'ailleurs que du côté de chez AMD, on semble promettre une refonte de l'interface des Catalyst pour l'arrivée des Radeon HD 6000. Une annonce « fuitée » de manière assez opportuniste, mais qui mérite d'être soulignée, tant cela était aussi nécessaire…

NVIDIA Pilotes 260 NVIDIA Pilotes 260 NVIDIA Pilotes 260

Premier point amélioré par ces pilotes : l'installation. Et là nous tenons tout d'abord à remercier NVIDIA de ne pas avoir cédé, contrairement à AMD, aux sirènes de la publicité à tout va. Que l'installation soit rapide ou personnalisée, aucun client de jeu en ligne ne va s'installer en douce, ni d'outil de notification des dernières nouveautés… et encore moins de propagande au sein des pilotes qui nécessitera une connexion internet pour être mise à jour.

Il faut toujours passer par une étape de décompression, qui sera un peu longue pour les utilisateurs qui disposent de machines anémiques (Atom / ION, par exemple), mais on appréciera ce nouvel outil qui n'occupe plus tout l'écran et dont le look est plutôt sobre et agréable.

NVIDIA Pilotes 260 NVIDIA Pilotes 260

Il détectera les pilotes présents, les mises à jour à faire et supprimera les anciens pilotes automatiquement. Comme toujours le pilote est dit unifié. Il gèrera donc toutes les GeForce de la génération 6 aux plus récentes. Il intègrera aussi tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement de la carte : support de l'OpenCL, de PhysX et des logiciels de compression vidéo sur GPU compris. C'est même désormais le cas de 3D Vision, qui demandait jusque là un pilote séparé.

NVIDIA Pilotes 260

Il sera d'ailleurs possible de choisir quels composants installer ou non, au téléchargement, par contre, le tout pèsera toujours 150 Mo pour la version 64 bits. Dommage pour ceux qui sont encore au bas débit, NVIDIA ne comptant toujours pas proposer une version « simple » de son pilote graphique.

Des performances à la hausse... et quelques nouveautés

Nouvelle branche de pilote signifie souvent gain de performances importants. Cette fois encore c'est le cas selon NVIDIA. Les GeForce GTX 400 sont les principales concernées, avec ou sans SLi. Le bénéfice devrait se faire ressentir dans un certain nombre de jeux, mais comme souvent, dans des cas assez précis. Il serait question de 7 à 20 % dans AvP, DiRT 2, Metro 2033, StarCraft II. Des gains que nous avons pu vérifier dans la pratique pour certains d'entre eux.

NVIDIA Pilotes 260 NVIDIA Pilotes 260

Autre nouveauté : le support des Blu-Ray 3D sur les TV dotées d'un port HDMI 1.4. Malheureusement, explications de NVIDIA sur les modèles concernés sont encore assez floues pour le moment, nous reviendrons donc dessus dans de prochaines actualités.

Le constructeur évoque néanmoins le support des formats audio DTS HD Master Audio et Dolby True HD pour les GTS 450 / GTX 460. Toutes les GTX 400, les G210, GT 220 et GT 240, par contre, supportent désormais le 96 / 192 kHz sur 24 bits.

NVIDIA Pilotes 260 NVIDIA Pilotes 260

Enfin, il est surtout question de simplification de certaines étapes telles que la gestion des bordures lors de l'utilisation du fameux mode « Surround », qui, pour rappel, permet d'utiliser deux ou trois écrans (il faudra alors deux cartes en SLi) pour n'en former qu'un, virtuel.

Mais assez parlé, passons maintenant aux tests !

Machines et protocole de tests

Pour notre test du jour, nous avons repris notre machine de test de GPU milieu de gamme, qui a récemment subit une petite mise à jour et qui devrait encore être légèrement modifiée à l'occasion de la rentrée.

Cooler Master RC-690 Intel DP55KG Corsair TX 650 NH-U12P

On retrouve donc notre bonne vieille carte mère Intel DP55KG sur lequel nous avons monté un Core i7 860 à sa fréquence de base, refroidit par un ventirad Noctua NH-U12P et accompagné de 2x 2 Go de DDR3 OCZ @ 1600 MHz (CAS 8) via un simple profil XMP.

Radeon HD 5750 5770L'alimentation est un modèle de 650 watts signé Corsair alors que le système de stockage est composé d'un RAID 0 (stripping) de Maxtor DiamondMax 21 de 250 Go. Le tout est installé dans un boîtier CoolerMaster RC690, fermé au moment des tests, avec uniquement son ventilateur arrière de branché.

Du côté des logiciels nous avons opté pour Windows 7 dans son édition Familiale Premium de 64 bits avec le BIOS à jour et les derniers pilotes d'installés. Pour nos cartes graphiques AMD, il s'agissait bien entendu des Catalyst 10.8 WHQL alors que nous avons utilisé les 260.52 bêta pour les GeForce. 

Nous avons utilisé des Radeon HD 5750 et 5770 dotées de 1 Go de GDDR5 comme modèle de référence, ainsi qu'une GeForce GTS 450 aux fréquences recommandées par NVIDIA (783 / 1566 / 1804 MHz).

Voici la liste des outils et des jeux qui nous ont servi lors de ces premiers tests :
  • Dirt 2 - DirectX 11 - Ultra
  • H.A.W.X. - DirectX 10.1 - Maximum
  • StarCraft II - DirectX 9 - Ultra
Tous nos tests ont été effectués dans deux résolutions : 1680x1050 et 1920x1200 compte tenu de l'orientation milieu de gamme de ces cartes. La consommation est relevée à la prise et représente systématiquement celle de la machine complète. La température ambiante de la pièce était de 25°C.

Performances : Furmark & Tessmark (OGL)

Comme à notre habitude, commençons par quelques petits outils qui nous servent surtout de référence, plus que de véritable point de mesure des performances. Tous deux ont été développés par notre ami JeGX et le premier d'entre eux est certainement le plus connu : Furmark.

Expoitant OpenGL, celui-ci est surtout pensé pour mettre à mal un GPU en effectuant le rendu d'un Donut géant, poilu. Nous relevons les performances moyennes après 15 minutes environ, en 1280x1024 sans AA. Les résultats sont indiqués en FPS :

GeForce GTS 450 Benchmark

Dans ce premier test, la GeForce est prise en sandwich entre nos deux Radeon. Elle semble néanmoins se rapprocher plus de la Radeon HD 5770, nous verrons plus loin si cela se confirme.

Passons ensuite à un outil bien plus récent de notre suisse favori : Tessmark. Cette fois, on passe à l'OpenGL 4.0 et à la tessellation qui sont utilisés pour le rendu d'une sphère et de ses reliefs. Nous utilisons le mode benchmark en 1024x768 avec un AA 4x. Les résultats sont indiqués en FPS :

GeForce GTS 450 Benchmark

Architecture Fermi oblige, NVIDIA remporte ici la bataille haut la main. La Radeon HD 5770 s'en tire un peu mieux que sa petite soeur, mais dès que la charge de Tesselation se fait un tant soit peu chargée, c'est la GTS 450 qui se démarque... et de loin !

Performances : Starcraft II (DX9)

Nouveau venu dans le protocole : Starcraft II. Nous ne pouvions bien entendu pas passer à côté de ce hit, qui n'est pourtant pas celui qui fait la vie belle aux testeurs. Il faut en effet utiliser FRAPS lors d'un replay pour mesurer les performances, et il n'est pas possible de passer à un moment précis du replay en question, sans l'avoir visionné au moins une fois. Heureusement, la vitesse 8x est présente.

Nous effectuons donc un relevé sur une scène de 2 minutes, qui alterne batailles et autres balades champêtres de Terrans en colère, en suivant un joueur précis. Chaque essai est reproduit trois fois.

Autre point problématique : la gestion de l'AA. Blizzard a tout simplement fait l'impasse sur celui-ci, et il nous faut donc passer par les pilotes des constructeurs pour l'activer… ce qui promet une chute importante des performances. Voici nos résultats, ils sont exprimés en FPS :

GeForce GTS 450 Benchmark

Sans AA, la GeForce GTS 450 semble là encore relativement à l'aise, même si avec la montée en résolution, elle semble sur le point de se faire dépasser par la Radeon HD 5770.

Mais une fois l'AA mis en place, c'est le drame pour les cartes d'AMD. La solution du constructeur semble bien plus pénalisante en terme de performances que celle du caméléon.

Performances : H.A.W.X. (DX10.1)

On reste dans les simulations, mais en passant maintenant à des avions avec H.A.W.X., un titre DirectX 10.1 qu'a utilisé AMD pour mettre en avant cette API à l'époque où le constructeur était seul à en tirer partie. Tous les réglages sont poussés au maximum et nous effectuons le test intégré au jeu avec et sans AA 4x. Les résultats sont indiqués en FPS :

GeForce GTS 450 Benchmark

Comme dans le premier test, la GTS 450 se retrouve coincée entre les deux Radeon. Mais cette fois, elle est plutôt du niveau de la HD 5750, laissant une nette avance à la HD 5770 dans l'ensemble des cas.

Performances : DiRT 2 (DX11)

Passons maintenant aux jeux avec l'excellent DiRT2 qui a été l'un des premiers titres à profiter de DirectX 11 via ses options en mode Ultra. C'est d'ailleurs ce réglage que nous utilisons, avec ou sans AA 4x et lors de la scène de test intégrée au jeu. Le résultat est indiqué en FPS :

GeForce GTS 450 Benchmark

Cette fois, nous avons droit à une sorte de mélange. Hors AA, la carte se retrouve au niveau de la HD 5770 ou presque. Avec, elle est plutôt au niveau de la HD 5750. Quoi qu'il en soit, la montée en charge ne semble pas vraiment bénéficier à cette carte.

L'overclocking, la nouvelle arme de NVIDIA ?

Lorsque NVIDIA nous annonçait son GF104 et sa GeForce GTX 460, il nous précisait que bien que la fréquence de base de sa puce était de 783 MHz, elle pouvait allègrement dépasser les 850 MHz. C'est effectivement ce que nous avons vérifié depuis sur plusieurs modèles, certains constructeurs s'amusant même à certifier des cartes à 900 MHz moyennant une hausse de tension et une hausse drastique de la consommation.

GF106 : 900 MHz facile... et les 1 GHz sans trop de problème ?

GeForce GTS 450Avec le GF106, le caméléon répète exactement la même chose… mais cette puce plus simple et plus compacte va encore plus loin. En effet, nous savons d'ores et déjà que de nombreux constructeurs proposeront des modèles à plus de 900 MHz… dépasser le cap du Gigahertz ne devrait d'ailleurs pas poser le moindre problème.

Bien que nous reviendrons plus en détails sur ces modèles, Asus et EVGA nous ont livré des tels modèles, faisant parti de leurs gammes TOP et FTW. Là encore, la consommation est largement revue à la hausse puisque l'on se rapproche de ce que nous avions relevé avec une GTX 460 de référence dotée de 768 Mo de GDDR5 mais les performances sont surtout du niveau… d'une Radeon HD 5830.

La carte d'AMD devrait donc subir un nouvel assaut, d'autant plus que ces modèles nous ont été annoncés à 149 €, un point qui reste néanmoins à confirmer dans les jours qui viennent.

GeForce GTS 450 Asus GeForce GTS 450 EVGA

Une carte qui garde son GPU au frais, mais qui demande plus de watts que les Radeon

Furmark 1.8.0Pour le reste, la GTS 450 nous a laissé la même impression que sa grande sœur. La carte gère bien son énergie, tant au repos qu'en charge, et son système de refroidissement, bien que largement simplifié fait ce qu'on lui demande : garder le GPU au frais sans pour autant nous casser les oreilles !

Ainsi, la température en charge sur notre modèle de référence était à 70 °C alors que du côté de chez AMD nous dépassons systématiquement les 80 °C sous Furmark (84°C au maximum).

Reste tout de même un point noir, la consommation en charge (sous Dirt 2). Elle est en effet supérieure à celle que nous relevons pour les HD 5700 : 214 watts contre 188 et 207 watts. Au repos, elle est du même niveau pour les trois cartes, et comprise dans les 70 / 75 watts.

Conclusion

Fermi semble décidément avoir trouvé sa place au niveau de la gamme de NVIDIA. Avec la baisse du nombre de transistors et quelques ajustements, l'architecture de NVIDIA montre son potentiel et cela fait plaisir à voir.

GeForce GTS 450 : une réponse (un peu trop ?) tardive aux Radeon HD 5700

Radeon HD 5750 5770Malheureusement, et un peu plus que lors du lancement de la GTX 460, cela se fait avec un retard assez important sur les Radeon HD 5k d'AMD. Résultat, en terme de performances, cette GTS 450 ne fait que faire aussi bien que les HD 5700, et encore, elle est en retrait par rapport à la HD 5770 dans presque tous nos tests.

Ainsi, et c'était prévisible, AMD n'a qu'à rogner sur ses marges et celles de ses partenaires pour tirer le tarif de ses cartes vers le bas et mettre des bâtons dans les roues de NVIDIA. Qu'importe, les Radeon HD 6000 arrivent.

Ainsi, alors que la GTX 460 nous enthousiasmait grandement, cette GTS 450 ne fait que nous satisfaire. C'est assurément une bonne carte, elle tient tête à l'offre d'AMD, mais sans faire dans l'exceptionnel. Ainsi, le choix entre ce modèle et une HD 5750 / 5770 dotée de 1 Go de mémoire se fera surtout sur les préférences de chacun, le besoin de disposer de l'Eyefinity ou l'envie de jouer avec 3D Vision… rien de plus.

NVIDIA aura néanmoins retiré une sacré épine de son pied : le constructeur n'offre plus un véritable boulevard à son concurrent en proposant un produit aussi dépassé que l'était la GTS 250 et son G92.

Il faudra attendre de voir ce que donnent les modèles overclockés, qui devraient être annoncés par dizaines dans les jours qui viennent, afin de voir si ces versions améliorée de la GTS 450, valent, elles, vraiment le coup d'oeil.

Des pilotes 260 qui s'améliorent pour un ensemble correct, mais sans étincelles

GeForce GTS 450Concernant les pilotes de la série 260, si l'on apprécie la refonte de l'installateur et les quelques nouveautés apportées, nous regrettons deux choses : le manque de clarté sur l'HDMI 1.4, les Blu-Ray 3D et tout ce qui entoure cette technologie… le marketing nous semble bien trop englué dans les annonces faites et les détails donnés pour que cela nous rendent enthousiastes. Nous ferrons donc le point un peu plus tard, avec le recul nécessaire.

Ensuite, on regrette par contre le fait que l'interface n'ait pas été revue de manière globale. Datant du lancement de Vista, elle n'est pas au top de l'ergonomie que l'on peut attendre d'un produit proposé par un constructeur tel que NVIDIA en 2010. Espérons donc que cela soit prévu pour bientôt.

En attendant, comme pour la GTS 450, si l'on trouve l'annonce plutôt agréable, elle nous laisse au final comme un léger goût amer... celui de l'acte manqué ? Elle n'aura donc droit qu'à notre trophée de bronze.

award
GeForce GTS 450 1 Go

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !