Freebox HD : Chronique d'une découverte

Introduction

On pourra dire ce que l'on veut du marché des FAI français, il est incontestable que Free est l'un des plus innovateurs du secteur. Ainsi, après avoir été parmi les premiers à se lancer dans le"Triple Play", que tout le monde vante actuellement, avoir créé le fameux Free Player qui permet de lire des vidéos sur sa TV depuis son PC en passant par le réseau, ou encore utilisé la multi-diffusion sur des événements tels que Roland Garros (ou encore sur XXL pendant un temps), Free crée de nouveau l'événement en mettant sur le marché une "Box" supportant la haute définition.


Enfin... il faudrait plutôt dire deux puisque comme chez N9uf, nous avons désormais droit à deux parties différentes, l'une pour le côté modem/réseau, et l'autre pour les fonctionnalités multimédias. Le Wifi MiMo, un switch, l'HDMI ainsi qu'un tuner TNT ou encore une flopée d'entrées/sorties sont ainsi intégrés pour faire de la Freebox un véritable centre de convergence multimédia.

Nous avons commandé l'une de ces petites bêtes, afin de vous faire partager nos péripéties, mais aussi nos impressions et ainsi voir, où, dans la chaîne, des problèmes pouvaient exister, si l'ensemble était bien pensé, et surtout fonctionnel.

Du contenu HD est-il d'ores et déjà disponible, est-ce que la madame de chez Kiala elle est sympa, la v5 accélère-t-elle Internet lorsqu'elle est utilisée près d'un PC avec un Athlon X2 ? C'est ce que nous allons tenter de vous faire découvrir dans ces pages...

Freebox HD : La commande, le point Kiala

Afin de pouvoir obtenir un Freebox HD, il faut être un nouveau client dégroupé de Free. Tous les derniers abonnés seront servis avec ce modèle. Pour les autres qui souhaitent l'obtenir, il faut tout d'abord... la commander. Logique non ? Pour cela il vous suffit de vous rendre sur votre interface de gestion. Un formulaire de demande ainsi que le détail de l'offre seront présents. La commande ne s'effectuera que suite à une confirmation de votre part.

Renouvellement et stratégie d'acquisition

Au niveau tarifaire, les choses sont assez simples, si pour les nouveaux clients, tout est gratuit, pour un renouvellement, le tarif de base est de 90 €. 30 € pour chaque période de 12 mois d'ancienneté pleins seront retirés, le tout sera prélevé sur la facture suivant la demande. La politique sur le changement de Freebox reste donc le même qu'auparavant. On pourra juste regretter qu'un prélèvement sur 3 factures, comme cela avait été le cas pour la carte PCMCIA Wifi, ne soit pas proposé pour les utilisateurs les moins fortunés.


Attention, si vous payez une somme de 90 €, cela ne veut pas dire que cette Freebox vous appartient. C'est un peu comme une sorte d'aide à l'amortissement pour le FAI. Il faut aussi préciser que certaines actions comme le fait de passer en dégroupage total remettent à zéro l'ancienneté, attention donc dans vos choix tactiques ;) De plus, seules quelques 5000 Freebox HD sont livrées tous les mois pour l'instant. Free n'a pas communiqué de détails sur la montée en puissance de ses livraisons, mais si vous la commandez et que vous êtes hors de ce quota des 5000 vous serez donc livré uniquement le mois suivant, mais apparemment prélevé sur la facture suivant votre demande. Attention donc là aussi.

Une fois les choses validées, on vous demandera de choisir un point de livraison Kiala. En effet, pas de livraison à la poste puisqu'il vous faut rendre votre ancienne Freebox. Entre le jour de notre commande et le mail nous indiquant la bonne réception dans notre point Kiala, il a fallu 12 jours ouvrés, soit 19 jours pleins (n'oubliez pas les fériés de mai) pour obtenir cette v5.

D'après ce que nous avons pu constater sur plusieurs forums, d'autres clients de Free ont aussi été livrés dès la fin de la semaine dernière. Les nouveaux clients, eux, semblent encore attendre pour la plupart, n'hésitez pas à nous faire savoir dans les commentaires de cet article si vous avez été livré ou non et depuis combien de jours ouvrés vous attendez.

Pour aller chercher votre nouveau modèle il vous faut vous équiper de votre mail de réception si possible, de votre pièce d'identité ou assimilé, ainsi que d'un carton fermé contenant :
  • Votre ancienne Freebox
  • Les différents câbles qui étaient livrés avec
  • La télécommande
Une personne du service client, que nous avions contacté, nous a précisé que la politique était assez souple sur les câbles retournés. Ainsi, si le câble USB n'est pas exactement celui d'origine, vous ne recevrez pas une facture de 50 €. De plus, nous avons procédé à un petit essai histoire de voir ce que valait ce service. La télécommande qui devait être retournée à été oubliée... dommage hein ? Ce matin, nous avons appellé le 3244 (hotline de Free) aux environs de 10h30 afin de savoir comment la retourner et si quelque chose allait nous être facturé.

Le test du service client et de l'erreur qu'elle est bête

Après environ 1:30 de choix en appuyant sur des "1" et des "#", nous avons été mis en attente, au bout de 3:48, nous obtenions un conseiller, relativement courtois, mais encore un peu fatigué (le manque de café chez Centrappel sûrement) qui nous a demandé de nous identifier et nous a précisé qu'il nous suffisait de nous rendre sur la page des réclamations du site de Free, et de renvoyer notre télécommande avec une lettre pour nous identifier et que tout rentrerait dans l'ordre. Au final, le coup de téléphone aura duré 7:53.

Nous avions déjà eu à faire au service technique le dimanche. En effet, notre Freebox était arrivée samedi, mais trop tard pour que nous allions la chercher. Et dimanche, lors du plantage global de leurs serveurs, le DSLAM a rejeté notre v4. Car il faut savoir que chaque Freebox est identifiée pour une ligne précise, ainsi, impossible de dépanner un ami dans le besoin, il devra se contenter de la ligne de secours RTC... s'il n'est pas en dégroupage total.

Le DSLAM voulant absolument notre version HD, nous avons du rester sans connexion, TV ou téléphone jusque lundi, à l'arrivée de notre nouveau modèle. Attention donc si vous avez un besoin vital de votre ligne. Il n'est pas dit que ce souci soit systématique, mais c'est une éventualité à ne pas forcément négliger.

Mais pour en revenir au service technique, nous les avons obtenus en ligne au bout d'une dizaine de minutes (c'était dimanche après-midi en même temps) et le conseiller, là encore relativement courtois, nous avait indiqué assez rapidement la source du problème, en s'excusant bien plus qu'il ne le fallait au nom de Free pour la gêne occasionnée.

Le point Kiala : le moment tant attendu

Mais retournons à notre point Kiala. Ces points de retrait sont à l'origine ceux des 3 Suisses. Ils sont partagés avec d'autres enseignes comme rue du commerce, alapage ou même M6 Boutique (Liste complète ici. Si nous n'avons pas pu trouver exactement le nombre de points de retrait au niveau national, dans une ville comme Nancy, trois points sont présents près du centre, et deux dans les petites villes aux alentours.

Tout se base sur des commerces locaux qui font office de bureau de poste, et comme l'a très bien dit la très gentille dame de chez Vianelle, notre point Kiala à nous : "Moi je ne suis qu'un guichet, je prends les colis, je les donne, mais le reste, ce n'est pas mes affaires." Attention donc à bien préparer un colis fermé, prêt à être expédié avec tous les éléments de votre Freebox (cela sera vérifié par Free), sous peine de repartir les mains vides. Une fois votre colis pris en charge, vos deux cartons vous seront donnés contre une petite signature, et là c'est parti pour la maison.

Retour à la maison : le déballage, la découverte (1/2)

Retour à la maison en cours... on fera un petit arrêt par une enseigne de vidéo / hi-fi pour aller s'acheter un câble HDMI qui n'est pas fourni dans le bundle. Ben oui, si on décide de passer à la freebox HD pour le moment, c'est sûrement que l'on dispose d'une TV adéquate.

Ici, ça fera mal puisque nous n'avons rien pu trouver en dessous de 40 € TTC pour le modèle de deux mètres. Sur le net, quelques magasins proposent des choses un peu moins chères, mais on est pas capable de faire dans le préventif sur PCI, pas assez de QI y parait...

Boîtier ADSL : un bundle complet...

Une fois rentrés comme des petits fous et montés tout plein d'étages (plus proche des Dieux, toujours), nous voici arrivés au moment fatidique du déballage. Et là on obtient ça :



Vous remarquerez que cette fois, nous avons utilisé un élément qui permet de se rendre compte réellement de la taille, sympa hein ? :p Bref, ouvrons un peu nos cartons, le premier contient la freebox en elle-même, et donc la partie réservée au réseau. Voici l'ensemble du bundle :



Ici, on trouve tout ce qu'il faut pour utiliser la bête. Une alimentation tout d'abord, qui est identique à celle de la v4. On aura aussi droit à un câble RJ45 jaune, pour connecter à l'autre boîtier si l'on aime pas le WiFi, un câble USB, pour ceux qui aiment se faire du mal :p, un filtre ADSL ainsi qu'une prise téléphonique femelle qui aboutit sur une prise RJ11 ainsi qu'aux 3 antennes nécessaires pour le MiMo.

Le CD d'installation sera, bien entendu, de la partie ainsi qu'un manuel complet et détaillé du fonctionnement de la partie réseau et téléphonie qui comporte une FAQ plutôt complète dans laquelle on trouvera même les DNS à utiliser en cas de soucis, entre autres conseils. Destinée à l'utilisateur moyen, elle est relativement bien faite et donne bien plus d'informations que les premières documentations que l'on pouvait trouver chez le FAI.

De plus, une fiche détaillant les entrées et sorties est aussi incluse, elle proposera, en plus, la liste des commandes à effectuer au combiné pour gérer la téléphonie et lancer une conversation à trois, par exemple.


Le boîtier en lui-même, n'est presque pas différent de la v4 de par son aspect physique. Seule la couleur change pour un gris/bleu métallisé au lieu de l'habituel noir intense (non pas de L'oréal). Son poids, lui aussi, a été revu à la hausse puisque l'on passe de 500 grammes à 625 grammes.

... mais surtout une connectique revue et corrigée

En fait, les plus grosses modifications sont, comme on pouvait s'en douter, au niveau de la connectique. Ainsi, la prise péritel, la sortie S/PDIF et le port S-ATA disparaissent au profit d'un switch de 4 ports dont les ports utilisés seront indiqués en façade grâce aux "1, 2, 3, 4" que l'on a pu voir. On regrettera juste que le gigabit n'ai pas été intégré au passage.


Trois antennes pour le Wifi MiMo (Multiple In, Multiple Out) font aussi leur apparition. Cette norme, qui n'en est pas une puisqu'elle n'est pas encore finalisée (c'est une pré-version du 802.11n), permet d'effectuer des transferts via ces différentes antennes en simultanées et en utilisant la réflexion des signaux sur les obstacles comme les murs, afin de maximiser le débit et la portée. Les deux blocs en étant équipés, ils peuvent communiquer entre eux ainsi. Néanmoins, pour communiquer avec un PC, il faudra une carte Wifi compatible avec la puce Ralink utilisée.

Le MiMo : la grande inconnue de l'histoire

Normalement, les différents composants 802.11b et 802.11g devraient être compatibles, mais nous n'avons pas encore pu le vérifier par des tests. Ceux qui utilisent le sans fil pour leur portable feraient donc mieux d'attendre que les choses se décantent à ce niveau, nous en saurons certainement un peu plus dans les jours ou semaines à venir. Pour profiter du MiMo, par contre, il faudra forcément un produit compatible avec la puce Ralink, mais là encore, nous n'avons ni pu effectuer de test, ni pu obtenir de liste de Free pour le moment.

Retour à la maison : le déballage, la découverte (2/2)

Mais passons maintenant au bloc multimédia avec, une fois encore, un bundle complet à détailler :



Ici aussi, on aura droit à une alimentation, mais attention, son connecteur est identique à celui du boîtier ADSL bien que les tensions fournies soit différentes, ne vous trompez donc pas. Ensuite, on dispose de trois antennes pour le MiMo, d'un câble ethernet, ainsi que d'une sortie TV mâle de 8 pins à connecter sur la freebox. Elle aboutit sur une prise peritel mâle ainsi que sur des RCA audio (blanc/rouge).

Boîtier HD : pas d'HDMI dans le bundle, dommage

On regrettera tout de même qu'aucun câble HDMI n'ait été fourni. Un manuel complet sera aussi de la partie avec, une fois encore une fiche détaillée des entrées et sorties et, au dos, l'explication des boutons de la télécommande, ce qui est fort appréciable.

Cette dernière ne peut d'ailleurs que nous faire penser à celle d'une bonne vieille super NES avec ses quatre boutons de couleur, son select et son start ainsi que ses boutons L/R. Cela laisse augurer du jeu, certains parlent de la possibilité de jouer à certains abandonwares via une émulation... ce qui ferait rêver plus d'un geek nostalgique.


Pour le reste, elle est assez massive, plus grande, plus costaud et surtout plus grosse que celle de la v4, elle sera moins maniable, mais sans pour autant devenir inutilisable. De nouveaux boutons ont fait leur apparition comme le bouton "Free" qui correspond à un appui long sur la maison de l'ancienne télécommande. Il fait apparaître les différentes options telles que le Freeplayer, le scan des chaînes TNT, ou encre les bouquets de Canal + et Canal Sat. Enfin, les quatre piles qu'elle nécessite pour son fonctionnement sont fournies, comme c'était déjà le cas auparavant.

Une télécommande de SuperNes pour un poids de Yoshi ?

Le boîtier en lui même est un peu plus imposant que celui destiné à l'ADSL, il est aussi bien plus lourd puisque la balance affiche 1.03 Kg. Rien que ça. Il faut dire que la bête contient un disque dur, ce que nous n'avons pas pu vérifier pour le moment, puisque nous n'avons pas encore pu démonter la bête. Le tout chauffe tout de même puisque nous avons relevé un 43 °C au point le plus chaud, après quelques heures d'utilisation.


En façade, on a un afficheur digital ainsi qu'une LED rouge qui permettra de savoir lorsque la partie TV est éteinte, ou quand l'on presse un bouton de la télécommande. Petit détail qui ravira certains, désormais, cinq boutons sont présents. Ils permettront de changer de chaîne, le volume, mais aussi d'éteindre ou d'allumer la partie TV, sans télécommande. Pratique si celle-ci est temporairement égarée ou tombe en panne.
 
La partie arrière, elle, est tout bonnement une foire à la connectique, mais cela ne veut pas pour autant dire que tout est parfait. Elle est découpée en quatre parties. La première contient le port Ethernet, la prise d'alimentation 9V ainsi que deux prises USB dont on ne connaît pas encore l'utilité.

De la connectique en veux-tu en voilà

Ensuite, on passe aux sorties. Là, on aura droit à du composite, du S-Vidéo de 4 pins, ainsi qu'à la prise estampillée "TV" dont nous avons parlé un peu plus tôt. En fait, ce procédé permet de gagner de la place en évitant de mettre une prise Peritel. Pour la HD, seul l'HDMI sera de la partie. Pas d'YPbPr (en même temps c'est une connectique analogique qui ne supporte pas l'HDCP) ou même de DVI.


Certains pourront le regretter, il faudra ainsi un convertisseur pour ceux qui n'ont qu'une TV équipée de DVI. L'audio, par contre, est bien représenté avec une prise RCA et une S/PDIF. Pour rappel, l'HDMI transporte aussi bien l'audio que la vidéo, pas besoin donc de plus de câbles si vous utilisez cette connectique de votre Freebox à votre TV sans adaptateur.

Nous avons aussi droit à quelques entrées. du RCA (blanc/rouge) pour l'audio et du composite ou du S-Vidéo de 4 pins pour l'audio. Ici, pas de numérique, ceux qui disposent d'un HTPC peuvent le regretter et auraient aussi aimé voir un peu de DVI, à n'en point douter.



Au niveau des Tuners TV, une entrée et une sortie sont prévues, l'un pour connecter l'antenne et l'autre pour la TV. La TNT est supportée par ce Tuner permettant ainsi à la freebox d'avoir TF1 et M6.

Les choses sérieuses : l'installation

Maintenant que nous avons vu en détails les différents boîtiers, nous allons les installer. Mais avant cela, il nous faut décider où les placer. L'avantage de cette nouvelle configuration divisée en deux entités est que l'une peut être placée près du coin PC, et l'autre près de la TV, sans avoir à tirer de câble.

Les deux blocs séparés via Wifi MiMo : LE gros avantage

En effet, avant la Freebox était placée près de la ligne téléphonique, qui est souvent près du PC. Mais pour accéder à la TV, il fallait que la Peritel puisse l'atteindre. Désormais, le bloc ADSL sera au niveau de la prise téléphonique et du PC (ou du Mac, oui, on sait), il servira aussi éventuellement de switch entre les différentes machines, alors que le bloc HD sera près de votre TV.


Bien entendu, Wifi oblige, il faudra faire attention aux distances et aux obstacles tels que les murs, portes... Malheureusement avec la configuration de notre appartement de test, nous n'avons pas pu effectuer d'essai sur une grande distance, mais d'un bout à l'autre soit un peu moins d'une dizaine de mètres, nous n'avons pas eu de soucis.

D'après différents tests sur le Net à ce sujet, on peut penser que le MiMo devrait tenir le coup au moins sur une centaine de mètres en champ libre et sans problème entre deux étages d'une maison ou d'un immeuble par exemple, tout en gardant des débits corrects. Là encore, vous pouvez nous faire part de vos propres expériences ;)

Une installation franchement simple

Il faut savoir que pour leur initialisation, les boîtiers nécessitent d'être connectées ensemble via le câble ethernet, pour s'identifier l'un l'autre. Ensuite, si vous décidez de passer par le Wifi, vous pourrez le retirer. Le boîtier ADSL doit être branché à la prise téléphonique filtrée, à chaque machine en ethernet via le switch ou alors via l'USB à la machine principale (nous déconseillons néanmoins ceci, puisque l'USB pose en général des soucis et est moins simple d'installation) et au téléphone pour profiter de la téléphonie.

Le boîtier HD, lui, devra être alimenté, connecté au boîtier ADSL par ethernet au moins pour le premier lancement, à la TV via les différentes sorties possibles (dans notre cas l'HDMI), à une antenne TV si vous désirez en utiliser une. N'oubliez pas de connecter les antennes Wifi si vous souhaitez l'utiliser.


Une fois que tout est branché, allumez votre TV, et alors cinq étapes devraient se dérouler sous vos yeux de la connexion entre les deux boîtiers au redémarrage en passant par l'authentification de la Freebox. Si une des étapes venait à poser problème, l'écran s'arrêterait avec un message adéquat, referez-vous alors au manuel d'installation.


Une fois que tout ceci est effectué, votre Freebox HD est installée, et prête à être placée dans votre appartement, puis utilisée. La TV devrait se mettre en route, et le DHCP attribuer les IPs à vos machines si vous l'avez activé dans la fonction routeur de votre interface de gestion.

L'instant norvégien : l'utilisation

Maintenant que tout fonctionne, c'est l'heure du verdict : est-ce que tout cela marche bien ? Et je vois frétiller dans vos yeux la question de la HD. Alors, on va commencer par là. Que les choses soient claires, la Freebox HD n'accélère par Internet, même à proximité d'un Athlon X2. Elle n'améliore pas non plus le signal des chaînes standard qui sont toujours diffusées en MPEG-2 et donc en "basse définition".


L'offre HD actuelle : trois concerts gratuits

Il faudra sûrement attendre la TNT payante et les bouquets HD, ou encore des évènements sportifs tels que Roland Garros ou la coupe du monde pour profiter pleinement de la HD. La VoD (vente à la demande) devrait aussi être impliquée puisque Canal Play commence déjà à faire dans son offre sur son site en ligne des propositions de diffusion HD.


Mais pour le moment, Free a décidé de ne mettre que trois contenus HD à disposition de ses utilisateurs, sur la chaîne "1" et ce, de manière gratuite. Ce sont trois "i-concerts", l'un de James Blunt, l'autre de Moby et le dernier de U2. Canal Play reste néanmoins disponible sur la chaîne "100" avec, d'ailleurs, une nouvelle offre de location moins chère, pour quatre heures seulement. Les tarifs passent donc à 1,99 € pour la grande majorité des films, mais il ne sera possible de les visionner qu'une fois, ou deux fois, mais quasiment d'affilée.

MPEG-4 HD : Une bien meilleure qualité, mais pas encore parfaite

Au niveau de la qualité d'image, on est clairement loin de ce que l'on peut voir jusqu'à maintenant même si ce n'est pas encore parfait. Si l'on est tatillon (hein bubu ?) On voit un peu le manque de dégradés de couleurs et un minimum de compression MPEG-4. Cela est certainement dû aux débits actuels qui sont encore faibles pour faire de la diffusion HD de manière continue et qui n'ont clairement rien à voir avec les débits dont dispose la diffusion par satellite.


Mais cela est toujours clairement mieux que le MPEG-2 actuel. Dans notre exemple, nous disposons d'une ligne qui n'est pas vraiment un record de performance. Connectée à un DSLAM ADSL2+, elle en est distante de 2975 m et dispose d'une atténuation de 47 dB. Son débit ATM est de 5248 kbps soit 650 ko/s environ.

Dans les faits, on peut atteindre 600 ko/s au maximum de ses capacités. Une fois la TV connectée, avec un flux standard MPEG-2, on passe aux alentours de 260/300 ko/s, selon l'humeur des utilisateurs de P2P dans les environs de Nancy ;) Mais avec une lecture HD, le tout tombe à 100 ko/s environ.

L'impact sur les taux de transferts : - 500 ko/s

La diffusion, elle, ne semble pas souffrir d'un téléchargement intensif, question de priorité de traitement à n'en point douter. Lors de la lecture des différents concerts, nous avons eu quelques ralentissements au lancement, et quelques fois pendant la lecture. L'utilisation du disque dur comme un cache pourrait aider à éviter ce genre de problèmes sur les lignes les plus éloignées du DLSAM qui ont un affaiblissement important comme la nôtre.


À noter aussi que parfois, la freebox HD a misérablement planté au lancement de la lecture, ou alors, n'a pas délivré de son. Mais ce genre de soucis devrait normalement être réglé de manière logicielle au sein du firmware de la bête.

Pour ce qui est de Freeplayer, nous avons tenté d'utiliser la version actuelle avec des formats HD, mais rien à faire. Une version modifiée devrait arriver sous peut permettant de lire H.264, WMV HD et autres fichiers TS, par exemple, nous vous en tiendrons informés.

Quelques détails à revoir et Freeplayer HD à sortir

Depuis que nous avons cette freebox en main, nous aurions deux gros reproches à lui faire qui ne sont que des détails, mais qui sont franchement gênants pour l'utilisateur. Tout d'abord, lorsque l'on utilise l'HDMI, et que l'on allume la freebox, la TV, si elle est en veille, ne passe pas directement sur l'HDMI comme cela était le cas avec la Peritel. Ainsi, il faut tout d'abord allumer la TV puis ensuite l'HDMI, et faire pareil pour l'extinction... dommage.


Ensuite, pour les utilisateurs de 16/9e, qui seront forcément la majorité de deux qui utiliseront réellement cette version HD, il faudra à chaque redémarrage du boîtier HD, choisir 16/9e comme mode de diffusion dans les options. Nous n'avons trouvé aucun moyen de fixer cela de manière définitive, espérons que cela sera corrigé dans les futurs firmwares.

Pour le reste, le fonctionnement restera identique à une v4. Nous n'avons pas pu tester la TNT, Lorraine oblige, quant aux nouvelles fonctionnalités comme le jeu, la VoIP Wifi ou même le Time Shifting, elles sont encore en préparation et nous ne pouvons pas en juger. Ainsi, nous vous conseillons d'attendre un peu et de lire PCi histoire de voir ce que Free nous offrira dans les semaines et mois à venir pour montrer tout le potentiel de sa bête...

Petite conclusion entre amis

C'est maintenant le moment fatidique, celui où le testeur que je suis va devoir trancher et dire si oui, ou non, vous devriez passer à cette Freebox HD. Bon, chez PCi on est sympa, on va pas trop se la faire Raymond Domenech et on va être clair.

Nouveaux abonnés, geeks et grognon : un cas déjà réglé

Tout d'abord si vous vous décidez de vous abonner à Free dès maintenant ou dans les semaines à venir la question ne se posera pas : vous serez servis en HD. Vous aurez donc droit à la totale : HDMI, switch, blocs séparés, MiMo... et ce, de manière gratuite. C'est actuellement la box la plus complète mise sur le marché et elle ne pose pas de problème particulier à son installation ou son utilisation comparée à une v4. Il n'y aura donc pas de quoi se plaindre.



Pour ceux qui sont actuellement avec une version antérieure les choses diffèrent un peu fonction de leur cas. Si vous êtes un geek, "early adopter", que vous disposez déjà de HD à la maison, il est clair que vous avez déjà commandé votre Freebox HD, et que cet article ne fera que vous faire baver d'impatience, votre cas est donc aussi réglé d'avance.

Ceux qui se demandent d'ores et déjà ce que vient faire une prise Peritel dans un modem et qui pensent que la TV n'est pas une bonne chose, aussi. Une v4 vous suffira largement. c'est même sûrement déjà trop pour vous, et vous êtes d'ailleurs autre part que chez Free, histoire de ne pas payer pour des services qui ne vous servent pas, et c'était d'ailleurs le meilleur choix à faire.

Switch et double bloc : deux arguments pour, mais pas à 90 €

En fait, seuls deux types de personnes ont un réel intérêt dans cette nouvelle Freebox HD. Tout d'abord ceux qui veulent profiter de la TV mais qui ne le peuvent du fait du bloc unique imposé jusqu'à lors ou ceux qui désirent un switch. Ceux qui veulent profiter du contenu HD et qui ont une ligne adaptée, ensuite. Bien entendu, pour le moment hormis trois pauvres concerts, rien n'est encore prêt au niveau de l'offre.


Les choses devraient néanmoins se décanter en juin avec Rolland Garros, la coupe du monde ou encore le développement de Canal Play. Freeplayer HD devrait aussi permettre la lecture des contenus HD dont vous pourrez disposer. Et tant qu'à être prêt pour juin, autant passer commande maintenant.

Mais dans les deux cas, cela ne vaudra réellement le coup que si vous avez assez d'ancienneté pour obtenir cette nouvelle version à tarif raisonnable (30/40 € par exemple). Cela reviendra plus cher que quelques rallonges ou qu'un switch mais sera aussi bien plus "propre". Mais à 90 €, vu le peu de fonctionnalités déjà activées, cela ne peut valoir le coup. Pour la TNT, à la limite, cela peut vous permettre d'éviter d'avoir un boîtier supplémentaire, et de jouer la carte du tout intégré, mais ça encore ce sera une question de choix personnel vis à vis du tarif.

Ainsi, dans certains cas, il sera plus sage d'attendre, histoire de voir ce que les choses vont donner dans les semaines à venir, et si cette nouvelle Freebox tient bien ses promesses. Ce sera là avant tout une question de choix personnel et cet article a été fait pour vous permettre d'avoir la majorité des cartes en mains pour le faire au mieux.

L'inconnue du MiMo plombe l'ambiance

De plus, il reste l'inconnue du MiMo. Actuellement, les différents produits ne semblent pas être compatibles entre eux, et il faudra voir si la puce Ralink peut être utilisée avec les différents périphériques wifi 802.11b et 802.11g actuellement sur le marché.

L'arrivée de la norme 802.11n finale devrait aussi chambouler pas mal de choses, et l'on peut se demander comment Free compte faire à ce moment-là pour rendre sa box compatible. Bref, actuellement les adeptes du Wifi devront certainement éviter de sauter le pas afin de s'éviter quelques soucis et revoir les choses dans les prochaines semaines. Le MiMo n'étant principalement utile que pour relier les boîtiers entre eux.


Pour finir, on pourra dire que cette nouvelle mouture de la freebox est un bon produit. Bien conçu, avec des blocs séparés et une connectique presque aussi complète qu'on pouvait la rêver, elle sera certainement une des plus aptes à supporter la haute définition lorsque le contenu sera disponible. Mais ça, seul l'avenir nous le dira.

La Freebox HD : Oui, mais pas forcément tout de suite

Pour autant elle n'est pas exempte de défauts bien que ceux-ci semblent surtout d'ordre logiciel et devraient être corrigés dans de futures versions du firmware. Reste que c'est la capacité de Free à toujours nous surprendre plus avec de nouvelles fonctionnalités qui incitera la masse à passer à cette nouvelle version, puisque pour le moment, elle ne concerne réellement que peu de personnes qui sont dans des cas bien précis.


Si Free signe un produit pensé pour l'avenir, il faudra que cet avenir se concrétise pour l'utilisateur, et c'est seulement à ce moment-là que l'on pourra dire que cet essai à bel et bien été transformé en une réussite.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !