Freebox Révolution : le dossier évolutif

Freebox Révolution : l'offre

Comme nous l'avons évoqué dans plusieurs actualités, les livraisons de Freebox Révolution ont commencé. Celle des PCi Labs est arrivée ce matin. Pour autant, la presse n'est pas la seule à être servie puisque de nombreuses personnes de notre entourage ont reçu les confirmations de livraison dès le début de la semaine. Voici le début de la chronique de notre découverte, comme nous l'avions fait en 2006 pour la v5.

De quoi épuiser notre livreur UPS qui nous avouait ce matin en avoir un peu marre de ne faire que de livrer des Freebox. Notez que ce n'était pas le même que d'habitude, des renforts ont été demandés pour l'occasion.

Freebox Révolution : pas seulement des boîtiers, une offre complète

Pour rappel, le passage à la Freebox Révolution n'est pas gratuit pour les abonnés actuels. Il est facturé en fonction de votre ancienneté, avec un maximum de 119.99 €. Dans notre cas, comme nous l'évoquions dans cette actualité, il nous en aura coûté 59.99 €, le tout étant rajouté à la facture suivant la demande.

Free Offre Revolution Free Offre Revolution

Le coût de l'abonnement évoluera lui aussi en fonction de votre offre. Il restera de 29.99 € pour les abonnés en dégroupage partiel, mais il passera à 35.98 € si vous êtes en dégroupage total, le tout sans tenir compte de la future hausse de TVA.

En passant à cette nouvelle offre de Free, vous aurez droit aux deux nouveaux boîtiers, mais aussi deux nouveautés :
  • Des appels illimités vers les mobiles en France métropolitaine
  • L'intervention gratuite de l'ATP (Assistance Technique de Proximité) sous 10 heures ouvrées
On notera par contre que l'assistance téléphonique n'est comprise dans le forfait que via les appels depuis la Freebox... peu pratique lorsque celle-ci est en panne. Un point que l'on aimerait que le FAI finisse par revoir pour l'ensemble de ses abonnés.

La révolution a un prix... qui ne plaira pas forcément à tout le monde

Dans le cadre d'un nouvel abonnement, vous aurez bien entendu la capacité d'opter pour l'offre v5 actuelle et si vous êtes en non dégroupé, vous aurez droit à un boîtier ADSL de la génération v5, mais avec un tarif plancher de 35.98 €, avec les appels vers les mobiles illimités.

Free Offre Revolution

Free, qui n'était déjà pas réputé auprès des non dégroupés devrait ici faire fuir ceux qui veulent une offre minimale, pour un coût minimal. 


D'autres coûts évoluent, comme nous le verrons dans un prochain dossier plus détaillé sur l'offre, il faudra ainsi surveiller scrupuleusement vos CGV avant de vous engager.

Freebox Révolution : le boîtier ADSL / NAS (1/2)

Passons maintenant au déballage de notre unique gros carton qui en comprend trois autres.

Un colis, trois cartons... pleins de surprises ?

En effet, comme promis par Xavier Niel lors de sa présentation, le packaging de la box a été revu et amélioré. Au déballage, on trouve ainsi trois boîtes de tailles différentes contenant les éléments nécessaires :
  • La Freebox Server
  • La Freebox Player
  • Les Freeplugs
Notez que pour l'instant, deux éléments manquent à l'appel : la manette de jeu qui sera livrée un peu plus tard, et le socle très... « Starck » que l'on avait pu voir lors de la présentation et qui devrait être disponible sous forme d'accessoire dans la boutique dédiée (qui n'est pas ouverte à l'heure où nous écrivons ces lignes).

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Ces trois emballages partagent tous quelques points. Tout d'abord, ils INtègrent une sorte de mini-guide pratique. Ensuite on y retrouve une mousse blanche de deux centimètres d'épaisseur qui arbore fièrement un logo Free. Enfin, tous les supports dans lesquels sont insérés les éléments sont conçus avec un plastique rigide. De quoi éviter tout problème lors du transport.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Analyse de la Freebox Révolution : ce n'est que le début

Pour le moment, nous avons décidé de nous concentrer sur deux éléments : les Freeplugs et la Freebox Server. Un dossier évolutif sera en effet mis en place sous peu pour vous permettre de suivre les évolutions de nos différents tests.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Du côté des Freeplugs, on note tout d'abord qu'ils passent à une robe entièrement noire. Le système de bouton et de voyant a aussi été revu par rapport aux premières versions, le tout étant concentré dans un seul élément qui sert à tout.

Le bloc, identique à celui livré depuis quelque temps par Free, plus compact que les précédents, est désormais dépourvu de câbles. Il faudra les lui rajouter. Au passage, on notera avec regret que celui menant à la prise réseau et à l'alimentation perd 30 centimètres et se limite désormais à 1m50. 

Freeplugs : compatibles avec les anciennes box, mais un câble plus court

Le connecteur 12 V est par contre totalement identique à celui de la précédente Freebox, les boîtiers sont donc parfaitement interchangeables.

Freebox Révolution Server

Par défaut, les deux Freeplugs livrés sont associés. Il n'est nullement nécessaire de le faire manuellement, ce que l'on appréciera. La procédure est néanmoins toujours assez simple : un appui de 15 secondes jusqu'à ce que le voyant soit orange, un appui de deux secondes pour lancer l'association et... le tour est joué.

Free annonce un débit de 200 Mbps, nous verrons ce qu'il en est dans la pratique un peu plus tard.

Freebox Révolution Server

Passons maintenant à la Freebox Server. Là aussi, nous ne rentrerons dans le détail de son fonctionnement que dans notre dossier évolutif, mais voici nos premières impressions. 

Le style Starck... déroute

Tout d'abord le look. Que l'on apprécie ou pas le style de Starck (ce qui n'est pas vraiment notre cas), on peut regretter deux choses : la façade et les côtés qui sont de type « glossy » et la façon de se poser du boîtier à l'horizontale.

En effet, le coin avant droit ne dispose pas de pied, et si cela ne gêne en rien la stabilité de l'ensemble ce sera pour le moins... étrange à l'usage. Notez que l'on peut d'ailleurs parfaitement poser le boîtier à la verticale.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Free annonce des dimensions de 310x220x70 mm, pour un poids de 1.5 kg. L'alimentation se fait via du 12 volts sur 3 ampères, soit 36 watts. Un point que nous étudierons un peu plus tard en détail.

En façade, on trouve un port USB 2.0 qui pourra servir à lire des données depuis une clef USB, par exemple. Sur la façade arrière, on retrouve les ports destinés à la prise téléphonique, à la fibre (la box étant ADSL / Fibre), un second port USB 2.0, un port eSATA, une entrée et une sortie audio jack 3.5 mm, et quatre ports réseau Gigabit.

Les systèmes de fichiers indiqués comme supportés sont le NTFS, le FAT32 et l'Ext4 (RW).

Freebox Révolution : le boîtier ADSL / NAS (2/2)

Passons maintenant aux nouveautés de la partie NAS / modem ADSL de notre Freebox Server qui sont assez nombreuses.

Une connectique pleine de bonnes surprises...

Comme on peut le voir, Free a décidé de faire ici la part belle au stockage, avec une connectique complète, et a pensé à intégrer une fonctionnalité que nous demandions depuis la Freebox v5 : un switch Gigabit. En effet, il est toujours frustrant d'être limité à un débit de 100 Mbps (12.5 Mo/s) à l'heure actuelle.

Concernant le connecteur d'alimentation, comme nous le disions précédemment, il est identique à celui du boîtier ADSL de la v5.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Mais ce n'est pas tout, ce boîtier est en effet plein de surprises. Tout d'abord, on y trouve deux enceintes. Tout comme pour les connecteurs audio, il est ici question de laisser la Freebox Server être autonome sur quelques fonctionnalités : la lecture des messages du répondeur et l'écoute de musique sont évoquées.

... et qui en cache sans doute d'autres

On trouve aussi à l'arrière droit un emplacement dont l'utilité n'est pas expliquée. Celui-ci ne mène à rien si ce n'est à un connecteur qui ressemble à un connecteur PCI Express. INterrogé sur le sujet, Free ne semble pas décidé à en dire plus. Vu la taille de l'emplacement, on opte pour la possibilité d'utiliser un disque dur externe, via un système tel que l'USM. Mais connaissant Free, la surprise pourrait être au rendez-vous, nous n'irons donc pas plus loin dans les spéculations.

Le Wi-Fi est bien entendu de la partie, bien qu'aucune antenne ne soit visible. La norme utilisée est ici du 802.11n 3x3 dont le débit théorique est de 450 Mbps. S'il faudra vérifier son efficacité, on appréciera que le constructeur ait opté pour la norme la plus rapide actuellement disponible.

Wi-Fi 802.11n 3x3 avec WPS : le Wi-Fi simple et efficace ?

Par défaut, le réseau sera accessible via une clef WPA qui est indiquée à l'intérieur du boîtier, attention donc à ne pas laisser traîner l'information, ou à changer cette clef. Le tout est compatible avec le WPS (WiFi Protected Setup) qui est un système d'appairage rapide.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Autre nouveauté introduite avec ce boîtier l'écran, qui fait aussi office de menu de configuration, qui est accompagné de cinq boutons tactiles (quatre flèches + validation). Bien plus agréable que l'ancien afficheur, il vous renseignera au fur et à mesure de la mise en place de vos étapes de connexion, vous permettra de connaître les caractéristiques de votre ligne, de régler certains paramètres... Bref, c'est un véritable point positif.

Freebox Révolution Server Freebox Révolution Server

Par défaut, il indiquera l'heure, et s'adaptera à la position du boîtier (horizontale ou verticale).

Pour ce qui est de notre première connexion, elle s'est passée sans encombre, et n'a pas demandé plus de quelques minutes, le temps pour le boîtier de se mettre à jour et de se régler pour notre ligne. Aucune intervention manuelle autre que la connexion des différents éléments n'a été nécessaire.

Un NAS avec une interface dédiée, plaisante... mais pas encore tout à fait complète ?

Enfin, finissons par la partie NAS. En effet, ce boîtier vous permet d'accéder aux données de son disque dur de 250 Go et des autres périphériques de stockage qui y sont reliés via plusieurs protocoles : FTP, uPnP, CIFS, partage Windows... 

Le tout est géré par une puce ARM9 cadencée à 1.2 GHz, accompagnée de 512 Mo de mémoire. Free indique une nuisance sonore maximale en fonctionnement de 37 dB(A).

Freebox Révolution NAS Interface Freebox Révolution NAS Interface

Le tout est administrable par une interface disponible à cette adresse :
Le mot de passe pourra être paramétré assez simplement : une clef de sécurité sera affichée sur l'écran du boîtier et vous permettra de le valider. Vous aurez alors accès à des pages qui sont pour le moins complètes pour ce que nous avons pu en voir, bien qu'il s'agisse surtout d'informations plus que de réglages pour le moment.

Freebox Révolution NAS Interface Freebox Révolution NAS Interface

Nous ne savons pas encore, par exemple, s'il sera possible de configurer le réseau directement depuis cette interface ou s'il faudra toujours passer par le site de Free comme c'est actuellement le cas.

Freebox Révolution NAS Interface Freebox Révolution NAS Interface

Certaines fonctionnalités attendues sont d'ores et déjà présentes comme la possibilité d'utiliser le tout comme une « Seedbox ». On pourra ainsi ajouter un lien FTP / HTTP / Bittorent pour télécharger un fichier directement sur le disque dur.

Freebox Révolution NAS Interface Freebox Révolution NAS Interface

Notez d'ailleurs qu'en cas de coupure internet, vous garderez accès à cette interface et au NAS cela vous sera même indiqué si vous tentez de naviguer.

Freebox Révolution Server 

Bref, l'ensemble nous paraît pour le moment assez complet et réussi. Nous reste à explorer les différentes fonctionnalités dans le détail, et surtout, à passer au second boîtier dédié à la TV.

Freebox Révolution : le boîtier Blu-Ray / TV

Passons maintenant au boîtier TV. Visuellement, il ressemble fortement au précédent. On le distingue par son port USB qui est entouré d'un plastique brun, toujours en matière « Soft Touch», mais aussi via son lecteur Blu-Ray. Car effectivement, la nouvelle Freebox permet la lecture des Blu-Ray grâce à un SoC Atom de la série 4100 cadencé à 1.2 GHz.

Un boîtier TV plus imposant, une connectique moins complète... et un lecteur Blu-Ray

Freebox Révolution Player Freebox Révolution Player

La 3D est même supportée, mais pas de manière complète puisque l'HDMI 1.4 n'est pas de la partie. Nous reviendrons un peu plus tard sur les limitations que cela entraîne. Trois voyants pourront aussi s'afficher en façade, indiquant l'état du boîtier, un éventuel dysfonctionnement et l'état de la liaison avec la télécommande que nous étudierons un peu plus loin.

La connectique arrière est sans surprise, et pourra même décevoir certains utilisateurs. On perd en effet l'antenne en sortie, ainsi que les connecteurs S-Vidéo / Composite. On garde néanmoins l'HDMI 1.3 (1080p @ 60 Hz) et une prise Péritel. Des câbles, d'une longueur de 1m50, sont d'ailleurs fournis dans le bundle.

Freebox Révolution Player Freebox Révolution Player Freebox Révolution Player

Un des ports USB 2.0 est déporté en façade, mais il est possible de le garder sur la partie arrière du boîtier. On gagne par contre un port eSATA et un bouton de réinitialisation, ce qui est au final assez faible. Certains auraient en effet aimé avoir un switch permettant de connecter une console directement sur ce boîtier, par exemple. On notera aussi la présence d'un connecteur qui ressemble à une prise RJ11, sans que son utilité ne soit évoquée par Free pour le moment.

Le tout pèse 2 Kg pour des dimensions de 310x220x70 mm, soit 500 grammes de plus que la Freebox Server pour un gabarit identique.

Freebox Révolution Player Freebox Révolution Player

Plus de Wi-Fi, ni d'infrarouge : du changement dans les installations des Freenautes

Autre perte : le Wi-Fi. Il faudra désormais passer obligatoirement par le CPL, un réseau filaire ou un adaptateur Wi-Fi pour que cette Freebox Player soit reliée à la Freebox Server. Côté consommation, enfin, Free évoque 70 mW au repos, 15 W en vidéo et 25 W au maximum, le tout sur une tension de 12 V. Là aussi, le connecteur d'alimentation est identique à celui de la précédente Freebox.

Pour ce qui est de la télécommande, elle a subi pour sa part une cure d'amaigrissement par rapport au modèle précédent. Elle fonctionne avec trois piles AAA R03 (livrées de série) qui s'insèrent dans un emplacement accessible en retirant la partie basse, d'une simple pression sur les côtés de la télécommande au niveau des touches « Précédent / Suivant ».

Freebox Révolution Player Freebox Révolution Player

Tout en matière « Soft Touch», elle est bien plus agréable à tenir en main, même si la pression des touches, molles, peut dérouter un peu au début. Elle est dotée d'un accéléromètre permettant de détecter vos mouvements, à la manière d'une WiiMote, et fonctionne désormais via les ondes RF.

Nous avons demandé à Free si une solution était à l'étude pour ceux qui préfèrent l'IrDA pour sa capacité à fonctionner avec des télécommandes universelles, mais nous n'avons pas eu de réponse précise pour le moment. Cela serait néanmoins en cours.

Reste maintenant à étudier le fonctionnement détaillé de ce boîtier, son accès aux fichiers depuis le disque dur du serveur, les formats supportés, son interface. Plus de détails... très bientôt. Vous retrouverez toutes les vidéos d'annonce de la Freebox Révolution ici, et nos photos via notre album Picasa dédié :


Comme toujours, n'hésitez pas à vous faire part de vos remarques et autres questions au sein de nos commentaires. Nous tenterons d'y répondre dans ce dossier.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !